Le point sur la numérisation en Bourgogne

C’est une nouvelle année en Bourgogne qui touche à sa fin. Après deux ans et quelque milliers de photos, la campagne de numérisation intégrale couleur avance bien : retour donc sur une année photographique.

Lancée en 2016, la numérisation du fonds de la bibliothèque municipale d’Autun ainsi que de la bibliothèque de la société Eduenne s’est terminée début 2017 et est désormais disponible, pour tous, à la consultation sur la BVMM. Au final, ce sont quelque 254 cotes (manuscrits ou fragments) qui ont été intégralement numérisées, soit un peu plus de 40 000 photos.

L’été a été l’occasion d’une brève installation à la bibliothèque municipale de Beaune afin de réaliser la numérisation de 54 de leurs manuscrits, ainsi que 11 écrits conservés aux archives hospitalières. Cette campagne, qui a fait l’objet d’un précédent article, est terminée et vous pouvez, là aussi, consulter les numérisations sur le site de la bibliothèque virtuelle.

Enfin, depuis septembre et jusqu’en début d’année prochaine, la station de numérisation est installée à la bibliothèque d’Auxerre où la numérisation d’un peu plus d’une centaine de manuscrits est déjà bien avancée. En effet, seuls 24 manuscrits n’ont pas encore été placés à la lumière des projecteurs. Les fragments et cartulaires des archives municipales ont en revanche déjà été reproduits. 2018 commencera donc par la finalisation de la numérisation de la bibliothèque ainsi que des archives départementales.

Pour en savoir plus sur la mission de numérisation à Auxerre , lire l’article du 21/10/2017 de l’Yonne Républicaine, Plusieurs centaines de manuscrits stockés à Auxerre numérisés pour le CNRS.

Mais la fin d’année a surtout été l’occasion de concrétiser un projet de numérisation un peu particulier au musée François Pompon de Saulieu, où un évangéliaire dit de Charlemagne est conservé. Le 24 novembre dernier, Gilles Kagan et moi-même avons réalisé la numérisation de ses 148 folios. Nous avons surtout pu nous émerveiller devant ses deux plaques d’ivoires byzantines qui seraient datées du VIe siècle et qui n’existeraient qu’en trois exemplaires. Les deux autres sont conservés à la Bibliothèque nationale de France, et en Arménie.

Les plaques d’ivoire de l’Évangéliaire dit de Charlemagne
(Musée François Pompon, Saulieu)

Classé monument historique à la fin du siècle dernier,  il a été pendant très longtemps conservé dans un coffre fort dans une banque avant d’être exposé au musée François Pompon de Saulieu. Pour le photographier nous avons dû mettre en place un système de numérisation adapté au manuscrit de façon à préserver les plats. Il n’était pas question de placer le codex sous un presse-livre, ni même de l’ouvrir à plus de 100 degrés. C’est donc vers une numérisation page à page et sans pouvoir aplatir les folios que nous nous sommes dirigés.

Ainsi nous avons doublé le nombre de photo à faire, passant de 150 à 300. Avec les nombreuses manipulations et précautions, il nous aura fallu la journée entière pour le numériser, contre une petite heure en temps normal. Sans enluminures mais à l’écriture soignée, il sera disponible sur la BVMM dans les semaines à venir pour que vous puissiez, vous aussi, profiter de ses magnifiques plaques d’ivoires.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *