Les livres de prières dans le monde hébreu au Moyen Âge

Colette SIRAT (Communication du 13 novembre 2003)

Avant la destruction du Second Temple, en 70 de notre ère, le culte officiel était entre les mains des Prêtres et il était centré sur les sacrifices. Le désir de prier Dieu — louanges, demandes, remerciements — est un autre aspect du sentiment religieux ; la prière spontanée existe probablement depuis le début des temps et la Bible s’en fait bien souvent le témoin.

La prière collective, organisée en dehors du culte à Jérusalem, est attestée dans les synagogues et maisons de prières dès le IIIe s. avant notre ère. Fruit de l’élan personnel, les prières n’avaient pas alors de formulation fixe. Celle-ci prit forme peu à peu et les « bénédictions » se moulèrent dans une formation définie. La principale prière synagogale est la ‘Amida (prière que l’on doit dire debout) qui comprend dix-huit ou dix-neuf bénédictions. C’est une prière obligatoire.

Les prières ne devaient pas être écrites – selon les injonctions talmudiques, lesquelles rapportent cependant qu’elles le furent quelquefois ; nous avons des témoins qui remontent au IIe ou au Ier s. avant notre ère. Toutefois, il est probable que, la plupart du temps, les prières restèrent effectivement orales jusqu’au VIIIe s. de notre ère. Ensuite, en quelques siècles, prières obligatoires et prières privées s’imposèrent comme livres.

Les livres de prière

Les livres de prières karaïtes sont des extraits de passages bibliques, essentiellement des Psaumes ; outre les prières des différents offices journaliers, on y trouve des prières privées et celles destinées aux fêtes, aux occasions particulières, mariage par exemple.

Les livres de prières rabbanites, quant à eux, se développèrent essentiellement dans le sens des bénédictions, bien que les passages bibliques y soient aussi inclus, et cela se fit lentement : le champ des prières privées était encore très large au début du Moyen Âge et entra progressivement dans les textes récités à la synagogue ; les rites se diversifièrent selon les aires géoculturelles. Au XIIIe siècle le livre de prières était aussi nécessaire au fidèle israélite que la Bible et les livres des commandements.

Les prières quotidiennes sont en trois offices : matin, après-midi et soir. Le shabbat et les fêtes, un quatrième office s’intercale entre la prière du matin et celle de l’après-midi. Un cinquième office clôt le jour du Grand Pardon. Chaque office comprend au moins la récitation du « Écoute Israël », (actuellement composé des versets de Deut. VI, 4-9 ; XI, 13-21 et Nombr. XV, 37-41) précédé de bénédictions, de la Amidah, avec dix-huit ou dix-neuf bénédictions et se conclut sur le Alenu leshabeah, une série de louanges. S’y ajoutent un grand nombre de prières et de passages bibliques qui diffèrent selon les jours : jours ordinaires ou jour de fête, matin ou soir, etc. et aussi selon les rites.

Le premier livre de prières, celui de Amram Gaon date du IXe siècle et fut composé à la demande des Juifs d’Espagne. Écrit en hébreu et contenant le texte des prières, il eut une grande influence et fut considérablement modifié selon les besoins ; on n’en a pas de copie ancienne. Il fut suivi de celui de Saadya Gaon, en arabe, beaucoup moins populaire. Dans l’illustration 1, on en voit un fragment retrouvé dans la Gueniza du Caire et daté de 1136. C’était un petit livre de papier, écrit à longues lignes : un traité sur les prières plutôt qu’un livre de prières. Ces deux livres reflètent le rite en Babylonie. En Palestine, le rite était différent ; il s’éteignit au XIIe s. lorsque l’influence des sages de Palestine s’effaça mais on a retrouvé d’assez nombreux textes dans la gueniza du Caire. Cependant, certaines de ses caractéristiques se retrouvent dans des rites plus tardifs.

Illustration 1. Siddur de Saadia Gaon, 1136. Paris, coll. J. Glosseri, f. 1v.

Illustration 1. Siddur de Saadia Gaon, 1136.
Paris, coll. J. Glosseri, f. 1v.

Illustration 2 : Schéma des familles de rites de prières au Moyen Âge —— transmission des formules de prières – – – influence secondaire sur les prières  ---- transmission des poèmes liturgiques (piyyutim)

Illustration 2 : Schéma des familles de rites de prières au Moyen Âge
—— transmission des formules de prières
– – – influence secondaire sur les prières
—- transmission des poèmes liturgiques (piyyutim)

Deux grands groupes se formèrent  [illustration  2] :

  • Celui qui suivit essentiellement le modèle palestinien : le rite romaniote (byzantin) ; celui de Rome et d’Italie ; ceux de rite ashkenaze : France et Allemagne.
  • Ceux qui reflètent nettement les usages babyloniens : les rites sefarades, qui incluent le rite provençal, et le rite yéménite

Le premier livre de prières européen qui nous ait été conservé est le Mahzor Vitry, compilé par un élève de Rashi : Simha b. Samuel de Vitry. On y lit les prières selon le rite français ancien, une branche du rite ashkenaze et des explications des prières. L’illustration 3 montre une page de l’exemplaire le plus ancien, copié dans la seconde moitié du XIIe siècle. Un autre Mahzor Vitry copié au XIIIe s. montre combien le style des livres avait changé : l’illustration  4 provient d’un manuscrit, particulièrement agréable à regarder et à lire.

Illustration 3 : Mazhor Vitry XIIe siècle, . Klagsbad Collection, f. 43r.

Illustration 3 : Mazhor Vitry
XIIe siècle, . Klagsbad Collection, f. 43r.

Illustration 4 : Mazhor Vitry, XIIe siècle. rières du matin Paris, Alliance Israëlite Universelle, ms. 133, f. 65v-66.

Illustration 4 : Mazhor Vitry, XIIe siècle. rières du matin
Paris, Alliance Israëlite Universelle, ms. 133, f. 65v-66.

L’illustration  5 présente un folio d’un livre de prières quotidiennes de rite italien, copié en 1265 par Yehiel b. Daniel pour son usage personnel ; il les a fait suivre de listes de bénédictions, de prescriptions rituelles, de la liste des lectures prophétiques. Ici, nous lisons les prescriptions pour la fête des Cabanes (Sukhot).

Illustration 5 : Prières quotidiennes de rite italien, 1265 Prescriptions pour la fête des Cabanes (Sukhot) Paris, Bibliothèque nationale, ms. hébr. 599, f. 122v.

Illustration 5 : Prières quotidiennes de rite italien, 1265
Prescriptions pour la fête des Cabanes (Sukhot)
Paris, Bibliothèque nationale, ms. hébr. 599, f. 122v.

Les livres de prières médiévaux ne sont pas tous structurés de même manière.

  • Les Juifs d’Italie et du Yémen ont un seul volume qui comprend l’ensemble des prières pour toute l’année. En Italie, on trouve aussi des livres de prières quotidiennes, comme celui que nous venons de voir.
  • Les Juifs séfarades ont différents livres : l’un inclut toutes les prières du mois (quotidiennes, shabbat, néoménie, etc.) ; un livre séparé pour la Pâque, la Pentecôte et la fête des Cabanes ; un livre pour le premier de l’An ; un autre pour le jour du grand Pardon ; un dernier pour les Jeunes.
  • Les Juifs ashkénazes ont un livre des prières quotidiennes (siddur), avec souvent, les passages ajoutés pour les fêtes. Le Mahzor comprend les fêtes de toute l’année.

Illustration 6 : Livre de prière Paris, Alliance israélite universelle, ms. 23, f. 114v-115.

Illustration 6 : Livre de prière
Paris, Alliance israélite universelle, ms. 23, f. 114v-115.

Illustration 7 : Mazhor Worms Jérusalem, Bibl. nat. et univ. 4° 781, 1.

Illustration 7 : Mazhor Worms
Jérusalem, Bibl. nat. et univ. 4° 781, 1.

Les livres de prières écrits dans les pays d’Islam puis en Espagne devenue chrétienne et aussi dans les pays byzantins et italiens sont de petit et moyen format. Certains sont joliment décorés et enluminés surtout dans l’Italie de la Renaissance mais aucun ne ressemble aux Mahzorim ashkénazes. Aux XIIIe et XIVe siècles, en France et en Allemagne, ils furent quelquefois des livres de lutrin. Souvent de très grande dimension [illustration 6], avec des lettres bien visibles, ils sont enluminés de couleurs et d’or. De fait, ces livres sont parmi les plus beaux qui nous soient restés. Le Mahzor Worms [illustration 7] est le plus anciennement daté.

Il donne l’office des Quatre Shabbat précédant la Pâque, les offices de Pâque, de Pentecôte et du 9 Ab (date de la destruction du Temple) ainsi que les passages bibliques lus pendant ces fêtes. Ce manuscrit porte de très nombreuses corrections et notes marginales, qui se sont accumulées durant les siècles où il a été en usage. Certaines d’entre elles prouvent que le manuscrit n’a pas été copié d’abord pour le rite de Worms mais, probablement pour celui d’une ville proche : Würzburg peut-être. En effet, les livres de prières médiévaux ont, certes, des traits qui les classent dans un grand rite : ashkénaze ou séfarade. Mais à l’intérieur de ces groupes les variantes sont nombreuses : le rite français ancien diffère des autres rites ashkénazes, comme on le voit dans l’illustration 8.

Illustration 8 : Poème de Eleazar Kallir  Paris, Alliance israélite universelle, ms. 24, f. 27.

Illustration 8 : Poème de Eleazar Kallir
Paris, Alliance israélite universelle, ms. 24, f. 27.

Illustration 9 : Haggadah de Pâques Italie, 1520. Paris, Bibliothèque nationale, Smith-Lesouef 250. f. 118.

Illustration 9 : Haggadah de Pâque
Italie, 1520. Paris, Bibliothèque nationale, Smith-Lesouef 250. f. 118.

Un autre superbe manuscrit ashkénaze est passé entre les mains d’un censeur chrétien qui a couvert d’encre un poème liturgique demandant à Dieu de restaurer Israël dans sa gloire première ! À gauche du texte, un poème a été ajouté dans la marge avec en tête : « les Français ont l’habitude de dire ici… ».

À l’intérieur des grandes subdivisions, on trouve des variantes encore : à Paris, les prières diffèrent quelque peu de celle de Troyes, Sens ou Auxerre, comme celles de Worms différaient de celles de Würzburg. À la limite, chaque synagogue avait ses leçons particulières — quelques mots dans les prières obligatoires, un ordre légèrement différent — auxquelles les fidèles adhéraient fermement. C’est l’imprimerie qui a unifié les formules mais, dans les livres imprimés, on trouve encore les livrets manuscrits où sont notées les variantes de telle ou telle synagogue ! Bien plus encore que les formulations et l’ordre des prières, ce sont le choix et l’ordre des poèmes liturgiques qui différencient les rites, les villes ou les synagogues.

Il faut mentionner encore la Haggadah de Pâque. Ce texte très ancien récité le soir de la Pâque se trouve dans les manuscrits médiévaux, ainsi dans le Mahzor Vitry. Mais ensuite, il occupe le plus souvent un volume particulier, et ceux-ci furent très fréquemment enluminés [illustration 9].

Colette SIRAT (IRHT/EPHE)

N.B. Cette communication a été publiée en 2005 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/liturgie/01_3.htm).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *