Documents du quotidien et de la pratique: à l’origine du goût de l’archive

Caroline BOURLET (Communication du 1er juin 2006)

Charte en français de 1265 : Vente du pressoir du Chesnoy à la léproserie de Pontfraud. Archives départementales de l’Yonne, H 2405.

Charte en français de 1265 : Vente du pressoir du Chesnoy à la léproserie de Pontfraud. Archives départementales de l’Yonne, H 2405.

L’étude des sources diplomatiques dans tous les domaines linguistiques, soit les documents normatifs, de la pratique, d’administration et de gestion, connaît une nouvelle jeunesse. Elle sort du cadre strict de « science auxiliaire » dans lequel les historiens l’avaient jusque-là enfermée. Voilà maintenant le document diplomatique, dans toute sa variété, devenu à la fois objet et source d’histoire.

Pour sortir du maquis historiographique, des opérations d’essartage s’avèrent nécessaires : dresser des typologies est essentiel, d’autant plus que les sources sont complexes, nombreuses, se présentent sur des supports divers (tablettes de cire, ostraca, papyrus, parchemin, papier…). Indissociables des campagnes d’inventaire, de catalogage, d’édition menées à l’IRHT, l’analyse codicologique de ces documents et les enquêtes historiques sur leur production, leur conservation et leur utilisation apportent aussi leur lot d’informations neuves.

Les témoins aujourd’hui conservés de la production écrite de l’administration et de la vie quotidienne des sociétés anciennes, de l’Antiquité et du Moyen Âge particulièrement, ne sont souvent que le résultat des hasards de la conservation. Certains, qui avaient été conçus pour durer, ne sont plus aujourd’hui que les vestiges ténus d’une activité intense. Beaucoup n’étaient promis qu’à une existence fugitive, liée à leur très temporaire fonction. Ceux-là ont parfois échappé à une destruction programmée. Ils sont rares mais précieux parce qu’ils nous disent le contingent, ce qui n’était pas jugé digne de mémoire, le quotidien, l’épaisseur de la vie.

Comment et pourquoi ces documents nous ont-ils été transmis ? Quelle est leur représentativité ? Que signifie la conservation ou la mise au rebut des documents ? En d’autres mots, quelle est la valeur accordée à ces documents par ceux qui les ont produits et par ceux qui les ont conservés ? Quelle est leur saveur pour l’historien qui les inventorie, les classe, les exploite aujourd’hui ? Ce sont les questions auxquelles s’attachera cette séance.

Paul Bertrand − Les écrits du quotidien dans l’Occident médiéval

Hélène Cuvigny − Les poubelles de la contre-histoire. Ostraca et inscriptions du désert oriental égyptien (Ier-IIIe s. ap. J.-C.)

Christian Müller − Documents juridiques de la période mamelouke, Jérusalem (XIVe s.)

Rares sont les écrits de la pratique juridique conservés en terre d’islam avant le xvie siècle. Parmi ceux-ci le fonds du Haram al-Sharîf (le Dôme du Rocher) et ses 900 documents apparaît comme le plus important par sa diversité et par son contenu : ainsi, actes de vente, attestations et témoignages, constats d’héritages, comptes administratifs notamment sont parvenus jusqu’à nous. La variété des documents permet d’analyser les fonctions que l’écriture avait dans la société à la fin du XIVe siècle. Comprendre pourquoi ce fonds d’actes écrits avait échappé à la destruction passe par la reconstruction de la pratique juridique de l’époque. Certaines circonstances expliquent aussi pourquoi ces documents ont été préservés dans un lieu privilégié.

Sonia Fellous − La mort au quotidien. Un document pour l’éternité (Inscriptions hébraïques médiévales de Paris)

Cette étude sur l’épigraphie hébraïque médiévale, entreprise dans le cadre de la section hébraïque de l’IRHT et du projet Monumenta Paleographica Medii Aevi, qui sera publiée dans la Series hebraica, a pour but d’analyser et de comparer l’écriture hébraïque gravée de la fin de l’Antiquité jusqu’à la fin du Moyen Âge avec l’écriture manuscrite médiévale. En effet, des quelques 50 000 volumes et 200 000 fragments qui nous soient parvenus, il ne reste que 212 codices jusqu’en 1280 dont moins de 20 proviennent d’Europe (zone dite ashkénaze — Nord de la France – Sud de la Rhénanie —, Italie et Espagne chrétienne) et leur localisation précise n’est pas assurée. Or, toutes les inscriptions hébraïques médiévales sur pierre encore visibles (des inscriptions funéraires pour la très grande majorité) sont européennes ; ce corpus comprend 274 inscriptions et met à la disposition des chercheurs des documents qui couvrent la période antérieure à 1280. De plus, les pierres tombales, quand elles ne sont pas endommagées, portent toutes des dates et leur localisation est certaine car, même quand elles ont été déplacées et réutilisées, elles n’ont jamais été transportées loin de leur lieu d’origine. Ce sont donc des supports qui pourraient permettre d’appréhender l’évolution de l’écriture hébraïque jusqu’aux années 1280 ainsi, peut-être, que d’établir la date et les conditions de sa renaissance et sa réintroduction sur les stèles funéraires et dans la vie quotidienne des Juifs. Il faut en effet rappeler ici que dans l’Antiquité et jusqu’au début du VIIIe siècle, les épitaphes juives sont gravées en latin ou en grec et souvent ornées des sacra : chandelier à sept branches, branche de palme (lulav), cédrat (etrog), corne de bélier (shofar), symboles d’attente eschatologiques.

Il a été décidé de consacrer à Paris le premier tome de cette série sur l’épigraphie hébraïque française médiévale en raison du nombre important des stèles hébraïques parisiennes qui nous sont parvenues (83) bien que la plupart d’entre elles proviennent d’un seul des trois cimetières juifs de la rive gauche ; parmi elles dix-sept sont datées, la plus ancienne remonterait à 1139-40 et la plus récente à 13641 . Une première approche permet de constater immédiatement que l’écriture sur pierre imite l’écriture sur manuscrit.

Nous avons choisi de présenter deux stèles qui posent deux types de problèmes. Le premier, classique hélas, celui d’une pierre endommagée, coupée en deux sans doute pour un autre usage et restaurée de telle sorte que la date en devient illisible ; le second concerne une épitaphe qui a d’abord posé des problèmes de lecture que l’analyse épigraphique semble avoir résolus mais cette lecture soulève des questions qui ouvrent la voie à des investigations de type historique qui ne seront pas simples à mener. Il s’agit respectivement des stèles de dame Floriah, fille de Rabbi Benyamin (Benjamin) et de celle Rabbi Shemu’el (Samuel) fils de r. Yosef (Joseph).

N.B. Cette communication a été publiée en 2006 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/manuscrit/archives.htm).

  1. G. Nahon en a relevé et étudié 110 mais vingt-sept ont été perdues et ne peuvent donc pas faire l’objet d’une étude épigraphique. Cf. Gérard Nahon, Inscriptions hébraïques et juives de France médiévale, Paris, 1986. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *