L’IRHT hier, aujourd’hui et demain

En cette année 2017, l’Institut de recherche et d’histoire de textes fête ses quatre-vingts ans. L’association des Amis de l’IRHT a recueilli à cette occasion près de deux cents témoignages en France et dans le monde, que lui ont adressés correspondants et lecteurs de tous horizons. Ils forment la matière d’un livre d’or où souvenirs émerveillés et vœux pour les années à venir composent un bouquet savoureux.

Nicole Bériou, présidente de l’association des Amis, a eu le plaisir d’offrir ce livre d’or le jeudi 30 novembre 2017 à François Bougard, directeur de l’IRHT, au cours d’une après-midi de rencontre amicale qui s’est tenue au siège du laboratoire. Il y avait dans l’assistance au moins autant de personnes que l’IRHT compte d’années… tous nous avaient rejoints pour découvrir et recevoir en cadeau un livre auquel ils avaient contribué ou qui leur importait parce qu’il parle de leur histoire, et tous ont joyeusement fêté l’événement, qui prend place dans la suite des manifestations dédiées à cet anniversaire entre octobre 2017 et l’été 2018. Cette rencontre amicale a aussi donné l’occasion d’esquisser, en présence de ce public nombreux et attentif, quelques traits d’une histoire déjà longue et à bien des égards singulière.

Le plus lointain passé, illustré dans la salle par des photographies puisées dans les archives, a été évoqué par Françoise Vielliard, Geneviève Contamine et Françoise Perelman qui ont toutes trois connu l’IRHT à partir des années 1970, peu après l’installation au 40 avenue d’Iéna qui avait eu lieu en 1965.

La première, familière de la section romane, nous a emmenés « de l’entresol au grenier », entre 1971 et 1989. L’héritage des toutes premières années, pendant lesquelles Jeanne Vielliard avait pris l’initiative dès 1941 d’adjoindre l’ancien français et l’ancien provençal au latin et au grec privilégiés par le fondateur de l’IRHT Félix Grat, avait bien fructifié, grâce à l’activité inlassable d’Édith Brayer. Les méthodes de travail étaient inspirées de celles qui avaient cours à l’École des chartes, qui avait d’ailleurs formé en grande partie le personnel de la maison, en petit nombre mais superbement efficace. Peu à peu, le rythme des tâches fondamentales s’était structuré, entre l’activité quotidienne de dépouillement des catalogues et de description des manuscrits in vivo, et la visite hebdomadaire à la salle des périodiques de la Bibliothèque nationale afin de constituer un véritable trésor bibliographique. Des inventions ont surgi, par lesquelles l’utilité pratique permet l’efficacité scientifique. Avant l’invention de la base de données Jonas, on vivait dans l’arc-en-ciel coloré des fiches, qui permettait de distinguer au premier coup d’œil le thème traité par chacune (auteur, œuvre, manuscrit ou bibliographie ; microfilm ou notice de manuscrit) et on s’orienta bientôt à la section romane vers le classement thématique, adopté par Jacques Monfrin et richement expérimenté par Geneviève Hasenohr. Se voir confier la description des manuscrits français du fonds Bodmer à Genève fut pour Françoise Vielliard une expérience de jeunesse inoubliable et pour l’IRHT le signe d’une belle reconnaissance des compétences de son personnel. Elles se sont épanouies dans tout le laboratoire, tout autant que dans chaque section, à la faveur d’entreprises collectives, telles que l’exposition sur L’archéologie du livre manuscrit donnée à l’Arsenal en 1987, qui était l’année du cinquantenaire, et quelques mois plus tard, la publication du volume sur Le livre au Moyen Âge, préparé par le personnel de l’IRHT à l’initiative de son directeur de l’époque, Jean Glénisson.

 

Dans les mêmes années 1970, section latine et section grecque se côtoyaient dans les mêmes salles avenue d’Iéna, jusqu’au transfert de la seconde au Collège de France en 1985 ; c’est alors que la section latine récupéra les microfilms, initialement entreposés au sous-sol. Aux yeux de G. Contamine et F. Perelman, la personnalité d’Élisabeth Pellegrin et sa présence assidue dans la section latine durant quarante ans ont singulièrement marqué l’histoire de l’IRHT. La publication du guide pour l’élaboration d’une notice de manuscrit, longuement mûri en collaboration, en est un des fruits remarquables. Les fichiers qu’elle a minutieusement organisés furent une banque de données avant la lettre. Les tiroirs se sont, là aussi, remplis de fiches de couleur, quotidiennement fournies par l’armée d’ingénieurs qui travaillaient alors à l’IRHT (en 1988, près de 100 ingénieurs et techniciens lui étaient encore affectés). Ce vrai trésor engrangé dans des murs entiers de fichiers ne manqua pas de susciter les convoitises. Le flux d’informations fut en partie capté par Medioevo latino, la grande bibliographie courante fondée et développée à Florence par la Sismel, et beaucoup de fichiers furent diffusés, mais aussi interrompus à cette occasion, sous forme de répertoires informatisés dont l’enregistrement et la commercialisation étaient confiés à l’entreprise Chadwick-Healey. L’autre trésor, celui des microfilms, circulait en ces temps lointains sous forme de bandes sous cellophane, prêtées aux chercheurs. Enfin, la découverte du complexe travail sur les manuscrits devint peu à peu l’occasion du rendez-vous annuel du stage ouvert aux jeunes chercheurs, qui le fréquentent toujours aujourd’hui : l’initiative venait de la section romane, bientôt renforcée, à partir de 1992, par le concours de la section latine.

Un deuxième volet, dans cette après-midi, a été consacré à l’évocation de l’IRHT « aujourd’hui ». Nicole Bériou, s’appuyant sur son expérience de directrice des années 2011-2014, a brossé l’image de l’IRHT qui s’était alors imposée à elle. Au 40, avenue d’Iéna, dans un lieu rénové et restructuré, mais qui n’était que l’une des cinq implantations de l’IRHT, entre Paris et Orléans, le laboratoire se cherchait lui-même. Il était affronté aux nouvelles normes de la recherche de la loi programme de 2006, définies au plus haut niveau, mais inadaptées à son activité. Pionnier dans l’élaboration des bases de données informatiques, il devait relever le défi de logiciels dépassés. Son statut d’unité propre du CNRS était remis en cause et ses moyens en personnel réduits de moitié en une dizaine d’années. Cependant, la qualité de son expérience et de ses recrutements lui permettait de belles réussites qu’elle a ensuite soulignées. L’entrepôt numérique de la Bibliothèque virtuelle des manuscrits médiévaux (BVMM), où sont notamment engrangées les reproductions photographiques (intégralement numériques depuis 2007) des manuscrits des bibliothèques municipales et universitaires, a été ouvert à tous les internautes en 2013. La rénovation des bases de données s’est accompagnée d’initiatives en vue de les mettre en liens entre elles et de faciliter de la sorte la circulation permettant d’accéder à toutes leurs ressources à partir d’un seul point d’entrée : la colonne vertébrale de Medium. Le site internet, complètement repensé en 2012-2013, remplit son rôle d’interface, introduisant à toute l’activité de l’IRHT. Les programmes de recherche à court terme, soutenus financièrement par l’ERC et par l’ANR, fleurissaient depuis quelques années en grand nombre. L’IRHT, surtout, a participé massivement au programme de l’Equipex Biblissima, qui recueille aujourd’hui l’appréciation très élogieuse du jury international qui vient de l’évaluer. La qualification d’« exception française » où la singularité va de pair avec l’excellence n’est donc pas un vain mot, comme l’attestent les messages recueillis dans le livre d’or. Les contacts noués depuis peu avec les collectionneurs privés ou renoués fortement avec, parmi d’autres grandes institutions publiques, la Bibliothèque vaticane, sont autant d’indices de cette reconnaissance.

Prenant le relais à partir d’un exemple précis, Patrick Andrist a ensuite expliqué, documents à l’appui, en quoi consiste le programme de collaboration entre la section grecque de l’IRHT et l’université Ludwig Maximilian de Munich dans laquelle il coordonne le projet commun ParaTextBib, financé par l’ERC depuis 2015 après une intense préparation en 2014. La masse exceptionnelle de données contenues dans la base Pinakes et son enrichissement effectué régulièrement à la section grecque légitiment en effet le projet de décrire le contenu de quelque 2300 manuscrits grecs des Évangiles et d’éditer les résultats les plus significatifs en construisant une architecture collaborative fondée sur cette base de données. Le travail est donc mené sur les mêmes fichiers, moyennant deux interfaces qui permettent l’intervention simultanée des équipes, avec validation des corrections et des enrichissements, au lieu de fabriquer une nouvelle base qui consommerait inutilement du temps et de l’argent là où il est bien plus fructueux de favoriser l’échange scientifique actuellement expérimenté.

Un intermède a alors suscité le rire de tous : Hanno Wijsman, ingénieur dans la section de codicologie et secrétaire des amis de l’IRHT, a déclamé avec talent et conviction un discours dactylographié découvert dans un tiroir de l’IRHT. Signé d’un certain professeur « Hur-luberlu », cet « extrait du Larousse du XXIIIe siècle » (sic) a été identifié comme l’œuvre utopique et drolatique d’un professeur lorrain, André Gain, un ami proche de Félix Grat qui semble avoir rédigé ce morceau d’anthologie dans les toutes premières années de l’existence de l’IRHT.

Enfin, il revenait à François Bougard, directeur de l’IRHT, d’évoquer l’avenir. Il a souligné la vocation du laboratoire en tant qu’organe de documentation au service de la recherche, dont la mission, tracée par Félix Grat dès 1937 comme « l’étude de la transmission de la culture écrite », est sans aucun doute inépuisable. Convaincu de la capacité, dont fait preuve le personnel du laboratoire, de mener en même temps d’excellentes recherches, il a aussi constaté le très haut niveau de compétences de son Pôle numérique. Tous ses membres s’investissent avec une remarquable efficacité dans l’exploitation intelligente des « humanités numériques » dont les ressources sont à la fois celles d’un outil et d’une discipline. La force de frappe qui en résulte devrait, à ses yeux, trouver un terrain fécond d’application dans le travail engagé sur les identifiants uniques des manuscrits, par lesquels il deviendra possible d’étudier la tradition manuscrite des textes et de maîtriser la complexité des objets manuscrits en explorant le web de données sur la toile. La récente rencontre Census d’octobre 2017, par laquelle se sont ouvertes les festivités des quatre-vingts ans, consolide à cet égard un projet dans lequel l’IRHT joue un rôle déterminant. Le regroupement des forces sur le Campus Condorcet, surtout visible sur les plans d’architecte encore, est donc une invitation à inventer un avenir à la mesure des ressources, des compétences et du travail mené en commun.

L’Association des Amis ouvre grand ses portes à tous ceux qui voudraient, en y adhérant, exprimer leur soutien à l’IRHT. Un exemplaire du livre d’or attend aussi chaque nouvel adhérent : il lui sera remis gracieusement, jusqu’à épuisement des stocks.

Pour toute information, voir la page de présentation de l’association Les Amis de l’IRHT … Qu’on se le dise !

Nicole BÉRIOU, présidente de l’association des Amis de l’IRHT

 


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Chétanian dit :

    Grand merci pour ce CR que j’ai lu avec intérêt et grand plaisir et qui m’a consolée (un peu…) de mon absence parmi vous.
    Amicalement,
    Bati Chétanian

    • Rédaction dit :

      Une autre manifestation aura lieu le vendredi 4 mai 2018 à l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres. Nous espérons vous avoir parmi nous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *