Initiation aux manuscrits liturgiques

Jean-Baptiste LEBIGUE

Le propos de cette publication est de permettre à des historiens confrontés, dans la recherche et la critique de leurs sources, à ce type de manuscrits, de pouvoir les consulter avec profit, en identifier la nature sans plus dépendre des assertions des seuls catalogues, et de comprendre les fins auxquelles ils ont été élaborés. En aucun cas, en revanche, il n’est question ici de retracer l’histoire de la liturgie ou de ses livres, sujet qui a déjà fait l’objet d’innombrables études. Ce dossier traite avant tout des livres liturgiques datant entre le XIe et le XVIe siècles, période la moins traitée dans lesdites études, alors que l’écrasante majorité des manuscrits subsistants provient justement du Moyen Âge classique et tardif.

La démarche retenue ici est résolument pragmatique et progressive. Il est conseillé de lire les pages qui vont suivre dans l’ordre proposé et de se plier aux exercices qui concluent certaines d’entre elles : les notions acquises à mesure sont indispensables pour aborder les thèmes traités ensuite.

Notions préliminaires

L’analyse des livres liturgiques exige au préalable d’acquérir quelques rudiments indispensables à l’intelligence des chapitres suivants. Il s’agit de se familiariser avec l’opposition entre ordinaire et propres, la répartition de ces propres entre temporal et sanctoral, eux-mêmes complétés par le commun des saints et la liturgie votive. Ces distinctions fondent les grandes divisions qu’on observe à la fois entre et dans les manuscrits de l’office et de la messe.

  • Le temps en liturgie : Des notions de base sur le temps liturgique sont indispensables pour comprendre l’organisation et l’usage des livres liturgiques, fondés sur la partition des propres et de l’ordinaire.
  • Le temporal : Le temporal (ou propre du temps) constitue une partie du propre de l’office et de la messe. Il court sur la totalité de l’année, suivant le rythme hebdomadaire auquel se surimposent les « temps » liturgiques, qui dépendent, quant à eux, de deux axes principaux : Pâques et Noël.
  • Exercices : Lectures des rubriques du temporal
  • Le sanctoral : Le sanctoral (ou propre des saints) constitue une partie du propre de l’office et de la messe, à savoir celui de la plus grande partie des fêtes tombant à dates fixes.
  • La liturgie votive : La liturgie votive se surimpose aux propres et au commun. Elle n’est pas déterminée par les impératifs du temps liturgique, du jour de la semaine et du calendrier des fêtes.

Livres de l’office

  • L’office des heures : L’initiation aux manuscrits de l’office réclame de connaître les différentes pièces qui le composent et la manière dont elles sont agencées.
  • Le psautier et l’ordinaire de l’office : Même si la récitation hebdomadaire des cent cinquante psaumes est le fondement de l’office, on ne peut considérer les psautiers médiévaux comme des livres liturgiques à part entière. Ce n’est qu’à l’époque moderne que leur structure et leur contenu finissent par s’identifier à l’ordinaire de l’office.
  • Les propres de l’office : Les propres de l’office constituent une masse considérable de pièces liturgiques, rassemblées dans les manuscrits soit par types (chants, lectures, oraisons), soit par agrégats plus ou moins complets fédérés autour des collectes propres.
  • Les offices supplémentaires au propre : La récitation des heures ne se limite pas à l’office du jour, déterminé par le propre. Certains jours de la semaine, en particulier le samedi, sont dotés d’un office particulier qui le remplace. Par ailleurs, d’autres « heures » (heures de la Vierge, office des morts, etc.) se surajoutent à l’office du jour : elles sont le noyau autour duquel se sont développés les livres d’heures.
  • Prime et processions : Certaines pratiques se sont greffées sur la récitation de l’office : elles ont provoqué le développement de l’heure de prime et de la liturgie processionnelle, qui a donné lieu à la création de livres particuliers.
  • Exercices : Identification des livres de l’office 

Les livres de la messe

  • La messe et ses livres : La multiplicité des livres de la messe s’explique par une répartition des pièces liturgiques entre ses différents « acteurs ».
  • Le sacramentaire : Le sacramentaire réunit les pièces, propres ou ordinaires, nécessaires au seul célébrant pour dire la messe.
  • Les livres des lectures de la messe : Les livres des lectures de la messe sont des recueils d’extraits (péricopes) de textes évangéliques et bibliques, qu’il faut distinguer des livres d’Évangiles et des recueils d’Épîtres, ainsi que des lectionnaires de l’office.
  • Les livres des chants de la messe : Le graduel est par excellence le livre des chants de la messe, mais il existe aussi des recueils rassemblant des versions particulières de ces chants (tropaires et prosaires).
  • Le missel : Le missel rassemble la totalité des pièces, propres et ordinaires, nécessaires à la célébration de la messe, quelle qu’en soit la nature : prières, lectures ou chants.
  • Exercices d’identification de livres de messe.

L’organisation du culte

  • Le calendrier : Le calendrier des manuscrits liturgiques ne sert pas seulement à noter les fêtes des saints. Il contient des éléments de comput relatifs au temporal et des indications sur la célébration du culte.
  • Exercices de comput : 10 questions relatives au comput et aux calendriers.
  • Les règles de préséance entre les offices : Une des difficultés majeures dans la récitation de l’office des heures et la célébration de la messe provient de la superposition du temporal et du sanctoral, c’est-à-dire lorsqu’on dispose pour le même jour de deux ou plusieurs propres. Ces cas sont résolus grâce à l’établissement de préséances entre les divers offices, susceptibles toutefois de nombreuses variantes selon les usages.
  • Les usages liturgiques : Un usage liturgique se définit comme l’ensemble des pratiques particulières à une communauté. Son identification peut fournir des indices sur la datation d’un manuscrit ou aider à la reconstitution e fonds d’institutions religieuses médiévales.
  • Ordines, statuts et coutumes : Les livres de prescriptions organisant le culte ont été élaborés à partir de textes « primitifs » que sont les ordines, les listes d’incipit et les statuts.
  • La liturgie des défunts : La liturgie des défunts s’alourdit et change de nature au cours du Moyen Âge. La commémoration des défunts au sein d’une même confraternité de prière est bientôt concurrencée par les fondations de services liturgiques subventionnés par des rentes.
  • Rites et sacrements : La liturgie ne se limite pas à la célébration de la messe et de l’office. En font également partie la délivrance des sacrements et l’accomplissement de rites, décrits par des ordines, eux-mêmes assemblés en recueils. Ces compilations n’ont obtenu leurs physionomies définitives qu’à l’époque moderne, sous la forme de deux livres : le rituel et le pontifical, liés respectivement à la liturgie sacerdotale et épiscopale.

Bibliographie

N.B. Ces articles ainsi que la bibliographie ont été publiés en 2007 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/initiation-liturgie).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *