Les traductions latines d’œuvres vernaculaires : pourquoi un inventaire ?

Françoise FERY-HUE et Christine GADRAT (Communication du 4 mai 2006)

À côté des traductions latines médiévales issues de l’arabe, du grec ou de l’hébreu — depuis longtemps connues et étudiées — un aspect de la littérature médiévale latine demeure peu ou pas exploré à ce jour : celui des traductions latines fondées sur des œuvres composées directement en langues vernaculaires (langues romanes, germaniques, anglo-saxonnes, scandinaves…).

Du fait de leur spécificité, de leur reconnaissance bien établie dans la communauté scientifique et des difficultés linguistiques particulières qu’elles présentent, les traductions latines issues de l’arabe, du grec ou de l’hébreu, qu’elles aient eu ou non un intermédiaire vernaculaire, ont été écartées du champ des investigations. L’effort de recherche se concentre exclusivement sur le défrichage du domaine encore relativement neuf — et très vaste — des traductions latines issues d’œuvres vernaculaires européennes au Moyen Âge, ce qui inclut naturellement les rétro-traductions latines dans lesquelles l’œuvre latine première a été purement et simplement oubliée au profit de sa traduction en langue vernaculaire, qui acquiert le statut d’un original et est alors retraduite en latin.

Les problèmes de communication posés par l’apparition et le développement des langues vernaculaires — dérivées du latin, comme les langues romanes — ou par la renaissance des langues anglo-saxonnes et germaniques, furent modifiés quand ces langues vernaculaires entrèrent en concurrence avec le latin comme langues littéraires, aussi bien comme véhicules de traduction à partir du latin que comme langues de production d’œuvres originales, donc susceptibles de faire l’objet d’une traduction en latin.

Le corpus retenu est si vaste qu’il a fallu en éliminer les documents de la pratique — chartes et cartulaires — qui présentent, du fait de leur nature même, des cas fréquents de traduction de vernaculaire au latin ou de latin vers une langue vernaculaire, voire des cas de double rédaction. L’inventaire en projet se limite aux textes littéraires au sens le plus large : des œuvres historiques, lyriques, morales, religieuses, scientifiques, techniques, aux œuvres prononcées dans une langue vernaculaire pour un public non-latiniste, comme les sermons et discours.

Les questions soulevées par l’étude des traductions latines d’œuvres vernaculaires sont nombreuses. Quel rôle joue le latin médiéval – si éloigné du latin classique – quand il sert de langue de traduction à une œuvre vernaculaire ? Comment apprécier le registre latin adopté dans ces traductions ? Y a-t-il une sorte de « hausse du niveau hiérarchique » du texte ? Qui « traduit en latin » — des professionnels religieux ou laïcs, des amateurs plus ou moins éclairés — et dans quel milieu évoluent ces traducteurs d’œuvres vernaculaires en latin ? Comment ces traducteurs et leurs commanditaires / lecteurs ressentent-ils la relation entre leur langue « maternelle » et le latin ? Quelle est l’importance du vocabulaire vernaculaire passé dans les traductions latines et des graphies de type dialectal introduites dans le texte latin ? Quel est l’enjeu de la traduction en latin pour la diffusion d’une œuvre née vernaculaire ?

L’inventaire qui débute est mené par un petit groupe de chercheurs, groupe qui ne demande qu’à s’accroître, vu l’ampleur de la tâche de défrichage. Pour dresser cet inventaire, le groupe bénéficie d’un outil informatique spécialement élaboré à partir du SGBD Filemaker : Tradlat, dont la caractéristique principale – au-delà de l’établissement de liens entre témoins manuscrits conservés, œuvres originales/traductions et auteurs/traducteurs – est d’autoriser toutes les modifications de ces liens au fur et à mesure des progrès de la recherche et d’ouvrir des fenêtres de dialogue entre les différents membres du groupe pour affiner cette recherche.

Le but de cet inventaire (car aucun autre moyen n’a été trouvé) est de permettre une meilleure connaissance des traducteurs et des publics concernés, ainsi qu’une perception plus fine du rôle du latin comme langue de traduction. Les traductions latines manifestant une autre forme de diffusion des œuvres vernaculaires, elles apportent des précisions neuves sur les conditions du voyage des textes dans l’espace européen.

Bibliographie

Deux articles marquent le début de cette recherche :

Leonard Grant, W., « European Vernacular Works in Latin Translation », Studies in the Renaissance, 1, 1954, p. 120-156 [s’intéresse aux traductions latines publiées de la Renaissance jusqu’au XIXe siècle].

Vernet, André, « Les traductions latines d’œuvres en langues vernaculaires au Moyen Âge », dans Traductions et traducteurs. Colloque international du CNRS, Paris, 26-28 mai 1986, Paris, 1989, p. 225-241 [consacré aux œuvres médiévales, surtout françaises].

Brun, Laurent, Duval, Frédéric, Fery-Hue, Françoise, Gadrat, Christine, « Vers un inventaire informatisé des traductions latines d’œuvres vernaculaires », Scriptorium, 59/1, 2005, p. 90-108.

Un colloque récent traite des aspects tant techniques qu’idéologiques du sujet : Tous vos gens a latin. Le latin, langue savante, langue mondaine (XIVe-XVIIe siècles). Études réunies et publiées par Bury, Emmanuel, Genève, 2005, 464 p. (Travaux d’Humanisme et Renaissance, 155).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *