Catalogue des manuscrits littéraires français et occitans du XIIe siècle

Christine RUBY, Maria CARERI (Communication du 2 février 2006)

L’un des phénomènes culturels les plus importants de la « Renaissance du XIIe siècle » est ce que l’on peut appeler la « vernacularisation de la culture » – c’est-à-dire la fin du monopole du latin. Par ailleurs, ce phénomène fait partie d’un développement culturel encore plus large, le passage d’une culture dite « orale » à celle dite « écrite », même si l’oralité reste un facteur très important. Le français est petit à petit reconnu comme véhicule de la culture. C’est donc à un carrefour d’au moins quatre chemins (latin/français et oral/écrit) que se situe ce projet de catalogue.

Le terme d’écriture (et en l’occurrence les premières écritures françaises) est pris ici dans un sens très large : l’écriture comme mode de création et de culture.

Depuis 2002, une équipe élargie collabore à ce catalogue dont le projet existe depuis plus d’un demi-siècle (M. Careri, prof. Univ. de Chieti / T. Nixon, auteur d’une thèse inédite sur les manuscrits français du XIIe s. / I. Short, prof. honoraire de Birkbeck College, Londres / IRHT : C. Ruby, avec la collaboration de P. Stirnemann).

Les différentes étapes du projet

  1. B. Woledge et H. P. Clive, Répertoire des plus anciens textes en prose française depuis 842 jusqu’aux premières années du XIIIe siècle, Genève, 1964.
  2. B. Woledge et I. Short, « Liste provisoire de manuscrits du XIIe siècle contenant des textes en langue française », Romania, 102, 1981, p. 1-17.
  3. T. Nixon, French Vernacular Manuscripts of the Twelfth and Early Thirteenth Century, Thèse, Univ. de Californie, 1989 [non publiée].
  4. 2002 IRHT (base institutionnelle) : Catalogue illustré des manuscrits de la littérature française et occitane : le XIIe siècle. Équipe composée de Maria Careri, Terry Nixon, Ian Short, Christine Ruby, avec la collaboration de Patricia Stirnemann. Publication prévue pour 2007 chez Viella, Rome, dans la coll. Libri e scritture del Medio Evo.

Le corpus

Ont été pris en compte tout texte faisant partie dans les manuscrits d’un projet d’écriture vernaculaire (avec notice et reproduction d’une page). Les manuscrits littéraires occitans ont été inclus. Les traces ont été reléguées en appendice. Le contexte général du manuscrit a systématiquement été étudié. Quelques découvertes ont été faites récemment.

Psautier (fragment) Oxford, St John’s College, Impr. I subt 1.47

Psautier (fragment)
Oxford, St John’s College, Impr. I subt 1.47.

Il existe un énorme décalage entre le grand épanouissement de la littérature française au XIIe siècle et le nombre restreint de manuscrits contemporains arrivés jusqu’à nous.

Quelques chiffres

  • IXe-XIe s. : une dizaine de manuscrits.
  • XIIe s. : 140 mss (dont 30 « traces ») : 133 manuscrits français, 7 manuscrits occitans (chartes exclues).
  • XIIIe s. : environ 600 manuscrits (fonds parisiens et Chantilly).

Premiers résultats partiels

Le corpus des manuscrits du XIIe siècle s’élève à quelque 140 manuscrits (environ 110 manuscrits et une trentaine de traces).

Les manuscrits du domaine anglo-normand sont très largement majoritaires.

Lieux d’origine

  • Angleterre : 87 sur 140 (+ 23 traces).
  • France : 39 sur 140 (+ 6 traces).

L’Angleterre à cette époque est un lieu, une zone privilégiée de contacts, d’échanges culturels et linguistiques, avec l’existence de trois registres linguistiques qui ont pu favoriser la mise en écrit du français.

Formule trilingue de viatique

London, British Library, Cotton Titus D XXIV, f. 156r

London, British Library, Cotton Titus D XXIV, f. 156r.

Les psautiers bilingues, nombreux, en sont un exemple particulièrement représentatif.

On peut remarquer aussi l’émergence d’une zone située au Nord-Est de la France, d’influence vraisemblablement cistercienne, tournée plus particulièrement vers l’homilétique (Sermons de saint Bernard et Commentaires sur les Psaumes), et du Limousin pour les textes en occitan.

Éléments pris en compte

La période chronologique qui nous intéresse, ce n’est pas seulement la fin du monopole de l’Église en matière d’écriture, ni l’entrée en scène de laïcs capables de lire, mais c’est aussi la mise sur pied de toute une infrastructure scriptoriale, capable d’assurer la diffusion et donc la survie des textes en langue vernaculaire.

Il n’existe aucun manuscrit daté, ce qui accroît la difficulté pour délimiter le corpus.

Par ailleurs, il faut signaler que le travail en est actuellement à la phase d’inventaire et de recensement des critères sélectionnés, et que le temps n’est pas encore venu d’apporter ni même de suggérer certaines explications.

S’il y a un certain nombre de manuscrits pour lesquels la datation au XIIe siècle ne pose pas de difficulté particulière, en revanche, il en existe un assez grand nombre pour lesquels il est extrêmement difficile de se prononcer (fin XIIe s. / début XIIIe s.). Il a été décidé d’en inclure certains, appelés « manuscrits de transition », les caractéristiques – paléographiques entre autres – semblant justement les situer dans une époque de transition, allant jusqu’aux premières années du XIIIe s.

En partant des manuels de paléographie et des catalogues des manuscrits datés, a été élaborée une liste d’éléments significatifs pour le XIIe s., à laquelle ont été ajoutés des éléments qui semblent typiques des manuscrits français.

Quelques critères

Codicologie
Leis Willame London, British Library, Add. 49366, f. 144v

Leis Willame
London, British Library, Add. 49366, f. 144v.

  • Réglure à la pointe sèche.
  • f. 1 : poil-chair.
  • 1re ligne de réglure écrite.
Aspect générale de l’écriture
Chanson de Rolland  Oxford, Bodleian Library, ms. Digby 23. Part 2, f. 3r

Chanson de Rolland
Oxford, Bodleian Library, ms. Digby 23. Part 2, f. 3r.

  • Lettres non liées entre elles.
  • Séparation des mots.
  • Présence de traits de fermeture de lettre ouverte à droite contre la lettre suivante (Zamponi).
Lettres particulières
  • a initial, intermédiaire et final.
  • d droit.
  • g à boucle ouverte.
  • r non rond après o (+b-d-p).
  • s final, s bouclé, s à queue plongeante.
  • Formes archaïques et alternatives des majuscules.
  • Monogramme de (Ciaralli).
  • Lettres majuscules R et N internes, en fin de mot ou en fin de ligne.
  • NT.
  • e cédillé.
  • ø= eu.
  • Forme du signe de paragraphe.
  • Trait d’union en fin de ligne pour couper les mots.
Accents
  • Simples ou doubles, à l’encre noire ou rouge, sur voyelles simples ou diphtonguées
Abréviations
  • Absence, rareté (cf. Hasenohr)
  • 7 barré /&
Divers
  • Mise en page
  • Éléments linguistiques
  • Décoration

L’intention est loin de chercher à systématiser cette confrontation, d’autant que ces écritures viennent de régions différentes, de copistes religieux ou laïcs, et qu’on a affaire à des manuscrits de luxe ou usuels, des écritures professionnelles, calligraphiques ou courantes, etc.

Viella Le catalogue illustré, Livres et écritures en français et en occitan au XIIe siècle, est publié chez Viella (Rome) en 2011, dans la collection « Scritture e libri del Medioevo ».

N.B. Cette communication a été publiée en 2006 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/manuscrit/litteraires.htm).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *