Découverte et exploitation de textes nouveaux

François DOLBEAU (Communication du 6 avril 2006)

L’inventaire des formes de vie terrestres, comme chacun sait, est encore loin d’être achevé, en botanique comme en zoologie. L’inventaire du patrimoine textuel, légué par les sociétés antiques et médiévales, reste, lui aussi, incomplet. Historiens, archéologues, linguistes peuvent légitimement proposer des synthèses à partir des sources déjà repérées, mais à condition de garder en mémoire que des trouvailles fortuites sont à tout moment susceptibles de livrer des sources inédites et de bousculer leurs constructions intellectuelles.

La recherche et l’histoire des textes sont la vocation propre de l’Institut fondé par Félix Grat : textes renouvelés par une meilleure exploration de la tradition manuscrite ou bien textes entièrement nouveaux, dissimulés jusqu’ici aux regards. La séance précédente illustrait les démarches préparatoires aux enquêtes heuristiques : rédactions de catalogues de fonds manuscrits, établissements de répertoires par œuvres et par auteurs, etc. Aujourd’hui, ce sont les enquêtes elles-mêmes que nous chercherons à présenter dans leur infinie diversité, et grosso modo, par champs linguistiques. Les interventions seront brèves par nécessité, et même ainsi, il était impossible de couvrir tous les domaines dont s’occupe l’institut.

La papyrologie, à elle seule, justifierait une séance spéciale, car c’est en ce domaine que les découvertes sont les plus spectaculaires et les plus médiatisées : les noms d’Empédocle, de Posidippe, de Sappho, sont naguère sortis des revues spécialisées pour atteindre un vaste public. Et si les traités de Philodème de Gadara restent plus confidentiels, cela n’enlève rien au fait qu’ils offrent un très grand intérêt pour l’histoire de la philosophie épicurienne.

Je regrette également qu’aucune contribution ne porte sur l’ancien français, le moyen français ou l’occitan, où pourtant les découvertes ont été incessantes. Et je ne peux résister, malgré mon incompétence, au désir de vous en donner un exemple, en guise d’introduction. Un fragment des années 1210-1220, détaché d’une reliure était rangé depuis soixante-dix ans à l’Institut français de Florence dans une boîte de plaques photographiques : l’expertise de Christine Ruby a montré qu’il livrait 120 vers, dont 58 inconnus, de la recension brève du roman d’Athis et Prophilias1 . Ce roman, certes, ne figure pas parmi les plus célèbres du Moyen Âge, mais cela n’est qu’une circonstance accessoire. Une trouvaille du même type (deux feuillets de garde dans un cartulaire du Nord de l’Angleterre) avait permis cinq ans plus tôt de combler en partie une lacune du roman de Thomas, Tristan et Iseut, en donnant à lire la première rencontre entre les deux héros mythiques2 .

L’ère de l’Internet, qui permet de consulter de sa table de travail un nombre croissant de manuscrits numérisés, n’est plus celle des pionniers, qui se déplaçaient avec leur appareillage photographique. Mais il serait injuste de ne pas évoquer ici Marcel Richard qui, grâce à ses missions en Grèce, a identifié ou permis d’identifier beaucoup d’œuvres patristiques dont certaines d’importance majeure. Durant l’été de 1963, il identifia ainsi à Vatopédi un manuscrit qui restituait un texte plus complet du commentaire grec d’Hippolyte sur Daniel ; il photographia aussi in extenso, avec un flair admirable, le recueil Vatopédi 659, copié comme une sorte de florilège personnel par un lettré du XIVe s. Et c’est dans ce recueil que Joseph Paramelle, son successeur à la tête de la section grecque, eut ensuite la joie de reconnaître un long passage, inconnu jusque-là en langue originale, des Questions sur la Genèse de Philon d’Alexandrie3 . Cette découverte n’intéressait pas seulement les historiens du judaïsme ou les hellénistes ; le passage en question, relatif à l’arche de Noé, permettait en outre de contrôler l’exactitude d’une antique traduction arménienne, de vérifier la façon dont Ambroise, à plusieurs reprises, avait exploité et adapté l’exégèse philonienne, d’éclairer enfin des allusions, jusque-là énigmatiques, d’Augustin dans son Contra Faustum. La distinction par champs linguistiques, retenue par commodité comme cadre pour les exposés de cet après-midi, ne reflète donc pas totalement la complexité des problèmes et des enquêtes heuristiques. André Binggeli évoquera d’ailleurs un triangle d’or de la philologie proche-orientale, dont les sommets sont le grec, le syriaque et l’arabe.

Comment des textes importants, après tant de siècles d’enquête, peuvent-ils avoir échappé à tous les regards ? Pour deux ordres de motifs : extrinsèques ou intrinsèques. Les premiers, les plus fréquents, tiennent aux circonstances aléatoires de la transmission : présence dans un fonds dépourvu de catalogue ou d’accès difficile (comme les monastères de l’Athos), dans un recueil complexe ou composite (comme Vatopédi 659), dans un manuscrit acéphale ou réduit à l’état de fragments (comme les romans d’Athis et Prophilias ou de Tristan et Iseut), dans des témoins négligés parce que tardifs (notamment des copies modernes, en absence de toute tradition médiévale), etc. Supposer a priori qu’un texte inconnu en 2006 ne pourrait être, du point de vue des historiens, que d’importance mineure serait absurde. Il n’existe guère de relation entre l’intérêt ou l’originalité des œuvres au moment de leur production, et leur diffusion ou réception ultérieure. Si l’on écartait de notre patrimoine textuel l’ensemble des ouvrages transmis par un manuscrit unique, notre histoire serait différente. Or la différence est ténue entre un témoin unique, repéré entre le XVIe et le XXe siècle, et un témoin unique, exhumé au XXIe siècle.

Les raisons intrinsèques tiennent à la présentation et à la teneur des textes eux-mêmes : attributions passe-partout à un auteur abondant (comme Chrysostome ou Augustin), titres erronés, incipit susceptible d’être confondu avec d’autres, mutilations accidentelles restées inaperçues, etc. Quand un ouvrage, dans le passé, a été mal identifié (par exemple dans un catalogue) ou mal classé (notamment par inversion du rapport entre hypotexte et hypertexte, selon le cas traité par Anne-Marie Turcan-Verkerk), l’erreur tend ensuite à se perpétuer, et plus elle est invétérée, plus il est difficile de la rectifier.

Ces deux ordres de motifs, extrinsèques et intrinsèques, se combinent souvent ensemble et donnent des raisons d’espérer encore un nombre élevé de trouvailles. L’IRHT n’a pas, hélas, le budget d’une fondation suisse et peut difficilement se porter acquéreur d’une œuvre ayant circulé sur le marché de l’art, comme l’Évangile de Judas, une œuvre apocryphe antérieure à Irénée de Lyon, dont on attend l’édition critique depuis une génération. Mais nous tous, ingénieurs, chercheurs, enseignants-chercheurs avons accès à des collections de papyrus ou de manuscrits, à une filmothèque exceptionnelle : les trouvailles continuent d’être à la portée des curieux et des optimistes, en un mot de ceux qui n’ont jamais perdu la capacité de s’étonner et l’espoir, enfantin mais nullement déraisonnable, d’exhumer un trésor.

N.B. Cette communication a été publiée en 2006 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/manuscrit/textes-dolbeau.htm).

  1. Romania, 119, 2001, p. 218-233. []
  2. Romania, 113, 1992-1996, p. 289-319. []
  3. Joseph Paramelle, avec la collaboration d’Enzo Lucchini, Philon d’Alexandrie, Questions sur la Genèse II 1-7, Genève, 1984 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *