Séminaire d’Histoire de Paris [4] du 24 février 2017 : « La vie religieuse des Juifs »

Bibliographie indicative :

  • Danièle Iancu-Agou (dir.), Philippe le Bel et les Juifs du royaume de France (1306), Paris, 2012
  • Paul Salmona et Juliette Sibon (dir.), Saint Louis et les Juifs. Politique et idéologie sous le règne de Louis IX, Paris, 2015
  • Juliette Sibon, Chasser les juifs pour régner, Paris, 2016

Claire Soussen-Max, « La querelle du Talmud au XIIIe siècle »

Claire Soussen-Max est maître de conférence-HDR en histoire médiévale à l’université de Cergy-Pontoise. Elle a soutenu en 2005 une thèse intitulée « Iudei Nostri » pouvoir royal, communautés juives et société chrétienne dans les territoires de la Couronne d’Aragon au XIIIe et dans la première moitié du XIVe siècle et son habilitation à diriger des recherches en 2016.

Présentation du Talmud

Le mot « talmud » vient de la racine ou lexème hébraïque LMD (étudier). La Torah  (Pentateuque) contient des préceptes considérés comme émanant directement de Dieu. Le Talmud contient les explications des sages qui arbitrent les conflits à l’intérieur des communautés. Il a été transmis oralement. Une partie du Talmud, la Mishna (loi orale), a été transcrite vers les I-IIe siècle après JC. Elle contient six ensembles ou ordres :

  • Zeraïm (graines) : 11 traités qui concernent l’agriculture (prières et bénédictions) ;
  • Maëd (fêtes ou festivals) : 12 traités exposant les rites du Sabbath et des fêtes ;
  • Nashim (femmes) : 7 traités qui concernent le mariage, le divorce, etc. ;
  • Nezikin (dommages) : 10 traités sur les lois civiles et criminelles, sur le fonctionnement des tribunaux et des serments ;
  • Kodashim (choses saintes) : 11 traités concernant les rites des sacrifices au Temple et les lois alimentaires ;
  • Taharot (Tohorot) (pureté).

La nécessité de comprendre les préceptes religieux engendre la transcription simultanée en Palestine et à Babylone de deux ensembles : le Talmud de Palestine ou de Jérusalem (à la fin du IVe siècle) et le Talmud de Babylone (Ve siècle). Le Talmud contient la Mishna et la Guemara (les commentaires sur la Mishna).

L’étude du Talmud en Europe commence à la fin du VIIIe siècle et devient centrale au XIe siècle à Troyes (Rashi). Au Moyen-âge central, l’Occident intègre le Talmud et détrône l’Orient dans une véritable translatio studii. Après Rashi, des continuateurs (ses gendres puis ses petits-fils) approfondissent ses commentaires, d’où l’existence de cahiers d’additions qui nourrissent le corpus talmudique. Les échanges entre la Champagne et la Rhénanie sont incessants (aire ashkénaze). Le Talmud définit les règles de l’existence juive dans un milieu non-juif. Il est en effet apparu nécessaire de formaliser l’existence juive en dehors de son aire primitive. Le Talmud de Babylone contient le principe que la loi de l’État où l’on vit est la loi. Les juifs en diaspora sont donc soumis à deux lois : la loi religieuse et la loi de leur pays d’accueil. Il faut trouver un équilibre entre les deux lois. C’est un principe en vigueur tout au long du Moyen-âge (cf. consultations rabbiniques). L’éventail des domaines couverts par le Talmud est large (on y trouve aussi bien la cacherout, c’est-à-dire le respect des interdits alimentaires, que les relations interconfessionnelles).

Les non-juifs sont donc intéressés par ces règles, notamment en ce qui concerne la commensalité, les relations sexuelles interconfessionnelles ou les relations marchandes. Le Talmud donne le cadre pour un judaïsme vivant dans un monde non-juif. C’est un livre vivant continuellement étudié et commenté (toujours utilisé par les juifs observants).

La présence du Talmud au Moyen Âge

Le Talmud devient un élément central dans les polémiques avec les non-juifs en Occident. Les juifs sont accusés d’avoir abandonné la Torah au profit du Talmud. Cette accusation vient de querelles internes au judaïsme, concernant notamment la place de la philosophie dans le monde juif (cf. autour de Maïmonide). Ce sont des enjeux comparables à ceux que connaissent les savants chrétiens et musulmans. Le Talmud est fondamental pour la vie juive dans le monde ashkénaze, mais moins en Espagne.

Il est fondamental dans les tensions entre chrétiens et juifs en Occident. Il est jugé blasphématoire par les ecclésiastiques : il est examiné au XIIIe siècle par l’Inquisition. C’est l’époque où se multiplient les affaires impliquant des juifs devant les tribunaux d’Inquisition (reposant sur la délation et les accusations calomnieuses). Le Talmud qui a pris une importance croissante dans les communautés juives est perçu comme une arme anti-juive.

La prise de conscience de l’existence du Talmud par les chrétiens est subite. Elle est due à la dénonciation par des juifs convertis qui en exagèrent la place et le présentent comme blasphématoire, ce qui provoque l’intervention du pape. L’argument de l’hérésie juive est lié au Talmud qui serait devenu plus important pour les juifs que la Torah et qui serait blasphématoire. Cela permet au pape, vicaire de Dieu blasphémé, d’intervenir. Si les juifs délaissent la Torah pour un autre texte, ils sont hérétiques à leur propre foi. Il n’y a donc plus de légitimité au maintien du judaïsme en terre chrétienne. D’où la réactualisation de la conversion des juifs, infidèles à la foi chrétienne et à leur propre foi. Le Talmud empêche les juifs, s’ils n’utilisent plus l’Ancien Testament, de croire en la vérité du christianisme.

Cela provoque deux enquêtes diligentées par le pouvoir royal: une à Paris en 1239 et une autre en Aragon en 1263. En France, elle aboutit à un rejet total du Talmud et en Aragon à une utilisation du Talmud contre les juifs. Cela se fait dans un contexte d’évolution de l’apologie chrétienne envers les juifs (cf. Raymond Lulle ou Nicolas de Lyre). Les anciennes méthodes de polémique auprès des Juifs sont vues comme inadéquates, ce qui conduit à utiliser les textes de la Torah et du Talmud pour les convaincre qu’ils sont dans l’erreur. En utilisant le Talmud dans les prêches contre les juifs, les ecclésiastiques espèrent réduire la capacité des sages à maintenir leurs coreligionnaires dans le judaïsme.

Le Talmud est une arme à plusieurs tranchants, c’est un outil utile dans la polémique anti-juive, mais plusieurs types de textes fournissent des arguments à ce propos (cf. textes haggadiques dénoncés comme délirants par les polémistes chrétiens).

L’affaire du Talmud

Le XIIIe siècle peut être considéré comme un tournant majeur pour les juifs en Europe du Nord. Les pouvoirs spirituels et temporels se conjuguent pour favoriser la mise à l’écart des juifs. Le concile de Latran IV en 1215 préconise de leur imposer des signes distinctifs, mais les pouvoirs temporels ne suivent pas. En 1240 est organisé le procès du Talmud à Paris. En 1290, les juifs sont expulsés d’Angleterre. La position des juifs devient de plus en plus inconfortable avec des inflexions négatives qui s’accumulent tout au long du XIIIe siècle : l’ordonnance de Louis IX, le port de la rouelle, le développement de la littérature antijuive et la multiplication des incidents contre les juifs (notamment l’affaire des Billettes de 1294 autour d’une accusation de profanation d’hostie).

Concernant l’affaire du Talmud, l’étude portera en parallèle sur ce qui s’est passé à Paris et à Barcelone. L’enquête a nécessité plusieurs étapes : d’abord la collecte des exemplaires du Talmud, puis une controverse suivie du brûlement de Talmuds à Paris et d’une expurgation des exemplaires à Barcelone.

  • 1re étape : la dénonciation par des convertis (un Karaïte à Paris, peut-être excommunié par les juifs). En 1236-1239, le pape est informé que les juifs se consacrent à une autre loi que la Torah et négligent l’alliance conclue avec Dieu. Pour les chrétiens, la loi juive n’a plus lieu d’être, mais les juifs sont tolérés. Si les juifs ne respectent plus la Loi (613 commandements dans la Torah), ils ne sont plus juifs mais hérétiques à leur Loi, c’est donc une rupture du statu quo. La dénonciation fonctionne : le pape est stupéfait et envoie une lettre à tous les souverains et évêques pour leur demander de saisir les livres des juifs pour vérifier l’exactitude de ces accusations. L’ordre n’est respecté qu’en France.
  • 2e étape : les livres sont saisis dans les synagogues, puis étudiés, ce qui donne lieu à la rédaction d’un compte-rendu (Extractiones de Talmut, c’est-à-dire des extraits du Talmud en latin). Il s’agit du manuscrit BnF, latin 16558 (gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b52504712p). Il contient les dépositions des dénonciations, une liste des noms des maîtres du Talmud, des lettres de condamnation, la lettre de Grégoire IX et des extractiones réparties dans deux dossiers qui présentent différemment les mêmes pièces (à savoir l’autorité du Talmud, les sages et les maîtres, les blasphèmes contre la Vierge et Dieu, les méchancetés contre les chrétiens etc.). La même préface apparaît deux fois. Gilbert Dahan évoque le caractère scientifique du second dossier. Les textes ont été traduits de façon méthodique dans un objectif polémique. Il s’agit de montrer que le Talmud est blasphématoire. Le traducteur est Thibaud de Sézanne aidé d’une équipe de traducteurs. C’est un juif converti devenu Dominicain. C’est un excellent hébraïsant. Son objectif est de rendre intelligible en latin des textes écrits 1000 ans plus tôt. Il n’y a pas de forgerie en tant que telle, mais c’est une entreprise polémique qui donne un caractère anti-chrétien au contenu (cf. traduction polémique du terme « goy » par « chrétien »).
  • 3e étape : le procès contre le Talmud. L’accusation est menée par Nicolas Donin et la défense est tenue par quatre sages juifs. Le procès s’est peut-être déroulé au couvent franciscain de Paris en présence des évêques de Paris et de Sens, d’universitaires et de Dominicains. Les séances étaient présidées par Blanche de Castille. On dispose d’une relation hébraïque du procès, de quelques textes latins dans les extractiones. Sans surprise, les juifs ont perdu le procès : ils sont obligés à participer.
  • 4e étape : le Talmud est condamné aux flammes. Plusieurs brûlements ont été organisés entre 1242 et 1244. Une lettre rédigée 60 ans après évoque 1200 volumes brûlés (c’est une lettre rédigée dans un contexte lourd à l’intérieur de la communauté juive autour de Maïmonide). Pour Colette Sirat, ce serait plutôt quelques dizaines d’exemplaires (or le Talmud est composé de 20 volumes de 300 pages). Pour le Moyen Âge, aucun Talmud n’est parvenu jusqu’à nous. Tous les livres ne sont pas utilisés de la même façon. La première édition du Talmud de Babylone a été faite à Venise au début du XVIe siècle.

Le pape ne s’est pas prononcé. Innocent IV est interpelé par les juifs. Il émet une condamnation en 1244. Un jugement définitif n’est rendu qu’en mai 1248.

Quelle est la portée de cette affaire ? Après le premier brûlement, les juifs sont autorisés à récupérer leurs textes en 1247. Innocent IV demande au roi de rendre leurs livres aux juifs en vertu d’une tradition du droit romain, selon laquelle le pape doit rendre à chacun ses droits. Eudes de Châteauroux convainc le pape de demander l’expurgation du Talmud des passages scandaleux. Le pape tergiverse et restitue, mais il existe des demandes régulières faites par les souverains et pontifes d’examiner le Talmud.

Cette affaire a des répercussions politiques, sociales et culturelles. Ce n’est pas seulement une affaire religieuse. La rencontre permet au pouvoir royal de s’affirmer à Barcelone comme à Paris. C’est une affaire à plusieurs niveaux. Le pape est extrêmement présent à Paris (cf. Innocent IV). En quoi l’Église a-t-elle le droit d’intervenir dans des affaires juives ? Les rois en Aragon font de la communauté juive leur chose propre. Ils en sont les protecteurs et les garants. Le pouvoir spirituel reste néanmoins présent.

Au sein de l’Église, des enjeux se jouent par rapport au Talmud avec un rôle important des Mendiants : ils sont présents lors des débats en même temps que les évêques. La vocation des Dominicains et des Franciscains est de combattre l’hérésie.

Conclusion

La suspicion contre le Talmud s’affirme à partir du XIIIe siècle. Les juifs se limitent dans son usage pratique et scolaire. Il en subsiste peu de manuscrits, ce qui suppose l’existence d’une autocensure. On dispose d’un faible nombre de copies médiévales (moins de 30).

Discussion

Marlène Helias-Baron (MHB) : Y-a-t-il derrière ces procès la volonté du roi d’Aragon et de France de revendiquer une autorité spirituelle ?

Claire Soussen-Max (CSM) : Louis IX a une volonté spirituelle, mais ce n’est pas le cas de Jacques 1er d’Aragon.  Ce n’est pas un recteur de la foi.

Sonia Fellous (SF) : L’ambiguïté est double. Louis IX souhaite un encadrement plus strict de la vie des juifs sur l’intervention d’Eudes de Châteauroux.

CSM : Blanche de Castille a ralenti l’affaire. Elle a été une protectrice des juifs. C’est Eudes de Châteauroux qui pousse. Les juifs accusés interpellent la reine Blanche à Paris et Jacques 1er en Aragon. Pour les juifs, c’est le roi qui est garant de la loi. Ils reconnaissent l’autorité du pouvoir temporel.

Caroline Bourlet (CB) : Blanche de Castille est l’autorité laïque dont ils dépendent. Pourquoi Paris ? Il y a une pensée dominicaine / chrétienne qui s’intéresse de plus en plus au Talmud et les Dominicains ont intérêt à démontrer que les juifs sont hérétiques. Est-ce qu’il y a des écoles juives importantes à Paris avec des maîtres reconnus ?

CSM : il y a une école talmudique (une yeshiva) importante à Paris.

CB : où se trouve-t-elle ? Dans les synagogues ?

CSM : les synagogues ne sont pas consacrées. N’importe quel lieu peut être un centre de culte. Les écoles sont dans les synagogues.

SF : la tradition de la synagogue comme lieu d’étude est très ancienne, comme on peut le constater avec les synagogues antiques (cf. bâtiment retrouvé à Rouen).

CSM : en pays musulman, les mosquées accueillent des madrasas. L’espace du culte juif n’est pas un espace sacré, à la différence des églises. Le livre est sacré, mais l’espace ne l’est pas.

Anne Massoni (AM) : Guillaume d’Auvergne est alors évêque de Paris. C’est un proche du roi. Il y a une dimension intellectuelle.

SF : le conflit est plus prégnant en Espagne qu’en France.

Sonia Fellous, « Lieux et rites religieux des juifs à Paris du XIIe à la fin du XIVe siècle »

Sonia Fellous est chargée de recherche à l’IRHT, spécialiste d’iconographie biblique, d’exégèse rabbinique, des relations entre juifs et chrétiens et d’épigraphie hébraïque.

Elle se pose la question de la visibilité des juifs et de leurs pratiques religieuses pour les Parisiens. Que percevaient les chrétiens des pratiques religieuses des juifs ? Le problème est qu’il n’y a pas de manuscrits hébreux parisiens comportant des images des juifs, de leurs pratiques religieuses ou de la vie quotidienne, même dans les ouvrages destinés à la Pâque. Pour la France, nous disposons de deux manuscrits avec des scènes de la vie contemporaine des juifs et, pour le monde ashkénaze, de quelques manuscrits (cf. les travaux de Thérèse Metzger sur la vie juive au Moyen Âge). La plupart des rites juifs ont lieu à l’intérieur, à la synagogue ou à la maison. Qu’est-ce que les non-juifs en percevaient ? Quel est l’imaginaire de ces non-juifs ?

Sonia Fellous a élargi son étude au nord de la France et à la région rhénane, tout en prenant des exemples italiens ou espagnols pour pouvoir présenter un état des lieux des représentations des pratiques religieuses des juifs au cours du Moyen Âge.

Les rites religieux juifs et leurs objets

On distingue deux types d’usages :

  • Des usages collectifs : la synagogue est le centre de la vie juive et le lieu où l’on dépose les privilèges ; les autres lieux de vie collectifs sont le cimetière, les lieux de purification (bains) et l’école (obligation de la transmission de la Torah).
  • Des usages individuels : le respect de la cacherout et les prières quotidiennes (en présence de serviteurs non-juifs).

Quelle langue parlaient ces juifs ? Ils vivent en langue vernaculaire, mais l’hébreu est utilisé dans la synagogue. À Paris, on utilise l’hébreu pour les documents liturgiques, mais aussi pour les stèles. Par exemple, un scribe est surnommé « Joseph roi hors de Paris » (BnF, héb. 643, f. 45v et 155r). Les juifs ont des noms à consonance locale pour la vie quotidienne, mais non sur leurs pierres tombales.

Figure 1 : Joseph surnommé « le roi hors de Paris » (BnF, lat. 643, f. 45v : ותשלם מלא’ יום ראשון חזק יוסף המלך). Cliché fait par Sonia Fellous

Où vivent les juifs à Paris ?

Figure 2 : Chronologie des attestations de la présence juive à Paris (cimetières, écoles, synagogues et lieux d’habitat). Carte faite par Caroline Bourlet

Figure 3 : Officiant avec les mains voilées (Hamburg, Staats und Universitätzbibliothek, Cod. Heb. 37, 114r). Cliché fait par Sonia Fellous

Avant 1182, ils sont dans l’île de la Cité et se font enterrer sur la rive gauche. Après 1198, ils sont autour de la rue de la Harpe. Ils ont un cimetière rue Garlande jusqu’à 1273. Puis sur la rive droite au XIIIe siècle, se trouvent plusieurs synagogues ainsi qu’un cimetière attesté au XIVe siècle. Ils ont gardé autour de la Sorbonne, une école et un cimetière (retrouvé au XIXe siècle) jusqu’à leur expulsion. Des pierres tombales datant des années 1139-1306, exposées au Musée d’art et d’histoire du judaïsme, ont été découvertes et étudiées.

 

Qu’est-ce qui est perceptible de la vie religieuse des juifs par leur environnement non-juif ? Comment les bâtiments sont-ils perçus ? Les hommes se distinguent-ils par leur coiffure ? Ont-ils des signes ou des vêtements distinctifs à Paris ?

Concernant les bâtiments, notamment la synagogue, aucun manuscrit parisien n’est conservé. Ce que peuvent néanmoins percevoir les non-juifs à ce propos, c’est le mouvement des groupes qui en sortent avec beaucoup d’enfants. Sur les images, si le bâtiment ne se distingue pas des autres édifices de cette époque, sont représentés en revanche les rouleaux de la Torah et des hommes couverts du talith ; l’officiant a les mains voilées et porte des phylactères.

Le mobilier peut également attirer l’intérêt, notamment la chaire et le chandelier (la ménorah). La présence d’écoles auprès des synagogues peut également être évoquée, comme sur une pierre tombale parisienne. On trouve dans l’aire ashkénaze une profusion d’images avec un ou des enfants qui étudient.

Pour les fêtes, celle du nouvel an (Rosh Hashanah) est perceptible en dehors de la communauté à cause du retentissement du shofar (trompette).

Figure 4 : Le shofar (Paris, Bibliothèque de l’Alliance israélite universelle, Rituel de prière, XIIIe-XIVe siècle, Souabe (Ulm et Constance ?), ms 24h, fol. 84v). Cliché fait par Sonia Fellous

Pourim, avec ses débordements, peut également attirer l’attention, notamment dans la péninsule ibérique. Toutes les fêtes sont célébrées. On trouve des lampes de hanukah du XVe siècle avec un décor gothique qui utilise le bestiaire médiéval. Pour Sukkot, nous ne disposons pas d’images françaises mais italiennes et espagnoles. C’est une fête qui célèbre le moment de l’errance dans le désert et la précarité de l’exode. On construit alors des cabanes. En Italie, cela se fait dans les jardins.

Quant aux rites, la pratique du bain rituel, obligatoire dans toute organisation communautaire juive, semble connue, tout comme le respect de la cacherout. Par ailleurs, concernant l’alimentation, des boucheries sont bien identifiées comme juives dans les manuscrits (avec une insistance sur le sang des animaux qui coule et sur les ustensiles utilisés – mais l’écoulement du sang est aussi noté pour les boucheries chrétiennes). Pour la circoncision, pratique avec laquelle les chrétiens ont rompu dès le IIe siècle, les manuscrits hébreux ne s’arrêtent que sur la circoncision d’Isaac, alors que dans les manuscrits chrétiens sont mises en évidence les circoncisions des deux fils d’Abraham. Il semblerait que l’accusation de meurtre rituel vienne de cette pratique et l’imaginaire chrétien barbarise la scène en insistant sur l’écoulement du sang. Pour les mariages, sont mis en évidence la bague de la mariée, les musiciens et le contrat de mariage (on conserve par exemple une ketubah issue de la ville de Riom datée de 1319).

Figure 5 : Ketubah du mariage entre Nathanaël ben Joseph et Gentille bat Moshe à Riom le 28 mars 1319 (BnF, hébreu 1415 n° 10). Cliché fait par Sonia Fellous

La cérémonie du divorce (avec la femme qui délace le soulier de son époux) peut également être représentée.

Figure 6 : Colophon d’Abraham ben Jacob, Paris, 13 Mars 1303 (BnF, hébreu 44, f. 166v). Cliché fait par Sonia Fellous

Ce qui est sans doute le plus visible, ce sont la mort et les rituels du deuil qui l’entourent. Les rites funéraires ont une grande visibilité avec la présence de la famille endeuillée en noir. Le corps est transporté en procession. On utilise des cercueils pour 90% des cas en France. Lors de la cérémonie, les gens sont pieds nus (tradition en place dès l’Antiquité). Concernant les cimetières, il en existe plusieurs à Paris et ils ne se trouvent pas à côté des lieux d’habitation (cf. cimetière d’York mentionné par Henri Galinié dans la Revue Archéologique du Centre de la France, t. 36, 1997, p. 189-190). Il n’y a pas de chevauchement des corps et des espaces sont prévus pour les enfants, peut-être pour les rabbins et pour les apostats. On utilise des cercueils cloutés en bois. Les tombes sont individuelles, même s’il existe des fosses communes pour les morts des pogroms (cf. en Allemagne au XVe siècle). Les stèles juives sont verticales et utilisent le calendrier hébraïque, comme on peut le constater également dans le colophon du manuscrit BnF hébreu 44 (f. 166v). Ces cimetières sont séparés avec des murs ou des fossés.

Pour les gestes du quotidien, la mezuzah est connue (en France, elle peut être placée de manière verticale), ainsi que les gestes liés à la purification et ceux liés à la préparation de la fête de Pâque (notamment l’achat de la farine au moulin et la fabrication de la matza). On représente le four en train de fonctionner par exemple. Sont également représentés le nettoyage de printemps et l’égorgement de l’agneau. Comment tout cela peut-il être interprété par les voisins non-juifs ?

Rituels imaginaires de l’antijudaïsme

Comment ces rituels étaient-ils perçus par les non-juifs ? Ils sont perçus comme sanguinaires (notamment la circoncision). Les accusations de meurtre rituel se multiplient pendant la période de Pâque. L’usure est également liée dans le discours chrétien au sacrilège et à la profanation d’hostie.

Comment les chrétiens perçoivent-ils tout cela ? Comment représentent-ils les juifs ? Au XIIIe siècle, il n’y a pas de différence entre les juifs et les chrétiens dans le domaine royal. Dans la propagande doctrinale toutefois, la mise en scène est très différente. Les juifs sont représentés comme des hérétiques avec des démons. Les bibles moralisées mettent en avant ce sur quoi la polémique contre les juifs insiste, avec la présence d’un chat (démon), le rappel de l’usure et l’accusation de s’adonner à la luxure. On stigmatise les défauts du judaïsme et l’aveuglement des juifs.

Figure 7 : Représentation des juifs dans la Légende dorée de Jacques de Voragine en 1348 (BnF, français 241, f. 57v). Cliché fait par Sonia Fellous

La première mention de l’accusation de meurtre rituel remonte à l’année 1178 (un enfant aurait été enlevé et crucifié à Pontoise ou à Paris). Cette accusation fait écho au miracle de la fournaise ardente présente dans un manuscrit hébreu. Cette fournaise ardente est reprise dans les manuscrits anglais et allemands qui veulent illustrer l’accusation de meurtre rituel.

Le miracle des Billettes (profanation d’une hostie en 1290) est largement représenté. Cette histoire a abouti au brûlement d’un juif fortuné. Elle a eu des conséquences dans la littérature populaire et dans l’iconographie. À cause de la répétition, des émeutes contre les juifs ont éclaté et ils ont dû être déplacés (cf. prédelle de Paolo Ucello). Cette légende est d’autant plus facilement acceptée qu’elle rappelle la crucifixion. La littérature populaire met de plus en plus en scène les juifs comme déicides.

On assiste à une démonisation des juifs par le discours doctrinal et par toutes sortes d’images qui insistent sur leur hérésie à cause de leur supposé abandon de la Torah pour le Talmud.

Discussion

Boris Bove (BB) : dans le miracle des Billettes de Paolo Uccello est représentée une bouilloire utilisée pour purifier les objets. L’hostie est jetée dans cette bouilloire. Cela veut dire qu’il y a des serviteurs chrétiens dans les maisons des juifs et qu’ils connaissent certaines pratiques de la vie quotidienne.

SF : il y a des choses qui sont perçues par l’extérieur. Il n’y a pas d’ouverture sur l’extérieur : les non-juifs ne peuvent qu’imaginer. Qu’est-ce que l’imagination peut percevoir ?

CB : depuis le XIIe jusqu’à la fin du XIVe siècle, les juifs n’étaient pas seuls dans leurs rues. Les populations chrétiennes et juives se côtoyaient de manière normale et régulière. Il y a des moments de crispations, mais ils vivent ensemble. Des serviteurs chrétiens sont dans les maisons des juifs, des juifs travaillent avec des chrétiens. Il n’y a pas d’ostentation de la pratique rituelle juive.

CSM : dans la documentation de la pratique en Aragon, on se plaint de la fête de Pourim où l’on prescrit l’enivrement. C’est la fête de la dérision rituelle. On porte plainte contre les juifs qui vivent à côté de la familia de l’évêque en interprétant leurs débordements rituels comme des insultes contre les chrétiens et contre l’évêque. C’est la seule occasion où une fête juive pose problème.

AM : dans le monde chrétien, ce genre de fête pose problème (notamment une fête de l’inversion des rôles comme la fête des Innocents).

CSM : le judaïsme est visible seulement dans cette occasion-là. Beaucoup de dispositions canoniques dans les conciles prescrivent aux juifs de faire profil bas. Le prosélytisme est interdit, comme la fondation de nouvelles synagogues.

BB : combien de juifs apparaissent dans les rôles de taille à Paris ? Il y aurait en fait 150 foyers contribuables.

AM : la localisation dans Paris montre ce faible nombre de juifs.

CB : il y a une tendance au regroupement des juifs.

CSM : il n’y a pas de ghetto. Les juifs demandent la permission de fermer leurs rues pour être protégés. Des chrétiens travaillent chez les juifs et des juifs chez les chrétiens, même si des dispositions canoniques interdisent ce genre de pratiques. On craint la promiscuité sexuelle des deux côtés. Ces échanges sont mal perçus par les autorités des deux côtés. En théorie, on ne se mélange pas, mais en pratique, les choses sont complètement mélangées. Les violences rituelles éclatent systématiquement au moment de Pâques. La situation se durcit à partir du XIIIe siècle pour l’espace ashkénaze et à la fin du XIIIe dans l’espace ibérique.

CB : les représentations des fours et des bouchers des juifs sont les mêmes que les représentations des fours et des boucheries chrétiennes. Le sang qui coule est visible également. Pour Pessah, l’activité de nettoyage doit se voir. Ont-ils des fours spéciaux ?

CSM : pour les fêtes de Pâque, ils ont le droit d’avoir leur four chez eux pour le pain azyme. Dans la documentation, il n’y a pas de mention du sang sur le linteau des portes. Ce n’est pas une prescription.

SF : le fait de mettre du sang à ce moment sur le linteau des portes apparaît dans l’iconographie. Pour protéger les maisons juives contre le passage de l’ange de la mort. Ces images témoignent-elles de la réalité ? Il est difficile de savoir ce que les chrétiens percevaient des pratiques juives.

MHB : ne serait-ce pas une question de pratiques régionales ?

SF : c’est une scène récurrente dans les images et la hagganot. Cela rappelle un épisode de la Bible. Ces images sont issues de l’Italie et de la péninsule ibérique, mais elles sont absentes des manuscrits français.

AM : est-ce que l’on a un moyen de mesurer la distance entre ce que dit le Talmud et la pratique ? Est-ce une réglementation stricte ?

CSM : on a les moyens de voir à travers les recueils de responsa (questions des juifs à des sages). Les sages ne répondent pas de la même manière.

CB : quand les juifs du sud de la France sont arrivés en Espagne après leur expulsion, ils ont été confrontés à des coutumes différentes.

SF : la coutume compte. On observe des pratiques différentes selon les provenances (cf. à Amsterdam). Il y a une très grande variété des rites et des traditions. Tout dépend du contexte.

Compte-rendu réalisé par Marlène Helias-Baron et Nathalie Picque avec la collaboration de Caroline Bourlet et d’Anne Massoni

Prochaine séance : Vendredi 31 mars (14h30-17h30) «Les confréries»

 


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Costa 27 dit :

    Bonjour. Je suis nouvellement inscrit. Vous n’expliquez pas pourquoi les tensions se produisent au moment de la Pâque juive. Merci de votre réponse.

    • Rédaction dit :

      Il faut comprendre que c’est au moment de Pâques (mort puis résurrection de Jésus) en fait, c’est-à-dire des Pâques chrétiennes (comme pour les Pogroms en Europe de l’est au XIXe et au début du XXe siècle) qu’éclatent les violences anti-juives. Pour rappel, on dit la Pâque juive et les Pâques chrétiennes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *