L’étude codicologique du manuscrit 193 de Vendôme

Guy LANOË

Les notices des différents catalogues peuvent être complétées par quelques observations effectuées directement sur le manuscrit. Partons des éléments généraux les plus sûrs, pour aller ensuite vers les détails et les points problématiques. Ainsi se précisera l’organisation du codex du vivant de Geoffroy de Vendôme, puis après sa mort.

  • 97 f. 210 × 120 mm (justification, ou surface écrite : 142/54 × 70 mm).
  • 24 longues lignes par page jusqu’au f. 85v, puis 25 longues lignes du f. 86r à la fin ; réglure à la pointe sèche ; la piqûre subsiste.

Disposition du parchemin

La plupart des cahiers qui constituent le manuscrit sont des quaternions, composés de 4 bifeuillets, soit 8 feuillets ou 16 pages. Le schéma suivant présente le cas d’une feuille de parchemin pliée en 8 feuillets, ce qui n’est pas forcément le cas du manuscrit de Vendôme (il est impossible de savoir aujourd’hui comment ont été fabriqués les cahiers).
En cliquant sur l’image pour l’agrandir, le processus de pliage des feuillets est détaillé, avec leur foliotation de 1 à 8.

Les côtés chair et poil sont alternés à chaque recto (PCPC/PCPC), ce qui conduit à mettre en regard (verso/recto) des surfaces de même nature. Cette disposition, la plus naturelle et la plus courante, place systématiquement le côté poil, le plus résistant, au contact du fil de couture. Voir sur le manuscrit, f. 10v-11, au milieu du 3e cahier un quaternion, le détail du fil de couture. Au f. 10v, on reconnait le côté poil du parchemin à sa granularité particulière.

Composition des cahiers

Livre ouvert, à plat, chaque cahier est représenté par une ligne de couleur. Bleu : bifeuillet ; Orange : binion ; Rouge : quaternions ; Vert : ternions ; Gris : folios de garde marron : ais de reliure.

Dans le tableau suivant, le nombre de feuillets par cahier est mis en exposant. L’illustration représente le début de chaque feuillet. (Observation : aucun des 15 cahiers composant ce manuscrit ne porte de signatures ou de réclames.)

 

Contregarde sup. décollée et cousue au premier cahier (f. [A])

 

12 (f. 1-2) : un bifeuillet constitué de 2 feuillets indépendants collés l’un à l’autre

24 (f. 3-6) : un binion

38-98 (f. 7-62) : 7 quaternions

106 (f. 63-68) : un ternion

114 (6 – 2) (f. 69-72) : un ternion dont les deux derniers feuillets ont été découpés

 

128 (6 + 2) (f. 73-80) : un ternion où deux feuillets de plus petites dimensions ont été introduits (140 × 115 mm, 22 longues lignes [f. 73] et 16 longues lignes [f. 76] ; f. 76v blanc)

136 (8 – 2) (f. 81-86) : un quaternion dont les 6e et 7e feuillets ont été découpés ; la marge inf. du f. 86 a été découpée

146 (f. 87-92) : un ternion où la marge inf. du f. 91 a été découpée

155 (8 – 3) (f. 93-97) : un quaternion dont le 3e feuillet a été découpé et les 4e-5e feuillets ont été arrachés

  

Contregarde inf. décollée de l’ais et recollée à la fin du dernier cahier (f. [B])

Les copistes

La copie a été exécutée par une douzaine de mains, très proches les unes des autres ; les changements correspondent toujours à l’introduction d’un nouveau texte (f. 7r, 64v, 69r, 70r, 78r, 82v, 84r, 90r, 96v).

f. 064v – f. 065


Changement de main, passage à des initiales rouges non décorées.

  • Exemples de changement de mains :

f. 69r –Comparer les ligatures c-t dans auctoritate et actor

f. 78r – Remarquer l’écriture plus serrée du deuxième scribe et comparer les mots virgine et virgo.

  • La main que nous appellerons A est responsable de la transcription des f. 1-2, 3-6 et 69.

f. 01v – f. 02

f. 02v – f. 03

f. 68v – f. 69

Comparons la lettre g dans différentes écritures du codex : cette lettre peut présenter de grandes variations d’une main à l’autre, car le copiste doit lever 3 fois la plume pour la former.

  • Abréviation du mot gloria (gla) noter la différence entre les g.

Main A au f. 1r

Main du f. 78r

  • Comparaison de la suite magn- entre 5 mains différentes.

main A au f. 1v

Main du f. 7r

Main du f. 67v

Main du f. 70r

Main du f. 78r

On retrouve la main A à la fin du manuscrit 49 de la Bibliothèque municipale de Vendôme (Grégoire le Grand, Lettres ; origine : La Trinité de Vendôme, avant 1119 ?), pour transcrire le petit traité de Geoffroy de Vendôme De la simonie et de l’investiture des laïcs, adressé à Calixte II.

  • Comparer la main dans les deux manuscrits.

f. 3v : exemple de l’écriture de la main A

Vendôme, Bibl. mun.,, ms. 49, f. 170r

  • ​Indication du copiste pour le rubricateur (f.72v, dans la marge sup.).

Les anomalies

Le manuscrit se présente comme une entité parfaitement homogène (auteur, texte, origine, date, etc.), mais cette cohérence apparente ne résiste à pas l’observation. Le corps central du manuscrit (f. 7r à 62v) est constitué de 7 cahiers de 8 feuillets (quaternions) ; cette unité matérielle se trouve renforcée par l’unité paléographique et textuelle évidente du f. 7r au f. 64v. Le 10e cahier compte 6 feuillets (ternion) et les choses se compliquent : changement de main au f. 64v et abandon des initiales peintes et festonnées pour un recours à une simple initiale rouge.

f. 52v : initiale O décorée

f. 64v : changement de main et initiale rouge simple

Tous les cahiers sont ensuite irréguliers :

– Le 11e cahier a été amputé des 2 derniers feuillets.

– Le 12e cahier est un ternion dans lequel 2 petits feuillets (f. 73 et f. 76) ont été introduits pour combler des lacunes textuelles signalées par des croix aux f. 72v et 75v.

Croix au f. 72v

F. 73

Croix au f. 75v

f. 76

​Ces lacunes, qui affectent le même sermon de Geoffroy Sur la nativité du Seigneur, peuvent-elles être mises sur le compte d’une distraction du copiste ? Sans doute pas. Il faut alors admettre soit que l’auteur a revu et complété son sermon, soit que le copiste transcrivait un manuscrit lui-même lacunaire.

  • Le 13e cahier est un quaternion duquel 2 feuillets ont été soustraits, sans lacune dans le texte.
  • Le 14e est un ternion.
  • Le 15e est un quaternion duquel 3 feuillets (le 3e et le bifeuillet central) ont été soustraits au XVIIsiècle, engendrant la lacune textuelle qui est au centre de notre enquête.

Étapes de la construction du codex

On peut donc distinguer 3 étapes dans la construction du manuscrit 193 :

1) une première partie systématique, bien conçue, bien supervisée. Elle porte sur les cahiers 3 à 9 et le début du 10e, soit plus précisément sur les f. 7r à 64v.

2) une seconde partie plus improvisée (les textes sont, il est vrai, plus récents, tous postérieurs à 1119). Les cahiers sont irréguliers et les copistes plus nombreux. Le correcteur intervient de façon plus abrupte. Cette partie s’achève brutalement à la fin d’un cahier, au milieu d’une lettre au pape Honorius II écrite en 1129 (f. 97v).

3) un remaniement du manuscrit est effectué après la mort de Geoffroy (1132), avec l’introduction en tête du manuscrit de 2 cahiers, copiés de la main qui est déjà intervenue au f. 69 pour transcrire les 3 hymnes à Marie-Madeleine :

  • 3a) le premier de ces cahiers ne comporte que 2 feuillets. Le texte est normalement aéré jusqu’au dernier quart du f. 2r, où, pour achever la copie, il est brutalement resserré, étendu dans la marge extérieure et poursuivi dans la marge inférieure, ce qui libère l’espace pour l’illustration au verso.
  • 3b) le second compte 4 feuillets (binion) ; on retrouve aux ff. 3r° et 3v° de ces cahiers les initiales rouges très simples, qui apparaissent dans le corps du manuscrit à partir du f. 64v. Le resserrement du texte, f. 2r, permet de libérer totalement le f. 2v pour l’illustration ; de mettre en face, f. 3r, la totalité de l’opuscule 13r, et donc de regrouper en tête du manuscrit les 3 opuscules sur la miséricorde promise au pécheur.

Ex-libris

Ce recueil des œuvres de Geoffroy de Vendôme a été exécuté à La Trinité et n’a probablement jamais quitté l’abbaye. Il ne porte aucune marque de possession antérieure au XVIIe siècle. On relève cependant deux ex-libris et une ancienne cote :

Congregationis Sancti Mauri monasterii Vindocinensis (f. 1r) : cet ex-libris figure, de la même main, sur de nombreux manuscrits de La Trinité de Vendôme. Ici comme sur les autres volumes, il semble avoir été porté à la fin du XVIIe ou au début du XVIIIe siècle.

Monasterii Vindocinensis Congregationis Sancti Mauri (f. 4r) : comme le précédent, cet ex-libris figure sur de nombreux manuscrits de la bibliothèque de Vendôme. Plus tardif (milieu du XVIIIe siècle), il est le plus souvent porté verticalement entre les colonnes, quand la mise en page en comporte, ou dans la marge interne comme ici.

f. 3r : la cote C ou Codex suivie d’un nombre a été portée au XVIIIe siècle au 1er feuillet des manuscrits de Vendôme. Elle ne figure pas dans le catalogue de la bibliothèque publié par le bénédictin Bernard de Montfaucon (Bibliotheca bibliothecarum manuscriptorum nova, Paris, 1739, 2, p. 1202-1204) ; en revanche, elle figure dans le catalogue révolutionnaire dressé par l’ex-oratorien Julien Londiveau qui, pour le reste, reprend purement et simplement le catalogue de Monfaucon (Vendôme, BM, ms. 331, pièce 1 : Manuscrits de la bibliothèque de l’École centrale du département de Loir-et-Cher, à Vendôme, l’an V [1796-1797]. Le catalogue de Londiveau a été lui-même repris et édité par G. Haenel (Catalogi manuscriptorum, Leipzig, 1830, p. 492-498), que reproduit J.-P. Migne (Nouvelle encyclopédie théologique…, Paris, 1851-1859, 41. Dictionnaire des manuscrits…, par M. X. [de Mas-Latrie], I, col. 1429-1438).

La cote des manuscrits de Vendôme est donc établie depuis plus de 2 siècles.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 23 mars 2017

    […] L’étude codicologique du manuscrit 193 de Vendôme (Guy Lanoë) […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *