Typologie des manuscrits arabes

Gérard TROUPEAU (Communication du 13 novembre 2003)

Pour les chrétiens du Proche-Orient, qu’ils soient de rite byzantin grec, comme les Melkites, de rite antiochien syriaque, comme les Maronites et les Jacobites syriens, ou de rite alexandrin, comme les Jacobites égyptiens, l’arabe est une langue subsidiaire, qui a été progressivement introduite dans leurs manuscrits liturgiques, au fur et à mesure que les trois langues originelles (grec, syriaque et copte) n’ont plus été comprises des fidèles. Mais l’arabisation ne s’est pas faite à la même époque dans les différents rites et elle n’y a pas atteint le même niveau. C’est chez les Grecs melkites qu’elle a commencé le plus tôt et qu’elle est allée le plus loin. Chez les Syriaques, en revanche, elle est plus tardive et plus restreinte. Dans les bibliothèques du Proche-Orient et d’Occident, nous nous trouvons devant un nombre important de manuscrits liturgiques des trois rites, entièrement ou partiellement écrits en arabe, entre le XIe et le XVIIIe siècle.

Les manuscrits liturgiques syriaque-arabe, de rite antiochien, à l’usage des Maronites et des Jacobites du Liban et de Syrie, sont des manuscrits bilingues, dont les pages sont divisées en deux colonnes. La colonne de droite renferme le texte syriaque, et la colonne de gauche contient la traduction arabe écrite non pas en caractères arabes, mais en caractères syriaques, genre d’écriture nommé Karshuni. Dans les bibliothèques, ces manuscrits sont considérés comme des manuscrits syriaques, et ils sont rangés et catalogués dans les fonds syriaques (il y en a dix-huit à la BnF).

De même les manuscrits liturgiques copte-arabe, de rite alexandrin, à l’usage des Jacobites d’Égypte, sont des manuscrits bilingues. Bien que la traduction arabe soit écrite en caractères arabes, dans les bibliothèques ces manuscrits sont considérés comme des manuscrits coptes, et ils sont rangés et catalogués dans les fonds coptes.

Nous ne nous occuperons ici que des manuscrits liturgiques des melkites.

Qui sont les Melkites ? Les Melkites sont les chrétiens syriens orthodoxes du patriarcat d’Antioche, ainsi nommés à cause de leur attachement religieux à l’empereur de Byzance : melkite vient de l’arabe malki signifiant « impérial ». La fidélité des melkites à Byzance leur fit abandonner le rite antiochien à partir du IXe siècle et adopter le rite byzantin, qu’ils pratiquaient en grec dans les villes, et en syriaque dans les campagnes. Lorsque les chrétiens de Syrie commencèrent à s’arabiser, ils éprouvèrent le besoin de traduire leurs livres liturgiques en arabe. Les premiers livres qu’ils traduisirent furent les lectionnaires, dont quelques témoins sont conservés dans la bibliothèque du monastère du Sinaï. Ces manuscrits sur parchemin peuvent être datés du IXe et du Xe siècle. Nous possédons à la BnF un fragment détaché d’un épistolier du Sinaï, en écriture koufique, daté de 902 de notre ère.

Mais ce n’est qu’à partir du XIe siècle que furent traduits en arabe les douze livres liturgiques nécessaires à la célébration du culte. Les manuscrits liturgiques melkites arabes sont de deux sortes : des manuscrits bilingues (grec et arabe, ou syriaque et arabe) et des manuscrits monolingues entièrement en arabe. Les manuscrits des trois sortes coexistèrent jusqu’au XVIIe siècle, époque à laquelle les manuscrits syriaque-arabe disparurent, et où les manuscrits grec-arabe commencèrent à diminuer.

Les lectionnaires

Un premier type de manuscrits liturgiques arabes est celui des lectionnaires, qui sont au nombre de cinq : l’épistolier, l’évangéliaire, le psautier, le livre des prophéties, le synaxaire. Tous ces manuscrits ont en commun de contenir des lectures à faire au cours des offices durant l’année liturgique.

L’épistolier

L’épistolier (Kitâb al-rasâ’il) contient le texte des Actes des Apôtres, (Apostolos, Abraksis), des Épîtres pauliniennes et des Épîtres catholiques.
Paris, BnF, arabe 106 (XVIe)

L’évangéliaire

L’évangéliaire (kitâb al-inğîl) contient le texte des quatre évangiles. On distingue deux sortes de manuscrits de ce type :

  • Les manuscrits qui donnent les péricopes (extraits) des épîtres et des évangiles classés selon l’année liturgique, sans commentaire ou avec un commentaire en général tiré des homélies de saint Jean Chrysostome.
    Paris, BnF, arabe 52 (XVe).
  • Les manuscrits qui donnent le texte suivi complet des épîtres et des évangiles, sans commentaire, avec une table indiquant les péricopes à lire au cours de l’année liturgique.
    Paris, BnF, arabe 27 (XVIe) ; arabe 28 (1539) ; arabe 29 (1574) ; arabe 30 (1575) ; arabe 31 (1593) ; arabe 32 (1593) ; arabe 33 (XVIe) ; arabe 34 (1654) ; arabe 35 (1669) ; arabe 36 (XVIIe) ; arabe 37 (1656) ; arabe 38 (1688) ; arabe 39 (XVIIe).

Le psautier

Le psautier (kitâb al-mazâmir) contenant les cent cinquante psaumes et les dix cantiques bibliques récités durant l’office divin (Cantiques de Moïse, Anne, Habacuc, Isaïe, Jonas, trois Enfants, Magnificat…). Les psaumes sont répartis en vingt sections appelées cathisme et chaque section, qui comprend neuf psaumes, est divisée en trois stances de trois psaumes chacune.

Paris, BnF, arabe 26 (1392) ; arabe 48 (1783) ; arabe 108 (1402).

Le livre des Prophéties

Le livre des Prophéties (kitâb al-nubuwwât), livre qui contient les péricopes de l’Ancien Testament qui sont lues à l’office des Vêpres durant le Carême, le temps pascal et les grandes fêtes.

Paris, BnF, arabe 143 (XIVe) ; arabe 105 (1576) ; arabe 110 (1522).

Le synaxaire

Le synaxaire (ménologe ou sinkasâr), recueil de brèves notices biographiques sur les saints que l’on commémore au jour de leur mort. Ce livre correspond au martyrologe du rite latin

Paris, BnF, arabe 254 (XVe) ; arabe 255 (XVe).

Les livres contenant les prières invariables de l’office : euchologe et horologe

L’euchologe (afkhûlûğî).

Il existe deux sortes de ce livre. Le grand euchologe et le petit euchologe.

  • Le grand euchologe contient les prières des trois liturgies de s. Jean Chrysostome, de s. Basile et des Présanctifiés, avec les prières pour l’administration des sacrements : baptême, ordre, mariage, pénitence, onction des malades, prières des bénédictions. Il correspond, en gros, au missel, au pontifical et au rituel du rite latin.
  • Le petit euchologe ne renferme ni les prières des trois liturgies, ni celles des ordinations. Il ne contient que les prières pour l’administration des sacrements et des bénédictions.
    Paris, BnF, arabe 5077 (XVIIIe) ; arabe 5248 XVIIIe) ; arabe 5268 (XIXe)
  • Il existe encore une troisième sorte d’euchologe, qui ne contient que les trois liturgies, précédées des offices des vêpres et des matines : c’est le liturgicon (qindâq, kondakion)

L’horologe (al-sawâ’iyya)

C’est le livre qui contient les prières invariables des heures canoniales du jour et de la nuit. Ces heures sont au nombre de huit : minuit, aurore (correspondant aux matines et laudes du rite latin), prime, tierce, sexte, none, vêpres et complies.
Paris, BnF, arabe 102 (1596) ; arabe 108 (1402) ; arabe 109 (1578) ; arabe 111 (XVIe) ; arabe 117 (1572) ; arabe 116 (1677)

Les livres contenant les parties variables des offices

Correspondant en gros aux antiennes, répons et hymnes du rite latin, ces parties variables sont des petites compositions poétiques rimées et rythmées, dont les plus fréquentes sont :

  • le tropaire, hymne courte en l’honneur de la Vierge Mère de Dieu (d’où son nom de theotokion) ou en l’honneur de la fête du saint du jour (apolytikion).
  • Le prokimenion : verset tiré d’un psaume, chanté avant une lecture.
  • Le kondakion : strophe par laquelle se termine une série de tropaires.

Le ménée

Il contient les offices des fêtes fixes qui tombent au cours des douze mois de l’année, à partir de septembre ; il y a douze ménées, un pour chaque mois. Il existe aussi un abrégé des ménées appelé anthologe.
Paris, BnF, arabe 104 (XVIe) ; arabe 5096 (XVIIIe).

Le paraclitique (al-Mu’azzi)

Il contient les offices des sept jours de la semaine durant le temps ordinaire de l’année. Il est divisé en 8 sections, chaque section contenant les offices d’une semaine complète, selon les huit tons (modes) du chant ecclésiastique. Il existe un extrait du Paraclitique appelé octoèque (octoikhos), qui ne contient que les huit offices du dimanche.
Paris, BnF, arabe 5249 (1755), arabe 103 (1658), arabe 111 (XVIe).

Le triodi

Il renferme les offices du temps préparatoire à la fête de Pâques, compris entre le 10e dimanche avant Pâques et le samedi saint inclus. Ce livre est ainsi appelé car les canons qu’il contient ne comprennent que trois odes au lieu de neuf.

Le pentecostaire (al-Khamsîni : « la cinquantaine »)

Il renferme les offices du temps compris entre Pâques et le dimanche après la Pentecôte.
Paris, BnF, arabe 61671 (XVIIIe)

Le typicon : directoire des offices

Il contient les règles concernant la célébration de l’office divin et des autres cérémonies, suivant l’usage du monastère de Saint-Sabas près de Jérusalem.

***

Tels sont, rapidement présentés, les manuscrits des douze livres liturgiques dont l’utilisation est nécessaire pour la célébration, assez compliquée, des offices selon le rite byzantin.

Gérard TROUPEAU (EPHE)

N.B. Cette communication a été publiée en 2005 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/liturgie/01_4.htm).

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *