Une littérature d’outre-tombe insolite: de l’originale en judéo-arabe tunisien à sa traduction française

Nicole SERFATY

Pour rendre le plus fidèlement possible ces textes, il a fallu évidemment respecter le sens et le style mais encore tenter d’en refléter l’élégante sobriété et d’en faire entendre les échos des voix plaintives, le rythme, la rime et la puissance des sons inclus dans les allitérations comme des cris de douleur. Mais, afin d’éviter les pièges de l’interprétation excessive et ne pas trahir l’esprit et la lettre du texte, il a été parfois nécessaire de transposer des métaphores, d’introduire une ponctuation inexistante dans tout le corpus1 et d’insérer quelques notes infra-paginales2 pour expliquer les références culturelles, les jeux de mots, les sigles ou l’« intraduisibilité ».

Quelques exemples illustreront les choix qui ont été fait par l’équipe de recherche pour traduire la voix, les enchevêtrements linguistiques, les sonorités inexistantes dans la langue d’accueil ou les rimes.

La voix

Ces élégies émettent les échos de voix jaillies d’outre-tombe et de lamentations des familles éplorées. Leur timbre doloriste, rendu par des allitérations de phonèmes gutturaux ou des redondances, exprime l’acharnement du sort et la résignation face à la volonté divine et à la mort inique qui emporte brutalement des êtres dans la force de l’âge.

Simha Smadja (ligne 11) :

יא גִבנתי עלא נפ֗סי טיר כ֗טפ֗ני כ֗טפ֗אן,
Ya ġbənt-i ‛la nəfs-i, ṭir xṭəf-ni xəṭfan
Ô mon chagrin pour mon âme un oiseau m’a arrachée brutalement (Litt.)
→ Malheur à moi ! D’un coup d’aile furtif je fus si brutalement enlevée !

L’adjonction de l’adverbe augmentatif [si] qui ne figure pas dans le texte original devrait traduire la redondance3 et la présence de la consonne pré palatale r le son gutturale de la vélaire ﺥ/כ֗ absent de l’alphabet français.

La littéralité

Par souci de cohérence et de clarté pour la lecture du texte d’accueil, il a fallu dans certains cas s’écarter du texte-source :

Elyahou Chouraki (ligne 3) :

מן צגִרי מרץ֗ תמכן בייא    מרץ֗ אלעינין יא לכ֗ואן
Mən ṣaġr-i marḍ t-makən biyya,    mərḍ al-‛inin ya l-xwan
Depuis mon enfance une maladie s’est emparé de moi-la maladie des yeux ô les frères (Litt.)
→ Atteint dès mon jeune âge par une maladie-une maladie des yeux, ô mes frères

Depuis mon enfance/dès mon jeune âge-une maladie s’est emparé de moi/atteint par une maladie
La maladie des yeux/une maladie des yeux-Ô les frères/ô mes frères

Le sens

En transférant le sens d’une langue à l’autre, il convenait de respecter « l’enveloppe linguistique initiale »4 et de veiller à conserver, dans la mesure du possible, un sens identique au contenu conceptuel et émotionnel exprimé en judéo-arabe. Le style poétique et les résonances qui vibrent dans ces propos ultimes ont été préservés sans pour autant éviter de rendre la rime chaque fois que c’était opportun. À l’évidence, la recherche des mêmes significations à travers un autre réseau sémantique a représenté l’un des écueils majeurs de cette étude.

Nathan Bismuth (ligne 1) :

נארי על מותי אלשניעה אנדבחת פ֗י ביתי כאלכ֗רפ֗אן
Nari ‛əl mut-i al-šni‛a, ndbəḥt fi bit-i k-al-xərfan
Quel malheur ma mort j’ai été égorgé chez moi comme un agneau (Litt.)
→ Hélas ! J’ai connu une mort atroce ! Egorgé chez moi, tel un agnelet5

Au fur et à mesure du processus de traduction, il s’est avéré que les images, les allusions ou les connotations seraient difficilement substituables et que, de façon générale, les problèmes de transposition étaient innombrables et multiples. Par conséquent, selon chaque cas, un choix s’imposait entre une approche littéraliste et une traduction explicative. Enfin, la voie médiane pouvait s’imposer comme autre alternative permettant de trouver une nouvelle voie/voix.

Hannah Cohen (ligne 7) :

תשכב אלדמוע מן עיון זוג֗י ואכ֗ואני כאלמטר דפ֗קייא
Tškəb al-dmu‛ mən ‛yun zuj-i, u-axwan-i k-al-mṭər dəfqiyya

  • Une approche littéraliste (pour les besoins de la rime, le sens des mots a été légèrement inversé mais la métaphore qui associe larmes/pluie a été conservée) :

 → Des torrents de larmes mon époux et mes frères ne cessent de verser

 Diyya Temim (ligne 1) :

דאך ראסי ועקלי כיף בעדי יצירו אלזוג֗ אגִצאן
Dax ras-i u-‛aql-i, kif ba‛d-i iṣiru al-zuj aġsan

→ Mon esprit, ma raison vacillent ! Sans moi, que deviendront mes deux enfants ?

 

  • Une traduction explicative (le choix était limité : traduire littéralement branches/aġsan/אגִ֗צאן revenait à commettre un faux sens).

Simha Smadja (Lignes 10 et 11) :

אתקצפ֗ת עמרי ארבעין כיף אלורדה מן אלבסתאן
יא גִבנתי עלא נפ֗סי טיר כ֗טפ֗ני כ֗טפ֗אן
Atqəṣəft ‛amr-i arb‛in, kif al-wurda mən al-bustan
Ya ġbənt-i ‛la nəfs-i, ṭir xṭəf-ni xəṭfan

Arrachée à l’âge de 40 ans (Litt.)/ Arrachée à la vie à 40 ans
Comme une rose de son jardin (Litt.)/ Telle la rose à sa roseraie
Ô quel n’est pas mon chagrin (Litt.)/Malheur à moi !
Un oiseau m’a enlevée subitement (Litt.) /D’un coup d’aile furtif je fus brutalement enlevée !

  • Une voie médiane (l’identification de la jeune disparue à la rose fait écho à son extrême fragilité et au côté éphémère de la vie. L’envolée métaphorique a été maintenue en dépit de la simplicité structurelle et lexicale de l’élégie).

En définitive, en inscrivant ce corpus judéo-arabe dans une langue autre – le français – que celle de sa composition, cela revenait à le recréer, le déterritorialiser, le dédoubler et le rapprocher de ses parlants exilés de leur terre natale. C’est tout autant mettre en lumière et transmettre des œuvres de l’imaginaire et de la pensée, des savoirs et des modes de représentation pour les valoriser, leur permettre de circuler et d’acquérir davantage de visibilité.

À présent, l’équipe soudée autour de ce projet poursuit l’exploration de cet espace littéraire singulier ainsi que l’analyse de cette langue juive en péril.

  1. Le passage du judéo-arabe au français provoquant une réorganisation syntaxique, il n’a pas été possible de maintenir l’absence de ponctuation au risque de créer un déficit de sens dans la langue-cible. []
  2. Certains auteurs les considèrent comme la défaite du traducteur face à l’intraduisible. Comment ne pas y recourir pour préciser le sens des jeux de mots, les références socio-culturelles, bibliques, ou les alternances codiques hébreu/arabe, judéo-arabe/italien/français ? []
  3. La redondance est un véritable effet de style omniprésent en arabe et dans ce corpus d’épitaphes. Or, en français, les répétitions sont considérées comme pesantes et sont pourchassées tant par les auteurs que par les traducteurs. []
  4. Freddie Plassard, « D. Seleskovitch et M. Lederer : Interpréter pour traduire », Traduire [En ligne], 232/2015, 141-143. URL : http://traduire.revues.org/717. []
  5. Notons le rapprochement phonique qui existe entre le mot arabe כ֗רפאן xǝrfan (agneau), et le mot hébreu קרבן qorban (sacrifice), auquel l’auteur fait implicitement allusion. Pour les besoins de la rime, agnelet a remplacé agneau. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 26 avril 2017

    […] Une littérature d’outre-tombe insolite : de l’originale en judéo-arabe tunisien à sa traduct… […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *