Le temps en liturgie

Jean-Baptiste LEBIGUE

Le temps liturgique est déterminé par la superposition de trois variables : l’année solaire sur laquelle est fondé le calendrier des fêtes fixes, le rythme hebdomadaire des dimanches et des féries, et enfin la connexion du cycle lunaire, de l’année solaire et du rythme hebdomadaire, dont dépendent le cycle pascal et les fêtes mobiles. L’office et la messe contiennent des éléments dont le choix est induit par ces variables. De la compilation de ces éléments « propres » aux fêtes, aux dimanches et aux féries découlent deux des principales divisions qu’on trouve dans les livres de l’office et de la messe : le propre du temps (ou temporal) et le propre des saints (sanctoral).

Définitions et précisions

– Les dimanches : Premier jour de la semaine, le dimanche (dies dominica ou dominica) symbolise le jour de la Résurrection. Il est un rappel hebdomadaire de la fête de Pâques, d’où le statut particulier de son office et de sa messe, qui appartiennent au temporal.

– Les féries : On désigne par le terme de féries (en latin feria) les jours de la semaine autres que le dimanche : feria secunda (lundi), feria tertia (mardi), feria quarta (mercredi), feria quinta (jeudi), feria sexta (vendredi), sabbatum (samedi). L’office et la messe des féries relèvent du temporal (rythme hebdomadaire) : ils peuvent leur être propres, en particulier pour les féries de l’Avent, du Carême, de la semaine sainte, des Rogations et des Quatre-Temps (liste non limitative). Certaines féries particulières peuvent même avoir le pas sur des fêtes du sanctoral (mercredi des cendres, féries de la semaine sainte, etc.).

Il ne faut pas confondre « féries » (ferie) et « jours fériés » (dies feriate ou sine labore) : ces derniers désignent les fêtes solennelles dotées d’une fériation (obligation pour les fidèles d’assister à la messe et de s’abstenir de travailler).

– Les fêtes mobiles : Une fête est dite mobile quand elle ne tombe pas à date fixe. C’est le cas de toutes celles dépendant du cycle pascal (Pâques, Ascension, Pentecôte, Fête-Dieu).

– L’incidence : On appelle incidence le jour de l’année où tombe un office (incidence fixe ou mobile).

– Les fêtes du Seigneur : Cette appellation désuète de fêtes du Seigneur reste utile pour distinguer les fêtes mobiles (Pâques, Ascension, etc.) ou fixes (Noël, Exaltation de la Croix) qui ne se rattachent pas au culte d’un ou plusieurs saints, mais à celui d’une personne ou d’un mystère divins.

Propres des offices et des messes

– Le propre du temps : Le propre du temps (ou temporal) s’engrène sur le rythme hebdomadaire des dimanches et des féries. Mais ce n’est pas là sa seule caractéristique. Son nom lui vint en effet des différents « temps » répartis sur l’année : Avent, temps de Noël, temps ordinaire, Septuagésime, Carême, temps de la Passion, temps pascal et les féries des Quatre-Temps. La situation de ces différents temps est déterminée par deux pivots principaux. L’un est mobile, c’est Pâques ; le second est fixe, c’est Noël.

  • Le cycle pascal (Septuagésime, Carême, Passion et Temps pascal) dépend d’une connexion du cycle lunaire, de l’année solaire et du rythme hebdomadaire. C’est ainsi que la date de Pâques est calculée : le premier dimanche (rythme hebdomadaire) après la première pleine lune (cycle lunaire) suivant le 21 mars (date fixe de l’année solaire).
  • Le cycle de Noël (Avent et temps de Noël) dépend d’une superposition de l’année solaire et du rythme hebdomadaire. Par exemple, le premier dimanche de l’Avent correspond au quatrième dimanche (rythme hebdomadaire) précédant le 24 décembre inclus (date fixe de l’année solaire).
  • L’incidence des féries des Quatre-Temps est déterminée soit par le cycle de Noël (Quatre-Temps de l’Avent), soit par celui de Pâques (Quatre-Temps de Carême et de Pentecôte), soit par une date fixe (Quatre-Temps de septembre).
  • Les semaines (rythme hebdomadaire) que ne recouvrent pas ces différents cycles correspondent au temps dit ordinaire.

Pour plus de détails, consulter l’article Le temporal.

– Le propre des saints : Le propre des saints (ou sanctoral) correspond aux éléments propres des offices et des messes de fêtes tombant à dates fixes et dépend donc entièrement du calendrier de l’année solaire. Pour autant, toutes les fêtes tombant à dates fixes n’appartiennent pas au sanctoral : c’est le cas de Noël et de l’Épiphanie qui, au plus tard depuis le Haut Moyen Âge, ont été intégrées temporal (cf. Le sanctoral).

Communs et ordinaires des offices et des messes

– Commun des saints : Lorsque la fête d’un saint n’est pas dotée de pièces liturgiques propres ou n’en possède que quelques-unes, il faut recourir au commun des saints : là se trouve un choix de pièces permettant de célébrer l’office ou la messe en remplacement ou en complément d’un propre. Il est organisé selon la qualité et le nombre : commun des apôtres (toujours en tête), pour un seul martyr, pour plusieurs martyrs, pour un confesseur pontife, pour un confesseur non pontife, etc.

– Ordinaires de l’office et de la messe : En plus du temporal, du sanctoral et du commun des saints, d’autres ensembles sont constitués par les éléments qui n’y appartenant pas. On désigne ces ensembles par les termes suivants :

  • l’ordinaire de l’office, autrement dit toutes les pièces qui sont utilisées dans l’office par défaut de propre ou de commun (cf. Le psautier) ;
  • l’ordinaire de la messe, autrement dit les prières et actions du célébrant (cf. Le sacramentaire) et les chants (cf. Les chants de la messe) qui ne sont pas induits par le propre et le commun.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 21 décembre 2016

    […] Le temps en liturgie : Des notions de base sur le temps liturgique sont indispensables pour comprendre l’organisation et l’usage des livres liturgiques, fondés sur la partition des propres et de l’ordinaire. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *