Le graduel de Gaillac et le tropaire de Moissac : deux manuscrits aquitains contemporains (3e quart du XIe siècle)

Marie-Noël COLETTE (Communication du 15 janvier 2004)

Les deux manuscrits aquitains contemporains (3e quart du XIe siècle), Le graduel de Gaillac (BnF, lat. 776) et le tropaire de Moissac (BnF, nouv. acq. lat. 1871), sont en bien des points comparables, concernant certains aspects de leur présentation, de leur répertoire ou même des variantes qu’ils présentent au regard d’autres manuscrits contemporains. Ils ont été copiés selon un même type de notation musicale, à peu près à la même époque, dans une même région. Cependant ils diffèrent en contenu puisqu’il s’agit d’un graduel et d’un tropaire-séquentiaire-prosaire1 .

Le graduel de Gaillac, BnF, Département des manuscrits, Latin 776, f. 4v.

Le graduel de Gaillac, BnF, Département des manuscrits, Latin 776, f. 4v.

Le tropaire de Moissac, BnF, Département des manuscrits, NAL 1871, f. 5v.

Le tropaire de Moissac, BnF, Département des manuscrits, NAL 1871, f. 5v.

Qu’est-ce qu’un graduel, qu’est-ce qu’un tropaire ?

Le graduel comprend les chants qui suivent les lectures : Trait, graduel, alleluia, et ce qu’il est convenu d’appeler les antiennes de la messe : introït, offertoire, communion.

Le tropaire, souvent associé à un séquentiaire et à un prosaire, comprend les chants ajoutés au répertoire à partir de l’époque carolingienne. Les chants de l’ordinaire, souvent notés avec leurs tropes, sont normalement consignés dans le tropaire.

Les tropes actualisent par l’insertion de textes nouveaux les anciens chants empruntés à l’Écriture sainte, et ils adaptent de très anciennes formes musicales (Ve-VIe s.) au goût du jour (IXe-XIIe s.), par l’insertion de nouvelles mélodies qui déclinent plus précisément la modalité définie à l’époque carolingienne.

Les prosules sont des formes de tropes, appelés mélogènes, qui sont associés à une mélodie à raison d’une note par syllabe. Souvent la mélodie préexiste à la prosule, mais ce n’est pas toujours le cas. Ce qui distingue la prosule du trope est principalement sa forme strictement syllabique. La prose syllabise un mélisme d’Alleluia. Les recueils aquitains séparent le séquentiaire (longissimae melodiae d’Alleluias) du prosaire (proses).

Au XIe siècle, l’ensemble de ces répertoires est nécessaire à la célébration de la messe.

Les chants de la messe
Graduel Tropaire Sequentiaire/Prosaire Prosulaire*
ANTIENNE D’INTROIT Tropes
Kyrie/Tropes prosules
Invitations à l‘évêque
Gloria/Tropes prosules
TRAIT prosules
REPONS-GRADUEL Tropes prosules
ALLELUIA & VERSET Tropes prosules
Séquences/proses
OFFERTOIRE & Versets Tropes prosules
Sanctus/Tropes prosules
Agnus/Tropes prosules
ANTIENNE DE FRACTION Tropes
ANTIENNES DE PROCESSIONS

*Les prosules sont souvent copiées dans le graduel ou dans le tropaire.

Les deux manuscrits ont dû être copiés autour des années 1060, à l’époque où Moissac entre définitivement dans l’orbite clunisienne et construit une nouvelle église.

Sur ces pages du graduel et du tropaire peuvent être lus respectivement l’antienne de communion Viderunt omnes et ses tropes, pour la fête de Saint-Étienne :

  • Trope : Desinat esse dolor pro antiqua lege quia ecce
  • Antienne : Viderunt omnes fines terrae
  • Trope : Cernere quod verbum Domini meruere canamus
  • Antienne : Salutare Dei nostri.
  • Psaume : Lubilate
  • Reprise : Salutare

Le Graduel de Gaillac

Le graduel est complet. Il commence — après quelques chants de processions et le prologue à S. Grégoire, Gregorius presul – avec le premier dimanche de l’Avent et couvre tout le sanctoral jusqu’à la fin de l’année.

Il est suivi d’un tonaire (f.147 sq.), copié peu de temps après, dont il manque le dernier cahier2 . Le tonaire a dû être ajouté sous l’influence d’Aurillac à l’époque où cette abbaye dominait le monastère de Vieux, distant de 10 km de Gaillac, alors qu’en cette fin du XIe siècle, Gaillac était tombé sous la domination effective et liturgique de la Chaise-Dieu.

Le graduel a certainement été utilisé dans l’abbaye St-Michel de Gaillac avant son rattachement à La Chaise-Dieu (1079). Nous ne savons pas où il a été copié, certainement pas à Albi, et nous avons pu déceler bien des éléments qui le rattachent aux traditions de l’abbaye de Moissac. C’était du reste ce qu’avait évoqué dom Paolo Ferretti dans son introduction à l’édition fac-similé du graduel de St-Yrieix (BNF, lat. 903)3 .

Le tropaire de Moissac

Le tropaire de Moissac est associé à un séquentiaire, à un prosaire et à un prosulaire, suivant le plan décrit ci-dessous :

  • F. Ar-v., 1-2 : additions diverses.
  • F. 2v-42 : tropes du Propre.
  • F. 42-43v : antiennes.
  • F. 43v-49 : tropes de Kyrie.
  • F. 49-49v : invitations à l’évêque.
  • F. 49v-50 : tropes du Sanctus.
  • F. 50v-52 : additions : Kyrie, proses.
  • F. 52v-55 : tropes du Sanctus.
  • F. 55v-57 : tropes de l’Agnus.
  • F. 60-76 : tropes du Gloria.
  • F. 76v-87 : séquentiaire.
  • F. 88-170v : prosaire.
  • F. 171-178v : prosulaire.

Nous avons constaté que les mêmes mains sont responsables de la copie du tropaire et du prosaire. H. M. Bannister avait aussi remarqué l’unité de présentation (format, réglure, nombre de lignes) de ces deux parties4 . Tropaire et prosaire sont complets, couvrant toute l’année liturgique. Les menues divergences de leur sanctoral s’expliquent donc par la nature des fêtes, seules les plus importantes justifiant le chant des tropes alors que les proses concernent un plus grand nombre de célébrations. La même remarque est valable pour les prosules qui peuvent être chantées même en Avent.

Si un lecteur ou un chanteur souhaite rapporter les tropes de Moissac à des antiennes empruntées à un autre manuscrit, c’est certainement le graduel de Gaillac qu’il devra choisir. C’est en effet, parmi les graduels du XIe siècle que nous connaissons, celui qui se rapproche le plus du tropaire de Moissac, de par son répertoire, ses variantes musicales, sa présentation matérielle et sa notation.

Correspondances entre les deux manuscrits

La présentation formelle des deux manuscrits est comparable

  • Le tropaire est plus petit, mais il n’atteint pas le format cantatorium, beaucoup plus petit, d’autres tropaires aquitains, tels que ceux de Limoges ou même d’Auch ou Aurillac. Sa justification est de 230/250 × 130/140 mm alors que celle du graduel est de 291/310 × 195 mm.
  • La réglure du tropaire est assez commune, 2 lignes verticales de chaque côté de la page. La réglure du graduel est voisine mais présente une particularité rare, une triple ligne verticale du côté extérieur.
  • Les deux manuscrits ont pour la plus grande partie le même nombre de lignes : 14 ou 13. La composition des cahiers est la même, suivant la loi de Gregory.
  • Les deux manuscrits sont entièrement notés en neumes aquitains dessinés de part et d’autre d’une ligne tracée à la pointe sèche. La notation, minutieusement spatialisée, est presque partout aisément déchiffrable, utilisant, dans les deux manuscrits, la même forme de guidon.
  • D’autres détails rapprochent ces manuscrits, comme la ligature & pour et, (le signe tironien n’étant employé que de manière rare et plutôt additionnelle), l’usage du P Penta, pour indiquer une suite de notes à l’unisson, probablement cinq notes comme l’a écrit R. Hankeln5 , l’usage du mot prosa et non prosula pour désigner les prosules6 .

Éléments concernant le répertoire

  • À l’exception des prosules du R. Descendit qui ne concernent pas un antiphonaire de la messe, et d’une des deux prosules Invocavi, qui peut être considérée comme un doublon, toutes les prosules copiées dans le tropaire de Moissac se trouvent dans le graduel de Gaillac.
  • D’autres particularités de répertoire du graduel de Gaillac peuvent rapprocher la tradition de cette abbaye de celle de Moissac, par le truchement d’autres manuscrits comparables, à savoir, pour les antiennes de processions, le processionnal de Saint-Maurin (BNF, lat. 2819), et pour les séries alleluiatiques des dimanches après la Pentecôte, un autre tropaire de Moissac (BNF, nouv. acq. lat. 1177). Enfin, les correspondances constatées entre Cluny et Gaillac, à propos du sanctoral, des listes alleluiatiques, des messes des défunts, pourraient s’expliquer par l’influence de Moissac sur Gaillac.
  • Les leçons mélodiques des pièces notées à Gaillac et à Moissac (incipits d’antiennes, versets d’offertoires, tropes méloformes) sont très proches, en comparaison des variantes qui les distinguent des autres versions, même en Aquitaine.
  • Le choix et l’ordonnance du sanctoral rapprochent aussi les deux abbayes. Pour le sanctoral, remarquons tout d’abord l’importance que Gaillac donnait aux fêtes de Saint-Pierre et de Saint-Michel, aussi vénéré à Moissac.
  • Nous avions aussi noté la parenté qui existait entre le répertoire des processions de Gaillac et de Saint-Maurin, dépendant du manuscrit de Moissac, lequel vénère, dans son prosaire, la fête de Saint-Maurin7 .
  • Enfin, Gaillac et Moissac s’entendent pour mettre la fête de La Trinité après le sanctoral, conformément à l’ancienne disposition, et non, comme d’autres manuscrits aquitains, tout de suite après la Pentecôte.

Divergences entre les deux manuscrits

Contenu

Malgré l’importance des correspondances, quelques fêtes, Saint-Martial, Saint-Géraud et Saint-Maurice, ayant reçu des tropes à Moissac ne se trouvent pas dans le graduel de Gaillac. D’autres divergences s’expliquent par l’importance à Moissac de quelques saints locaux, Ansbert, Antonin, Cyprien, Foy, Front, Maurin et Saturnin.

Les versets ad repetendum proposés en doublons des psalmodies pour les introïts Gaudeamus : Gaudent angeli (f. 29), et Terribilis : Haec est domus, se présentant comme des rappels de l’introït lui-même, ne sont pas mentionnés par le graduel qui cependant propose les mêmes psaumes que Moissac pour les mêmes antiennes. Cette divergence résulte de la différence de genre des manuscrits, ces versets intervenant à Moissac en raison du grand nombre des tropes que reçoivent ces fêtes.

La forme du guidon est la même mais le guidon, qui est très régulièrement noté dans le graduel, manque dans certaines pages du tropaire, ou bien il est erroné, justement pour l’unicum de l’introït pour la fête de st-Pierre, Petri clavigeri, dont la copie a été perturbée par la grande initiale (f.24v).

Les deux manuscrits ont le même nombre de lignes, mais, alors que le graduel passe de manière ordonnée du nombre 14 au nombre 13, le tropaire manifeste de ce point de vue un certain désordre et de nombreuses exceptions, allant jusqu’à 12 ou 11 lignes. On note aussi que la réglure du tropaire est moins régulière. Ses lignes rectrices extrêmes, en haut et en bas, sont tracées jusqu’aux piqûres. La longueur des autres est irrégulière.

Présentation matérielle

Les deux manuscrits se distinguent nettement par leur présentation générale.

Le graduel

Il apparaît plus soigné, plus aéré, les marges sont plus larges, les interlignes plus grands, permettant une copie musicale plus régulière. Sa disposition est claire et compacte, suivant un programme bien établi à l’avance.

La copie du texte et la notation musicale sont très homogènes. Des mains différentes ne se remarquent que tout à fait au début et à la fin, correspondant aux grandes divisions du manuscrit, et à de rares additions ou corrections dans le manuscrit, essentiellement pour son adaptation à Gaillac : 14v/3-6, 30v/13, 55/1, 71, 92v/4-6, 113, 113v/13, 121v, 130v.

Deux additions importantes sont à distinguer du graduel, il s’agit du tonaire noté à la suite du manuscrit, et du frontispice rapportant le poème attribué à Gerbert d’Aurillac8 , contemporain du tonaire et placé au début du manuscrit probablement pour en accroître l’importance, et surtout souligner la domination de l’abbaye d’Aurillac sur le monastère de Vieux, tout proche de Gaillac.

La décoration du manuscrit, très homogène aussi et entièrement réalisée, semble avoir été faite pour l’ensemble.

Le tropaire-séquentiaire-prosaire ne présente pas la même homogénéité
  • Le programme initial a connu des hésitations, puisque les offertoires et leurs versets ne sont notés qu’au début du manuscrit.
  • Des mains de qualités très variées ont œuvré simultanément à la copie du manuscrit.
  • Le manuscrit comprend de très nombreuses additions, souvent contemporaines, qui se sont logées soit dans les parties non remplies, soit dans les initiales non réalisées car la décoration aussi est incomplète, seules 8 grandes initiales ont été achevées, 4 sont restées inachevées, et 27 emplacements prévus pour de grandes initiales sont restés vides.
  • Quelques répertoires annexes, les invitations à l’évêque, la missa graeca, un Sanctus noté en rouge, semblent bouleverser une ordonnance qui cependant apparaît fondamentalement cohérente à un examen plus approfondi. En effet, même si les additions et l’inachèvement donnent un aspect chaotique à ce manuscrit, il semble bien que cette apparence soit en partie due au genre lui-même.

La copie d’un tropaire est essentiellement discontinue, puisqu’il s’agit de tronçons de chant, séparés ou réunis par les fragments de chant dont ne sont copiés que les incipit. Notons cependant que le tropaire de Moissac note beaucoup plus d’incipits que d’autres. La discontinuité fondamentale vient aussi du fait que toutes les fêtes ne sont pas tropées, mais seulement les principales. La disposition du tropaire de Moissac est à peu près cohérente en ce qui concerne le propre. Il n’en est pas de même pour les chants de l’ordinaire qui ont fait l‘objet de nombreux ajouts. C’est probablement pour corriger leur disposition que des Kyrie ont été pourvus de numéros d’ordre, écrits de la main d’un rubricateur.

Le séquentiaire apparaît, en dépit d’un grattage et d’une addition, assez homogène. Cependant la copie des séquences à texte partiel redoublé ne permet pas de suivre l’ordre habituel de la copie d’un manuscrit, à savoir celle du texte précédant les neumes, d’où l’aspect désordonné de certaines pages. Il s’agit bien de l’aspect, le soin apporté à la copie musicale n’étant pas du tout mis en cause, comme le prouvent les indications modales marginales destinées à aider la reconnaissance des mélodies.

De nombreuses proses ont été ajoutées tout au long du manuscrit ; cependant, la disposition du prosaire apparaît, au début, à peu près cohérente. En revanche, la fin du prosaire est affectée de nombreux grattages, additions, corrections et son répertoire s’éloigne alors significativement de celui du séquentiaire. De plus le rubricateur du prosaire n’a pas suivi, pour les initiales, les indications de couleur données par le maître d’œuvre.

Le prosulaire se distingue du reste du manuscrit en ce que les rubriques et petites initiales n’ont pas été réalisées, et qu’il n’est presque pas noté, peut-être parce que les mêmes prosules sont toutes, à l’exception de celle du répons Descendit, notées dans le graduel de Gaillac. On constate en outre quelques incohérences dans son ordonnance, l’offertoire de Saint-Jean est copié avant celui de Noël, et l’Assomption précède la Translation de Saint-Benoît (11 juillet).

Conclusions

Les correspondances relevées attestent que les deux manuscrits transmettaient une tradition liturgique et musicale commune, émanant d’une même région, voire d’une même abbaye. Elles permettent donc de déceler ce qui, dans cette région et à cette époque, distingue la présentation d’un tropaire de celle d’un graduel. De cette confrontation il ressort une fois de plus que le graduel, qui transmet les chants de l’ancien répertoire de la messe, lesquels sont en grande partie empruntés à l’écriture sainte, fit, plus que d’autres livres de chant liturgique, l’objet du plus grand soin de la part de ses auteurs.

Marie-Noël COLETTE (EPHE)

N.B. Cette communication a été publiée en 2005 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/liturgie/03_1.htm).

  1. Ce texte est un condensé de la communication qui fut donnée. La confrontation de ces deux manuscrits m’a été suggérée à la suite de l’analyse que j’ai faite de chacun d’entre eux en vue de leur édition fac-similé. Celle de Gaillac a été publiée dans Il Cod. Paris Bibliothèque nationale de France Lat. 776. Sec. xi Graduale di Gaillac. éd. fac-sim. coul., N. Albarosa, H. Rumphorst, A. Turco, Padova, La Linea editrice, 2002, p. vii-xviii. Celle de Moissac est sur le point de l’être (Société française de musicologie). Je me suis donc bornée ici à évoquer les éléments de comparaison, renvoyant pour le détail des descriptions aux publications susdites. []
  2. Le tonaire est le recueil des chants ou incipit de chants, notés ou non, rangés dans l’ordre des tons. []
  3. Paléographie musicale, Solesmes, 1925, t. XIII, p.43-53. []
  4. Bannister Henry Marriott, « Un tropaire-prosier de Moissac », Revue d’histoire et de littérature religieuses, 8, 1903, p. 554-581. []
  5. Cf. Hankeln Roman, Die Offertoriumsprosuln der aquitanischen Handschriften. Tutzing, H. Schneider, 1999 (Regensburger Studien zur Musikgeschichte, 2, 1-3). []
  6. Cf. Castro Eva, Le long chemin de Moissac à S. Millan (Le troparium de la real Acad. Hist., Aemil. 51) », dans La Tradizione dei tropi liturgici, éd. Cl. Leonardi, E. Menesto, Spoleto, Centro Italiano di Studi sull’alto Medioevo, 1990 (Biblioteca del Centro per il Collegamento degli studi medievali e umanistici nell’ Universita di Perugia, 3), p.243-263. []
  7. Cf. Dumas Gisèle, « Étude critique et édition du processionnal extrait du manuscrit BnF lat. 2819 », dans Que vive la mémoire… Abbaye bénédictine de Saint-Maurin. La légende et les chnats de processions, éd. J. Delvert et alii, Saint Maurin, 1997, p. 45-94. []
  8. Cf. Brockett Clyde W., « The Frontispice of Paris, Bibliothèque Nationale, ms. lat.776 : Gerbert’s acrostic pattern poems », Manuscripta, 39, 1995, p. 3-25. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *