Le temporal

Jean-Baptiste LEBIGUE

Pour comprendre de quoi est constitué le temporal (ou propre du temps) des livres de l’office et de la messe, il faut revenir sur l’organisation chronologique de l’année liturgique. Le temporal couvre la totalité de l’année, suivant le rythme hebdomadaire auquel se surimposent deux cycles majeurs, l’un dépendant de Pâques, l’autre de Noël.

Le cycle pascal

Pâques (dimanche de la Résurrection)

Le concile de Nicée de 325, après plus d’un demi-siècle de querelles, donna la définition chronologique de la date de Pâques1 : cette fête de la résurrection du Christ doit être célébrée le dimanche qui suit la première pleine lune après l’équinoxe de printemps, ce dernier étant fixé au 21 mars. Les termini pascales vont donc du 22 mars (date la plus précoce) au 25 avril (date la plus tardive). Cette méthode, appelée comput alexandrin, ne fut appliquée à Rome et en Occident que grâce à l’influence de Denys le Petit, et n’y fut universellement adoptée qu’au VIIIe siècle (cf. Le calendrier)2.

La fête de Pâques est précédée d’une période de préparation et suivie d’une cinquantaine festale, se terminant par la fête de la Pentecôte3.

Le triduum pascal

À l’origine, le triduum pascal (espace de trois jours) était constitué par le vendredi, le samedi et le dimanche de Pâques. Au VIIe siècle, cette désignation a changé d’objet pour correspondre au jeudi, au vendredi et au samedi de la semaine sainte.

La semaine sainte

La semaine sainte (Hebdomada major) court du dimanche des Rameaux à celui de la Résurrection (Pâques) compris. Elle inclut le triduum pascal et le dimanche de Pâques, qui en constituent le « sommet » et le dénouement : le jeudi saint (ou jeudi blanc, à cause de la couleur des vêtements liturgiques de ce jour-là), le vendredi saint (ou Parasceve), et le samedi saint. La Vigile de Pâques, où est annoncée la résurrection du Christ, est célébrée dans la journée du samedi saint.

Périodes de préparation à Pâques

Le temps de préparation à Pâques est constitué de différentes périodes emboîtées les unes dans les autres : le temps de la Passion, à cheval sur le triduum pascal et le Carême, eux-mêmes inclus dans la Quinquagésime, la Sexagésime et la Septuagésime. Cet « empilement » résulte de l’aménagement progressif, mené jusqu’au VIIe siècle, des semaines précédant le triduum pascal.

Le temps de la Passion

Le temps de la Passion correspond aux deux semaines précédant Pâques. Il commence au dimanche dit de la Passion (ou ‘Judica me’, premiers mots de l’introït, c’est-à-dire du premier chant de la messe), contient celui des Rameaux (dominica in Ramis palmarum, appelé aussi Pâques fleuries ou 2d dimanche de la Passion), la semaine sainte et le triduum pascal.

Le Carême

Le Carême est une période de jeûne et de préparation pénitentielle à Pâques. Son nom (Carême, du latin Quadragesima) signifie « quarante », soit une durée de 40 jours. Le dimanche de Carême (dominica Quadragesima) se trouve six semaines avant Pâques. À partir du VIIe siècle, il est décompté ainsi : le Carême commence le mercredi avant le dimanche de Carême (mercredi des cendres, début du grand jeûne) et finit le samedi saint, soit un total de 46 jours. Pourquoi 46 ? Parce que les six dimanches inclus dans le Carême ne peuvent être jeûnés et doivent être défalqués du total, si bien qu’en commençant le mercredi précédant le dimanche de Carême, on aboutit à un jeûne effectif de 40 jours.

Voilà pourquoi il faut distinguer entre l’office et le jeûne quadragésimal. Le premier ne commence qu’au premier dimanche de Carême, finit au jeudi saint et inclut les dimanches ; tandis que le second démarre le mercredi des cendres, jour qui, pour cette raison, est fréquemment intitulé dans les manuscrits caput Jejunii (début du Jeûne), et ne se termine qu’à Pâques.

Les dimanches du Carême sont décomptés et nommés ainsi : dimanche de Carême, 2d dimanche de Carême, 3e dimanche de Carême, 4e dimanche de Carême, dimanche de la Passion, dimanche des Rameaux (ou 2e dimanche de la Passion) et dimanche de Pâques. Mais il est aussi fréquent de les voir désignés par le premier mot de leur introït : ‘Invocabit’ (1er dim. de Carême), ‘Reminiscere’ (2d dim., appelé aussi dominica vacat, parce que l’introït et le reste du propre de la messe reprennent ceux du mercredi précédent, celui des Quatre-temps de Carême, et ne sont donc pas considérés comme propres à ce dimanche4 ), ‘Oculi’ (3e dim.), ‘Letare’ (4e dim.), ‘Judica me’ (1er dim. de la Passion).

Les trois semaines avant le Carême

Les trois semaines qui précèdent le Carême ont été aménagées aux VIe et VIIe siècles. Le dimanche de la Quiquagésime est celui qui précède le dimanche de Carême. Son nom vient des 50 jours qu’il faut décompter pour arriver jusqu’au dimanche de Pâques inclusivement. La Sexagésime est, comme son nom l’indique, une période de 60 jours. Commençant le dimanche de la Sexagésime (dimanche précédent de la Quinquagésime), elle finit donc le mercredi de l’octave de Pâques (semaine qui suit Pâques, cf. infra). Enfin, la Septuagésime (70 jours) débute le dimanche précédant la Sexagésime et se termine le samedi in albis (premier samedi après Pâques).

Il faut distinguer entre la Septuagésime et l’office septuagésimal : celui-ci couvre en réalité la période située entre le dimanche de la Septuagésime et le premier dimanche de Carême.

Comme pour les dimanches de Carême, ceux de la Septuagésime, de la Sexagésime et de la Quinquagésime peuvent être désignés par le premier mot de leur introït, respectivement ‘Circumcederunt’, ‘Exurge’ et ‘Esto michi’. Enfin, l’emploi de chiffres romains pour abréger le nom de ces périodes et le rang des dimanches dans les manuscrits liturgiques risque de dérouter le lecteur novice : lxxa (Septuagesima), lxa (Sexagesima), la (Quinquagesima) et xla (Quadragesima). Ainsi, la formule dca iia xle (dominica secunda Quadragesime) correspond au second dimanche de Carême.

Les cinquante jours après Pâques

Primitivement, le terme de « Pentecôte » désigne une durée de 50 jours après la fête de Pâques. Au ive siècle, le dernier jour de cette période, un dimanche, devint la fête de la Pentecôte. Ces deux fêtes furent dotées chacune d’une octave (prolongation de la fête jusqu’au huitième jour). Les octaves de ces deux dimanches sont calculées à partir du jour de leur vigile (le samedi) et s’étendent donc jusqu’au samedi suivant. Le premier dimanche après Pâques est donc aussi le premier après l’octave de Pâques. Les six dimanches intermédiaires entre Pâques et la Pentecôte sont donc décomptés et nommés ainsi :

  • 1er dimanche après l’octave de Pâques, appelé aussi dimanche in albis (en blanc) ou dimanche de Quasi modo, d’après l’introït (premier chant de la messe).
  • 2e dimanche après l’octave de Pâques, appelé aussi dimanche ‘Misericordia’, d’après l’introït. L’appellation « dimanche du Bon Pasteur », qui se réfère à l’évangile de la messe de ce dimanche, n’est pas usuelle dans les manuscrits liturgiques médiévaux.
  • 3e dimanche après l’octave de Pâques, appelé aussi dimanche ‘Jubilate’, d’après l’introït.
  • 4e dimanche après l’octave de Pâques, appelé aussi dimanche de ‘Cantate’, d’après l’introït.
  • 5e après l’octave de Pâques, plus souvent dénommé dimanche des Rogations. En effet, le lundi, le mardi et le mercredi suivant ce dimanche sont les féries dites des Rogations. Ces trois féries particulières peuvent aussi être désignées par le terme de « petite litanie » (litania minor), par opposition à la grande litanie (litania major) de la Saint-Marc (25 avril). Elles précèdent immédiatement la fête du jeudi de l’Ascension, qui tombe 40 jours après Pâques.
  • 6e dimanche après l’octave de Pâques, toujours appelé dimanche sous l’octave de l’Ascension. La fête de l’Ascension, qui correspond au jeudi de la semaine précédente, est pourvue d’une octave sous lequel tombe forcément le 6e dimanche après l’octave de Pâques.

La période qui court de Pâques à la fin de l’octave de la Pentecôte porte le nom de temps pascal.

L’aménagement des deux semaines après la Pentecôte

La semaine suivant la Pentecôte n’a pris sa physionomie définitive qu’au XIe siècle : s’y juxtaposent l’octave de la Pentecôte et les Quatre-Temps de Pentecôte (ou d’été, cf. infra). L’octave de la Pentecôte prolonge ainsi le temps pascal d’une semaine, jusqu’au samedi suivant.

Les dimanches qui suivent sont donc décomptés à partir de l’octave de la Pentecôte. Au premier de ces dimanches correspond le plus souvent la fête de la Trinité (cf. infra, La fête et le propre de la Trinité).

Le jeudi suivant le dimanche de la Trinité a été fondée au Moyen Âge une nouvelle fête (instituée comme fête universelle en 1264 par Urbain IV, puis confirmée en 1311 par Clément v au concile de Vienne5 célébrant l’institution de l’Eucharistie : le Corpus Christi ou Fête-Dieu. Mobile, puisque dépendant de la date de Pâques, cette fête n’est pas incluse dans le temps pascal6.

Le cycle de Noël

Noël et l’Épiphanie

Depuis le IVe siècle, les fêtes de Noël et de l’Épiphanie sont fixées respectivement au 25 décembre et au 6 janvier7. Contrairement au cycle pascal, ces deux fêtes ne sont pas mobiles ni dépendantes du rythme hebdomadaire, mais furent néanmoins intégrées très tôt dans le temporal (vers le VIe siècle).

Le temps de Noël

Le temps de Noël départ de la vigile de Noël (24 déc.) pour se terminer le jour octave de l’Épiphanie (13 janv.). Les trois dimanches tombant entre ces deux dates n’ont pas d’office ni de messe propres. Ceux-ci sont déterminés par la situation que ces dimanches occupent par rapport à Noël ou à l’Épiphanie : en occurrence avec ces fêtes et leurs jours octaves, ou sous leurs octaves et entre la Circoncision et l’Épiphanie.

Le sanctoral de Noël à l’Épiphanie

Noël étant une fête fixe et dotée d’une octave, il se pose chaque année les mêmes questions de concurrence d’offices entre les fêtes universelles de saints tombant entre Noël et la Circoncision (1er janv.) ou entre Noël et l’Épiphanie. C’est pourquoi, dans beaucoup de manuscrits liturgiques, ces fêtes de saints, qui devraient figurer au sanctoral, ont été insérées dans le temporal8 . Le temps de Noël y prend donc la physionomie suivante9 :

  • 24 déc. Vigile de Noël
  • 25 déc. Noël
  • 26 déc. Saint-Étienne
  • 27 déc. Saint-Jean
  • 28 déc. Saints-Innocents
  • 29 déc. Saint-Thomas de Cantorbéry [à partir de 1173]
  • 30 déc. 6e jour de l’octave de Noël ou, s’il y a lieu, dimanche sous l’octave de Noël
  • 31 déc. Saint-Sylvestre
  • 1er janv. Circoncision (jour octave de Noël)
  • 2 janv. Octave de la Saint-Étienne
  • 3 janv. Octave de la Saint-Jean
  • 4 janv. Octave des Saints-Innocents
  • 5 janv. Vigile de l’Épiphanie
  • 6 janv. Épiphanie
  • 7-13 janv. Octave de l’Épiphanie

Les féries des Quatre-Temps

Les Quatre-Temps consistent en quatre semaines particulières, réparties sur l’année, et pour lesquelles le mercredi, le vendredi et le samedi sont jeûnés et possèdent un office et une messe particuliers.

Leur origine

L’institution de ces semaines particulières est antérieure à Léon Ier († 461) : il n’y en eu que deux au départ, en septembre et en décembre. Au Ve siècle vinrent s’ajouter celles de juin et de mars, cette dernière étant rapidement rattachée au jeûne du samedi suivant le 1er dimanche de Carême.

Situation des Quatre-Temps sur l’année

Ce n’est qu’au XIIe siècle que l’emplacement des féries des Quatre-Temps a été définitivement fixé : première semaine de Carême (celle qui suit le dimanche de Carême), semaine de la Pentecôte, semaine suivant l’Exaltation de la sainte croix (14 septembre), semaine suivant le 3e dimanche de l’Avent10 (donc forcément la semaine suivant la Sainte-Lucie, le 13 décembre)11. À noter que l’appellation, très pratique, de Quatre-Temps d’hiver, de printemps, d’été et d’automne est anachronique avant le XIXe s.

Le temps ordinaire

Le temps dit ordinaire correspond au propre des dimanches et des féries n’appartenant ni au cycle de Pâques, ni à celui de Noël, ni aux féries des Quatre-Temps.

Décompte des dimanches ordinaires

On trouve des dimanches dits ordinaires entre l’octave de l’Épiphanie et le dimanche de la Septuagésime d’une part, et entre le dimanche de la Pentecôte et le premier dimanche de l’Avent d’autre part. Mais la date mobile de Pâques rend leur nombre variable.

L’année compte en effet 52 dimanches (ou 53 quand le 1er janvier, ou aussi le 2 janvier dans les années bissextiles, tombe un dimanche). Or il y a 17 dimanches de la Septuagésime à la Pentecôte, 5 du premier dimanche de l’Avent à la fin de l’année, et 1 avant l’Épiphanie quand le premier dimanche de l’année tombe du 1er au 5 janvier, soit 23 dimanches en tout. Les 29 ou 30 dimanches restant sont des dimanches ordinaires.

À cause de la date mobile du dimanche de la Septuagésime (entre le 18 janvier et le 21 février) les 29 ou 30 dimanches se répartissent ainsi : après l’Épiphanie, on compte au moins 1 dimanche ordinaire et 6 au plus ; après la Pentecôte, il y a au moins 23 dimanches ordinaires et 28 au plus12.

La fête et le propre de la Trinité

La fête de la Trinité apparaît à l’époque carolingienne (début du IXe siècle) : elle met trois siècles à se propager dans les limites de l’empire franc, mais ne devint universelle qu’en 1334 avec la proclamation du pape Jean XXII, qui la fixa définitivement au premier dimanche après l’octave de la Pentecôte. Pourtant, même après cette date, certains usages (dans l’ouest du Royaume de France par exemple, comme chez les chanoines de l’abbaye Toussaint d’Angers en plein XVe s.) présentent un office de la Trinité au dernier dimanche ordinaire précédant l’Avent. Il arrive aussi que la Trinité ait un propre à la fois pour le premier et le dernier dimanche ordinaire après l’octave de la Pentecôte.

Les lacunes du propre des dimanches ordinaires dans les manuscrits liturgiques

Il est exceptionnel que les manuscrits liturgiques soient pourvus d’un propre pour chacun des 6 dimanches possibles après l’octave de l’Épiphanie ou des 28 possibles après l’octave de la Pentecôte. Dans ce dernier cas, les livres liturgiques n’en prévoient souvent que 23 ou 24, parfois moins. Si le calendrier d’une année en exigeait plus de 23 ou 24, on se contentait de répéter l’office et la messe du 23e ou 24e dimanche jusqu’au 1er dimanche de l’Avent13.

  1. Pour célébrer la résurrection du Christ, mystère central de la religion chrétienne, Pâques est le jour le plus important de l’année liturgique. C’est pourquoi il est désigné parfois dans les manuscrits par l’expression In die sancto. []
  2. Dans les pages de ce dossier, le terme universel désigne tout ce qui est commun à l’Église latine de rite romain. []
  3. Il ne faut pas confondre le dimanche de Pâques avec le jour du Pascha annotinum : ce dernier est le jour anniversaire du dimanche de Pâques de l’année précédente. Dans l’Antiquité et le Haut Moyen Âge où beaucoup d’adultes se faisaient baptiser dans la nuit de Pâques, cette fête permettait de célébrer l’anniversaire de leur conversion. Malgré le changement des pratiques baptismales depuis lors, le jour du Pascha annotinum s’est maintenu dans le temporal. Bien qu’il n’en dépende pas directement, son propre est généralement situé après celui du dimanche ou de l’octave de Pâques. []
  4. Le terme de Dominica vacat peut aussi se référer, chez les liturgistes médiévaux, à d’autres dimanches privés occasionnellement de propre, à savoir les derniers dimanches après l’octave de l’Épiphanie ou après celle de la Pentecôte, quand il n’a pas été prévu pour eux d’office et de messe propres (cf. infra, « Le temps ordinaire »). Avant l’institution de la fête de la Trinité, cette appellation désignait aussi le premier dimanche après la Pentecôte. Pour une raison semblable (à savoir que le propre de son office est identique à celui de la veille), le samedi qui précède le dimanche des Rameaux est occasionnellement intitulé Sabbatum vacat. []
  5. Cette réitération de la proclamation de la Fête-Dieu à un demi-siècle de distance oblige à la prudence quand on en fait un argument pour la datation d’un manuscrit liturgique : dans les diocèses situés entre la Somme et le Rhin (en particulier Liège, Tournai, Cambrai, etc.), mais aussi dans ceux d’Apt, Meaux, ou même dans l’ordre des Carmes, la Fête-Dieu a été célébrée avant 1311. Cette liste, qui n’est pas exhaustive, mériterait d’être complétée. []
  6. La pratique qui permet, dans certains pays comme la France, de reporter le jeudi de la Fête-Dieu au dimanche sous l’octave (dimanche suivant) si elle ne jouit pas d’une fériation de fait dans le calendrier civil, est un aménagement tout récent. []
  7. Comme pour la Fête-Dieu, le report de la fête de l’Épiphanie au premier dimanche tombant après le 3 janvier dans les pays où elle ne jouit pas d’une fériation de fait dans le calendrier civil, est une pratique récente. []
  8. Cette insertion du « sanctoral de Noël » dans le temporal des manuscrits liturgiques est majoritaire à partir du XIIe siècle. Toutefois, la stricte ségrégation entre sanctoral et temporal demeure dans certains livres, en particulier ceux de la messe comme les graduels, les sacramentaires et les livres de lectures de la messe, où les questions de concurrence entre les offices ne se posent évidemment pas. La chose y est toutefois plus rare à partir du XIIIe siècle et affecte assez rarement les missels. []
  9. Si un dimanche tombe du 25 au 28 décembre, on en reporte l’office au 30 décembre. S’il tombe entre le 29 et le 30 décembre, on fait l’office du dimanche avec mémoire de la fête et de l’octave de Noël. S’il tombe le 31, on en fait seulement mémoire. Le dimanche tombant pendant l’octave de l’Épiphanie a l’office du dimanche sous l’octave ; s’il tombe le 13 janvier (jour octave), on omet son office (cf. Règles de préséance). []
  10. Le mercredi des Quatre-Temps de l’Avent (ou d’hiver) est parfois intitulé dans les manuscrits « mercredi de l’Ange » (feria quarta de angelo, feria quarta angeli), car l’évangile du jour est le même que pour la fête de l’Annonciation (25 mars), où l’ange Gabriel annonce à la Vierge l’incarnation du Christ (Luc. 1, 26-38). []
  11. D’où le célèbre versus mnémotechnique : Vult crux, Lucia, cinis et karismata dia, ut det vota pia quarta sequens feria (la croix, Lucie, la cendre et le jour de l’onction veulent que le mercredi suivant fasse l’objet de piété). []
  12. Il convient d’être prudent quant à l’intitulation des dimanches ordinaires dans les manuscrits : il arrive qu’ils soient décomptés à partir du dimanche de la Trinité (Dominica quarta post Trinitatem) et non de la Pentecôte ou de son octave. []
  13. La pratique qui permet d’utiliser, après le 24e dimanche suivant l’octave de la Pentecôte, l’office et la messe des dimanches ordinaires qui n’ont pu être dits entre l’octave de l’Épiphanie et la Septuagésime, est une création de la réforme liturgique du XVIe siècle. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 21 décembre 2016

    […] Le temporal : Le temporal (ou propre du temps) constitue une partie du propre de l’office et de la messe. Il court sur la totalité de l’année, suivant le rythme hebdomadaire auquel se surimposent les « temps » liturgiques, qui dépendent, quant à eux, de deux axes principaux : Pâques et Noël. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *