Les inscriptions funéraires judéo-arabes de Tunisie : art, langue et littérature

Sonia FELLOUS

Au cours de l’« Inventaire du patrimoine juif de Tunisie » (1998-2016), effectué par Sonia Fellous (IRHT-CNRS), un corpus épigraphique insolite, gravé en judéo-arabe, fut repéré dans le cimetière du Borgel à Tunis puis, dans d’autres cimetières du pays.

Fig. 1 – Restauration des pierres tombales, cimetière du Borgel, Tunis.

Face à la dégradation de ces cimetières, il devenait urgent de sauvegarder tout ce que ces lieux de mémoire pouvaient révéler du patrimoine des Juifs de Tunisie1. Une équipe de recherche a été créée réunissant des spécialistes des langues hébraïque et judéo-arabe et des civilisations du Nord de l’Afrique autour de l’étude de ces inscriptions d’une rare importance : Sonia Fellous, (IRHT-CNRS), Joseph Tedghi et Nicole Serfaty (LaCNAD2 /INALCO). Les premiers résultats de ses travaux furent présentés le 17 mars 2016 à Paris, à l’Institut de recherche et d’histoire des textes (IRHT) avec la participation de Paul Fenton (Paris 4-Sorbonne).

Fig. 2 – Excavation d’une pierre enfouie, Cimetière israélite, Nabeul.

Le corpus textuel encore lisible le plus important se trouve au Borgel, l’un des seuls cimetières à recevoir encore quelques visiteurs. À côté des épitaphes hébraïques, un nombre conséquent d’inscriptions a été gravé exclusivement en judéo-arabe, ce qui semble représenter un cas unique en terre d’islam, à moins de nouvelles découvertes fortuites ! Ces textes, d’un niveau de langue souvent élevé, n’étaient autres que des élégies funéraires composées sous forme de prose rimée ou de poèmes apparentés au style littéraire des qinot bibliques ou à celui de la poésie hébraïque médiévale. Sur le mode du lamento, elles relatent la vie brisée de jeunes êtres emportés par des maladies foudroyantes, victimes d’accident ou assassinés.

L’équipe s’est appliquée à décrypter et à étudier les épitaphes des deux carrés les plus anciens qui flanquent l’entrée principale du cimetière du Borgel3 et qui sont réservés à droite, aux hommes et à gauche, aux femmes. De prime abord, ce corpus spécifique semblait limité aux inscriptions datant de 1890 jusqu’aux premières années du siècle suivant. Or, en parcourant la vaste étendue de ce cimetière, il s’avère que ce style littéraire a perduré tout au long du XXe siècle dans la composition d’élégies dédiées aux personnes décédées à la fleur de l’âge. Des recherches étendues aux villes de province (Sousse, Sfax, Le Kef, Testour, Nabeul), ont révélé que cette tradition était même un peu plus ancienne notamment à Sousse (1885). Mais les épitaphes datant du XVIIIe siècle, conservées dans les réserves muséales tunisiennes, semblent exclusivement composées en hébreu4.

Fig. 4 – Chalom Attal, 21 ans (1912), Cimetière israélite, Nabeul.

Fig. 5 – Chalom Attal, 21 ans (1912), panneau supérieur, Cimetière israélite, Nabeul.

Épitaphe en 3 parties. L’encadrement est formé d’un riche décor végétal formant une volute de feuilles et de bourgeons stylisés (sarments de vigne, feuille de marronnier ou de figuier ?).  Panneau rectangulaire orné d’une arche trilobée formant une sorte de tympan flanqué des initiales latines du nom du défunt « C » et « A ». Le centre est meublé d’une couronne de lauriers dont le bas est occupé par un ruban noué aux pans déployés horizontalement et d’un oiseau en vol.

Chalom Attal, 21 ans (1912), panneau central, Cimetière israélite, Nabeul.

Fig. 7 – Chalom Attal, 21 ans (1912), Cimetière israélite, Nabeul, panneau inférieur.

L’épitaphe judéo-arabe est gravée en 12 lignes rimées et justifiées des deux côtés. La partie en lettres latines est centrée et reprend le nom, l’âge et la date du décès.

Le bas de la pierre est réservé au décor symbolisant la mort prématurée. L’arbre chargé de fleurs charnues dont le faîte est décimé illustre le destin brisé de Chalom Attal décédé à 21 ans. La branche supérieure en fleurs retombe lourdement vers le sol alors que ses feuilles sont emportées par un oiseau telle l’âme arrachée du défunt. Deux coupelles incurvées  en forme de coquilles  flanquent « l’arbre de vie » (עץ חיים) [Gen. II, 9]. Quatre fleurs dressées sur leur tige feuillue émergent des coins du panneau.

Il était exclu d’envisager une étude exhaustive du corpus vu le grand nombre des épitaphes. De plus, les conditions de travail et les difficultés d’accès aux sites – pour les relevés épigraphiques ou photographiques – se sont avérées pénibles, sinon entravées.

Les deux carrés du Borgel constituant le corpus principal de cette étude comportent essentiellement des tombes horizontales, situées au ras du sol et recouvertes pour la plupart de marbre de Carrare ou des carrières environnantes. Les pierres tombales datant du XIXe siècle sont de larges dimensions (c. longueur 2 m × largeur 1,15 m) alors que celles datant du XXe siècle sont légèrement plus étroites et surélevées. De façon générale, l’espace gravé comporte deux parties dont la plus importante, réservée à la composition élégiaque, se trouve au centre. Une deuxième partie, habituellement située dans le rectangle inférieur et correspondant à un tiers environ de la pierre, est dédiée à l’ornementation. Une troisième, placée parfois en-tête de l’épitaphe, peut occuper jusqu’à un cinquième de l’espace. Celle-ci peut être constituée soit, d’un décor floral (une couronne de fleurs) soit, d’une représentation symbolique (la forme des tables de la loi) ou porter les initiales du nom du défunt, gravées le plus souvent en caractères latins. Le décor de style italien, le plus fréquent (couronnes de lauriers, fleurs écloses vues de haut)  est constitué de motifs floraux et zoomorphes figurant la mort violente (un tronc d’arbre sectionné, voire un couteau dans le cas d’un égorgement, etc.) (fig. 4 et 10).

Fig. 8, 8bis et 9 – Mappot, manteaux recouvrant les coffrets de Torah. Décor de style italien comportant deux couronnes brodées en fils d’or et d’argent qui flanquent l’arbre de vie chargé de fruits, un modèle iconographique proche de ceux relevés sur les pierres tombales. Ces deux manteaux déclinés dans différents tons de bleu se démarquent de ceux généralement en velours cramoisi caractéristique de la tradition locale et de la communauté des Twansa. Ils sont respectivement dédiés à la mémoire d’Esther Modigliani (15 avril 1892) et à celle des défunts Abraham, Pinḥas et Gabriel fils du regretté Yehudah Valensi (4 février 1903), d’origine italienne. Tunis, Grande synagogue.

Fig. 10 – Tombe de Nathan Bismuth, égorgé en 1892. Couteau flanqué de deux coupelles incurvées. Tunis, cimetière du Borgel, carré Bourgel.

L’épigraphie et l’ornementation que montrent ces pierres tombales apportent un éclairage inédit sur l’évolution des courants artistiques ou littéraires attestés en Tunisie et sur les mutations sociétales consenties par les juifs à la jonction des XIXe et XXe siècles. Par ailleurs, ces inscriptions funéraires constituent désormais l’un des rares vestiges d’une langue aujourd’hui en voie d’extinction.

Dans un premier temps, l’étude s’est axée sur les épitaphes dédiées aux jeunes femmes avant d’être élargie à celles qui rendaient hommage à de jeunes hommes décédés brusquement. Le corpus littéraire analysé a été limité à 63 épitaphes (45 composées pour des femmes et 14 pour des hommes). Ces inscriptions rédigées en judéo-arabe tunisien étaient destinées aux familles et aux amis endeuillés, beaucoup plus réceptifs et, sans aucun doute, troublés davantage à la lecture d’un texte composé dans la langue vernaculaire. Elles s’inscrivent dans la tradition littéraire des apologies post-mortem et occupent une position originale et rare, initiant une sorte de littérature d’outre-tombe. Ce champ d’investigation a été limité à trois axes de recherche :

  1. Il subsiste de nos jours (2017) près de 1200 juifs en Tunisie répartis entre Tunis (c. 400) et Djerba (c. 800), quelques-uns (c.10) vivent encore à Sfax, Zarzis et à Sousse. []
  2. Langues et Cultures du Nord de l’Afrique et Diasporas. []
  3. Le cimetière se situe sur la route de la Marsa et l’entrée principale, avenue Khayr Eddine Pacha. []
  4. Madame Souad Toumi, conservatrice au Musée du Bardo, prépare actuellement une thèse sur le corpus épigraphique conservé dans les réserves muséales de Tunisie. Elle a présenté l’état de ses travaux le  20 mai 2016 à l’Institut national du Patrimoine de Tunisie. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *