Les manuscrits syriaques de parchemin du Sinaï et leurs «membra disjecta»

Vient de paraître aux éditions Peeters, l’ouvrage de Paul Géhin, directeur de recherche émérite à la section grecque et de l’Orient chrétien de l’IRHT, Les manuscrits syriaques de parchemin du Sinaï et leurs «membra disjecta».

L’ouvrage est consacré à une petite partie du riche patrimoine livresque de la bibliothèque du monastère de Sainte-Catherine au Sinaï : les manuscrits syriaques écrits sur parchemin. Bénéficiant de l’apport des « Nouvelles découvertes » de 1975 et de l’identification d’un grand nombre de membra disjecta présents dans les bibliothèques étrangères, l’auteur s’emploie à reconstituer l’état de ces manuscrits, tel qu’il devait être au début du XIXe siècle, avant que ne s’opère un important processus de fragmentation et de dispersion. De contenu presque exclusivement religieux (biblique, patristique et liturgique), ces manuscrits sont des témoins précieux des usages du livre dans les communautés chrétiennes de langue syriaque ; leur copie s’étend sur une période de huit siècles (de l’extrême fin du Ve s. à la fin du XIIIe s.).

Le travail de reconstitution ici entrepris donne une vue d’ensemble de la part ancienne du fonds syriaque de Sainte-Catherine, bien plus précise que l’inventaire sommaire d’Agnes Smith Lewis paru en 1894, et marque une étape importante vers la réalisation d’un catalogue moderne. Il met en relation des fragments maintenant conservés à des milliers de kilomètres de distance. Il offre aux spécialistes (éditeurs de textes, biblistes, liturgistes, historiens, codicologues) une base renouvelée et plus sure pour de futures recherches.

Caractéristiques

  • ISBN : 978-90-429-3501-3
  • Pages : XIV-253 p.
  • Prix : 115 Euros
  • Éditeur : Peeters

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *