Le papyrus : iconographie et technique

Élisabeth DELANGE et Ève MÉNÉI (Communication du 8 novembre 2001)

Les Égyptiens ne racontent pas ce qui relève des gestes quotidiens et répétitifs, si bien qu’aucune source directe n’évoque la fabrication des rouleaux de papyrus. Quelques bribes seulement, dans l’iconographie des tombes ou sur la statuaire, laissent entrevoir des indices, mais si parcellaires, que nous sautons toutes les étapes entre les deux extrémités de la chaîne opératoire, passant directement de la plante végétale à l’usage des rouleaux par le scribe.

En effet, la figuration des grands tableaux de chasse à l’hippopotame dans les tombes de l’Ancien Empire montre quelle était la réalité des forêts de papyrus : très denses, aux arbres vigoureux qui émergent des marécages, formées de tiges droites, sans nœud – aphylle – et de l’ombelle chevelue qui se courbe, sans se casser, sous le poids des animaux sauvages. Il arrive que sur le relief soient notifiées la section triangulaire de la tige, et, par la peinture, l’ombre foncée en bordure de l’eau qui correspond aux feuilles qui entourent la racine.

Quant à l’iconographie de l’exploitation du papyrus, trois tombes principales – celles d’Oukkhotep à Meir (Moyen Empire), de Neferhotep et de Pouymrê à Thèbes (Nouvel Empire) –, illustrent des actions ponctuelles. Il s’agit du transport des bottes de tiges, plus hautes que les hommes qui ploient sous leur poids : celles-ci sont livrées fraîchement cueillies. La récolte est réalisée en bordure du marais, à pied sec ou sur une embarcation légère, au milieu du fourré. La coupe se fait à la main, au niveau le plus bas, à la limite du rhizome, l’un des paysans armé d’un couteau, un autre arrachant la tige. Enfin, fait unique dans toute l’iconographie, un homme est figuré occupé à dépouiller la tige fraîche de son écorce. Et c’est tout : le reste des opérations n’est pas représenté.

La statuaire représentant « les scribes au travail » constitue une autre source d’observation. Le fameux scribe du Louvre montre que le pagne tendu par les genoux sert de support rigide au papyrus. L’homme tient le rouleau dans la main gauche, d’une hauteur légèrement plus grande que la paume de la main, c’est donc un petit rouleau comme il en existe à cette période. Le volume, de couleur blanche comme le pagne en lin, roulé très serré, tient au creux de la main gauche. L’index gauche du scribe se glisse sous le papyrus pour le rendre stable et immobile, et il arrive, dans la statuaire, de voir la forme des doigts faire bosse sous le rouleau tendu, ce qui révèle à la fois sa grande souplesse et sa solidité. Le scribe, droitier, écrit de droite à gauche, en laissant une marge laissée vierge, destinée à entourer le manuscrit retenu par des liens. De plus, apparaît le détail réaliste d’une légère convexité de ce rouleau, l’extrémité supérieure n’étant pas parallèle à la lisière du pagne : la disposition des fibres permet cette élasticité du rouleau.

Lorsque le travail du scribe est déjà bien avancé, ce que révèlent d’autres statues, alors le rouleau tombe sur le côté en s’enroulant naturellement, soumis à ce pli dès sa fabrication. L’attirail du scribe comprend parfois un linge plié servant de chiffon. Ceci prouve alors qu’il est possible de corriger et d’effacer, le papyrus étant une matière qui ne boit pas l’encre.

Tels sont les renseignements pratiques que nous essayons d’extraire des monuments, pour pallier l’absence de sources écrites pharaoniques.

Avant d’aborder l’étude technique, la description botanique du cyperus Papyrus L. est incontournable et notamment celle de l’aérenchyme dont les propriétés particulières (notamment l’organisation des fibres de cellulose dans la paroi des cellules des canaux aérifères) annoncent les qualités du support d’écriture et sont étroitement liées au procédé de fabrication. Celui-ci est détaillé en confrontant les informations transmises par les textes de Pline (Naturalis Historiae) et d’Abou’l-Abbas En-Nebaty cité dans le Traité des simples d’Ibn el Beithar, les constatations issues de l’observation des documents et les données accumulées par les différentes expérimentations réalisées. Les grandes lignes du procédé sont maintenant admises : découpe dans l’aérenchyme de bandes qui sont mouillées puis juxtaposées en deux couches orthogonales sur une planche de bois pour former le feuillet ; celui-ci est mis ensuite à sécher sous presse. Il reste cependant plusieurs points obscurs sur la découpe des bandes (finesse, largeur, méthode…), le mode de séchage (sous quel type de presse, avec des intermédiaires ?), un éventuel traitement de surface (battage au maillet, encollage ?).

Une fois les feuillets obtenus, il fallait les réunir en rouleau, unité de commercialisation. Les feuillets étaient assemblés par des joints verticaux à l’aide de colle amylacée. Dans plusieurs cas nous pouvons observer un soin particulier apporté à leur réalisation (présence de seulement trois couches de fibres, traces d’amincissement ou d’écrasement des fibres) de façon à réduire les différences d’épaisseur qui étaient gênantes pour l’écriture et provoquaient des tensions nocives pour la conservation du rouleau. Dans certains grands rouleaux, il est ainsi possible aujourd’hui de distinguer les joints réalisés dans la fabrique (préparés dès la formation du feuillet par l’aménagement d’une frange de fibres horizontales sur un côté) de ceux réalisés par le scribe lors du travail de copie.

Pour comprendre les gestes du fabricant égyptien et la qualité de son travail, nous proposons de faire un rapprochement avec les gestes des monteurs japonais qui réalisent de grands rouleaux parfaitement rectilignes avec des feuillets de papier japonais frangés réunis par des joints fins et réguliers. Si le saut dans l’espace et le temps est considérable, nous pensons que les ressemblances techniques entre les rouleaux des deux cultures justifient l’intérêt à porter à la pratique de l’artisan contemporain.

Le résultat de ce travail est un matériau résistant et souple qui pouvait être roulé très serré sur lui-même (absence de bâton central en bois pour les rouleaux égyptiens) ou plié pour des documents brefs. La face d’écriture préférentielle, appelée recto, est toujours celle qui est tournée vers l’intérieur du rouleau, les fibres étant orientées horizontalement.

Du fait de ses grandes qualités, le papyrus a été utilisé sur tout le pourtour méditerranéen pendant toute l’Antiquité, jusqu’au Moyen Âge (les derniers documents attestés datent du XIe siècle)

Les recherches sur la plante et la technique de fabrication ont beaucoup progressé mais il reste encore de nombreuses questions à résoudre. Nous pouvons espérer que d’autres textes descriptifs vont surgir, notamment du monde arabe moins exploré que le monde classique. L’étude de l’aspect matériel des documents reste une de nos meilleures sources de renseignements et intéresse de plus en plus d’historiens. Grâce à elle nous pourrons aborder une vision plus historique de l’évolution de ce matériau dont la fabrication et l’utilisation s’étalent sur 4000 ans.

Élisabeth DELANGE (Département des Antiquités égyptiennes) et Ève MÉNÉI (restaurateur)

Éléments de bibliographie

Ragab H., Contribution à l’étude du papyrus, Thèse, Le Caire, 1980.

Papyrus : Structure and Usage, London, 1986.

Ancient Egyptian Materials and Technology, Cambridge, 2000, article Papyrus, p. 227 -253

Turner E.G., « The terms recto and verso : anatomy of the papyrus roll », dans Actes du XVe congrès international de papyrologie, I, p. 20, Bruxelles, 1978.

Mosiniak M. & Roland J.C., « Variations spontanées du rythme d’assemblage des parois cellulaires à texture hélicoïdale : l’exemple du Papyrus », Annales des Sciences Naturelles, Botanique, 13e Série, 1985, t. 7, p. 175-212.

Ibn El-Beïthar, Traité des simples, traduit par L. Leclerc, Notices et extraits des manuscrits de la Bibliothèque Nationale, t. 23, Paris, 1877, réédité par l’IMA, 1987.

Khan G., Bills, Letters and Deeds. Arabic Papyri of the 7th to 11th centuries, London, 1993.

Flieder F., Leroy M., Duval A., de Bignicourt M.-C., Delange E., « Analyse des papyrus et étude de leur dégradation », dans Les documents graphiques et photographiques — Analyse et conservation, Paris, 1999, p. 51-74.

N.B. Cette communication a été publiée en 2005 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/materiaux/6.htm).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *