BUDÉ ou comment synthétiser les informations sur la transmission des textes à l’époque de l’humanisme

JEAN-MARIE FLAMAND, RADU SUCIU (Communication du 2 mars 2006)

Europa Humanistica est le nom du programme européen qui vise à étudier les modalités de la transmission des textes anciens et médiévaux dans l’Europe de la Renaissance et à présenter, dans des monographies imprimées et sur des sites web, les transmetteurs de cette culture. Il s’agit du programme principal de la section de l’humanisme de l’Institut de recherche et d’histoire des textes. À cette grande entreprise, il fallait un outil documentaire ambitieux : plusieurs des équipes d’Europa Humanistica (en France, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Espagne, en Hongrie, bientôt en Italie et en Belgique) ont en même temps cherché à mettre à la disposition du public les textes, éditions imprimées ou manuscrits, qui constituent le corpus du programme. La base BUDÉ a donc pour objectif de ressembler les informations dispersées dans les fichiers manuels, à l’IRHT ou ailleurs, portant sur l’humanisme européen dans son ensemble. Elle permet de croiser les données recueillies et de constituer une sorte de carte d’identité des humanistes, de leur cercle de relations intellectuelles et personnelles ainsi que de leurs productions littéraires et philologiques. Cet outil, dont nos équipes aussi bien que les autres instituts spécialisés dans le monde, ont un urgent besoin, est parfaitement inédit. Il sera offert gratuitement à la communauté des chercheurs et au grand public cultivé.

Son originalité tient à sa capacité de gérer aussi bien des informations textuelles qu’iconographiques, utiles pour inventorier les mains d’humanistes et, à terme, les identifier. Fondée à l’origine sur la documentation de la section, cette base a pour vocation de s’ouvrir à d’autres programmes de recherche et à d’autres fonds documentaires intéressant la Renaissance au sens large : la période chronologique couverte par BUDÉ s’étend tout naturellement du XIVe au XVIIe siècle, ou, pour reprendre les termes qui définissent la section de l’humanisme, de Pétrarque à Peiresc. D’ores et déjà, la base BUDÉ, est en relation étroite avec les autres équipes d’Europa Humanistica et s’articulera avec des projets en cours, comme celui des « Bibliothèques virtuelles humanistes » (BVH), mené par le CESR de Tours, qui a déjà numérisé et décrit une centaine d’ouvrages anciens majoritairement conservés dans les bibliothèques de la région Centre.

D’importants remaniements techniques permettent désormais la consultation en ligne et la gestion du multilinguisme (français, italien, espagnol, allemand, néerlandais, anglais, latin), offrant ainsi un accès international plus aisé. Les diverses équipes impliquées dans le projet ont évidemment en permanence la possibilité d’ajouter ou de modifier les informations. La base est construite avec le logiciel de gestion de base de données Mysql/PHP. Elle respecte les normes de description des manuscrits et des imprimés anciens en vigueur et fonctionne exclusivement avec des logiciels libres.

Du point de vue de l’utilisateur, la base offre maintenant la possibilité d’une recherche simple ou complexe permettant de croiser plusieurs modules. Le but est de permettre de retrouver instantanément toutes les publications d’un humaniste, ou tous les manuscrits d’une œuvre ancienne ou toutes les éditions originales publiées par un imprimeur, de satisfaire toutes les curiosités du public ou de rassembler les données nécessaires à la rédaction de monographies complètes sur un humaniste. On pourra aussi trier tous les médecins de l’université de Paris, ou rassembler les professeurs du collège royal sous le règne de François Ier et Henri II ou classer les manuscrits du de Officiis de Cicéron utilisés par les humanistes. On pourra même demander à la base tout ce que l’on a toujours voulu savoir sur la transmission des textes latins à la Renaissance, sans jamais oser vraiment poser la question.

Plus sérieusement, la base présente quelques originalités notables : elle intègre par exemple des aspects paléographiques : annotations manuscrites dans des imprimés anciens, reconnaissance de mains d’humanistes, images de signatures autographes. Outre ces champs fondamentaux, la base offre aussi la possibilité d’interroger un champ de commentaires contenant toutes les informations difficilement classables dans les autres catégories. Des recherches croisées seront de plus en plus rendues possibles grâce à l’interconnexion des modules de saisie. À propos d’un humaniste donné, toutes les informations disponibles dans la base peuvent être synthétisées sur un seul écran, ou exportées vers un logiciel de traitement de texte.

En étroite relation avec la base BUDÉ, plusieurs projets complémentaires sont en cours de développement. Le site Internet www.europahumanistica.org fonctionnant sous SPIP permet l’échange d’informations et leur mise à jour dynamique par toutes les équipes européennes impliquées dans le projet. Des présentations prosopographiques rédigées, accompagnées d’une riche bibliographie, sont d’ores et déjà consultables en ligne comme celle de Jean-Michel Agasse sur Girolamo Mercuriale et son De Arte Gymnastica, Venise, 1569.

Par ses innovations techniques, par son ampleur quantitative et par la finesse de ses articulations, la base BUDÉ vise donc à mettre en place un vaste système de documentation Grâce au financement exceptionnel obtenu via un programme du Ministère de la recherche, 200 000 enregistrements sont prévus à brève échéance. À terme, par l’intégration de données préexistantes dans des fichiers manuels, à l’IRHT ou ailleurs, par la saisie de nouveaux dépouillements, BUDÉ sera un outil encyclopédique portant sur une période chronologique étendue. Produit de la recherche publique, cet outil doit offrir à la communauté des chercheurs de toute discipline qui s’intéressent à cette période, aussi bien qu’au grand public toute la richesse de nos fonds documentaires. On espère qu’il participera dans sa modeste part à la défense de nos études et de notre héritage culturel.

N.B. Cette communication a été publiée en 2006 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/manuscrit/base-bude.htm).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *