La reliure du manuscrit 193 de Vendôme

Guy LANOË

La reliure participe à l’histoire des techniques, à l’histoire du livre, à l’histoire des bibliothèques ; enfin, dater la constitution d’un recueil peut être de la plus haute importance pour comprendre la tradition manuscrite d’un texte.

Le catalogue des Reliures médiévales des bibliothèques de France est un complément au Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France et au Catalogue régional des incunables. Il a surtout pour objet de mettre à la disposition de la communauté scientifique un instrument de travail, c’est-à-dire un recueil de données éclairantes sur cet élément trop longtemps négligé du codex qu’est sa reliure. Doté d’un solide dossier iconographique mettant en évidence les caractéristiques de chaque fonds traité, il décrit sommairement l’état actuel des reliures.

Notice du manuscrit de Vendôme 193

Reliure premier quart XVIe s., Sainte-Trinité de Vendôme, consolidée. Reliure antérieure. GAUFRIDUS VINDOCINENSIS abbas, Epistolae, sermones aliaque opuscula (1129-1132).

  • Ais de bois (chêne), 216 ×  112 mm ; passage des nerfs peu visibles, probablement dans le chant, chasses en tête et en queue. Les ais ont peut-être été en partie refaçonnés.
  • Couture : chevrons sur 2 nerfs doubles en peau mégissée ; gardes en parchemin de remploi : montage sup., un feuillet (contregarde) faisant onglet sur le premier cahier ; montage inf. identique sur le dernier cahier.
  • Apprêture : dos non visible.
  • Couvrure en mouton mégissé jaunâtre de remploi, mors fendus, remplis naturels, coins avec becquets, dos collé ; au plat inf. les remplis de tête et de queue sont cousus ensemble : cette couture a été rendue nécessaire par le remploi d’une peau durcie, donc difficile à coller. Des pliures provenant d’une reliure antérieure sont visibles sur le rempli de gouttière sup.
  • Tranchefiles : bâti composé d’un septain attaché aux ais par une boucle, brodé de peau mégissée tressée avec un point sur le dessus et un au pied sur le dos, la broderie prend la couvrure ; les tranchefiles sont très basses sur le dos en raison des cahiers biseautés.

Tranchefile de tête vue du dos

Tranchefile de queue vue du dos

  • Reliure antérieure : peut-être la trace d’une couture ; traces de brûlure aux f. 38 et 39 et en gouttière. Reliure consolidée en 1949 dans l’atelier de la Bibliothèque nationale (dossier à la BnF).
    I + 93 + I f. — Les feuillets de garde proviennent d’un recueil de vies de saints démembré du XIe-XIIsiècle ; on y trouve, de Paul Diacre, Vita s. Gregorii Magni (BHL 3639, éd. PL 75, col. 44B, lig. 3-45B, lig. 3) et de Grégoire le Grand, Vita s. Benedicti (BHL 1102, éd. PL 66, col. 126A-B, lig. 7).
  • Origine : La Trinité de Vendôme pendant l’abbatiat de Geoffroy (1093-1132). Collection originale réalisée sous la direction de l’auteur. Peinture en pleine page de Goffridus peccator (f. 2v).
  • Provenance Congregationis Sancti Mauri monasterii Vindocinensis (XVIIe s., f. 1r) ; Monasterii Vindociensis Congregationis Sancti Mauri (XVIIIe s., f. 4r). — Cote : « Codex 193 » (f. 3r).

Vendôme, ms. 193, Plat supérieur

Vendôme, ms. 193, Plat inférieur

Vendôme, ms. 193, Dos

Vendôme, ms. 193, Contre-plat supérieur

Les pages de garde

Ces feuillets placés en tête et en queue du livre sont là pour protéger le corps d’ouvrage de l’usure que le bois des plats de la reliure pourrait exercer sur les feuillets extrêmes. Ces feuillets de garde, sacrifiés aux exigences de la conservation des parties écrites, sont le plus souvent empruntés à des livres dont l’usage s’est perdu pour diverses raisons : usage liturgique dépassé, mauvais état, existence d’une copie de meilleure qualité ou d’une « édition » mieux adaptée aux besoins de la communauté, etc. Les anciens volumes sont alors démembrés pour fournir des matériaux permettant de restaurer les autres manuscrits et d’en assurer la bonne conservation. Mais aujourd’hui, ces feuillets sacrifiés présentent un intérêt énorme pour la recherche, car ce sont des reliques de manuscrits perdus. Les gardes du manuscrit 193 de Vendôme illustrent ce propos. Aujourd’hui décollées, ces anciennes contregardes étaient peut-être présentes avant la restauration de la reliure opérée au début du XVIe siècle, ainsi que le montrent les décharges d’encre visibles sur les ais.

Vendôme, ms. 193, f. Ar

Vendôme, ms. 193, f. Av

L’étude paléographique indique que ces feuillets de récupération proviennent d’un manuscrit du XIsiècle, sans doute un lectionnaire ou un recueil de vies de saints, puisque nous trouvons, aux f. Av + Br + Ar, un extrait de la Vita s. Gregorii Magni de Paul Diacre et, au f. Bv, le début d’une Vita s. Benedicti écrite par Grégoire le Grand. Grégoire le Grand est commémoré le 12 mars et saint Benoît le 21 du même mois. Par son contenu, on peut penser que ce livre était à l’usage d’une communauté de Bénédictins.

Vendôme, ms. 193, f. Br

Vendôme, ms. 193, f. Bv

À la recherche d’un manuscrit perdu

Il est possible de décrire l’aspect du manuscrit démembré pour former les gardes du manuscrit 193 d’après quelques mesures prises sur les deux fragments subsistants :

Reconstitution d’une page

On peut donc se représenter le manuscrit perdu ainsi : XIe s., fin. Parchemin. 338/345 x 255/265 mm ; 2 colonnes par page (justification, ou surface écrite par colonne : 270 x 85 mm) ; entrecolonne : 25 mm ; 27 lignes par colonne ; réglure à la pointe sèche.

Foliotation contemporaine en chiffres romains à l’encre rouge (XXXV) ; capitulation tracée à l’encre rouge.

Décoration : grande initiale (F) tracée en rouge et peinte en jaune (or ?) sur fond gris (argent ?) au début des grandes sections ; initiales peintes en rouge au début des chapitres ; dans le corps des chapitres, les initiales sont en noir rehaussé de rouge.

Origine. Vendôme, La Sainte-Trinité (ou Angers ?).

Conclusion

Que retenir sur l’histoire de la reliure du manuscrit 193 de la Bibliothèque municipale de Vendôme ? Les traces de brûlures, aux f. 38-39 et en gouttière, restent localisées, ce qui prouve simplement que les cahiers 6 et 7 étaient reliés ensemble lors de l’incident. Le bon état actuel de la reliure ne permet pas de voir le dos des cahiers, mais il est possible qu’il y ait des traces d’une couture antérieure à la couture actuelle. Des pliures provenant d’une ancienne reliure sont visibles sur le rempli de la gouttière supérieure. Le passage des nerfs dans les ais est peu visible, mais il est probable qu’il se fait dans le chant. On observe cependant une légère chasse en tête et en queue, ce qui peut être l’indice d’ais en partie refaçonnés. La couvrure est remployée : elle était alors déjà très durcie et difficile à coller, si bien que, au second plat, le relieur a été contraint de coudre ensemble les remplis de tête et de queue.

Vendôme, ms. 193, traces de brûlure aux f. 38v et 39r

Passage des nerfs

Chasse en tête

Renforcement des remplis

Les questions restent nombreuses. Retenons simplement que :
– le manuscrit fut relié après 1132 ;
– la reliure fut refaite ou reprise au début du XVIe siècle en utilisant des matériaux déjà éprouvés par l’usage : les ais, la couvrure, les gardes. Ces matériaux pouvaient provenir de la reliure primitive de ce manuscrit, mais ce n’est pas certain ;
– la reliure a été consolidée en 1949 dans les ateliers de la Bibliothèque nationale.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *