L’office des heures

Jean-Baptiste LEBIGUE

L’initiation aux manuscrits de l’office réclame de connaître les différentes pièces qui le composent et la manière dont elles sont agencées.

Qu’est-ce que l’office des heures ?

  • La récitation de l’office des heures est une obligation pour tous les membres du clergé, séculier, monastique ou religieux.
  • Le fondement de l’office des heures est la récitation hebdomadaire des cent cinquante psaumes, répartis entre les jours de la semaine et entre différents moments de chaque journée.
  • L’office quotidien comprend huit parties ou heures, d’inégale longueur, qui sont : matines, laudes, prime, tierce, sexte, none, vêpres, complies. On appelle « petites heures » celles de prime, tierce, sexte, none et complies ; « grandes heures », celles de matines, laudes et vêpres ; « heures diurnes », toutes les heures sauf matines.

Les principales pièces composant l’office

Outre les cent cinquante psaumes, l’office comprend d’autres pièces (chants, lectures et prières). En voici la liste ci-dessous avec le terme latin correspondant et une courte définition :

Cantique (Canticum) : Sans être des psaumes, les cantiques de l’office sont utilisés de la même manière. Dans les livres liturgiques, ils sont souvent désignés par l’intitulé psalmus. On en distingue deux sortes :

  • Les cantiques bibliques : Au nombre de sept, ces cantiques, tirés de l’Ancien Testament, sont distribués selon les jours de la semaine. Par exemple, aux laudes du dimanche, on chante le Cantique des trois enfants (Benedicite) ; à celles du lundi, le Cantique d’Isaïe (Confitebor tibi), etc.
  • Les cantiques évangéliques : On en compte trois, le Benedictus (Cantique de Zacharie), le Magnificat (Cantique de Vierge), le Nunc dimittis (Cantique de Siméon). Ils sont chantés tous les jours sans exception, le premier à laudes, le second à vêpres, le dernier à complies. Dans les manuscrits, ils sont désignés soit par le terme psalmus, soit par celui d’evangelium.

Hymne (Hymnus) : Un hymne est un chant métrique ou rythmique (par exemple le Veni creator). On dit un hymne à chaque heure de l’office. Les hymnes varient selon l’heure, le temps ou la fête.

Antienne (Antiphona) : Du grec αντιφωνη, antienne signifie chant alternatif. À chaque psaume, groupe de psaumes ou cantique est associée une antienne. À vêpres, à matines et à laudes des offices doubles, on dit les antiennes en entier avant et après les psaumes. Si l’office est de rit semi-double, on dit seulement le commencement de l’antienne avant le psaume ou le cantique (cela s’appelle « imposer l’antienne ») ; après le psaume ou le cantique, on la dit en entier. Sinon, elle est seulement chantée à la fin. À partir du 17 décembre, aux vêpres du dimanche et des féries, l’antienne du Magnificat se dit en entier avant et après le cantique (antiennes en O). Les antiennes ordinaires des psaumes et des cantiques cèdent, quand il y a lieu, à celles du propre du temps (temporal) ou des fêtes des saints (sanctoral ou commun des saints).

Invitatoire (Invitatorium) : C’est le verset par lequel commencent matines et qu’on alterne avec les versets du psaume 94 (Venite exultemus). L’invitatoire se récite de la manière suivante : on dit l’invitatoire, que l’on répète ; puis le psaume 94, en répétant tout l’invitatoire après le premier, le troisième et le cinquième verset, mais seulement la seconde partie de l’invitatoire après le deuxième et le quatrième verset et après Sicut erat… ; on achève, en répétant tout l’invitatoire. L’invitatoire est induit par le propre du temps (temporal) ou par les fêtes des saints (sanctoral ou commun des saints).

Verset (Versus) : Le verset se compose de deux parties. La première, le verset proprement dit, est chantée par les « solistes » ; la seconde, appelée réponse, par tout le chœur. On dit un verset à toutes les heures. Les versets ordinaires sont remplacés, quand il y a lieu, par ceux du propre du temps (temporal) ou des fêtes des saints (sanctoral ou commun des saints).

Lecture ou leçon (Lectio) : Les leçons sont des extraits de l’Écriture, d’œuvres patristiques ou de textes hagiographiques. Elles se disent à matines. Elles changent tous les jours.

Capitule (Capitulum) : Chaque heure, sauf matines, est dotée d’un capitule. C’est une lecture courte à distinguer des leçons de matines, variant, sauf à prime et complies, avec le temporal et le sanctoral.

Répons (Responsorium) : Il existe des répons de deux sortes :

  • Répons : les répons qui suivent les leçons de matines et, comme elles, changent tous les jours. Ils sont composés de la manière suivante : le répons proprement dit et le verset. Le répons est lui-même divisé en deux sections. La seconde est appelée réclame ou reprise. On dit d’abord le répons en entier, puis le verset, suivi de la réclame. Le choix des répons dépend étroitement des lectures de matines.
  • Répons brefs : les répons brefs suivent immédiatement le capitule aux petites heures. Ils sont composés de la manière suivante : le répons proprement dit, le verset et la doxologie. Le répons est lui-même divisé en deux sections. La seconde est appelée réclame ou reprise. On dit d’abord deux fois le répons en entier, puis le verset, suivi de la réclame, puis la doxologie et à nouveau tout le verset.

Oraison (Oratio) : Chaque heure, excepté les matines quand elles sont immédiatement suivies de laudes, se termine par une oraison. À vêpres, laudes, tierce, sexte et none, l’oraison correspond le plus souvent à la collecte (collecta) de la messe du jour. Les collectes de ces heures sont donc susceptibles de varier selon le propre du temps (temporal) ou celui des fêtes des saints (sanctoral ou commun des saints). Les oraisons de prime et de complies sont particulières à ces heures. Celle de complies, Visita, quesumus, est invariable.

Te Deum : Le Te Deum est un hymne particulier chanté à la fin du dernier nocturne de matines des jours où l’on chante le Gloria à la messe.

Symbole de saint Athanase (Quicumque vult) : Le symbole de saint Athanase ou Quicumque vult est dit à prime de certains dimanches.

Autres éléments de l’office : Ont été omises de cette liste un certain nombre de pièces de moindre importance et qu’on trouve rarement transcrites ni même annoncées dans les manuscrits liturgiques de l’office :

  • Les prières et versets du commencement des heures : Pater ; Ave ; Credo ; Domine labia mea aperies, etc. ; Deus in adjutorium meu intende, etc. ; Converte nos, Deus salutaris noster, etc. ; Confiteor.
  • Les absolutions et bénédictions avant les leçons de matines.
  • Les prières dominicales, fériales et celles de l’office des morts, qui se disent, quand il y a lieu, avant l’oraison de l’heure et commencent par Kyrie eleison.
  • L’antienne finale à la sainte Vierge, chantée à la fin de complies (Salve regina, Alma Redemptoris mater, etc.).

La répartition des psaumes

Nous avons vu plus haut que l’office était fondé sur la récitation hebdomadaire des cent cinquante psaumes. Le psautier de l’office est, pour cette raison, divisé en huit parties. Sauf certains psaumes réservés à laudes et aux petites heures, qui échappent à ce découpage, on obtient les divisions suivantes :

  • 1re section : Ps. 1-25 = matines du dimanche.
  • 2de section : Ps. 26-37 = matines du lundi.
  • 3e section : Ps. 38-51 = matines du mardi.
  • 4e section : Ps. 52-67 = matines du mercredi.
  • 5e section : Ps. 68-79 = matines du jeudi.
  • 6e section : Ps. 80-96 = matines du vendredi.
  • 7e section : Ps. 97-108 = matines du samedi.
  • 8e section : Ps. 109-150 = vêpres du dimanche et des féries.

La huitième section du psautier rassemble les psaumes des vêpres des différents jours de la semaine : Ps. 109-113 (vêpres du dimanche soir), Ps. 114-116, 119-120 (vêpres du lundi), Ps. 121-125 (vêpres du mardi), Ps. 126-130 (vêpres du mercredi), Ps. 131-132, 134-136 (vêpres du jeudi), Ps. 136-141 (vêpres du vendredi), Ps. 143-147 (vêpres du samedi, c’est-à-dire les premières vêpres du dimanche).

Laudes et petites heures échappent à ce découpage. Par exemple, à tierce, sexte et none, on récite tous les jours les mêmes parties du psaume 118 (qui est très long) en le partageant entre ces trois heures.

À cause de ce découpage entre les jours de la semaine (les féries, du latin feria), le psautier liturgique est appelé psautier férial.

La structure de l’office

Les deux principaux cursus de l’office en Occident

Se distinguent en occident deux manières de dire l’office, selon qu’on est séculier ou moine, c’est-à-dire qu’on suit le cursus romain ou celui de saint Benoît. Les deux principales divergences sont celles-ci :

  • La première concerne le découpage du psautier, qui n’est pas le même dans l’un et l’autre cursus. Par exemple, à la différence de ce que nous avons vu ci-dessus, le premier psaume de matines du dimanche est le psaume XX dans le cursus bénédictin, et non le psaume I.
  • La seconde vient du nombre de lectures et de répons à matines. Dans le cursus romain, un office à trois nocturnes compte neuf lectures ; il en a douze dans le bénédictin.

Le cursus romain est suivi non seulement par les clercs séculiers, mais aussi par les chanoines réguliers (prémontrés, victorins, etc.) et les ordres religieux non-monastiques (dominicains, franciscains, carmes, etc.).

Office séculier du dimanche

L’office séculier d’un dimanche commence à partir des vêpres de la veille, appelées premières vêpres, et prend fin aux complies du jour (si l’on veut être parfaitement exact, l’office séculier du dimanche commence au capitule des premières vêpres, les psaumes et leurs antiennes étant ceux du samedi). Les matines comptent trois nocturnes (sauf les dimanches de Pâques et de la Pentecôte, qui, par exception, n’ont qu’un nocturne). L’organisation est la suivante :

  • Premières vêpres : 5 psaumes avec antienne(s) ; Capitule ; Hymne ; Verset ; Cantique de la Vierge avec antienne ; Collecte
  • Complies : Lecture brève suivie d’un verset ; Une série de psaumes avec une antienne ; Hymne ; Capitule ; Verset ; Cantique de Siméon (Nunc dimittis) avec une antienne ; Oraison
  • Matines : Invitatoire et Ps. 94 ; Hymne
  • Puis trois nocturnes composés comme il suit : Trois psaumes ou séries de psaumes avec antiennes ; Verset ; Trois leçons suivies chacune d’un répons

À la fin du troisième nocturne, soit on chante le Te Deum, soit on répète ou ajoute un répons.

  • Laudes : 5 psaumes (dont un cantique) avec antiennes ; Capitule ; Hymne ; Verset ; Cantique de Zacharie (Benedictus) avec antienne ; Collecte
  • Prime : Hymne ; 2 psaumes et symbole de saint Athanase avec une antienne ; Capitule ; Répons bref ; Verset ; Oraison
  • Tierce, sexte et none : Hymne ; Une partie du psaume 118 avec une antienne ; Capitule ; Répons bref ; Verset ; Collecte
  • Secondes vêpres : 5 psaumes avec antiennes ; Capitule ; Hymne ; Verset ; Cantique de la Vierge (Magnificat) avec antienne ; Collecte
  • Complies : Lecture brève suivie d’un verset ; Une série de psaumes avec une antienne ; Hymne ; Capitule ; Verset ; Cantique de Siméon (Nunc dimittis) avec une antienne ; Oraison

Office séculier férial

L’office férial (office d’un jour de la semaine autre que le dimanche) commence aux vêpres de la veille (plus précisément, au capitule des vêpres) et se termine le jour même à none (plus précisément, avant le capitule des vêpres). Ses matines ne comportent qu’un seul nocturne.

  • Vêpres : 5 psaumes avec antiennes ; Capitule ; Hymne ; Verset ; Cantique de la Vierge avec antienne ; Collecte
  • Complies : Lecture brève suivie d’un verset ; Une série de psaumes avec une antienne ; Hymne ; Capitule ; Verset ; Cantique de Siméon (Nunc dimittis) avec une antienne ; Oraison
  • Matines : Invitatoire et Ps. 94 ; Hymne
  • Puis un seul nocturne composé comme il suit : Six séries de psaumes avec antiennes ; Verset ; Trois leçons suivies chacune d’un répons.
  • Laudes : 4 psaumes (dont un cantique) avec antiennes ; Capitule ; Hymne ; Verset ; Cantique de Zacharie (Benedictus) avec antienne ; Collecte
  • Prime : Hymne ; 1 psaume avec antienne ; Capitule ; Répons bref ; Verset ; Oraison
  • Tierce, sexte et none : Hymne ; Une partie du psaume 118 avec une antienne ; Capitule ; Répons bref ; Verset ; Collecte

Office séculier des fêtes

Tout dépend du nombre de lectures que compte l’office de la fête, et donc du nombre de nocturnes à matines. S’il n’en possède qu’un, la structure est celle de l’office des féries. Quand il y en a trois, quel que soit le rit, la structure est celle de l’office des dimanches1. Du reste, les psaumes d’une fête ne sont pas toujours ceux de la férie occurrente : l’office festif peut demander la récitation de ceux réservés au dimanche ou d’un choix particulier de psaumes.

Paris, Bibl. de l’Université, ms. 1221, f. 411v. Bréviaire de Senlis, France, début du XIVe s.

Paris, Bibl. de l’Université, ms. 1221, f. 411v. Bréviaire de Senlis, France, début du XIVe s.

Transcription et commentaire (à partir du dernier quart de la colonne de gauche) : In purificatione beate Marie Virginis ad vesperas. La destination du propre de cet office est la fête de la Purification de la Vierge (2 fév.). Cet office festif est de rit double et commence la veille au soir par des premières vêpres (comme l’office dominical).
Antiphona. O admirabile. Psalmus. Dixit Dominus. Le premier psaume de ces vêpres, Dixit Dominus, est le psaume 109. C’est le premier des secondes vêpres du dimanche. Or le 1er février peut tomber n’importe quel jour de la semaine. Mais un office festif ne reprend pas forcément les psaumes de la férie occurrente, et peut avoir, comme ici, son choix propre de psaumes. L’antienne n’est pas transcrite en entier, car elle l’a déjà été dans un autre article du propre, plus avant dans le manuscrit. C’est le cas pour les antiennes suivantes, ainsi que pour le capitule.
Antiphona. Quando natus. Psalmus. Confitebor. Ce psaume et le suivant appartiennent eux aussi aux secondes vêpres du dimanche.
Antiphona. Rubum quem. Psalmus. Beatus vir.
Antiphona. Germinavit. [Colonne de droite :] [Psalmus]. De profundis.
Ici en revanche, le psaume 129 (De profundis) est normalement récité aux vêpres, le soir du mercredi. On peut aisément restituer la rubrique manquante [Psalmus] en connaissant la structure de l’office : une antienne au début des vêpres est forcément suivie d’un psaume.
Antiphona. Ecce Maria. Psalmus. Memento. Le psaume 131 est ordinairement dit aux vêpres du jeudi soir.
Capitulum. Ecce mitto angelum meum qui preparabit viam ante faciem meam ; et statim veniet ad templum sanctum suum dominator quem vos queritis et angelus testamenti quem vos vultis. Ce capitule est propre à la fête de la Purification.
Responsorium. Gaude Maria. Versus. Gabrielem. Tous les capitules sont suivis d’un répons bref.
Hymnus. Quod chorus Natum venerandus […]. L’hymne est propre à la fête de la Purification et apparaît ici pour la première fois dans le manuscrit : il est donc copié in extenso.

L’office de prime

Dans les communautés monastiques ou canoniales, prime diffère des autres heures à cause de pratiques spéciales : une lecture de la règle, d’un sermon ou d’une homélie, la commémoration des saints du jour et des défunts. D’où l’existence de livres liturgiques particuliers, soit indépendants, soit réunis dans un même volume : martyrologe, nécrologe et obituaire, souvent accompagnés par le ou les textes qui régissent la vie de la communauté (règle de saint Benoît, de saint Augustin, etc.) (cf. Prime et processions).

Les processions

La liturgie processionnelle s’est beaucoup développée au Moyen Âge, jusqu’à pourvoir tous les dimanches et fêtes de l’année. Les processions comportent des chants (au moins une antienne ou un répons, suivis d’un verset) et une oraison. Dans de nombreux, antiphonaires, collectaires et bréviaires, les pièces liturgiques qui les composent sont intégrées aux propres du temps ou des saints. Elles peuvent aussi être copiées dans des livres indépendants : les processionnaux (cf. Prime et processions).

  1. La réforme du Bréviaire dit de saint Pie V, à la fin du XVIe siècle, a simplifié la distinction des offices entre ces deux types de structures, en réduisant les matines de tous les offices de rit simple à un seul nocturne. Depuis lors, tous les offices n’étant pas de rit au moins semi-double sont alignés sur ceux des féries : une seule heure de vêpres et trois lectures à matines. Mais cette coïncidence entre le rit et la structure de l’office n’avait pas cours au Moyen Âge. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 25 janvier 2017

    […] L’office des heures : L’initiation aux manuscrits de l’office réclame de connaître les différentes pièces qui le composent et la manière dont elles sont agencées. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *