Tours et détours du photographe dans le manuscrit médiéval

Le rôle de l’IRHT dans la numérisation du patrimoine médiéval dans les bibliothèques municipales ou universitaires de France n’est plus à démontrer. En effet, « trois grandes idées présideront à la fondation de l’Institut de recherche et d’histoire des textes [en 1937] : faire un relevé exhaustif des manuscrits, les photographier, mettre l’ensemble de ce matériel à la disposition de tous les chercheurs1 ». Depuis, une bibliothèque virtuelle des manuscrits médiévaux (BVMM) ainsi qu’un catalogue informatisé de manuscrits enluminés du Moyen Âge (Initiale) ont vu le jour. Ces bases font le bonheur des chercheurs, étudiants ou médiévistes du monde entier, mais qu’en est-il de la rencontre du photographe avec le manuscrit médiéval ?

Le recrutement de jeunes photographes à l’IRHT, novices en histoire médiévale, mais « nativement » experts en communication sur les réseaux sociaux, a entrouvert les coulisses de la numérisation à l’IRHT. Nous les suivons désormais à travers la France (et parfois à l’étranger), de Metz à Bourg-en-Bresse en passant par Beaune, Autun ou Istanbul. De l’installation des stations de numérisation, des heurts et malheurs techniques, aux astuces et secrets de la numérisation ; de l’émerveillement devant des enluminures aux questionnements sur la raison d’être de certains « gribouillis » sur les marges, vous pouvez tout savoir en vous connectant sur ou sur Instagram ou en parcourant le carnet de mission d’une photographe. Les comptes Twitter ou Facebook de l’IRHT ne se privent pas de liker ou de partager ces publications, révélant un point de vue très différent sur le manuscrit médiéval.

Les réactions sont diverses : on aime, on déteste ou on est indifférent ! A-t-on le droit de détourner certaines images médiévales ? Fait-on encore de la vulgarisation scientifique ? Nous aurions aimé archiver en son et images la réaction « outrée » d’une de nos collègues de la section des manuscrits enluminés devant cette animation (contresens manifeste pour les historiens de l’art !). N’est-ce pas l’occasion d’inviter les chercheurs à rejoindre les réseaux et à s’« amuser » avec nous, photographes et animateur de communautés ?

Mâcon, BM, ms. 1, f. 2. Colombe apportant la sainte ampoule à saint Remi.

Voici quelques perles sous différentes thématiques postées par nos photographes :

L’installation dans les bibliothèques

Quèsaco ?

L’émerveillement

L’impuissance

À l’aide

Trucs et astuces…

Osant l’animation des images

David jouant de la harpe (Melun, BM, ms. 5, f. 19) #FeteDeLaMusique.

Épiphanie 2017 – Adoration des Mages (Paris, Bibl. Mazarine, Coll. Faralicq 7, f. 69v.)

En pleine période de lancement de la célèbre application mobile Pokemon Go, le manuscrit Autun 80 f. 40 a rencontré son animateur mais pas son public…

  1. Louis Holtz, « Les premières années de l’Institut de recherche et d’histoire des textes », La revue pour l’histoire du CNRS [En ligne], 2 | 2000, mis en ligne le 20 juin 2007, consulté le 30 juin 2017. URL : http://histoire-cnrs.revues.org/2742 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *