Les propres de l’office

Jean-Baptiste LEBIGUE

Les propres de l’office constituent une masse considérable de pièces liturgiques, rassemblées dans les manuscrits soit par types (chants, lectures, oraisons), soit par agrégats plus ou moins complets fédérés autour des collectes propres.

Introduction

Sur la base que constitue l’ordinaire de l’office viennent se greffer les pièces particulières du temporal, du sanctoral, du commun des saints, des offices votifs et des défunts. Cette masse considérable de lectures, de chants et d’oraisons a d’abord fait l’objet de recueils typologiques1. À partir du XIe siècle apparaissent les premières tentatives en vue de compiler dans un seul livre partie ou totalité des propres, indépendamment de la nature des pièces liturgiques. Cette tendance, qui passe par l’abréviation des lectures et une certaine normalisation de l’office, trouve son point d’aboutissement dans le bréviaire.

Hymnes, antiennes, invitatoires et répons

Les hymnes, antiennes, invitatoires et répons, qu’on désigne couramment comme « chants de l’office » quoique lectures et oraisons soient aussi chantées, furent compilés dans deux grandes catégories de recueils : l’antiphonaire et l’hymnaire.

L’hymnaire

En plus de leur originalité formelle, les hymnes constituent souvent une entité indépendante dans les manuscrits. Même si le Bréviaire de Pie v a délaissé un grand nombre des hymnes médiévaux, ceux-ci avaient même auparavant nettement moins tendance à varier que les autres chants des propres. Le même hymne pouvait servir aux vêpres de tout un temps liturgique (Avent, Passion, etc.), alors que les antiennes changeaient chaque dimanche. De même pour une fête de saint, antiennes, invitatoires et répons propres étaient plus fréquents qu’un hymne propre.

Les hymnaires, apparus dès le IXe siècle, ne constituent donc pas des manuscrits très épais. Aussi les trouve-t-on souvent annexés à un psautier, voire à un antiphonaire. Aucun « modèle » ne s’est imposé au Moyen Âge, d’où une variété textuelle qui ne se limite pas aux fêtes du sanctoral.

Cambrai, Bibl. mun., ms. 29 (f. 227-258), f. 227. Hymnaire à l’usage de Cambrai, Cambrai, 1381.

Cambrai, Bibl. mun., ms. 29 (f. 227-258), f. 227. Hymnaire à l’usage de Cambrai, Cambrai, 1381.

Cet hymnaire, relié postérieurement avec un psautier-hymnaire (f. 1-226), forme un livret d’une trentaine de feuillets. Il commence ici au premier dimanche de l’Avent avec l’hymne qui doit être chanté à toutes les vêpres du temps jusqu’à Noël : Dominica prima adventus Domini usque ad Natale. Ad vesperas hymnus.

L’antiphonaire

L’antiphonaire rassemble les antiennes, invitatoires et répons de l’office2 : ils sont distribués en articles correspondant à chaque dimanche, férie ou fête ayant un propre ou aux catégories du commun des saints, et sont disposés dans chaque article selon l’ordre que leur assigne la structure de l’office.

Cambrai, Bibl. mun., ms. 38, f. 10. Antiphonaire à l’usage de Cambrai, Cambrai, entre 1235 et 1245.

Cambrai, Bibl. mun., ms. 38, f. 10. Antiphonaire à l’usage de Cambrai, Cambrai, entre 1235 et 1245.

Sur cette page commencent les chants du propre du premier dimanche de l’Avent : Dominica prima adventus Domini. L’office du dimanche démarre le samedi soir par les premières vêpres : Ad vesperas. Le premier chant propre est le répons bref, accompagné par son verset (r[esponsorium] « Ecce dies… », v[ersus] « In diebus… »). Viennent ensuite le verset qui doit succéder à l’hymne (v[ersus] « Rorate celi… »), l’antienne du Magnificat (Ad Magnif[icat] a[ntiphona] « Ecce nomen… »). Pour complies (Ad completorium), le scribe a inscrit l’incipit de l’antienne ordinaire (ant[iphona] Miserere’) devant le premier psaume de la série chantée à complies (ps[almus]Cum invocarem’) ; suit une antienne propre pour le ‘Nunc dimittis’ (ant[iphona] « Veni, Domine… »). Les matines commencent à l’invitatoire (Invitat[orium] « Ecce venit rex… »), qui accompagne toujours le psaume ‘Venite’ (voir image suivante).

Cambrai, Bibl. mun., ms. 38, f. 10v. Antiphonaire à l’usage de Cambrai, Cambrai, entre 1235 et 1245.

Cambrai, Bibl. mun., ms. 38, f. 10v. Antiphonaire à l’usage de Cambrai, Cambrai, entre 1235 et 1245.

Le premier nocturne (In primo nocturno) contient trois antiennes correspondant aux trois séries de psaumes : celles-ci sont rappelées seulement par l’incipit du premier psaume de chaque série (ps[almus] ‘Beatus vir’, ps[almus] ‘Domine Deus meus, in te speravi’, ps[almus]Salvum me fac’). Entre la psalmodie et la première lecture est chanté un verset (v[ersus] « Ex Syon species… »). Suit le répons de la première lecture (r[esponsorium] « Aspiciens a longe »), et dont les versets se trouvent sur la page suivante.

Formules mixtes avec le psautier

L’antiphonaire, et plus encore l’hymnaire, peuvent dès l’origine être associés dans le même manuscrit à un psautier : on parle alors de psautier-antiphonaire et de psautier-hymnaire.

Cambrai, Bibl. mun., ms. 1283, f. 1. Psautier-hymnaire du couvent guillelmite de Walincourt, Nord de la France ? seconde moitié du XVe s.

Cambrai, Bibl. mun., ms. 1283, f. 1. Psautier-hymnaire du couvent guillelmite de Walincourt, Nord de la France ? seconde moitié du XVe s.

Cambrai, Bibl. mun., ms. 1283, f. 161. Psautier-hymnaire du couvent guillelmite de Walincourt, Nord de la France ? seconde moitié du XVe s.

Cambrai, Bibl. mun., ms. 1283, f. 161. Psautier-hymnaire du couvent guillelmite de Walincourt, Nord de la France ? seconde moitié du XVe s.

Le psautier commence avec le psaume I ‘Beatus vir’, récité dans le cursus bénédictin, non aux matines du dimanche comme c’est le cas dans le cursus romain, mais à prime du lundi : Feria secunda ad primam. L’antienne qui précède le psaume appartient à l’ordinaire de l’office. Le même manuscrit contient aussi une compilation d’hymnes pour les offices de l’année, ici pour toutes les fêtes mariales, ainsi que les octaves de l’assomption et de la nativité de la Vierge : In omnibus solemnitatibus beate Marie, et per octavas assumptionis et nativitatis ejusdem. Il s’agit donc d’un psautier-hymnaire.

Les lectures de matines

Il faut faire la différence entre les lectures courtes (capitules) suivis de répons brefs, qui sont dites à toutes les heures sauf matines, et les lectures (ou leçons) de matines, suivies de répons. Ces dernières, beaucoup plus longues, peuvent être de trois natures : bibliques, patristiques et hagiographiques. La distinction entre propre, commun et ordinaire s’adapte mal aux lectures de matines. À proprement parler, il n’existe pas d’ordinaire des lectures de matines, puisqu’elles changent tous les jours de l’année, mais un cycle de lectures bibliques, qu’on désignera ici par le terme moderne « d’Écriture occurrente », auquel se surimposent des lectures patristiques et hagiographiques propres.

Les lectures bibliques occupent l’unique nocturne des féries et les deux premiers nocturnes des dimanches et fêtes du temporal (qui en comptent trois), quand elles ne sont pas remplacées par un texte patristique appelé « sermon » ; le troisième est réservé à un commentaire patristique d’un extrait des Évangiles, appelé homélie ou, plus rarement, exposition3.

Les offices du sanctoral à trois nocturnes offraient au Moyen Âge beaucoup plus de combinaisons pour les lectures de matines que ne leur en a laissé le Bréviaire de Pie V :

  • lectures des trois nocturnes, toutes tirées de la légende du saint ;
  • panachage de lectures hagiographiques quand deux saints étaient fêtés le même jour ;
  • Écriture occurrente pour le premier nocturne et lectures hagiographiques pour les deux autres ;
  • sermon patristique pour les deux premiers nocturnes et homélie pour le dernier ;
  • légende du saint pour les deux premiers nocturnes, et homélie pour le dernier, etc.

Lectures bibliques

Le cycle des leçons bibliques, établi aux VIIe et VIIIe siècles, a été observé, à quelques variantes près, pendant tout le Moyen Âge. Du premier dimanche de l’Avent jusqu’au mois d’août, les leçons de l’Écriture occurrente sont distribuées de manière à correspondre aux temps liturgiques : Isaïe à partir de l’Avent, les Épîtres pauliniennes de l’octave de l’Épiphanie à la Septuagésime, la Genèse à partir du dimanche de la Septuagésime, l’Exode avec le quatrième dimanche de Carême, Jérémie du dimanche de la Passion à Pâques, les Actes des apôtres, l’Apocalypse et les Épîtres de Jacques, Pierre, Jean et Jude pendant le temps pascal, les livres des Rois du premier dimanche après l’octave de la Pentecôte jusqu’à la fin du mois de juillet. Entre le début du mois d’août et l’Avent, ce programme est mensuel : les livres Sapientiaux à partir du premier dimanche d’août, Job, Tobie, Judith et Esther en septembre, les Macchabées en octobre, Ézéchiel, Daniel et les petits prophètes en novembre. L’Écriture occurrente concerne la plupart des dimanches et féries de l’année : lui échappent certains dimanches et fêtes du temporal dotés de lectures patristiques pour les trois nocturnes, ainsi que certaines féries comme celles des Quatre-Temps ou le lundi des Rogations, qui n’ont pas de lectures bibliques. Enfin, elle peut être interrompue par l’office d’un saint doté d’un ensemble complet de lectures propres pour les trois nocturnes.

Malgré ces interruptions, il s’agit bien d’un programme de lecture continue de l’Écriture sainte : ce qui ne nécessitait pas forcément la copie d’un livre particulier, tant que l’office était récité en chœur. Les bibles pouvaient servir à cette fin, ce qui explique que des inscriptions soient portées dans les marges pour repérer facilement les péricopes (extraits) destinées à être lues à matines.

Douai, Bibl. mun., ms. 6, f. 44. Bible, XIe siècle.

Douai, Bibl. mun., ms. 6, f. 44. Bible, XIe siècle.

Ce volume d’une bible en plusieurs tomes contient entre autres les petits prophètes, lus au mois de novembre. Dans la marge, des premiers mots du livre d’Osée (Verbum Domini quod factum) a été ajouté un repère signalant la première péricope d’un office de matines : Lectio prima.

Le recours aux bibles n’a pas empêché toutefois la confection de recueils à caractère liturgique : soit des bibles dont les livres sont rangés dans l’ordre du cycle annuel, soit un véritable lectionnaire de l’office, quand les péricopes bibliques sont distribuées et agencées avec les autres lectures de l’office (cf. infra, lectionnaire de l’office).

Paris, Bibl. Mazarine, ms. 45, f. 1v. Bible, Saxe ? milieu du XIIe s.

Paris, Bibl. Mazarine, ms. 45, f. 1v. Bible, Saxe ? milieu du XIIe s.

Paris, Bibl. Mazarine, ms. 44, f. 1v. Bible, Saxe ? milieu du XIIe s.

Paris, Bibl. Mazarine, ms. 44, f. 1v. Bible, Saxe ? milieu du XIIe s.

Dans cette bible en deux volumes, les livres suivent l’ordre de l’Écriture occurrente. C’est pourquoi ce premier tome, qui couvre la moitié de l’année, du premier dimanche de l’Avent à l’octave de la Pentecôte, commence par le livre du prophète Isaïe. Le second tome de la même bible rassemble les livres lus pendant les dimanches ordinaires après l’octave de la Pentecôte, en commençant par le premier livre des Rois.

Lectures patristiques

Au Moyen Âge, sermons et homélies sont généralement juxtaposés dans les mêmes recueils : ils ont en commun de pouvoir être qualifiés de « patristiques ». Les homélies sont faciles à distinguer des sermons. Comme il s’agit de commentaires d’un passage évangélique par un Père de l’Église, elles commencent toujours de la manière suivante : citation d’un passage tiré d’un évangile identifié par la rubrique, puis l’homélie elle-même, précédée par une nouvelle rubrique qui en nomme l’auteur. Les sermons, qui sont aussi des extraits des Pères, ne sont jamais désignés par le terme Omilia dans les manuscrits et ne sont pas introduits par un lemme évangélique.

Cambrai, Bibl. mun., ms. 530, f. 116. Lectionnaire de l’office (partie d’été : lectures patristiques et hagiographiques), Nord de la France ? seconde moitié du XIe s.

Cambrai, Bibl. mun., ms. 530, f. 116. Lectionnaire de l’office (partie d’été : lectures patristiques et hagiographiques), Nord de la France ? seconde moitié du XIe s.

La première rubrique annonce la fête dont l’homélie doit être lue à matines, en précisant l’évangile dont est tiré le lemme : In assumptione sancte Marie. Lectio sancti evangelii secundum Lucam. Après l’extrait évangélique est donné l’auteur de l’homélie, ici Bède le Vénérable : Omelia venerabilis Bede presbyteri de eadem lectione. Le terme omelia est parfois remplacé par celui d’expositio.

Toutefois, malgré cette distinction entre homélies et sermons, les recueils de lectures patristiques sont appelés homiliaires. Le principal modèle en a été l’homiliaire que Paul Diacre a élaboré à la fin du IXe siècle. Ce dernier contient sermons et homélies pour les dimanches de l’année, les féries dénuées d’Écriture occurrente, les fêtes du temporal et une partie de celles du sanctoral.

Il ne faut pas confondre les homiliaires, compilant tout ou partie du cycle des lectures patristiques, avec des collections d’homélies, qu’elles soient assemblées en florilèges ou sous le nom d’un même auteur. On devine pourtant, par la présence d’annotations marginales segmentant le texte en péricopes, que quelques-unes de ces collections étaient employées à l’office à défaut d’un véritable homiliaire.

Cambrai, Bibl. mun., ms. 528, f. 38v. Homiliaire d’été, Le Cateau-Cambrésis, première moitié du XIIe s.

Cambrai, Bibl. mun., ms. 528, f. 38v. Homiliaire d’été, Le Cateau-Cambrésis, première moitié du XIIe s.

Cet homiliaire contient les lectures patristiques (sermons et homélies) du temporal et du sanctoral d’été, ainsi que du commun des saints. On n’y relève aucune leçon biblique ou hagiographique. Sur cette page se trouve le début du sermon de saint Léon lu pendant les deux premiers nocturnes des matines de l’Ascension (Sermo beati Leonis pape. In ascensione Domini). Il est suivi, sur le feuillet postérieur, par l’homélie de saint Grégoire sur l’évangile de Marc, destinée au troisième nocturne. Les chiffres romains tracés à l’encre rouge dans l’entrecolonnement indiquent le découpage du sermon en péricopes.

Lectures hagiographiques

La plus grande liberté a régné au Moyen Âge pour le choix et le nombre des lectures hagiographiques à matines des fêtes de saints. Les recueils liturgiques purement hagiographiques, nommés passionnaires en référence aux passions des martyrs, sont rares par rapport aux nombreuses collections de Vies de saints utilisées au chœur en ces occasions. Par ailleurs, plusieurs offices du sanctoral juxtaposent lectures patristiques et hagiographiques, d’où la création de recueils liturgiques contenant ces deux catégories de textes : soit des homiliaires dans lesquels sont intégrées les lectures hagiographiques, soit des passionnaires où sont insérées les lectures patristiques, mais, en ce cas, uniquement celles du sanctoral. Malgré l’absence des péricopes de l’Écriture occurrente, on se contentera de définir ces manuscrits « mixtes » comme des lectionnaires de l’office, en précisant la nature des textes compilés.

Paris, Bibl. Sainte-Geneviève, ms. 554, f. 99v-100. Passionnaire (partie mai-août), Ouest de la France, seconde moitié du XIIe s.

Paris, Bibl. Sainte-Geneviève, ms. 554, f. 99v-100. Passionnaire (partie mai-août), Ouest de la France, seconde moitié du XIIe s.

Cette double page présente les trois lectures hagiographiques de la fête de sainte Praxède au 21 juillet : Duodecimo kalendas augusti incipit Actus sancte Praxedis virginis (première colonne de la page de droite, après l’intitulé final des lectures de la fête de sainte Marguerite). Les numéros IIa et IIIa dans les entrecolonnements délimitent les péricopes.
Ce volume constitue la partie mai-août d’un passionnaire en plusieurs tomes (partie octobre-avril : Paris, Bibl. Sainte-Geneviève, ms. 553), qui devait contenir toutes les lectures hagiographiques de l’année. On n’y trouve, en revanche, aucun sermon ou homélie du sanctoral.

Douai, Bibl. mun., ms. 840, f. 1. Vite sanctorum, Marchiennes, troisième quart du XIIe s.

Douai, Bibl. mun., ms. 840, f. 1. Vite sanctorum, Marchiennes, troisième quart du XIIe s.

Ce recueil de Vies de saints était probablement destiné à un usage liturgique, malgré la transcription intégrale des Vies et l’absence de division en péricopes. Les textes hagiographiques sont agencés de manière à suivre l’ordre chronologique des fêtes de saints dans le calendrier liturgique (leur incidence est précisée dans les rubriques). Le volume commence par la Vie de saint Siméon le stylite, fêté le 5 janvier : Incipit Vita Sancti Symeonis monachi qui in columpna stetit, cujus festivitas celebratur nonis januarii.
Il est rare que les manuscrits de ce type contiennent la série complète des lectures hagiographiques nécessaires à tout ou partie de l’année. Les communautés monastiques ou canoniales — on le sait par le témoignage des ordinaires — pouvaient posséder tout un assortiment de recueils de Vies de saints utilisés concurremment à matines. Ces collections, quand on peut les reconstituer, étaient assez disparates : les divers manuscrits qui les composaient étaient parfois rédigés à plusieurs siècles de distance, augmentés de suppléments dus à l’enrichissement progressif du sanctoral, avec de nombreux doublons d’un livre à l’autre.

Cambrai, Bibl. mun. ms. 863, f. 2v. Lectionnaire de l’office (lectures hagiographiques et patristiques du sanctoral), Cambrai, abbaye Saint-Sépulcre, 1076-1092.

Cambrai, Bibl. mun. ms. 863, f. 2v. Lectionnaire de l’office (lectures hagiographiques et patristiques du sanctoral), Cambrai, abbaye Saint-Sépulcre, 1076-1092.

Ce premier tome d’un lectionnaire de l’office commence par la Passion de saint André apôtre (30 novembre) : Incipit Passio beatissimi Andree apostoli. La division en péricopes est donnée dans la marge extérieure : L[ectio] i, L[ectio] ii, L[ectio] iii

Cambrai, Bibl. mun. ms. 863, f. 196. Lectionnaire de l’office (lectures hagiographiques et patristiques du sanctoral), Cambrai, abbaye Saint-Sépulcre, 1076-1092.

Cambrai, Bibl. mun. ms. 863, f. 196. Lectionnaire de l’office (lectures hagiographiques et patristiques du sanctoral), Cambrai, abbaye Saint-Sépulcre, 1076-1092.

Malgré la présence des lectures hagiographiques de matines, ce même manuscrit ne peut être qualifié de passionnaire, car il contient aussi les sermons et homélies du sanctoral. Par exemple sur cette page : Sermo sancti Johannis Chris[os]tomi de muliere chananea.

Livres utilisés pour les lectures de matines

La taille et la variété des leçons de matines, ainsi que le décalage entre le cycle de l’Écriture occurrente et les lectures patristiques et hagiographiques, étaient peu propices à la rédaction de recueils unifiés pour tous les offices de l’année. Tant que la récitation des heures est restée communautaire, la pratique la plus fréquente était le recours à tout un arsenal de livres, qui n’ont pas été forcément conçus selon des critères liturgiques. Les livres appelés ordinaires, qui organisent le culte et le choix des textes sur l’année, en donnent de nombreux témoignages (cf. Ordines, statuts et coutumes). Celui de la collégiale Saint-Pierre de Lille (Lille, Bibl. mun., ms. 38) par exemple renvoie à une bible en plusieurs volumes, à un homiliaire en quatre tomes (deux d’hiver et deux d’été), un lectionnaire de l’office pour les leçons patristiques et hagiographiques de certaines fêtes du sanctoral (in novo libro) et à une collection de quatre passionnaires (in veteri passionario, in veteri passionali, in novo passionali, in novo passionario) où sont éparpillées les lectures hagiographiques.

Les lectionnaires de l’office

L’usage fréquent de livres sans caractère liturgique pour les lectures de matines explique la rareté relative des recueils unifiés. Les lectionnaires de l’office au sens propre sont ceux qui réunissent les leçons de toutes natures et les organisent selon leur ordre d’apparition dans les offices de l’année4. La réalité est plus nuancée : ils ne contiennent pas toujours la totalité des leçons de l’Écriture occurrente, notamment celles des féries5. Cette lecture de l’évangile du jour avait lieu à la fin de l’heure de matines. Il n’est pas toujours aisé de les distinguer de ces « passionnaires » grossis des lectures patristiques du sanctoral ou de ces « homiliaires » annexant les péricopes hagiographiques. La prudence veut donc qu’on nomme lectionnaire de l’office tout recueil liturgique des lectures de matines qui ne soient uniquement de nature patristique (homiliaires) ou hagiographique (passionnaires). Ultime difficulté, malgré le format respectable de ces manuscrits et un raccourcissement de plus en plus sensible de la taille des lectures à partir du XIe siècle, la masse des textes oblige à scinder le lectionnaire de l’office en plusieurs tomes. Il suffit que l’ensemble ne nous en soit pas parvenu pour rendre périlleuse la caractérisation d’un volume isolé.

Amiens, Bibl. mun., ms. 142, f. 16v-17. Lectionnaire de l’abbaye de Corbie (partie d’été), Corbie, vers 1150.

Amiens, Bibl. mun., ms. 142, f. 16v-17. Lectionnaire de l’abbaye de Corbie (partie d’été), Corbie, vers 1150.

Ce lectionnaire monastique (partie d’été) compte douze lectures pour les offices dominicaux, conformément au cursus bénédictin. Pour le troisième dimanche après l’octave de Pâques (Dominica tertia post octabas Pasche) sont réunies les huit lectures bibliques des deux premiers nocturnes (Épître de saint Jacques apôtre) et l’homélie de Bède le Vénérable sur l’évangile de Jean, correspondant aux quatre leçons du dernier nocturne.
Pour les dimanches ordinaires après l’octave de la Pentecôte, les leçons de l’Écriture occurrente (f. 31-55) sont compilées séparément des homélies (f. 55-69).

Amiens, Bibl. mun., ms. 142, f. 80v. Lectionnaire de l’abbaye de Corbie (partie d’été), Corbie, vers 1150.

Amiens, Bibl. mun., ms. 142, f. 80v. Lectionnaire de l’abbaye de Corbie (partie d’été), Corbie, vers 1150.

Dans le même tome de ce lectionnaire de Corbie sont compilées les lectures du sanctoral d’été (f. 70-177). La fête de saint Médard (8 juin) annoncée par la rubrique (In natali sancti Medardi, almi confessoris) est pourvue d’un propre incomplet, limité à huit lectures hagiographiques. L’homélie du troisième nocturne est à prendre au commun des saints (f. 177-200v), dans la catégorie des confesseurs pontifes.
On remarquera, à la fin de l’article précédent, le renvoi à l’évangile du jour de la fête antérieure : Evangelium ‘Nemo lucernam accendit’ [Luc. 11, 33].

Le choix des répons de matines est induit par celui des lectures : ils sont parfois insérés dans les lectionnaires de l’office. Certains manuscrits intercalent même entre les lectures tout le propre de matines : invitatoires, hymnes, antiennes, etc. En tel cas et en l’absence d’articles pour les heures diurnes, le livre peut être intitulé « nocturnal » ou « lectionnaire-nocturnal ».

Du collectaire au bréviaire

Il reste deux types de pièces liturgiques de l’office que les manuscrits examinés dans les paragraphes ci-dessus ne contiennent jamais : les capitules et les collectes. Il s’agit pour les premiers de lectures courtes ; pour les secondes, des oraisons concluant les heures. Ils ont en commun d’être présents à toutes les heures6, de varier peu ou pas du tout à prime et complies, mais surtout d’être prononcés par le président de l’office. Les collectes ont en outre l’avantage de refléter le rythme hebdomadaire du temporal, qualité dont n’est dotée aucune autre pièce de l’office à part les antiennes du Magnificat. En effet, même quand la variabilité est la plus faible (pendant le temps ordinaire), la collecte change au moins chaque dimanche et lui est toujours propre. La collecte est aussi la première oraison de tout formulaire de messe (cf. Le sacramentaire). Les collectes de laudes, tierce, sexte et none peuvent être différentes, mais l’office du jour reprend au moins à vêpres ou à laudes la collecte de la messe du jour. Ces qualités prédisposaient les recueils de collectes à devenir le noyau autour duquel allaient être fédérés les propres.

Le collectaire

La définition rigoureuse du collectaire devrait ne s’appliquer qu’aux livres produisant uniquement des collectes. Si ce type de recueils est largement répandu, sont aussi qualifiés de collectaires de nombreux manuscrits dotés d’autres pièces de l’office (cf. infra). Par ailleurs, un collectaire « strict » ne tient pas beaucoup de place, si bien que le même livre accueille souvent d’autres textes à caractère rituel destinés au célébrant, en particulier l’exorcisme du sel et de l’eau, nécessaire aux nombreuses aspersions d’eau bénite prévues par le culte.

Cambrai, Bibl. mun., ms. 42, f. 2. Collectaire à l’usage de Cambrai, Nord de la France ? seconde moitié du XIVe s.

Cambrai, Bibl. mun., ms. 42, f. 2. Collectaire à l’usage de Cambrai, Nord de la France ? seconde moitié du XIVe s.

Les collectes se suivent sans intercalation d’autres pièces de l’office. Il s’agit donc d’un collectaire strict : cette page correspond au début du temporal, qui commence avec les premières vêpres du premier dimanche de l’Avent (Dominica prima in adventu Domini. Sabbato ad vesperas). Les « rubriques » (ici simplement soulignées de rouge) annonçant des collectes pour matines (Ad matutinas collecta) introduisent en réalité celles prononcées à la fin des laudes, elles-mêmes chantées immédiatement après matines.

Cambrai, Bibl. mun., ms. 42, f. 33. Collectaire à l’usage de Cambrai, Nord de la France ? seconde moitié du XIVe s.

Cambrai, Bibl. mun., ms. 42, f. 33. Collectaire à l’usage de Cambrai, Nord de la France ? seconde moitié du XIVe s.

Les propres des offices des saints sont dotés de collectes. Leur compilation dans l’ordre du calendrier, en commençant ici au 29 novembre par les fêtes de saint Saturnin (In die sanctorum Saturnini, Crisanti et Darie martyrum. Ad vesperas et ad matutinas collecta), puis de saint André (In die beati Andree. Ad primas vesperas collecta), constitue le sanctoral de ce collectaire. Il est fréquent de trouver un choix de collectes pour un même office : Item alia collecta.

Cambrai, Bibl. mun., ms. 42, f. 72v. Collectaire à l’usage de Cambrai, Nord de la France ? seconde moitié du XIVe s.

Cambrai, Bibl. mun., ms. 42, f. 72v. Collectaire à l’usage de Cambrai, Nord de la France ? seconde moitié du XIVe s.

Pour les offices de saints dénués de collectes propres, il faut recourir au commun des saints, qui commence ici par la collecte pour un seul apôtre (Incipit commune sanctorum. Et primo de uno apostolo collecta), puis celle pour la fête de plusieurs apôtres (De pluribus apostolis collecta).

La fédération des propres dans les collectaires

En offrant une structure qui reproduit la succession des propres du temps et des saints, les collectaires se prêtaient à l’insertion entre les collectes de pièces de nature différente et, en premier lieu, les capitules7, dits eux aussi par le président de l’office. Si ces derniers ont pu faire l’objet de recueils indépendants, il est beaucoup plus fréquent de les voir annexés au collectaire, soit réunis à part, soit distribués entre les collectes.

Angers, Bibl. mun., ms. 106, f. 16. Collectaire à l’usage de l’abbaye Toussaint d’Angers, Toussaint d’Angers, 1410.

Angers, Bibl. mun., ms. 106, f. 16. Collectaire à l’usage de l’abbaye Toussaint d’Angers, Toussaint d’Angers, 1410.

On remarque l’insertion de capitules disposés, pour chaque article du propre, avant la collecte, comme le veut le cursus de l’office. Pour les premières vêpres de l’Ascension, on relève ainsi : In ascensione Domini. Ad vesperas capitulum ; et, plus loin, Oratio. Tous les propres pourvus de collectes ne possèdent pas forcément de capitules correspondants. On le constate sur cette page pour le mercredi des Rogations (Feria quarta), pour lequel n’est donnée qu’une collecte (Oratio).
Les passages signalés en marge par des cercles de couleur sont des prescriptions relatives aux mêmes jours liturgiques, sans rapport direct avec l’office : processions et messes dans plusieurs églises d’Angers et distributions exceptionnelles de nourriture aux chanoines de Toussaint lors des féries des Rogations et du jeudi de l’Ascension.

Angers, Bibl. mun., ms. 106, f. 16. Collectaire à l’usage de l’abbaye Toussaint d’Angers, Toussaint d’Angers, 1410.

Angers, Bibl. mun., ms. 106, f. 16. Collectaire à l’usage de l’abbaye Toussaint d’Angers, Toussaint d’Angers, 1410.

Dans le même collectaire de Toussaint d’Angers, le capitule et la collecte des premières vêpres du premier dimanche de l’Avent sont suivis d’une série de suffrages (Suffragia de beata Maria […]. Suffragia [de] sanctis Petro et Paulo et de sancto Augustino, quere folio xlvii°. De omnibus sanctis […]). Les suffrages sont des mémoires votifs (cf. Préséances entre les offices) composés d’une antienne, d’un verset et d’une collecte. Par exemple pour celui en l’honneur de la Vierge, les deux premières pièces sont seulement représentées par leur incipit ([Antiphona] ‘Missus est’. V[ersus] ‘Angelus Domini’) et seule l’oraison est transcrite en entier.
Les suffrages sont dits après la collecte à vêpres et à laudes pendant la majeure partie de l’année, d’où leur présence ici, à la première page du sanctoral, après la collecte des premières vêpres par lesquelles commence le temporal.

Angers, Bibl. mun., ms. 103, f. 10v. Collectaire à l’usage de l’abbaye Saint-Maixent, Saint-Maixent, XIe s.

Angers, Bibl. mun., ms. 103, f. 10v. Collectaire à l’usage de l’abbaye Saint-Maixent, Saint-Maixent, XIe s.

La première partie du volume rassemble les capitules propres des offices, ici pour la vigile et le jour de Noël, sans qu’on relève pour autant la présence de collectes : celles-ci sont compilées à part dans la seconde moitié du manuscrit.
On notera la dénomination équivoque de l’heure (Ad matutinas laudes) à laquelle est destiné le premier capitule de cette page : c’est bien des laudes, et non des matines qu’il s’agit. Les autres rubriques (Ad sextam. Ad nonam.) se réfèrent aux petites heures. La quatrième (Alium capitulum) propose un capitule supplémentaire au choix.

Angers, Bibl. mun., ms. 103, f. 45. Collectaire à l’usage de l’abbaye Saint-Maixent, Saint-Maixent, XIe s.

Angers, Bibl. mun., ms. 103, f. 45. Collectaire à l’usage de l’abbaye Saint-Maixent, Saint-Maixent, XIe s.

Les collectes, compilées à part dans le même manuscrit, sont aussi rangées par propres. Sur cette page se trouve celui de la vigile de Noël (viiii kalendas januarii, vigilia natalis Domini : c’est la date de Noël et non de la vigile qui est précisée ici), soit l’équivalent pour les collectes des capitules de l’image précédente.

Pour être la plus répandue, cette formule de « collectaire augmenté » est loin d’être la seule. Les manuscrits offrent tout un éventail de possibilités, rendant la composition des articles des propres extrêmement variable. La liste présentée ci-dessous ne doit en aucun cas être considérée comme exhaustive. Un article de propre complet peut contenir (classement progressif) :

  • capitules (éventuellement accompagnés de leurs répons brefs), antiennes des cantiques évangéliques et versets de laudes et vêpres (ou de vêpres seules), collectes ;
  • capitules (éventuellement accompagnés de leurs répons brefs), antiennes des cantiques évangéliques, hymnes et versets de laudes et vêpres (ou de vêpres seules), collectes ;
  • même composition, plus l’antienne du premier psaume des heures diurnes ;
  • propre complet des heures diurnes, y compris les antiennes des psaumes ;
  • même composition, plus l’invitatoire de matines ;
  • propre complet pour toutes les heures, y compris les répons de matines, mais sans les lectures correspondantes.

Avignon, Bibl. mun., ms. 177, f. 9. Collectaire d’Avignon, Provence ? 1396.

Avignon, Bibl. mun., ms. 177, f. 9. Collectaire d’Avignon, Provence ? 1396.

Le temporal commence avec l’article du premier dimanche de l’Avent : Dominica prima de adventu Domini. Le propre des premières vêpres est composé d’un capitule, qui doit servir aussi à tierce et aux secondes vêpres (In utrisque vesperis et ad tertiam capitulum), d’un hymne, dont seul l’incipit est donné (hympnus), suivi du verset (v[ersus]… r[esponsorium]), de l’antienne du Magnificat (ad Magnificat antiphona) et de la collecte (Oratio).
La longue rubrique qui suit contient les prescriptions relatives à la récitation des suffrages après la collecte de l’office du jour : Ab isto die ad octabas Epiphanie, et a dominica de Passione usque ad octabas Penthecostes, non fit commemoratio de apostolis nec de pace, nec in festivitatibus sancte crucis, angelorum et festorum dupplicum, nec infra octabas eorum (On ne fait pas de commémoraison [suffrage] des apôtres et de la paix, de ce jour [premier dimanche de l’Avent] à l’octave de l’Épiphanie, du dimanche de la Passion à l’octave de la Pentecôte, pas plus qu’aux fêtes de la sainte croix, des anges et aux fêtes de rit double, ni sous leurs octaves). La présence de ce genre de prescriptions est fréquente dans les collectaires, destinés au président de l’office.

Avignon, Bibl. mun., ms. 177, f. 15. Collectaire d’Avignon, Provence ? 1396.

Avignon, Bibl. mun., ms. 177, f. 15. Collectaire d’Avignon, Provence ? 1396.

Sur cette page sont copiés les capitules et les répons brefs de sexte et none de la vigile de Noël, puis les antiennes des psaumes des premières vêpres de Noël. On pourrait s’en étonner, car les articles des dimanches et féries de l’Avent ne contenaient pas les antiennes propres des psaumes de vêpres, ni les répons brefs propres. C’est là une difficulté souvent rencontrée : la composition des articles n’est pas toujours homogène au fil du manuscrit. Chaque collectaire répond aux besoins spécifiques d’une communauté : sa composition peut être dictée par la nécessité de compléter d’autres livres qu’elle utilise pour l’office, mais dont les propres sont déficients ou lacunaires.
Par ailleurs, le fait que la destination liturgique des premières vêpres de Noël ne soit pas mentionnée ne doit pas surprendre : il est rare que le passage de l’office d’une vigile à celui de la fête soit indiqué explicitement.

Cambrai, Bibl. mun., ms. 27. Collectaire de Cambrai. Cambrai, avant 1173.

Cambrai, Bibl. mun., ms. 27. Collectaire de Cambrai. Cambrai, avant 1173.

L’article du dix-septième dimanche après l’octave de la Pentecôte (première colonne de la page de droite : Dominica xvii) contient, aux premières vêpres (ad vesperas) :

  • l’incipit de l’antienne ordinaire (antiphona) du premier des psaumes chantés le samedi soir (l’incipit du psaume est signalé par « psalmus : Idem », car le texte de son antienne en reprend le premier verset) ;
  • le capitule (capitulum) ;
  • l’incipit de l’hymne (hymnus) ;
  • l’incipit du verset (versus) ;
  • l’antienne du Magnificat (antiphona) ;
  • la collecte (collecta), qui répète ici celle dimanche précédent (« ut supra ») qu’on voit copiée en entier dans la première colonne de la page de gauche.

Aux laudes (In matutinis laudibus) :

  • l’incipit de l’antienne ordinaire et du premier psaume (antiphona – psalmus) ;
  • le capitule (capitulum) ;
  • l’incipit de l’hymne (hymnus) ;
  • l’antienne du Benedictus (in evangelium antiphona) ;
  • la collecte (collecta). C’est la collecte propre de ce dimanche, tirée du formulaire de la messe du jour.

Antiennes, capitules, répons brefs et collectes des petites heures sont ceux du dimanche précédent (page de gauche) : Ad alias horas ut supra.
Aux secondes vêpres (ad vesperas) :

  • l’incipit de la première antienne ordinaire et du premier psaume (antiphona – psalmus) ;
  • le capitule (capitulum) ;
  • l’incipit de l’hymne (hymnus) ;
  • l’antienne du Magnificat (in euvangelium antiphona) ;
  • la collecte (collecta). C’est la collecte propre de ce dimanche, tirée du formulaire de la messe du jour et déjà dite à laudes (d’où le renvoi « ut supra »).

Sauf exception (féries des Quatre-Temps de septembre), l’office des féries des semaines après l’octave de la Pentecôte n’ont pas de propre, d’où leur absence sur cette double page.
Si complet qu’il paraisse, ce propre est loin de suffire à lui seul à la récitation de l’office d’un dimanche ordinaire. Un collectaire « augmenté » de ce type suppose au moins l’existence de livres pour les lectures de matines et d’un antiphonaire pour les répons correspondants. Les autres pièces manquantes appartiennent à l’ordinaire de l’office.

Paris, Bibl. Mazarine, ms. 443, f. 86v. Collectaire franciscain, Paris, vers 1470-1480.

Paris, Bibl. Mazarine, ms. 443, f. 86v. Collectaire franciscain, Paris, vers 1470-1480.

Cette page contient tout le propre des laudes du dimanche de Pâques : les antiennes des psaumes, le capitule, l’antienne du Benedictus et la collecte. Il manque pourtant à ce manuscrit quelques éléments pour pouvoir être qualifié de bréviaire, livre censé contenir la totalité des propres, y compris ceux de matines. Or, si l’on trouve bien les invitatoires, hymnes, antiennes des psaumes et répons de matines, les lectures correspondantes font défaut, sauf pour quelques fêtes du sanctoral et le commun des saints (f. 255-400). Le titre de diurnal ne convient pas non plus à ce manuscrit, puisqu’il ne se limite pas rigoureusement aux heures diurnes.

La terminologie actuelle est impuissante à rendre l’infinie variété de contenu de ces « collectaires augmentés ». L’appellation « livre de l’hebdomadier » ne résout pas la difficulté : l’hebdomadier est la charge qui oblige à tour de rôle (théoriquement chaque semaine) un chanoine à présider l’office. Or la plupart des collectaires, qu’ils contiennent les collectes seules, ou l’ensemble des capitules, antiennes évangéliques (entonnées par le président de l’office) et collectes, est susceptible de lui servir.

De même, le terme de diurnal ne peut convenir qu’aux livres contenant l’intégralité des propres des heures diurnes et aucune pièce de matines. Or rares sont les manuscrits répondant exactement à ce critère : il est fréquent en revanche qu’un prétendu diurnal contienne les invitatoires, antiennes et répons de matines, mais sans les lectures. Cette omission empêche qu’on le qualifie de bréviaire, mais le titre de diurnal ne lui convient pas davantage. Enfin, les livres spécialisés dans une heure particulière de l’office comme le vespéral sont des créations exceptionnelles et plutôt tardives.

Paris, Bibl. Mazarine, ms. 363, f. 133. Collectaire célestin, Paris ? second quart du XVe s.

Paris, Bibl. Mazarine, ms. 363, f. 133. Collectaire célestin, Paris ? second quart du XVe s.

L’article du dimanche de l’Avent (Sabbato primo in Adventu) contient aux premières vêpres le rappel de l’antienne ordinaire, le capitule, le répons bref, l’incipit de l’hymne, le verset, l’antienne de Magnificat et la collecte. Il se prolonge par le propre de matines dont on relève ici l’invitatoire, l’hymne et les antiennes de psaumes. Pour autant ce manuscrit n’est pas un bréviaire (cf. image suivante).

Paris, Bibl. Mazarine, ms. 363, f. 141. Collectaire célestin, Paris ? second quart du XVe s.

Paris, Bibl. Mazarine, ms. 363, f. 141. Collectaire célestin, Paris ? second quart du XVe s.

Ce manuscrit n’est pas un bréviaire, car les répons de matines se succèdent immédiatement sans laisser de place aux lectures. Ce n’est pas non plus un diurnal, puisqu’il contient une partie du propre des matines.

Le bréviaire

Le bréviaire est une sorte de collectaire plénier, degré maximal de l’intégration des propres8, englobant le lectionnaire de l’office. L’intégration des leçons de matines, qui le distingue de tous les collectaires « augmentés », n’a été rendu possible que par une réduction drastique de la taille des pièces, qui affecte toutes les lectures, leçons de matines et capitules. C’est justement ce processus d’abréviation qui a donné son nom au bréviaire (breviarium, breve). Qui plus est, les chants (invitatoires, antiennes, hymnes, etc.) n’y figurent parfois que par l’incipit9. Même très succinct, le bréviaire reste encore trop volumineux pour qu’un seul tome suffise à le contenir : il est généralement divisé en une partie d’hiver et une autre d’été.

La compilation des lectures de matines cause les mêmes difficultés que dans les lectionnaires de l’office : les leçons bibliques d’août à l’Avent (voire toutes celles de l’année) forment un ensemble à part, car non réductible au propre des dimanches ordinaires après l’octave de la Pentecôte.

Beaucoup de bréviaires incluent un psautier, placé le plus souvent en tête du volume, après le calendrier10. Enfin, comme dans certains lectionnaires de l’office, l’évangile des dimanches et de certaines fêtes complète parfois les propres de matines.

Amiens, Bibl. mun., ms. 115, f. 1. Bréviaire de l’abbaye de Corbie, Corbie, avant 1173.

Amiens, Bibl. mun., ms. 115, f. 1. Bréviaire de l’abbaye de Corbie, Corbie, avant 1173.

Le format imposant de ce manuscrit permet de voir sur une seule page de l’article du premier dimanche de l’Avent (Dominica prima adventus Domini) un échantillon assez large de pièces du propre pour caractériser un bréviaire : Capitule, répons bref, hymne, verset, antienne du Magnificat (In evangelio antiphona) et collecte des premières vêpres, invitatoire et hymne au début de matines, antiennes, verset, première leçon et premier répons du premier nocturne. L’intercalation des lectures de matines dans le reste du propre est le critère qui distingue le bréviaire des collectaires « augmentés » évoqués plus haut.

Amiens, Bibl. mun., ms. 115, f. 2v-3. Bréviaire de l’abbaye de Corbie, Corbie, avant 1173.

Amiens, Bibl. mun., ms. 115, f. 2v-3. Bréviaire de l’abbaye de Corbie, Corbie, avant 1173.

Trois pages plus loin, on se trouve encore dans le propre du premier dimanche de l’Avent, avec les quatre lectures du troisième nocturne (Homélie de saint Jean Chrysostome sur l’évangile de Matthieu [21, 1] ‘Cum appropinquasset’). Comme ce bréviaire est à l’usage des moines de Corbie, il suit le cursus bénédictin et compte donc douze lectures et répons à matines.
Le texte complet de l’évangile du jour est copié en entier après le répons de la douzième lecture (seconde colonne de la page de droite : secundum Matheum). On se rappelle que le choix de cette péricope évangélique à la place de Luc 21 est un reliquat de l’époque où l’Avent pouvait s’étendre sur cinq semaines au lieu de quatre (cf. Le temporal).

Paris, Bibl. de l’Université, ms. 1220, f. 6. Bréviaire de Paris, Paris ? premier quart du XIIIe s.

Paris, Bibl. de l’Université, ms. 1220, f. 6. Bréviaire de Paris, Paris ? premier quart du XIIIe s.

Après le calendrier, ce bréviaire commence par un psautier abrégé (les psaumes ne sont pas copiés en entier), suivi néanmoins des cantiques bibliques et évangéliques, du Te Deum, du Quicumque vult et d’une litanie des saints. N’y figure aucune autre pièce de l’ordinaire de l’office. Sur cette page par exemple, le ps. 1 ‘Beatus vir’ n’est pas précédé par son antienne ordinaire.

Paris, Bibl. de l’Université, ms. 1220, f. 53v. Bréviaire de Paris, Paris ? premier quart du XIIIe s.

Paris, Bibl. de l’Université, ms. 1220, f. 53v. Bréviaire de Paris, Paris ? premier quart du XIIIe s.

Le même bréviaire contient un temporal, un sanctoral et un commun des saints. On retrouve dans cette image la succession des lectures de matines suivies de leurs répons. C’est leur présence, en plus des chants et oraisons propres, qui permet d’identifier la nature de ce manuscrit.

À l’instar du Psautier devenu synonyme d’ordinaire de l’office depuis la réforme tridentine, le Bréviaire a fini par signifier la compilation exhaustive des propres11 : ainsi, prendre une antienne au Bréviaire revient à dire qu’il faut la chercher dans le propre.

Comment reconnaître et nommer les livres du propre de l’office ?

Le premier réflexe est de repérer présence de propres du temps et/ou des saints, en faisant abstraction du calendrier et du psautier, des textes rituels, des offices votifs et des rubriques générales. On distinguera les différentes catégories de livres par le contenu des articles des propres (pour plus de sûreté, faire porter l’examen sur un propre complet du temporal, par exemple celui du dimanche de la Septuagésime).

  • Hymnes seuls : hymnaire.
  • Antiennes, répons et invitatoires : antiphonaire.
  • Lectures de matines seules, sous forme de péricopes organisées par propre : lectionnaire de l’office. On précisera la nature des lectures. S’il s’agit seulement d’homélies et de sermons patristiques : homiliaire. Seulement de textes hagiographiques : passionnaire.
  • Tout ou partie du propre sauf les lectures de matines : collectaire, pour lequel on précisera la nature des pièces liturgiques présentes (collectes seules ; capitules et collectes ; capitules, antiennes des cantiques évangéliques et collectes, etc.). Si ne manque que le propre des matines, mais que celui des heures diurnes est complet, on pourra parler de diurnal. En revanche, on évitera d’employer le terme de livre de l’hebdomadier.
  • Tout le propre, y compris les lectures de matines, même très écourtées : bréviaire.
  • Tout le propre d’une heure particulière de l’office : nocturnal (matines), vespéral (vêpres).
  • La présence d’un psautier dans les livres du propre de l’office sera signalée dans le titre donné aux manuscrits autres que les collectaires, diurnaux et bréviaires : psautier-antiphonaire, psautier-hymnaire, etc.
  • Ne pas oublier que rien n’interdit les assemblages les plus inattendus : psautier-lectionnaire, collectaire-évangéliaire, collectaire-hymnaire, etc.
  1. Ces recueils typologiques peuvent contenir aussi les pièces correspondantes appartenant à l’ordinaire de l’office, mais qui, vu leur petit nombre, y tiennent une place mineure. []
  2. Il est fréquent d’y relever également les versets, mais sans qu’il soient copiés en leur entier : la mémoire orale suffisait à en deviner le répons. []
  3. Il ne faut pas considérer comme une règle absolue pour le Moyen Âge cette affectation des lectures, qui n’est devenue rigoureuse qu’avec la réforme du Bréviaire par le pape Pie v : celle-ci a renforcé le poids de l’Écriture occurrente, systématisé la distribution des catégories de textes entre les nocturnes (Écriture occurrente au premier nocturne, sermon au second, homélie au troisième) et réduit les leçons hagiographiques à la portion congrue (limitées au second nocturne, à défaut de sermon). []
  4. Ce qui ne va pas sans difficulté pour les dimanches ordinaires après l’octave de la Pentecôte, puisque le cycle mensuel des lectures bibliques ne coïncide pas avec celui des homélies, qui suit le décompte des dimanches. Aussi les leçons du temps entre août et l’Avent sont-elles le plus souvent traitées sous forme de deux séries contiguës mais indépendantes dans les lectionnaires de l’office et les bréviaires. Certains usages ont opté toutefois pour une coïncidence des lectures bibliques avec le cycle homilétique en les appropriant aux dimanches ordinaires. []
  5. Il est fréquent en revanche qu’ils soient augmentés de péricopes évangéliques correspondant à l’évangile du jour pour la messe (cf. Livres des lectures de la messe). Cette lecture de l’évangile du jour avait lieu à la fin de l’heure de matines. []
  6. Quand l’heure de laudes était dite immédiatement après matines, sa collecte servait de conclusion à l’ensemble. []
  7. On parle de recueils de capitules plutôt que de capitulaires, ce dernier terme servant aux listes d’incipit de lectures de l’office ou de la messe qui ont précédé l’élaboration des lectionnaires (cf. Ordines, statuts et coutumes). []
  8. On se gardera de penser que l’extension des propres, du collectaire au bréviaire, correspond à une progression chronologique. Du XIe au XVIe siècle, et même dans les manuscrits postérieurs, tous les types de compositions ont coexisté pour répondre à des nécessités différentes (récitation de l’office au chœur ou en privé, complémentation de manuscrits préexistants, dévotion laïque, etc.). []
  9. La contraction des pièces est telle dans certains bréviaires qu’on peut les suspecter de ne pas être employés directement à l’office. Leur utilité serait comparable à celle d’un ordinaire : rassembler en articles unifiés tous les incipit des textes pour faciliter l’usage des autres livres de l’office où ces pièces sont transcrites intégralement et dotées, si besoin, de notations musicales. []
  10. Les psautiers contenus dans les bréviaires présentent la même variabilité de contenu que ceux formant un volume indépendant : ils intègrent plus ou moins l’ordinaire de l’office. Mais quand ce dernier n’y figure pas, il peut être reconstitué dans le bréviaire grâce à l’article du premier dimanche ordinaire après l’Épiphanie. []
  11. Cette équivalence, obtenue après des siècles de perfectionnement, fausse notre appréhension des livres de l’office. La distinction entre les bréviaires et les « collectaires augmentés » est factice. Le catalogage des Bréviaires manuscrits des bibliothèques publiques de France par le chanoine Leroquais, sans rien ôter de son immense mérite, a accentué le malentendu : il a rejeté dans l’ombre les autres livres dérivés du collectaire, qui ne répondent pas aux critères de l’époque moderne et dont on sous-estime la masse considérable. []

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. 26 janvier 2017

    […] de l’office et de la messe, parfois aux livres liturgiques que possède la communauté (cf. Propres de l’office : livres utilisés pour les lectures de […]

  2. 26 janvier 2017

    […] Les propres de l’office : Les propres de l’office constituent une masse considérable de pièces liturgiques, rassemblées dans les manuscrits soit par types (chants, lectures, oraisons), soit par agrégats plus ou moins complets fédérés autour des collectes propres. […]

  3. 26 janvier 2017

    […] annexés dès l’origine à d’autres manuscrits liturgiques, en particulier le collectaire (cf. Propres de l’office). On rencontre enfin de nombreux exemplaires où, aux éléments rituels, sont juxtaposés le canon […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *