Liber Pilosus : les reliures cisterciennes de Clairvaux recouvertes de peau de phoque

Élodie LÉVÊQUE (IRHT), Claire CHAHINE (CNRS)

L’abbaye de Clairvaux, fondée en 1115 et gouvernée par le futur saint Bernard jusqu’à sa mort en 1153, abritait une exceptionnelle bibliothèque figurant parmi les plus riches d’Occident. Alors que l’abbaye jouissait d’une remarquable prospérité dès les années 1130, la constitution du fonds initial se fit grâce aux dons des premiers moines venus de Cîteaux, puis par la production du scriptorium de l’abbaye, ainsi que par des donations. A la fin du siècle, la bibliothèque de Clairvaux possédait environ 350 volumes, conservés dans différents lieux de l’abbaye, selon les usages auxquels ils étaient destinés. Dès le milieu du 13e siècle, la bibliothèque s’enrichit, principalement grâce à des achats, jusqu’à atteindre 1 000 volumes au début du 14e siècle. La collection continua à se développer tout au long du Moyen Âge, ce dont témoigne un inventaire rédigé en 1472 pour l’abbé Pierre de Virey par Jean de Voivre, alors bibliothécaire à Clairvaux, répertoriant 1 790 ouvrages.

Plat antérieur du manuscrit ms. 5, conservé à la Médiathèque du Grand Troyes, Champagne Métropole. Pro Augustino responsiones ad excerpta Genuensium, XIIe siècle, 174 f., parchemin ; 490 × 340 mm.

Des quelque 1 240 manuscrits de Clairvaux aujourd’hui conservés à la Médiathèque du Grand Troyes, une série de quatorze reliures, datées du 12e siècle, se distingue par la présence de couvrures ayant conservé leurs poils. Ces reliures, toutes de grand format, possèdent les caractéristiques structurelles des reliures romanes : le corps d’ouvrage, cousu sur des lanières de peau, est maintenu serré entre deux ais de chêne, recouverts d’une peau vraisemblablement mégie. A Clairvaux à l’époque romane, le cuir mégis est remarquablement blanc, délicat et fin. Mais ces reliures claravaliennes se distinguent avant tout grâce à leur housse (ou chemise à liseuse) qui recouvre précautionneusement l’ensemble du volume, jusqu’aux tranches de tête, queue et gouttière, protégeant ainsi efficacement les manuscrits contre les agressions extérieures. La housse, contrairement à la couvrure sous-jacente, est constituée d’une peau brune, épaisse, non épilée.

Détail du poil de la chemise du manuscrit ms. 5, Médiathèque du Grand Troyes, Champagne Métropole.

Afin d’identifier l’espèce animale, et dans l’espoir de confirmer l’usage de peaux d’animaux sauvages tels que les cervidés mentionnés dans la description des catalogues modernes, une première analyse biologique a été menée sur six des quatorze manuscrits (dont ms. 5), à l’aide d’une technique développée par le département d’archéozoologie de l’université de York, au Royaume-Uni. La nature patrimoniale de la collection imposant l’utilisation de techniques d’analyse non destructives, ne nécessitant pas le transport des manuscrits en dehors de leur lieu de conservation, le choix s’est porté sur la technique d’analyse protéomique ZooMS, développée par Dr Sarah Fiddyment (British Academy Fellow, York). Celle-ci nous a permis d’identifier la présence de peau de phoque sur les six premiers échantillons. Une observation minutieuse à l’aide d’un microscope numérique portatif a amené à confirmer la présence de peaux de phoque sur l’ensemble des quatorze reliures de la collection.

Poils observés sous microscope numérique portatif (x 50), Ms 5, Médiathèque du Grand Troyes, Champagne Métropole. ©Auteurs

Des traces de peau ayant conservé ses poils sur une reliure de plus petit format, ainsi que certains signes suggérant la présence de housses (ou chemises, aujourd’hui disparues) sur un très grand nombre de manuscrits de la collection, posent la question de savoir si l’ensemble de ces manuscrits aurait pu être recouvert de peau de phoque à l’époque médiévale. Sans grande surprise, l’usage du phoque pour la couvrure des manuscrits est chose courante dans les pays scandinaves et en Irlande au cours de l’histoire, mais leur existence est également attestée en Angleterre, sur des reliures cisterciennes du 12e siècle.

Alors que l’on imagine assez bien l’usage de peaux de phoque dans les régions largement peuplées par ce mammifère marin, la question de leur usage en Champagne au 12e siècle se pose indéniablement. La présence de moines anglais et irlandais à Clairvaux à cette époque suggère de possibles apports extérieurs de provenances lointaines. Une étude comparative de sept reliures de Clairmarais conservées à Saint-Omer (dont le matériau de couvrure est étrangement ressemblant) suggère davantage une pratique cistercienne que géographique. Les recherches en cours, en partenariat avec une équipe de scientifiques danois, permettront bientôt de confirmer la provenance de ces peaux.

Élodie LÉVÊQUE est chargée du volet «Reliures de Clairvaux» dans la base Bibale (IRHT/CNRS), financée par l’équipex Biblissima.

Claire CHAHINE (CNRS) a créé et dirigé la section cuir et parchemin du Centre de recherches sur la conservation des collections (CRCC).

Un article plus approfondi sur le sujet est à paraître dans le prochain numéro de la revue annuelle de l’ARSAG, Support/Tracé. Nous tenons à remercier la Médiathèque du Grand Troyes d’avoir facilité cette recherche et autorisé l’analyse des manuscrits de Clairvaux.

Références bibliographiques

  • Fiddyment, S., Holsinger, B., Ruzzier, C. et al., “Animal origin of 13th-century uterine vellum revealed using noninvasive peptide fingerprinting”. Proceedings of the National Academy of Sciences, 2015, 112 (49).
  • L. HARMAND, Catalogue général des manuscrits, t. 2, 1855, pp. 9-10.
  • Ch. SAMARAN et R. MARICHAL, Catalogue des manuscrits en écriture latine portant des indications de date, de lieu ou de copiste. V. Est de la France, Paris, 1965, p. 447.
  • A. VERNET, J.-P. BOUHOT, et J.-F. GENEST, La Bibliothèque de l’abbaye de Clairvaux, Du XIIe au XVIIIe siècle, t. 2, 1997, pp. 445-7.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *