Le sanctoral

Jean-Baptiste LEBIGUE

Le propre des saints (ou sanctoral) correspond aux éléments propres des offices et des messes de fêtes tombant à dates fixes et dépend donc entièrement du calendrier de l’année solaire. Néanmoins, toutes les fêtes tombant à dates fixes n’appartiennent pas au sanctoral : c’est le cas de Noël et de l’Épiphanie qui, au plus tard depuis le Haut Moyen Âge, ont été intégrées au temporal. Il arrive fréquemment que les fêtes des saints tombant entre le 24 décembre et le 6 janvier, voire le 13 janvier, y figurent aussi (cf. Le temporal).

Pour autant, toutes les « fêtes du Seigneur » n’ont pas été rattachées au temporal : par exemple l’Exaltation de la sainte croix (14 sept.) fait toujours partie du propre des saints, bien qu’il s’agisse d’un mystère divin (cf. Le temps liturgique).

Présentation du sanctoral dans les manuscrits liturgiques

Commencement et fin du sanctoral

Sauf exception ou archaïsme, depuis le IXe siècle, le temporal commence au premier dimanche de l’Avent, autrement dit entre le 27 novembre et le 3 décembre inclus. C’est donc pendant cette même semaine que le début du sanctoral est fixé dans les manuscrits liturgiques. La fête universelle la plus importante entre le 27 novembre et le 3 décembre est celle de saint André apôtre (30 nov.) : c’est pourquoi elle se trouve en tête du sanctoral dans nombre des livres de l’office et de la messe.

Paris, Bibl. Mazarine, ms. 360, f. 347. Bréviaire célestin, Paris, vers 1430-1440.

Paris, Bibl. Mazarine, ms. 360, f. 347. Bréviaire célestin, Paris, vers 1430-1440.

temps-17-detail

Détail : Paris, Bibl. Mazarine, ms. 360, f. 347. Bréviaire célestin, Paris, vers 1430-1440.

Sous la miniature, le passage souligné en rouge en guise de rubrique nous informe que le sanctoral de ce bréviaire part d’ici : Incipiunt festivitates sanctorum per totum annum (ici commencent les fêtes des saints pour toute l’année). Puis se trouve l’intitulé du premier propre : In primis vesperis Sancti Andree apostoli (aux premières vêpres [de la fête de] saint André apôtre). Viennent ensuite les renseignements sur le rit de la fête (cf. Règles de préséance) : Duplex minor (double mineur) ; puis l’intitulé de la première heure de l’office de la fête de saint André dotée d’un propre : In vigilia, ad vesperas (La veille, à vêpres). En effet, certains offices, parmi lesquels ceux de rit double, commencent la veille au soir par des premières vêpres et donc, dans le cas présent, le soir du 29 novembre. L’office du lendemain, jour de la fête, se prolongera jusqu’aux secondes vêpres. Enfin l’identification de la première pièce liturgique qui va suivre : Antiphona (antienne).

Suivant la même logique, le sanctoral finit au propre de la dernière fête de saint avant le 30 novembre. Ce rôle est donc souvent rempli par la fête de saint Saturnin (29 nov.), pour peu qu’elle soit dotée d’un propre.

Partitions du sanctoral

Certains livres liturgiques volumineux, en particulier les bréviaires, sont divisés en deux tomes : une partie d’hiver et une partie d’été. Dans le temporal, cette division a lieu le plus souvent entre le samedi saint (vigile de Pâques) et le dimanche de Pâques, ce qui donne les deux sections suivantes : 1er dimanche de l’Avent-samedi saint (partie d’hiver) et dimanche de Pâques-dernier dimanche ordinaire après l’octave de la Pentecôte (partie d’été). Pâques étant une fête mobile tombant entre le 22 mars et le 26 avril inclus, le choix d’une limite entre les sanctorals d’hiver et d’été est beaucoup plus large au printemps qu’à l’automne. La solution la plus fréquemment retenue dans les manuscrits est de faire commencer le propre des saints estival par l’Annonciation (25 mars).

Cambrai, Bibl. mun., ms. 48, f. 197. Bréviaire de Cambrai, France du Nord, dernier quart du XIIIe s.

Cambrai, Bibl. mun., ms. 48, f. 197. Bréviaire de Cambrai, France du Nord, dernier quart du XIIIe s.

Détail : Cambrai, Bibl. mun., ms. 48, f. 197. Bréviaire de Cambrai, France du Nord, dernier quart du XIIIe s.

Détail : Cambrai, Bibl. mun., ms. 48, f. 197. Bréviaire de Cambrai, France du Nord, dernier quart du XIIIe s.

Dans ce bréviaire d’été, le sanctoral est seulement signalé par une grande initiale « puzzle » filigranée et son prolongement par une bande d’I. La première fête du sanctoral d’été est ici celle de l’Annonciation (25 mars) : In annuntiatione beate Marie Virginis (à l’annonciation de la bienheureuse Vierge Marie). L’office de l’Annonciation commence, comme celui de la Saint-André, la veille au soir (24 mars), aux premières vêpres : Ad vesperos (aux vêpres). Vêpres dont la première pièce propre est le capitule : Capitulum.

Livres à caractère « festif »

Il existe une autre raison pour laquelle le propre des saints n’est pas toujours complet : un livre peut être conçu pour ne fournir le propre que de quelques fêtes, celles-ci pouvant appartenir au temporal (Noël, Épiphanie, Pâques, Ascension, etc.) comme au sanctoral (en particulier les fêtes mariales de la Purification, de l’Annonciation, de l’Assomption, etc.). C’est surtout le cas pour les livres de la messe : en tel cas, on note que le sacramentaire, le graduel, le lectionnaire de la messe ou le missel sont « festifs ». Si le manuscrit comporte également le propre de dimanches qui ne sont pas des fêtes (dimanches de l’Avent, de la Septuagésime, du Carême, etc.), mais sans celui des féries, il faut qualifier le manuscrit de « dominical et festif ». Quand, en plus des fêtes, il présente le propre de messes votives, il est considéré comme « festif et votif » (cf. La liturgie votive).

Amiens, Bibl. mun., ms. 165, f. 25. Graduel festif à l’usage de Notre-Dame la Riche de Tours, adapté à l’usage d’Amiens.

Amiens, Bibl. mun., ms. 165, f. 25. Graduel festif à l’usage de Notre-Dame la Riche de Tours, adapté à l’usage d’Amiens.

Tours ? premier quart du XVIe s

Tours ? premier quart du XVIe s.

Ce graduel ne compile que le propre de quelques fêtes, qu’elles appartiennent au temporal (Fête-Dieu) ou au sanctoral, comme c’est le cas sur ce feuillet avec la fête de saint Martin : Sancti Martini episcopi et confessoris officium (office de saint Martin évêque et confesseur). Le sanctoral est loin d’être complet. Le propre de la fête de saint Martin par exemple (11 nov.), est directement précédé par celui de la Saint-Luc (18 oct.) et suivi par celui de la Sainte-Geneviève (3 janv.). Ce graduel peut donc être qualifié de « festif » (cf. http://www.cn-telma.fr/liturgie/notice55/).

Intitulés des fêtes

L’intitulé des fêtes dans le sanctoral et le calendrier ne se limite pas toujours à la mention du nom d’un saint. Les indications supplémentaires n’ont rien de gratuit, car elles évitent les confusions entre les différentes fêtes d’un même saint ou celles de deux saints différents.

Fêtes du Seigneur, de la Vierge et de saint Jean Baptiste

Les fêtes du Seigneur et les fêtes mariales figurant au sanctoral célèbre un mystère divin, c’est-à-dire :

  • Soit un épisode de la vie terrestre du Christ ou de la Vierge, à la base du dogme chrétien : la purification de la Vierge (2 fév.), l’Annonciation (25 mars), la transfiguration du Christ (6 août), etc. Tous ces mystères n’ont pas été forcément été relatés dans les évangiles, comme on le constate avec la conception de la Vierge (8 déc.) ou son assomption (15 août).
  • Soit un symbole christologique, par exemple la fête de l’exaltation de la Croix (14 sept.) ou, après l’achat des reliques de la Passion par saint Louis, de la susception de la couronne du Christ (11 août).

Du reste, seuls le Christ, la Vierge et saint Jean Baptiste sont dotés d’une fête de leur nativité (nativitas), à distinguer du dies natalis des autres saints.

Paris, Bibl. Sainte-Geneviève, ms. 106, f. 201. Évangéliaire à l’usage de l’abbaye Sainte-Geneviève de Paris. Paris, vers 1520-1530.

Paris, Bibl. Sainte-Geneviève, ms. 106, f. 201. Évangéliaire à l’usage de l’abbaye Sainte-Geneviève de Paris. Paris, vers 1520-1530.

In nativitate sancti Johannis Baptiste. La nativité de saint Jean Baptiste (24 juin) célèbre bien sa naissance et non son martyre. Celui-ci est célébré le 29 août (décollation de saint Jean Baptiste) et devrait correspondre au dies natalis des autres saints. Sa nativité n’en reste pas moins la solennité la plus importante pour ce saint.

« Qualités » des saints

Les saints homonymes sont nombreux dans le martyrologe chrétien. Aussi sont-ils souvent distingués par leurs « qualités » (apôtre, martyr, confesseur, pape, évêque, vierge, etc.), lesquelles correspondent, à quelques différences près, aux grandes catégories du commun des saints.

temps-21

Paris, Bibl. Sainte-Geneviève, ms. 106, f. 192v. Évangéliaire à l’usage de l’abbaye Sainte-Geneviève de Paris. Paris, vers 1520-1530.

Première rubrique : Sancti Thome martyris evangelium ‘Nisi gra. fru.’ quere in communi unius martyris. Il s’agit ici de saint Thomas martyr, donc de Thomas Becket canonisé en 1173 et fêté le 29 décembre (jour de sa mort), et non de saint Thomas apôtre, fêté le 21 décembre. Ce dernier a beau avoir subi lui aussi le martyre, sa « qualité » d’apôtre l’emporte. L’incipit de l’évangile n’est pas redondant avec un renvoi au commun d’un seul martyr, car ce dernier en propose plusieurs. À noter enfin que les fêtes de saints entre Noël et l’Épiphanie, souvent intégrées au temporal des manuscrits liturgiques, figurent dans le sanctoral de cet évangéliaire.
Seconde rubrique : Silvestri pape evangelium ‘Homo quidam pe.’ quere in communi confessorum. Le pape Sylvestre premier, fêté le 31 décembre, n’a pas subi le martyre : la rubrique renvoie donc à l’un des évangiles du commun des confesseurs.

Fêtes primaires et secondaires

Le dies natalis ou natale d’un martyr est censé correspondre au jour de sa mort, autrement dit celui de sa naissance au Ciel. Mais le terme a été rapidement appliqué à des saints non-martyrs. Pour un saint doté de plusieurs fêtes pendant l’année, le dies natalis est la plus importante : suivant une terminologie moderne, c’est sa fête primaire.

Paris, Bibl. Mazarine, ms. 416, f. 257. Missel à l'usage du prieuré Saint-Martin-des-Champs de Paris, Paris, 1408.

Paris, Bibl. Mazarine, ms. 416, f. 257. Missel à l’usage du prieuré Saint-Martin-des-Champs de Paris, Paris, 1408.

In natali sancti Stephani prothomartyris. Comme le rapportent les Actes des apôtres, saint Étienne est le premier martyr de la foi chrétienne, d’où son titre de prothomartyr. Il ne s’agit donc pas du saint pape Étienne Ier célébré le 2 août. La mention In natali correspond au dies natalis du protomartyr, à savoir le 26 décembre, et non à l’invention de ses reliques fêtée le 3 août.

Les fêtes secondaires sont multiples. Elles peuvent être relatives :

  • aux reliques du saint, qu’il s’agisse de leur découverte (inventio), de leur translation dans un nouveau lieu de culte (translatio, susceptio, elevatio, etc.)1 ;
  • à la dédicace d’une église dont il est titulaire (dedicatio)2 ;
  • ou à certains épisodes de sa vie (ordination, miracles, entrée dans une ville, etc.)3

temps-21

Paris, Bibl. Sainte-Geneviève, ms. 106, f. 192v. Évangéliaire à l’usage de l’abbaye Sainte-Geneviève de Paris, Paris, vers 1520-1530.

Troisième rubrique : Sancte Genovefe evangelium ‘Simile est regnum celorum decem virgi.’ in communi virginum. Sans autre précision que le nom de la sainte, cette rubrique désigne le dies natalis et fête primaire de sainte Geneviève, le 3 janvier.

Paris, Bibl. Sainte-Geneviève, ms. 106, f. 220. Évangéliaire à l’usage de l’abbaye Sainte-Geneviève de Paris, Paris, vers 1520-1530.

Paris, Bibl. Sainte-Geneviève, ms. 106, f. 220. Évangéliaire à l’usage de l’abbaye Sainte-Geneviève de Paris, Paris, vers 1520-1530.

Troisième rubrique : Genovefe de miraculo ardentium ‘Simile est regnum ce. d. v.’ in communi virginum. Contrairement à l’exemple précédent, tiré du même manuscrit, il s’agit ici d’une fête secondaire de sainte Geneviève (26 novembre), relative à une épidémie, celle du « mal des ardents » à Paris en 1130, qui cessa miraculeusement grâce à une procession des reliques de sainte Geneviève dans la ville.

Le dies natalis devrait par principe être la fête primaire, puisqu’elle correspond au moment de la sanctification définitive du saint par son entrée au Ciel. Mais parce qu’il est malaisé de célébrer les fêtes de saints pendant certains temps liturgiques, notamment le Carême, il arrive qu’une des fêtes secondaires devienne la plus importante et soit célébrée avec le plus de solennité (cf. Règles de préséance). Aussi relève-t-on souvent la dénomination de transitus pour un dies natalis qui a perdu son statut de fête primaire.

Les vigiles et octaves du sanctoral

Comme Pâques, la Pentecôte, l’Épiphanie et Noël, les fêtes des saints peuvent être pourvus d’une octave et, éventuellement, d’une vigile4 . Ces vigiles et octaves sont universelles pour quelques fêtes du sanctoral (Assomption, nativité de saint Jean Baptiste, Saints-Pierre-et-Paul, etc.), d’autres sont d’institution locale et méritent d’être relevées.

La propriété des fêtes des saints

La notion de « propriété » des fêtes

La « propriété » des fêtes des saints est un terme anachronique pour le Moyen Âge, mais qui permet néanmoins d’évoquer leur caractère plus ou moins « local », « régional » ou « universel ». Il faut bien la distinguer de la notion de « propre » de l’office ou de la messe, qu’on oppose à celle « d’ordinaire ».

Fêtes universelles

Le nombre et la liste des fêtes représentées dans le propre des saints des manuscrits liturgiques varient en effet selon les usages. Certaines néanmoins sont universellement répandues : ce sont celles qui viennent du « sanctoral grégoriano-gélasien », autrement dit l’usage festif romain du Haut Moyen Âge augmenté de fêtes d’origine franque5 . On trouvera l’intitulé des fêtes figurant au « sanctoral grégoriano-gélasien » des sacramentaires et missels dans l’introduction de Victor Leroquais au catalogue qu’il a consacré à ces manuscrits6.

Issues pour la plupart de l’usage romain du Haut Moyen Âge, certaines de ces fêtes promeuvent le culte de saints romains assez obscurs comme saints Tiburce et Valérien martyrs (14 avril), saint Hermès martyr (28 août), etc., voire évoquent des lieux de la ville de Rome, telle la Saint-Jean-porte-Latine (6 mai), ou de l’Italie, comme la Dédicace de la basilique Saint-Michel archange au Mont-Gargano (29 sept.). Toutefois, si elles sont généralement représentées dans les sacramentaires et les missels, ces fêtes n’ont pas forcément de propre dans les livres de l’office et peuvent n’être mentionnées que dans le calendrier.

Fêtes locales

Le culte d’un saint revêt un caractère plus ou moins local : plus forte est la propriété des fêtes, plus précise est l’identification de l’usage et du destinataire du livre où elles figurent. C’est donc elles qu’il faut relever en priorité dans une notice de manuscrit liturgique (avec leurs éventuelles vigiles et octaves) quand on détaille les particularités du sanctoral et du calendrier (cf. Usages liturgiques).

temps-18

Cambrai, Bibl. mun., ms. 48, f. 197. Bréviaire de Cambrai. France du nord, dernier quart du XIIIe s.

temps-18-detail-1
Revenons au bréviaire d’été examiné plus haut : il est inutile, pour en caractériser le sanctoral, de relever la fête universelle de l’Annonciation (In annuntiatione beate Marie Virginis, 25 mars). En revanche, le propre de saint Humbert confesseur pour le même jour (Eodem die Humberti confessoris) est typique d’un usage du diocèse de Cambrai, et plus particulièrement de l’abbaye bénédictine de Maroilles, où Humbert fut moine à la fin de sa vie († 680).
  1. Les reliques d’un même saint peuvent faire l’objet de plusieurs fêtes, comme c’est le cas à Saint-Géry de Cambrai au XIIIe s. Celles du titulaire et patron de la collégiale figurent dans l’intitulé de trois fêtes : la Déposition le 11 août (In depositione beatissimi Gaugerici fit duplex maximum), qui sert en réalité de fête primaire (cf. infra), la Translation le 24 septembre (In translatione beati Gaugerici fit duplex magnum), et l’Élévation le 18 novembre (In elevatione beati Gaugerici fit duplex magnum). Cf. Cambrai, Bibl. mun., ms. 202, f. 131v, 146 et 161v. []
  2. La présence dans le sanctoral de la dédicace d’une église n’indique pas forcément que le livre liturgique suit l’usage de ladite église. Pour ne citer que le cas le plus connu, la dédicace de la basilique Saint-Michel archange au Mont Gargano (29 sept.) est universelle. []
  3. À la cathédrale d’Amiens au XIIIe s. par exemple, saint Firmin martyr, premier évêque du lieu, en plus de son dies natalis le 25 septembre (Firmini episcopi et martyrys), de l’invention de ses reliques le 13 janvier (Inventio beati Firmini episcopi et martyrys), de leur reposition le 16 octobre (Repositio beati Firmini martyrys), est fêté sa première entrée dans la ville le 10 octobre (De ingressu beati Firmini martyrys et episcopi). Cf. édition de l’ordinaire de la cathédrale d’Amiens (Amiens, Bibl. mun., ms. 184) par Georges Durand, Ordinaire de l’église Notre-Dame, cathédrale d’Amiens, Amiens-Paris, 1934 (Mémoires de la Société des antiquaires de Picardie, Documents inédits concernant la province, t. XXII). []
  4. Il faut être attentif au sens du terme vigilia dans les rubriques des livres de l’office. En effet, comme pour les dimanches, l’office de certaines fêtes commence la veille au soir par des premières vêpres : vigilia signifie alors simplement la veille et ne désigne pas l’office d’une vigile. []
  5. Cet ensemble de fêtes provient du sacramentaire « hadriano-franc » élaboré de la fin du viiie s. jusqu’à la fin du xe s. sous l’impulsion de Charlemagne avec des adaptations ultérieures. L’historiographie a depuis longtemps traité cet épisode crucial de l’histoire de la liturgie dans l’Église latine. Pour plus de détails, consulter entre autres la synthèse d’Éric Palazzo (la plus récente), dans Histoire des livres liturgiques. Le Moyen Âge, des origines au xiiie siècle, Paris, Beauchesne, 1993, p. 74-79. []
  6. Victor Leroquais, Les sacramentaires et les missels manuscrits des bibliothèques publiques de France, Paris, Protat, 1924, t. i, p. xliv-xlvi. []

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 12 janvier 2017

    […] Le sanctoral : Le sanctoral (ou propre des saints) constitue une partie du propre de l’office et de la messe, à savoir celui de la plus grande partie des fêtes tombant à dates fixes. […]

  2. 25 janvier 2017

    […] sur cette page de calendrier appartiennent au « sanctoral grégoriano-gélasien » (cf. Le sanctoral). C’est le cas de la Saint-Pierre-aux-liens le 1er août. De même, les fêtes de l’Invention […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *