Les papiers orientaux (non filigranés) ou papiers du monde islamique – sauf l’Espagne – et du monde byzantin

Marie-Thérèse LE LÉANNEC-BAVAVÉAS (Communication du 6 décembre 2001)

Avant d’être fabriqué dans le monde islamique, le papier était déjà employé dans ces régions. Au IVe siècle, des marchands sogdiens établis en Chine utilisaient du papier chinois pour correspondre avec Samarqand, capitale de la Sogdiane. Quant à la technique de fabrication du papier dans le monde musulman, des sources arabes nous disent qu’elle est apparue à Samarqand en 751. Cette fabrication gagna Damas en 784, Bagdad en 794 ou 795, puis d’autres villes de Syrie et de Palestine. Elle s’étendit en Égypte au IXe siècle et de là, au Maghreb.

Alors que les plus anciens papiers chinois qui ont été découverts sont faits essentiellement de chanvre et de ramie, dans le monde arabe, les matières premières sont principalement le lin, le chanvre, et plus rarement le coton. Le lin et le chanvre peuvent être employés à l’état natif ou sous forme de chiffe. Le coton employé est toujours dérivé de textile usagé. On pouvait aussi employer des vieux papiers qui étaient recyclés par les fabricants.

Le papier est à base de fibres de cellulose. Celles-ci sont obtenues à partir de végétaux, soit à l’état natif, soit indirectement à partir de chiffons, cordages, filets de pêche. Selon la matière première de départ, végétaux ou chiffons, les étapes de la fabrication sont différentes. Si les végétaux sont mis à macérer pour éliminer la gomme, les chiffons sont, une fois triés et coupés, lessivés pour éliminer la graisse et les impuretés. On a dit longtemps que, pour fabriquer du papier, les Arabes comme les peuples d’Extrême-Orient utilisaient seulement le maillet et le mortier ou le pilon à main puis à pied, et que la force motrice de l’eau a seulement été employée selon les uns, en Espagne par les Arabes, au milieu du XIIe siècle, ou, selon d’autres, en Italie, au XIIIe siècle. Mais un texte d’un savant iranien montre que les moulins à papier actionnés par la force hydraulique existaient dans le monde arabe au moins depuis le Xe siècle.

Pour fabriquer du papier, il faut un moule : c’est la forme. Deux sortes de formes ont existé pour faire le papier non filigrané :

  • la forme flottante qui fut la forme primitive, était formée d’un cadre de bois rectangulaire ou châssis, à l’intérieur duquel était tendu un tissu qui faisait office de tamis. Il y avait sans doute deux façons de se servir de la forme flottante : soit on étalait la pâte sur la forme, soit on mettait la forme à la surface de l’eau et on versait la pâte sur la forme qui flottait ;
  • la forme souple ou mobile. C’est là une technique entièrement différente puisqu’il s’agit de puiser la pâte dans une cuve remplie de cette pâte. La forme mobile est constituée de deux parties non fixées l’une à l’autre. La première est un cadre de bois rectangulaire traversé dans sa largeur par de larges barreaux appelés pontuseaux. La deuxième partie qui se pose sur le châssis est un écran ou tamis dont la trame est faite de fils parallèles au grand côté du rectangle, les fils vergeurs. La chaîne qui sert à maintenir les fils vergeurs est faite de fils dits fils de chaîne.

On distingue les différents types de formes suivant les traces laissées ou non par elles sur la feuille : les vergeures – traces laissées par les fils vergeurs –, les fils de chaîne qui servent à maintenir en place les vergeures, et les ombres des pontuseaux. Dans certains papiers islamiques ou byzantins, on ne voit aucune trace des vergeures ni des fils de chaîne. Ailleurs, on distingue les vergeures mais pas les fils de chaîne. Quand on distingue ceux-ci, on voit qu’ils peuvent être simples, espacés régulièrement ou se présenter sous la forme de « séries » de fils simples, séries régulières ou irrégulières. Ils peuvent encore être groupés par deux, par trois ou alternativement par deux et par trois, soit que plusieurs groupes de trois entourent un ou deux groupes de deux, soit que les groupes de deux et de trois alternent régulièrement. Ils peuvent aussi, mais beaucoup plus rarement, être groupés par quatre ou par cinq. Les groupes de fils de chaîne peuvent caractériser une époque ou une région d’origine du papier.

Quand on parle de format de papier d’un manuscrit, il s’agit toujours du format de la feuille reconstituée après rognage. Les mesures des papiers orientaux – sauf ceux des manuscrits persans – entrent dans trois formats :

  • le grand format, 720-660 mm × 560-490 mm
  • le format moyen, 560-490 mm × 380-320 mm
  • le petit format, 370-320 mm × 280-235 mm

Un format pouvait correspondre à un type de forme.

Sorties de la forme, les feuilles étaient empilées pour être pressées, puis elles devaient être séchées. Le séchage était fait au soleil, à l’air libre pour la forme flottante. Les feuilles de papier fabriquées avec une forme mobile étaient mises sur une planche ou sur une paroi verticale, chauffée ou non. En Inde, on pouvait aussi mettre les feuilles à sécher en plein air, suspendues à un fil entre deux tissus. L’étendoir ne serait apparu qu’en différents endroits d’Europe, au XIIIe ou au XIVe siècle, avec des cordes pour suspendre les feuilles. Une fois la feuille sèche, il faut la rendre imperméable à l’encre par un encollage : une solution de farine bouillie et d’amidon de froment chez les Arabes. L’encollage pouvait être précédé d’une autre opération, la teinture. Le papier coloré était obtenu de trois manières : par l’ajout d’une matière colorante à la pâte, par le choix des matières premières de couleur, c’est-à-dire des chiffons de couleur ou encore en colorant la surface de la feuille, d’un côté ou des deux, après le séchage. Le papier encollé n’est pas encore prêt pour recevoir l’écriture, c’est là qu’intervient le finissage, à savoir le lissage, le lustrage, au besoin le glaçage.

N.B. Cette communication a été publiée en 2005 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/materiaux/3.htm).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *