La liturgie votive

Jean-Baptiste LEBIGUE

On entend par office et messe votifs ceux qui n’ont aucune relation avec l’office et la messe du jour. Ils sont dits votifs parce qu’ils répondent au vœu personnel du célébrant ou de celui qui en autorise la célébration. Par exemple, un synode diocésain est souvent l’occasion d’une messe du Saint-Esprit, même s’il n’a pas lieu à la Pentecôte ou pendant son octave.

La pratique de la liturgie votive

Les raisons de son développement

Pour autant, la liturgie votive ne se cantonne pas à quelques solennités occasionnelles ou extérieures dépourvues de propre. Elle occupe au contraire une place considérable dans la pratique quotidienne, jusqu’à concurrencer, voire faire disparaître le temporal à certains moments de l’année : ce dont témoignent, surtout à partir du XIIIe s., tant la partie « votive » des manuscrits liturgiques que les prescriptions relevées dans les ordinaires, coutumiers et cérémoniaux. Son succès provient des difficultés à superposer pendant l’année le propre du temps et de celui des saints, difficultés croissant avec l’enrichissement cumulé du sanctoral au fil des siècles (cf. Règles de préséance).

Les féries votives

Aux féries du temporal, dont on ne peut établir le propre sans quelques efforts, est substitué un rythme hebdomadaire simpliste. En voici un exemple extrait d’un ordinaire de la cathédrale de Châlons, du troisième quart du XIIIe s. (Paris, Bibl. nat. de France, ms. lat. 15079, f. 50) :

Ab hoc termino usque ad Septuagesimam, cantatur missa de angelis feria secunda, feria tertia de Sancto Spiritu, feria quarta de dominica, feria quinta de beato Stephano, feria sexta de Cruce, nisi de sanctis agatur. Sabbato de beata Maria et cantatur et pulsatur sicut in [festis] dupplicibus ; nec pretermittitur nisi fuerit festum novem lectionum et, si obitus sollempnis die evenerit, anticipatur.

Traduction : Depuis cette limite [fête de saint Rémi, 1er oct.] jusqu’à la Septuagésime, on chante la messe des anges le lundi, du Saint-Esprit le mardi, du dimanche le mercredi, de saint Étienne le jeudi, de la Croix le vendredi, à moins qu’il n’y en ait une au sanctoral. Le samedi, [la messe] de la sainte Vierge est chantée et sonnée comme pour les fêtes doubles ; on ne l’omet qu’en cas de fête à neuf lectures, et on l’anticipe si un obit solennel tombe ce jour-là.

Commentaire : Pour ce bon tiers de l’année qui court entre le 1er octobre et la Septuagésime1, les messes votives se substituent à celles des féries du temporal, lequel ne subsiste que dans la messe du mercredi qui reprend le propre du dimanche précédent. Normalement, la messe fériale est celle du dimanche, mais en diffère par des variantes propres à certaines féries : par exemple les lectures (épître et évangile) des mercredis et vendredis de l’Avent (cf. Livres des lectures de la messe). La distribution des messes du lundi (les anges), du vendredi (la Croix) et du samedi (la Vierge) est courante. La liturgie votive du Saint-Esprit est surtout réservée au mardi ou au mercredi. Après l’institution en 1311 de la Fête-Dieu le jeudi suivant le dimanche de la Trinité2, cette férie est presque toujours dotée d’une messe du Saint-Sacrement. Ce n’est pas le cas dans cet ordinaire manuscrit antérieur à 1311, où le jeudi correspond à la messe de saint Étienne, lequel est le titulaire de la cathédrale de Châlons. Cette messe du titulaire d’un lieu de culte est désignée dans les prescriptions (rubriques générales, ordinaires, cérémoniaux, etc.) par l’appellation de sancto3. Après l’attribution du jeudi au Saint-Sacrement, c’est généralement le mardi ou le mercredi qui accueillent la messe de sancto. Aux XIVe et XVe siècles, la réitération de la messe du dimanche pendant la semaine tend à disparaître définitivement. On finit par obtenir une semaine où le rythme hebdomadaire des messes votives n’est interrompu que par les grandes fêtes.

Douai, Bibl. mun., ms. 91, f. 83v, Missel de l’abbaye d’Anchin. Gand, premier quart du XVIe s.

Douai, Bibl. mun., ms. 91, f. 83v, Missel de l’abbaye d’Anchin. Gand, premier quart du XVIe s.

Douai, Bibl. mun., ms. 91, f. 86, Missel de l’abbaye d’Anchin. Gand, premier quart du XVIe s.

Douai, Bibl. mun., ms. 91, f. 86, Missel de l’abbaye d’Anchin. Gand, premier quart du XVIe s.

Douai, Bibl. mun., ms. 91, f. 89v, Missel de l’abbaye d’Anchin. Gand, premier quart du XVIe s.

Douai, Bibl. mun., ms. 91, f. 89v, Missel de l’abbaye d’Anchin. Gand, premier quart du XVIe s.

Ce missel de l’abbaye d’Anchin offre une série complète de messes votives pour les féries. Les trois reproductions présentées ici correspondent au lundi (Feria secunda dicitur de angelis), au jeudi (Feria quinta dicitur de Sacramento), et au samedi (Sabbato de beata Maria), respectivement dédiés aux anges, au Saint-Sacrement et à la Vierge.

L’office de la Vierge du samedi

Résistant davantage à ce courant, l’office des heures est néanmoins contaminé par la liturgie votive, en particulier le samedi, dédié à la Vierge. Excepté pendant certains temps liturgiques (en général l’Avent, le Carême et les Quatre-Temps) et sauf incidence d’une grande fête, c’est l’office de la Vierge qui est récité les samedis de l’année (cf. Les offices supplémentaires au propre)4. Mais à partir du XIIIe siècle, cette pratique peut gagner d’autres féries, en particulier avec la récitation de l’office de sancto à un jour fixe de la semaine.

  1. Du reste, dans ce même ordinaire de la cathédrale de Châlons, une autre série de messes votives hebdomadaires légèrement différente (seul l’ordre varie) est prévue pour la période courant de la Pentecôte à la Saint-Rémi. []
  2. La pratique de la messe votive du Saint-Sacrement peut même précéder la proclamation de la Fête-Dieu de 1311 dans certains diocèses ou abbayes, telle celle de Corbie. []
  3. Cette adaptation locale du propre de la fête de saint Étienne aux jeudis de l’année illustre la liberté que donne la liturgie votive : n’importe quel propre du temporal ou du sanctoral est susceptible de devenir votif pour peu que son usage ne soit pas induit par l’office du jour. []
  4. Cette pratique ancienne a d’ailleurs survécu à la réforme liturgique du pape Pie V, qui prescrit l’office de Beata in sabbato. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 23 janvier 2017

    […] La liturgie votive : La liturgie votive se surimpose aux propres et au commun. Elle n’est pas déterminée par les impératifs du temps liturgique, du jour de la semaine et du calendrier des fêtes. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *