Histoire des textes, 1 − les outils

Marie-Hélène JULLIEN (Communication du 2 mars 2006)

Vendôme, Bibl. Mun., ms. 193, f. 8v.

Vendôme, Bibl. Mun., ms. 193, f. 8v.

L’histoire des textes, c’est-à-dire la recherche, la découverte, l’identification et la transmission des écrits de la littérature classique et médiévale est la principale mission de l’Institut de recherche et d’histoire des textes à laquelle se consacrent depuis près de soixante-dix ans les sections linguistiques de cet institut (arabe, hébreu, latin, roman, occitan). Les nombreux instruments de travail qui découlent de cette recherche et dont le catalogue des publications de l’IRHT ne montre que la part émergée de l’iceberg marquent bien le rôle d’expert de notre Institut dans ce domaine.

La première étape est marquée par la découverte de nouveaux textes qui ne peut se faire que grâce à l’examen systématique et méthodique des manuscrits qui nous sont parvenus (environ un million) et dont beaucoup restent encore inexploités dans les recoins obscurs de bibliothèques oubliées. Il fallait évoquer ici le rôle parfois ingrat du catalogueur auquel tous les membres des sections linguistiques de l’IRHT se sont trouvés un jour plus ou moins confrontés : son but n’est pas de faire étalage d’érudition mais d’essayer de relever avec le moins d’erreurs possible les pistes que pourront suivre les différents spécialistes pour mener à bien leurs recherches. Nous avons voulu ici leur donner la parole, pour qu’à travers l’exemple du programme des Codices Chrysostomici Graeci, présenté par Pierre Augustin, les catalogueurs puissent mettre en commun leurs problèmes et leurs solutions

La constitution d’une documentation nombreuse et variée pour mener à bien cette tâche de catalogage a bien vite posé le problème de son stockage. L’avènement de l’informatique et du multimédia ne pouvait que séduire nos chercheurs par la simplicité apparente avec laquelle on pouvait retrouver au milieu des milliers de fiches accumulées dans les différentes sections l’information permettant de mettre un nom sur un texte et de rendre à César ou à quelque moine médiéval, ce qui lui revenait. L’ère des bases données, annoncée par les premiers balbutiements de Médium, a sonné. Dans l’impossibilité de les présenter toutes ici, il a été choisi de donner la parole aux représentants de l’Humanisme, dont la base Budé est un également un modèle de collaboration interdisciplinaire. Mais l’on aura garde d’oublier de signaler au passage les bases des sections arabe (Onomasticon), grecque (Pinakès), romane (Jonas), etc.

Parmi les outils de travail indispensables dans l’élaboration des catalogues figurent les bibliographies, qui non seulement donne au catalogueur un aperçu des dernières études en cours sur tel auteur, mais peut lui permettre, par l’intermédiaire d’index astucieux, de mener à bien certaines identifications de textes. C’est le cas de la BAMAT, présentée par Pascale Bermon.

Pierre Augustin − Le programme des Codices Chrysostomici Graeci (1956-2006). Un inventaire exhaustif des manuscrits chrysostomiens grecs

M.-H. Jullien − Un instrument de travail élaboré : La Clauis scriptorum latinorum medii aevi. Auctores Galliae. 735-987

Pascale Bermon − Outil de recherche et innovation : la BAMAT

Jean-Marie Flamand et Radu Suciu − BUDÉ ou comment synthétiser les informations sur les transmissions de textes à l’époque de l’humanisme

N.B. Cette communication a été publiée en 2006 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/manuscrit/textes.htm).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *