Le Psautier et l’ordinaire de l’office

Jean-Baptiste LEBIGUE

Même si la récitation hebdomadaire des cent cinquante psaumes est le fondement de l’office, on ne peut considérer les psautiers médiévaux comme des livres liturgiques à part entière. Ce n’est qu’à l’époque moderne que leur structure et leur contenu finissent par s’identifier à l’ordinaire de l’office.

L’ordinaire de l’office

Définition

La notion « d’ordinaire de l’office », si le terme n’a pas cours au Moyen Âge, est néanmoins cruciale pour comprendre la genèse des différents types de livres. Elle désigne tous les éléments de l’office ne figurant pas au propre : au propre du temps, pas plus qu’à celui des saints suppléé par le commun des saints. Ordinaire et propres sont les deux ensembles complémentaires qui permettent de reconstituer l’office d’une journée donnée : toutes les pièces qui ne figurent pas dans les propres sont, par défaut, à chercher dans l’ordinaire de l’office. À partir du XIIIe siècle et surtout à l’époque moderne, ces deux ensembles ont été respectivement désignés par les termes de « Psautier » et de « Bréviaire », termes que nous préférons ne pas utiliser, car ils servent aussi à nommer des livres de l’office dont le contenu ne correspond pas exactement à ce que recouvrent lesdits ensembles.

Quelles pièces contient l’ordinaire de l’office ?

En premier lieu, l’ordinaire de l’office contient les psaumes : les heures sont organisées de manière à ce qu’ils soient tous récités en l’espace d’une semaine. À quoi s’ajoutent les cantiques bibliques et évangéliques, le Te Deum et le Quicumque vult (cf. L’office des heures). En font aussi partie les chants, capitules et oraisons qui ne varient pas dans l’office des dimanches et des féries ordinaires, autrement dit, toutes les pièces de l’office autres que lectures et répons de matines et, pour les dimanches, les antiennes des cantiques évangéliques et les collectes. Or les psautiers liturgiques médiévaux intègrent plus ou moins les éléments composant l’ordinaire de l’office : ce qui leur donne des physionomies très dissemblables.

Le psautier

Un livre liturgique ?

Valenciennes, Bibl. mun., ms. 36, f. 3v-4. Psautier glosé, France du nord, milieu du XIIe s.

Valenciennes, Bibl. mun., ms. 36, f. 3v-4. Psautier glosé, France du nord, milieu du XIIe s.

Ce psautier est doté de nombreuses gloses interlinéaires et marginales. Son contenu exégétique ne l’empêche pas de fournir aussi les cantiques (f. 160v-170) et d’être divisé en huit sections, selon la partition des psaumes dans l’office férial.

De tous les livres étudiés dans ces pages, les psautiers sont ceux dont on peut affirmer avec le plus de certitude qu’ils n’ont jamais été utilisés lors des cérémonies liturgiques. Ce paradoxe apparent se justifie aisément : les psaumes sont le fondement de la mémoire orale du clergé. Inutile donc de s’aider à l’office d’un volume dont chacun peut réciter de tête le contenu. À quoi sert donc le psautier ? Tout à la fois à l’apprentissage de la lecture, de l’office canonial, de l’exégèse biblique et de la théologie, sans oublier la dévotion privée qui lui a souvent valu de devenir un objet d’art richement enluminé et relié. D’où sa polymorphie : loin de toujours fournir le seul texte des psaumes, on peut le voir doté de gloses, de commentaires exégétiques, complété avec cantiques, Te Deum, Quicumque vult, voire supplémenté avec tout ou partie de l’ordinaire de l’office, quand il n’est pas accolé à un hymnaire ou à un antiphonaire. De nature à la fois biblique et liturgique, le psautier ne circule pas toujours seul : partie intégrante des bibles, il est aussi l’hôte de nombreux livres du propre de l’office, en particulier bréviaires et diurnaux (cf. Le propre de l’office).

Paris, Bibl. de l’Université, ms. 13, f. 2. Pierre Lombard, Commentaire sur les psaumes, Paris ? milieu du XIIIe s.

Paris, Bibl. de l’Université, ms. 13, f. 2. Pierre Lombard, Commentaire sur les psaumes, Paris ? milieu du XIIIe s.

Même si l’on reconnaît ici le début du premier psaume Beatus vir, ce manuscrit n’est pas un psautier, mais un commentaire de Pierre Lombard sur les psaumes.

L’ordinaire de l’office dans le psautier

Peuvent cohabiter dans un même psautier des caractéristiques bibliques, exégétiques et liturgiques. Ces dernières, si l’on s’en tient à elles, ne sont pas homogènes entre les divers manuscrits. Tout dépend du degré d’intégration d’éléments de l’office dans le psautier. On distinguera quatre strates dans ces aménagements à caractère liturgique :

  • L’ajout, après les psaumes, des cantiques bibliques et évangéliques, voire du Te Deum et du Quicumque vult.
  • La présence d’un calendrier (généralement en tête du volume) et de litanies des saints (plutôt à la fin).
  • L’insertion entre les psaumes de pièces liturgiques issues de l’ordinaire de l’office, mais sans modification de l’ordre biblique des psaumes. Là encore, les psautiers médiévaux offrent tout un éventail de possibilités, allant des seules antiennes ordinaires à la totalité de l’ordinaire (les invitatoires, antiennes des psaumes et cantiques bibliques, absolutions et bénédictions de matines, capitules, répons brefs, hymnes et versets des petites heures, versets de laudes et vêpres, antiennes des cantiques évangéliques et oraisons des féries, les deux possibilités d’hymnes pour matines et laudes des dimanches ordinaires).
  • L’insertion entre les psaumes de pièces liturgiques issues du propre de l’office. Il s’agit presque toujours de pièces qui ne varient qu’au rythme des temps liturgiques (Avent, temps de Noël, Septuagésime, Carême, temps de la Passion et temps pascal) et sont utilisées à défaut de propre du dimanche ou des féries (invitatoires, hymnes de matines, laudes et vêpres, antiennes des psaumes et cantiques bibliques, versets de matines, laudes et vêpres, etc.). Ces pièces sont alors précédées d’une rubrique mentionnant leur destination liturgique.

Paris, Bibl. Mazarine, ms. 376, f. 119v-120. Psautier, Metz ? vers 1440-1450.

Paris, Bibl. Mazarine, ms. 376, f. 119v-120. Psautier, Metz ? vers 1440-1450.

Ce psautier provenant de la bibliothèque des célestins de Paris, mais d’usage indéterminé, présente les psaumes sans intercalation d’antiennes ou d’autres pièces liturgiques. Son seul caractère « liturgique », outre sa division en huit sections fériales, est la présence des cantiques bibliques à la fin du volume (f. 179v-195). Il ne contient pas non plus de calendrier ni de litanies des saints.

Amiens, Bibl. mun., ms. 124, f. 7v-8. Psautier à l’usage d’Amiens, Amiens, dernier quart du XIIIe s.

Amiens, Bibl. mun., ms. 124, f. 7v-8. Psautier à l’usage d’Amiens, Amiens, dernier quart du XIIIe s.

Ce psautier luxueux présente de nombreux traits liturgiques. Il s’ouvre sur un calendrier d’Amiens (f. 1-6) et finit par une litanie des saints (f. 160v-164v). Sur cette double page commence le psaume I ‘Beatus vir’, signalé par une initiale historiée et son premier verset en lettres champies. Premier psaume des matines du dimanche dans le cursus romain, le ‘Beatus vir’ est néanmoins précédé par plusieurs textes :

  • Les hymnes ‘Primo die’, dont on lit seulement la dernière strophe sur cette image, et ‘Nocte surgentes’. Ces deux hymnes sont chantés à matines des dimanches ordinaires, le premier du début du mois d’octobre à la Septuagésime, le second de la Trinité à la fin septembre. Les derniers mots de l’hymne « Seculorum. Amen » sont notés et devraient, en toute logique, se trouver avant la rubrique annonçant le premier nocturne : In primo nocturno.
  • L’antienne ordinaire de la première série de psaumes des matines dominicales : Servite Do[mino].

Ces pièces, qui appartiennent à l’ordinaire de l’office, sont insérées devant le psaume qu’elles précèdent dans la structure de l’office, et cela bien que le psautier conserve l’ordre biblique des psaumes.

Amiens, Bibl. mun., ms. 124, f. 40v-41. Psautier à l’usage d’Amiens, Amiens, dernier quart du XIIIe s.

Amiens, Bibl. mun., ms. 124, f. 40v-41. Psautier à l’usage d’Amiens, Amiens, dernier quart du XIIIe s.

On ne relève pas de psaume sur cette double page du même psautier d’Amiens. Se trouve en effet reproduite ici une partie l’ordinaire de l’office pour les laudes du lundi :

  • Des antiennes ordinaires (a[ntiphona]) suivies d’incipit de psaumes (p[salmus]). Les psaumes de laudes échappent en effet à la division en huit sections du psautier férial. Il faut donc en chercher le texte complet à la place que leur impose l’ordre biblique : ‘Verba mea’ (Ps. 5), puis le Ps. 62 (‘Deus, Deus meus’ désigné par le faux incipit « Ipsum », parce que le texte de l’antienne est le même que celui de son premier verset), le cantique d’Isaïe ‘Confitebor’ (cantique biblique) et le Ps. 148 (‘Laudate Dominum’, également désigné par « Ipsum » parce que son antienne en reprend le premier verset).
  • Les autres pièces liturgiques ordinaires des laudes du lundi, à savoir capitule (capitulum), hymne (h[ymnus]), verset (v[ersus]), antienne du cantique de Zacharie (a[ntiphona], suivi du premier mot du cantique évangélique ‘Benedictus’), et oraison (‘Omnipotens sempiterne’).
  • Suit l’heure de prime : Ad primam.

Paris, Bibl. Mazarine, ms. 391, f. 14.

Paris, Bibl. Mazarine, ms. 391, f. 14. Psautier-hymnaire dominicain, Flandre ? XVe-XVIe s. ?

Paris, Bibl. Mazarine, ms. 391, f. 15.

Paris, Bibl. Mazarine, ms. 391, f. 15. Psautier-hymnaire dominicain, Flandre ? XVe-XVIe s. ?

Ce psautier dominicain cumule de nombreuses caractéristiques liturgiques : calendrier, litanie des saints, insertion de l’ordinaire de l’office entre les psaumes, présence d’un hymnaire à la fin du volume. S’y ajoutent quelques éléments du propre du temps : le Ps. 1, ‘Beatus vir’ (f. 15), est précédé par une série d’antiennes (f. 14-14v) n’appartenant pas seulement à l’ordinaire de l’office :

  • Dominica prima in Adventu et in sequentibus. In primo nocturno. Antiphona. Antienne de la première série de psaumes du premier nocturne des dimanches de l’Avent.
  • Dominica prima post octabas Epyphanie et in sequentibus usque ad dominicam in Passione. In primo nocturno. Antiphona. Même chose pour les dimanches ordinaires après l’octave de l’Épiphanie et jusqu’au dimanche de la Passion.
  • Dominica in Passione et in sequentibus in primo nocturno. Même chose pour les dimanches de la Passion et des Rameaux.
  • Dominica post Trinitatem et in sequen[tibus…]. Antienne ordinaire des dimanches après l’octave de la Pentecôte.

Né dans le milieu monastique au plus tard au XVe siècle, le psautier secundum hebdomadas ordinatum est l’ultime étape de l’évolution : non seulement l’ordinaire de l’office s’y trouve entièrement inséré, mais l’ordre biblique des psaumes y est délaissé pour un agencement conforme à la structure de l’office férial. C’est là le prototype du « Psautier » liturgique tel qu’on le trouve dans les bréviaires imprimés de l’époque moderne : Psautier devenait dès lors un synonyme d’ordinaire de l’office.

Comment reconnaître et caractériser un psautier ?

C’est simplement la présence de la totalité des psaumes, copiés en entier, qui permet d’identifier le psautier. On le caractérise en relevant la nature des éléments supplémentaires : gloses marginales et interlinéaires, prologue, commentaire, cantiques bibliques et évangéliques, calendrier et litanies, pièces liturgiques de l’ordinaire ou du propre de l’office.

Pièges à éviter

Certains manuscrits liturgiques produisent le texte complet de plusieurs psaumes. C’est le cas des livres d’heures où les psaumes du petit office de la Vierge et de l’office des morts sont transcrits intégralement, mais en gardant l’ordre que leur assigne la structure de l’office. Peuvent aussi s’y trouver des séries de psaumes que les pratiques de dévotion obligent à réciter en plus de l’office des heures certains jours de l’année (surtout pendant le Carême), en particulier :

  • les psaumes pénitentiaux (Ps. 6 ‘Domine, ne in furore… Miserere’, 31 ‘Beati quorum remisse’, 37 ‘Domine, ne in furore… Quoniam sagitte’, 50 ‘Miserere mei, Domine, secundum magnam misericordiam tuam’, 101 ‘Domine, exaudi orationem… Non avertas’, 129 ‘De profundis’ et 142 ‘Domine, exaudi orationem… auribus’), généralement accompagnés de l’antienne ‘Ne reminiscaris’.
  • les psaumes graduels (Ps. 119 ‘Ad Dominum’, 120 ‘Levavi oculos’, 121 ‘Letatus sum’, 122 ‘Ad te levavi’ et 123 ‘Nisi quia’).

Psaumes pénitentiaux et graduels sont parfois mentionnés dans un psautier ; mais il s’agit alors d’un simple renvoi dans une liste d’incipit.

Enfin, les collectaires, diurnaux et bréviaires contiennent parfois un psautier en tête ou, plus rarement, au centre du volume. En tel cas, on ne parle pas de psautier-collectaire, de psautier-diurnal ni de psautier-bréviaire.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 21 décembre 2016

    […] Le psautier et l’ordinaire de l’office : Même si la récitation hebdomadaire des cent cinquante psaumes est le fondement de l’office, on ne peut considérer les psautiers médiévaux comme des livres liturgiques à part entière. Ce n’est qu’à l’époque moderne que leur structure et leur contenu finissent par s’identifier à l’ordinaire de l’office. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *