Ordines, statuts et coutumes

Jean-Baptiste LEBIGUE

Les intitulés donnés au Moyen Âge aux ouvrages organisant le culte ne suffisent pas à les distinguer. Un Liber ceremonialis peut recouvrir tout autant un ordinaire qu’un cérémonial ou un recueil de statuts, voire un pontifical. De même des appellations telles qu’Ordinarium, Liber rituum, Usus ou Consuetudines ne nous renseignent pas exactement sur la nature du livre. Pareil flottement provient de l’acception très large des termes d’ordo, ceremonia, consuetudo, usus et ritus. La séparation que nous faisons aujourd’hui entre ce qui est cultuel ou non ne vaut pas pour le Moyen Âge : ces cinq termes servent également à caractériser le déroulement d’un sacrement d’extrême-onction et des funérailles, celui d’une messe dominicale, de l’élection d’un pape, un programme de lectures au réfectoire, l’office d’une fête, la distribution de livres au début du carême, etc. La connotation cultuelle est plus forte pour ritus, moindre pour consuetudo, usus et ceremonia. Mais tous peuvent être l’objet d’un ordo, description d’une action liturgique ou non, contenant ou non les incipit ou les textes complets nécessaires à sa célébration. À dire vrai, toute tentative de classement trop contraignant est vouée à l’échec. Même la distinction faite dans les paragraphes qui vont suivre entre documents de base et documents élaborés ne peut rendre compte des innombrables états intermédiaires qui séparent un ordo d’un coutumier liturgique, ou participent à la fois de l’ordinaire et du cérémonial.

Documents de base

Les livres de l’office et de la messe examinés dans les chapitres précédents ne suffisent pas à la célébration du culte, même s’ils sont munis d’un calendrier. Leur fonction est de compiler les pièces liturgiques ordinaires et propres utilisées pendant les cérémonies, non d’en expliquer l’emploi1.

Ordines

C’est sous la forme d’ordines, isolés ou assemblés en recueils, qu’ont été rédigées, dès le Haut Moyen Âge, les premières descriptions de rites que ne contenaient pas les livres de la messe et de l’office : les Ordines Romani. Ces petits « guides » autonomes constituèrent le matériau original à partir duquel furent ensuite élaborés les livres de rites et de prescriptions, dont les ordinaires, cérémoniaux (cf. infra), pontificaux et « rituels » (cf. Rites et sacrements) sont les ultimes rejetons.

Les plus anciens d’entre eux, désignés sous le nom d’Ordines romani, remontent au VIIe siècle, mais sont surtout le fruit de la réforme carolingienne à partir de la seconde moitié du VIIIe siècle2. On les trouve soit isolés sous forme de libelli, soit compilés en collections ou en recueils organisés qui précèdent la constitution des « documents élaborés ». Leur taille et leur objet sont extrêmement variables, allant de la procession de la litanie majeure (Ordo XXI) à l’organisation complète de l’année liturgique (Ordo L).

Par leur antiquité, les Ordines romani constituent une source majeure pour les historiens de la liturgie. Ils ne doivent pas faire oublier que des ordines manuscrits, isolés ou assemblés en collections ont été copiés pendant tout le Moyen Âge et jusqu’à l’époque moderne3. Ces derniers peuvent témoigner des usages propres aux institutions religieuses, qu’il est parfois possible d’identifier par la présence de litanies, la mention des « acteurs » du culte ou des précisions toponymiques (cf. Usages liturgiques).

Amiens, Bibl. mun., ms. 189, f. 19v-20. Ordines et processionnal festif à l’usage de l’abbaye de Val Notre-Dame, Nord de la France ? première moitié du XVIe s.

Amiens, Bibl. mun., ms. 189, f. 19v-20. Ordines et processionnal festif à l’usage de l’abbaye de Val Notre-Dame, Nord de la France ? première moitié du XVIe s.

Il est impossible de faire entrer un manuscrit de ce type dans les catégories de livres liturgiques de l’époque moderne. Sa composition l’apparente autant à un cérémonial, un rituel qu’à un processionnal (cf. http://www.cn-telma.fr/liturgie/notice47).

  • F. 1-6 : Ordo de profession monastique bénédictin.
  • F. 7-36v : Ordo d’extrême-onction et des funérailles, dont on a ici le passage traitant de l’entrée dans l’église de la procession funéraire.
  • F. 37-38v : Ordo pour la réception de l’évêque du lieu, d’un archevêque, d’un légat du siège apostolique, du roi ou du pape.
  • F. 39-43v : Ordo pour la bénédiction des cierges lors de la fête de la Purification de la Vierge.
  • F. 43v-44v : Ordo du mercredi des Cendres.
  • F. 44v-50 : Ordo de la bénédiction des Rameaux.
  • F. 50-63v : Ordo du lavement des pieds du jeudi saint, lecture de la Passion, adoration de la croix, bénédiction du feu nouveau lors de la vigile pascale.
  • F. 63v-65 : Répons de procession pour l’Ascension.
  • F. 65-67 : Répons de procession pour la Fête-Dieu.
  • F. 67-68v : Répons de procession pour la Visitation de la Vierge.
  • F. 68v-70 : Répons de procession pour l’Assomption de la Vierge.
  • F. 70-71v : Répons de procession pour la fête de la dédicace.
  • F. 72-73v : Répons de procession pour la paix ou pour obtenir la victoire.
  • F. 74-75v : Bénédictions de matines.

Les cinquante premiers feuillets constituent un recueil d’ordines, où la description des cérémonies comprend aussi le texte des pièces liturgiques, copiées in extenso et pourvues de notations musicales. Entre tous, l’Ordo d’onction des malades et de funérailles est le plus fréquemment rencontré (cf. Liturgie des défunts).

Recueils d’incipit

Les liturgistes médiévaux entendent aussi par « ordo » la succession des pièces liturgiques dans les propres de l’année. Les expressions « ordo antiphonarii », « ordo legendarum » ou « ordo breviarii » se réfèrent à l’agencement des antiennes, lectures et autres textes tel qu’il apparaît dans les antiphonaires, lectionnaires et bréviaires. Les listes d’incipit, parfois intitulés capitulaires (capitularia), peuvent donc être apparentées aux autres ordines. Il est rare de les voir circuler isolément, mais plutôt comme complément d’un lectionnaire, de livres d’évangiles ou de bibles.

Vendôme, Bibl. mun., ms. 2, f. 1v. Livre d’évangiles, Xe s.

Vendôme, Bibl. mun., ms. 2, f. 1v. Livre d’évangiles, Xe s.

Paris, Bibl. Mazarine, ms. 25, f. 570. Bible, Seconde moitié du XIIIe s.

Paris, Bibl. Mazarine, ms. 25, f. 570. Bible, Seconde moitié du XIIIe s.

Le texte des quatre évangiles est précédé ici par un capitulaire de péricopes évangéliques à usage liturgique. Les derniers feuillets de cette bible présentent un capitulaire des lectures de la messe : épîtres et évangiles, ainsi que les lectures supplémentaires propres à quelques messes de l’année comme celle de la vigile pascale (4e rubrique : In vigilia Pasche). Les incipit sont compilés dans la colonne de gauche et, à droite après la lettre F (finis), les explicit des péricopes.

Statuts

L’observation des pratiques cultuelles dépend de décisions issues des conciles généraux et provinciaux, des synodes diocésains ou des chapitres d’ordres. Les textes législatifs que sont les recueils de statuts et de définitions contiennent donc des dispositions à portée liturgique, qui inspirent ensuite les prescriptions contenues dans les ordinaires, coutumiers et cérémoniaux.

Lyon, Bibl. mun., ms. 506, f. 41. Statuts synodaux du diocèse de Langres, XVe s.

Lyon, Bibl. mun., ms. 506, f. 41. Statuts synodaux du diocèse de Langres, XVe s.

Cet extrait des statuts synodaux du diocèse de Langres traite de matières liturgiques : la célébration de la Saint-Mathias le 25 février des années bissextiles, l’interruption de certains chants ordinaires et des bénédictions nuptiales entre la Septuagésime et Pâques, etc.

Les compilations de statuts et leur distribution par matière finissent par former des recueils organisés, que rien ne distingue vraiment des coutumiers, dont les prescriptions cultuelles peuvent également constituer une part notable. Il arrive aussi que les recueils de statuts et de définitions viennent compléter ou abroger les dispositions d’un coutumier antérieur.

Angers, Bibl. mun., ms. 777, f. 8v. Statuts de la collégiale Saint-Pierre d’Angers, Angers, vers 1465

Angers, Bibl. mun., ms. 777, f. 8v. Statuts de la collégiale Saint-Pierre d’Angers, Angers, vers 1465

Sont rassemblés sous un même en-tête divers statuts concernant respectivement l’attitude décente à garder devant le maître-autel, l’habillement et l’entrée au chœur, l’obligation d’officier pour le chant, la lecture ou les encensements, la préparation des chants et des lectures pour les officiants, etc.

Documents élaborés

Aucune typologie ne prévaut pour les manuscrits de prescriptions au Moyen Âge. Les documents qualifiés ici « d’élaborés » s’apparentent tous à des recueils d’ordines, d’incipit liturgiques et de statuts, mais en restituent le contenu sous une forme composée et structurée, en vue de faciliter l’accès à la législation cultuelle et de préserver les « bons » usages.

Cérémonial papal

À cet égard, le cérémonial papal et ses dérivés cardinalices et épiscopaux ne se sont distingués qu’assez tard des collections d’ordines dont ils sont les héritiers directs. Leur objet est de fixer « l’étiquette » régissant la Curie et le rôle de ses membres : on peut donc y trouver des précisions tant sur les messes célébrées par un cardinal que sur le déroulement des conclaves ou du dîner suivant l’élection d’un nouveau pape. On se reportera, pour l’histoire de leurs rédactions successives et de leur tradition textuelle, aux travaux de Marc Dykmans et de Bernhard Schimmelpfennig4.

Ordinaires

De forme plus complexe et plus achevée, l’ordinaire donne, pour chaque jour de l’année :

  • les renvois par l’incipit aux textes propres de l’office et de la messe, parfois aux livres liturgiques que possède la communauté (cf. Propres de l’office : livres utilisés pour les lectures de matines),
  • la description des pratiques locales ou particulières (processions, représentations de drames, choix et émoluments des officiants, etc.),
  • le règlement des cas d’occurrence et de concurrence susceptibles de se produire (cf. Préséances entre les offices).

C’était un usuel indispensable à la préparation du culte, toujours caractéristique d’un usage particulier et dont la matière est essentiellement liturgique, même si peuvent s’y trouver insérées des prescriptions non-cultuelles (déroulement du synode ou du chapitre général, jeûnes, repas et collations, circulation dans l’église et le cloître, etc.)5.

Cambrai, Bibl. mun., ms. 202, f. 46v-47. Ordinaire de la collégiale Saint-Géry de Cambrai, Cambrai, après 1253.

Cambrai, Bibl. mun., ms. 202, f. 46v-47. Ordinaire de la collégiale Saint-Géry de Cambrai, Cambrai, après 1253.

Cette double page de l’ordinaire de la collégiale Saint-Géry de Cambrai contient les articles relatifs au dimanche des Rameaux, ainsi que du vendredi et du samedi précédents (f. 46v, colonne de gauche), signalés par des initiales de couleur. Les passages rubriqués mettent en valeur l’incipit des pièces liturgiques propres de l’office et de la messe. Le long passage à l’encre brune à partir du bas de la colonne de gauche du f. 47 correspond à la description de la procession des Rameaux. Celle-ci témoigne de l’usage exclusivement local d’un tel ordinaire :

  • en nommant les communautés participant à la procession (chanoines de la cathédrale Notre-Dame, de la collégiale Saint-Aubert et moines de l’abbaye Saint-Sépulcre) ;
  • en précisant la distribution des rôles entre les officiants ;
  • puis en décrivant l’itinéraire à travers la ville (per vicum Magdalene).

Coutumiers liturgiques

Les coutumiers d’ordres monastiques comme les cisterciens ou de chanoines réguliers comme les prémontrés contiennent des nombreux développements relatifs aux questions liturgiques. Ils ne se confondent pas pour autant avec des ordinaires. De nombreux articles, agencés dans l’ordre de l’année liturgique, y traitent du temporal, mais, à l’exception de quelques-unes comme la Purification, les fêtes de saints sont évoquées « en série », rassemblées par catégories (rit, fériation, etc.). Mais surtout, ces coutumiers « liturgiques » ne donnent pas l’incipit des pièces liturgiques propres (sauf pour quelques offices particuliers) et ne transmettent pas d’usages locaux. Les chapitres concernant la liturgie sont mêlés à d’autres portant sur les pratiques non-cultuelles.

Cette table des matières, transcrite à partir d’un exemplaire (Troyes, Bibl. mun., ms. 1153, f. 1-3) du coutumier liturgique que les cisterciens ont rédigé dans la seconde moitié du XIIe s. sous le titre d’Ecclesiastica officia, donnera un aperçu de la manière dont sont agencées les prescriptions :

tableauordines

Cérémonials et constitutions monastiques

Les cérémonials monastiques naissent d’une séparation de plus en plus marquée entre prescriptions cultuelles et non-cultuelles6. Leur rédaction est typique des réformes bénédictines de la fin du Moyen Âge : déjà bien amorcée en 1277 quand les guillelmites (qui suivent la règle de saint Benoît) refondent leurs statuts, cette tendance trouve sa pleine réalisation dans les cérémonials des observances de Bursfeld et de Chezal-Benoît. À dire vrai, le cérémonial n’est jamais que la première section d’un ensemble qu’on trouve parfois sous le titre de Constitutions. L’autre partie, désignée par le terme de « statuts », est en fait un coutumier non-liturgique organisé méthodiquement par matières. Les articles des cérémonials monastiques ne rendent pas les mêmes services qu’un ordinaire : ils ne correspondent pas aux propres de l’année liturgique, mais synthétisent les règles qui doivent diriger les cérémonies du culte sans descendre dans le détail de chacune. Ils s’apparentent ainsi aux « rubriques générales » qui introduisent bréviaires, collectaires et missels dans les deux derniers siècles du Moyen Âge7.

Valenciennes, Bibl. mun., ms. 136, f. 7v-8. Constitutions de Bursfeld, Nord de la France ? première moitié du XVIe s.

Valenciennes, Bibl. mun., ms. 136, f. 7v-8. Constitutions de Bursfeld, Nord de la France ? première moitié du XVIe s.

Valenciennes, Bibl. mun., ms. 136, f. 203. Constitutions de Bursfeld, Nord de la France ? première moitié du XVIe s.

Valenciennes, Bibl. mun., ms. 136, f. 203. Constitutions de Bursfeld, Nord de la France ? première moitié du XVIe s.

La première partie de cet exemplaire des Constitutions de la congrégation de Bursfeld, copié pour l’abbaye bénédictine de Saint-Amand, s’apparente à un coutumier, où n’est évoquée aucune question liturgique. Le second élément de ces mêmes Constitutions de Bursfeld rassemble en revanche toutes les prescriptions concernant le culte. Le traitement « en série » des fêtes par catégories, ici les solennités (De officio divino in solemnitatibus et festivitatibus), rappelle la distribution thématique des coutumiers liturgiques ((On trouvera en ligne le relevé complet des intitulés de chapitres des Constitutions de Bursfeld et de Chezal-Benoît.

Les compilations d’ordines à caractère rituel

Tous les ordines liturgiques ne traitent pas exclusivement de la messe et de l’office. Nombreux sont ceux qui décrivent les actions rituelles et leurs textes (sacrements, funérailles, vœux monastiques, etc.). Ils ont donné lieu à la création de recueils structurés, en particulier le pontifical, centré sur la liturgie spécifique de l’évêque (cf. Rites et sacrements).

  1. Là encore cette distinction est en partie factice : l’ordo missae d’un sacramentaire ou une rubrique générale insérée dans un bréviaire ont leur place dans ce chapitre, la première dans le paragraphe des ordines, la seconde dans celui « documents élaborés ». []
  2. Cf. Michel Andrieu, Les Ordines Romani du haut Moyen Âge, (cf. Bibliographie). []
  3. Les assemblages les plus variés prolifèrent à l’époque moderne, et jusqu’au début du XVIIIe siècle. L’avènement de l’imprimerie n’en a pas entravé la copie manuscrite. Si leurs rubriques détaillées évoquent les chapitres de cérémonials monastiques, ils ont été rédigés à une fin plus précise : réunir, à l’intention d’un ministre particulier (chantre, abbé, évêque, etc.), toutes les indications et les textes nécessaires en certaines occasions, en lui évitant de recourir à plusieurs autres livres. Il n’est pas toujours aisé de déterminer si les manuscrits de ce type étaient seulement prescriptifs ou réellement employés lors des cérémonies liturgiques décrites. []
  4. Marc Dyckmans, Le cérémonial papal de la fin du Moyen Âge à la Renaissance, Bruxelles-Rome, Institut historique belge de Rome, 1977-1985 (Bibliothèque de l’Institut historique belge de Rome, 24-27), 4 t. ; Bernhard Schimmelpfennig, Die Zeremonienbücher der römischen Kurie im Mittelalter, Tübingen, Niemeyer, 1973 (Bibliothek des deutschen historischen Institut in Rom, 40). []
  5. Ce sont les chapitres séculiers (cathédrales et collégiales) qui ont donné à l’ordinaire sa forme la plus typique, dont dérivent directement les ordinaires diocésains. Ceux élaborés par les ordres monastiques ou réguliers répondent à d’autres nécessités : ils leurs permettaient de faciliter l’accès à une législation cultuelle difficile à maîtriser parce que foisonnante et dispersée dans tout un corpus de coutumiers et de statuts. []
  6. Il ne faut pas se laisser abuser par le titre donné à ce type de livre, qui est le descendant direct du coutumier liturgique, alors qu’il n’a aucun rapport avec le cérémonial papal. []
  7. Cette tendance générale à la synthèse des prescriptions et à la simplification des pratiques liturgiques prépare la refonte générale entreprise au XVIe siècle et promulguée par le pape Pie V. []

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 26 janvier 2017

    […] Les manuscrits conservés témoignent de la place considérable tenue par la liturgie des funérailles. L’ordo d’extrême-onction, fréquemment suivi de prescriptions et de textes nécessaires aux obsèques, est le plus fréquemment rencontré dans les livres à caractère rituel (cf. Rites) et se trouve souvent annexé à des collectaires, bréviaires, sacramentaires ou missels. La mention des officiants dans les rubriques et la présence de litanies permettent parfois d’en déduire l’usage (cf. Ordines, statuts et coutumes)1. […]

  2. 26 janvier 2017

    […] les aspersions1, etc. Tous ces sacrements et rites ont été décrits dans des ordines (cf. Ordines, statuts et coutumes), qu’on qualifie généralement de « rituels ». Il est fréquent de trouver ces ordines […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *