Les Heures de la Vierge : identification liturgique et origine du manuscrit

Laurent CAVET (Communication du 8 avril 2004)

Personne ne doute que l’analyse de l’office de la Vierge est importante pour déterminer le lieu où un livre d’heures a été copié et enluminé. Le problème est plutôt de savoir dans quelle mesure son identification liturgique nous renseigne sur l’origine géographique du manuscrit. Avant de proposer quelques réponses et suggestions, il n’est pas inutile de revenir sur la méthode qu’il convient de suivre pour identifier l’office de la Vierge1.

Les différents offices de la Vierge dans un livre d’heures

Tout d’abord, il nous paraît impératif d’être fixé sur la nature de l’office de la Vierge : s’agit-il d’un office quotidien ou petit office comme on dit souvent ? Ou bien d’un office hebdomadaire, d’un office du samedi ? Voire d’un office festif, comme celui d’une des fêtes de la Vierge2 ? Toutes ces questions peuvent surprendre en face d’un livre d’heures, mais il faut se souvenir que V. Leroquais, jusqu’à la publication de son répertoire sur les Psautiers3, n’a jamais cherché, au moins pour les deux premières formes, à les différencier par une terminologie précise4. Ce qui explique sans doute qu’il les ait relevées indistinctement dans son carnet inédit. Il est donc nécessaire d’envisager les ressources dont nous disposons pour bien les discerner.

L’étude du vocabulaire des rubriques précédant un office de la Vierge peut nous fournir de précieuses indications. D’ordinaire, les termes Officium, Cursus et surtout Horae désignent l’office quotidien. Cependant ils peuvent aussi très bien englober un office hebdomadaire5 . De même, Cursus peut être appliqué à un office festif6. La destination, par contre, ne pose aucun problème devant des intitulés moins équivoques : In die sabbati7, In sabbato8 ou Super ebdomadam9. Ces termes appellent plusieurs remarques complémentaires : les deux premiers révèlent parfois, au sein d’une série de sept offices répartis sur les jours de la semaine, un office abrégé pour le samedi10. En ce qui concerne le terme Super ebdomadam, il signifie que l’office du samedi est susceptible d’être déplacé à un autre jour libre11.

Comme la majorité des livres d’heures sont dépourvus de titres, il nous faut donc examiner la structure de l’office pour en connaître sa nature, et là le problème se présente de façon beaucoup plus complexe. Pour le résoudre, on fait généralement appel à deux critères croisés. L’un consiste à repérer la présence de seulement trois leçons à matines, l’autre celle de premières vêpres.

Pour examiner leur degré de validité, il faut envisager deux possibilités : soit les critères s’accordent, soit ils s’opposent. La première situation ne soulève aucune remarque particulière. Indiquons seulement que la liturgie monastique adopte pour l’office quotidien le cursus cathédral. Par conséquent, les offices à douze leçons qui suivent, eux, un schéma bénédictin sont destinés au samedi12. Dans l’hypothèse inverse, l’examen doit se faire avec plus d’attention. Nous avons souvent constaté que neuf leçons, réparties en trois nocturnes, pouvaient correspondre à 3 formulaires d’un office quotidien distribués suivant les jours de la semaine13. Pour trancher le doute, la solution est de considérer le type de leçons affectées au troisième nocturne. Autrement dit, si elles sont constituées d’une homélie, c’est que l’office est réservé au samedi. Au passage, on remarque que ce genre d’office hebdomadaire n’est parfois qu’une simple adaptation de l’office quotidien14. Mais ce critère peut, malgré tout, être mis en défaut. Il est possible d’apprendre d’une rubrique que ces leçons étaient réservées au mercredi et samedi. Au lieu d’avoir un office spécial pour le samedi, il semble que l’on se soit contenté dans ce cas, d’ajouter pour ce jour une homélie à l’office quotidien15. On peut également observer, dans une région comme celle de Liège, que le petit office ne s’est que lentement dégagé d’un office à neuf leçons tel que celui de la Nativité de la Vierge16 . Enfin, il peut arriver qu’un office comporte trois leçons et commence aux premières vêpres. Le plus souvent, il s’agit cependant d’un office quotidien dont l’organisation inhabituelle s’explique de la manière suivante : il adopte la structure de l’office dominical qui possède des doubles vêpres, les deuxièmes étant largement empruntées à laudes17 . Rien d’étonnant alors de retrouver cette présentation pour le temps de l’Avent18.

En dernière instance, il importe de prendre en compte uniquement le formulaire ordinaire, celui qui correspond à la période entre l’octave de la Purification et l’Avent. Cela revient à écarter de l’analyse les variations textuelles que l’office quotidien peut connaître à certains temps liturgiques, pendant l’Avent et Noël.

L’identification de l’office quotidien

Nous voilà fixé sur la nature de l’office de la Vierge. L’étape suivante peut maintenant porter sur le choix d’un procédé d’identification. Ce choix s’avère indispensable, compte tenu de la faible proportion de rubriques révélant l’usage liturgique pour lequel un livre d’heures a été composé.

Avant de présenter chronologiquement les différentes méthodes d’identification, il est bon de revenir sur ce qui constitue leur prémisse commune : la découverte de la variation de sa composition dans l’espace, en même temps que sa stabilité dans le temps19. Il ne manque plus qu’à définir les points de repère pour caractériser cette originalité.

R. James est le premier à appliquer concrètement cette découverte et propose, à partir d’un nombre variable de pièces défini en fonction de la fréquence de l’usage, de discerner ses différences20. Ce principe laisse à penser qu’il en est encore au stade de l’expérimentation. De plus, sa méthode a été validée sur une base documentaire beaucoup trop restreinte pour pouvoir porter des conclusions définitives. C’est probablement pour remédier à ce problème, que F. Madan a considérablement élargi les investigations de son prédécesseur. Il a classé environ 90 usages selon l’ordre alphabétique des incipit des antiennes et capitules de prime et none21. Malheureusement, on a très vite constaté que sa méthode était insuffisante dans un certain nombre de cas. C’est ainsi, par exemple, que les 4 pièces sont identiques pour les Chartreux et les Carmes. On attribue en général cette observation à V. Leroquais, mais il est possible qu’elle ait été formulée bien avant par G. Beyssac – sans pour autant qu’il y ait, de sa part, le désir d’inventer son propre procédé. Tout juste celui de Madan lui sert-il à s’orienter dans son « Moyen Court »22. Au contraire, V. Leroquais propose une option qui a l’avantage de la simplicité et de la sécurité. Dans son carnet inédit, il envisage de répertorier la diversité de composition de l’office de la Vierge en choisissant, comme points de repère, les incipit de dix pièces liturgiques : la première antienne et la première leçon pour matines ; la première antienne, le capitule, l’hymne et l’antienne sur le cantique Benedictus pour laudes ; l’antienne et le capitule pour prime et none. Pour en faciliter la consultation, il décide également de classer les 250 témoins environ qu’il a examinés selon l’ordre alphabétique des incipit de ses 10 points de repère. Terminons ce tour d’horizon en évoquant très brièvement le système inventé par J. Plummer23 qui s’inspire, semble-t-il, du tableau des Initia de V. Leroquais24. Malgré la multiplication des points de repère, il n’apporte aucune garantie supplémentaire d’efficacité. C’est donc tout naturellement le procédé le plus souple, celui de V. Leroquais, que nous avons retenu.

Son application repose sur la mobilisation d’une masse importante de données déjà identifiées, qui servent de références. D’où la nécessité de fusionner la documentation Beyssac et Leroquais, opération qui s’avère insurmontable sans le recours à l’outil informatique. Pour la mener à bien, nous avons donc construit sous Access la base de données Virgo. Outre l’automatisation de la recherche, ce logiciel nous a permis de réorganiser l’ensemble de nos données sous une forme facilitant les interrogations complexes.

Pour simplifier, la structure de notre programme comprend deux tables principales reliées entre elles : la table Sources regroupe les données fondamentales sur le manuscrit : lieu de conservation, cote actuelle, type et localisation liturgique, origine, datation, support, composition, mise en page, format, décoration et bibliographie. Notre objectif a été de rassembler l’ensemble des informations nécessaires à la constitution d’une notice sommaire. La table Formulaires sert à entrer la liste des incipit des dix points de repère de la source. Avant leur entrée, il nous a fallu effectuer un patient travail d’uniformisation pour pouvoir éliminer les doublons ou inventer de nouvelles occurrences25. Par convivialité, l’accès aux données de ces deux tables se fait uniquement par l’intermédiaire de formulaires correspondants.

Actuellement, notre base de données répertorie 1495 manuscrits et 347 imprimés qui couvrent une période chronologique, allant du tout début du XIe siècle jusqu’à l’extrême fin du XVIIe siècle – soit au total 1842 témoins26. Un classement selon le type liturgique nous indique que les livres d’heures, avec 1193 références, forment la majorité des sources. À ce premier décompte, il convient certainement d’ajouter les 48 psautiers-livres d’heures qui constituent un stade intermédiaire dans la transition du psautier au livre d’heures, comme ouvrage fondamental de la piété chrétienne. Dans notre répertoire se retrouvent également, parmi les types les mieux représentés, 461 bréviaires et 32 psautiers. Sans compter les formulaires pour lesquels nous n’avons aucune localisation, nous pouvons disposer d’un corpus de 413 usages différents.

L’identification d’un office de la Vierge se déroule au cours des opérations de saisie : on commence par compléter les différents champs du formulaire Sources, puis un simple « clic » sur le bouton de commande Formulaires fait apparaître la grille de saisie des dix points de repère. Une fois remplie, la réponse s’obtient en appuyant sur le bouton Rechercher. Notons que l’investigation peut également porter sur un formulaire incomplet.

Les interrogations ordinaires sont commandées par des formulaires déjà élaborés qui offrent de nombreuses possibilités. La plus intéressante consiste à exécuter des recherches croisées. Pour obtenir, par exemple, une liste de livres d’heures à l’usage de Rome enluminé à Paris entre 1460 et 1490, il faudra combiner les champs Type liturgique, Localisation liturgique, Date début, Date fin et Origine. Pour les demandes moins conventionnelles, on pourra toujours s’en remettre à des requêtes plus complexes.

Limites de l’identification liturgique pour la recherche de l’origine

Après ces préliminaires méthodologiques, il est temps de revenir à notre question initiale : dans quelle mesure l’identification liturgique de l’office de la Vierge nous permet-elle de déterminer l’origine d’un livre d’heures ?

Notre première observation est de réserver l’utilisation de ce procédé principalement à la France, qui comporte de nombreux usages distincts. Au contraire, dans les autres pays, on constate moins de variété, voire aucune. C’est ainsi que l’usage d’Utrecht domine en Hollande, celui de Sarum en Angleterre et Rome en Italie. Cette répartition géographique est cependant bouleversée par la diffusion exceptionnelle de l’usage de Rome qui, dès le début du XVe siècle, se rencontre dans la plupart des livres d’heures flamands. Il faut attendre la deuxième moitié de ce siècle pour voir ce mouvement gagner largement la France, limitant encore plus l’intérêt de l’identification de l’office de la Vierge. Cette diffusion universelle de l’usage romain est à replacer dans le contexte plus général de l’unification liturgique de l’Occident qui résulta en l’adoption, par tant de diocèses, de la liturgie de la curie romaine27 . Encouragé par la politique papale, ce phénomène, encore mal étudié, se développa d’abord en Italie (Assise, Agnani, Aquilée, Città di Castello, Florence, Bologne, Bergame, Tarente et Reggio de Calabre), pour ensuite se manifester, dans une moindre mesure, dans le sud de la France (Avignon, Rodez et Vabres). L’influence croissante de la Papauté a sans doute eu pour effet d’accroître le prestige de la liturgie romaine, accélérant du même coup la demande de livres d’heures romains.

Nous devons même avouer, et cela sera notre deuxième point, que l’identification liturgique d’un livre d’heures nous renseigne plus sur la dévotion du destinataire, que sur son lieu de fabrication. D’abord parce que la relation traditionnellement supposée entre usage et origine n’opère plus face à l’émergence de grands centres de production répondant à une demande internationale ou régionale. Tel est le cas, par exemple, des villes flamandes qui exportent, vers le marché anglais, des livres d’heures à l’usage de Sarum, intitulé secundum usum Anglie. Parfois, le client se retrouve contraint de s’approvisionner ailleurs en l’absence d’un marché local. Cela explique l’apparition de l’usage chartrain dans la production parisienne de la fin du XVe siècle28. Il est également possible que le commanditaire souhaite réciter l’office de la Vierge selon l’usage du diocèse où il possède ses principales terres ou affaires. C’est le cas, par exemple, de Louis de Roncherolles qui fait réaliser à Paris un livre d’heures à l’usage de Rouen29.

Ensuite parce que le choix de l’usage peut être influencé par des religieux. Leur rôle d’éducateurs de la noblesse en fait des personnages influents, avant tout parce qu’ils fréquentent leurs élèves dès leur jeunesse. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce qu’Agnès de Bohème, éduquée dans un monastère, prie dans un livre d’heures prémontré30. En revanche, leur intervention directe dans la confection d’un manuscrit, à défaut d’indications précises, est bien difficile à prouver. C’est dire si nous espérions beaucoup des comptes de cour de Philippe le Hardi, duc de Bourgogne : pour l’année 1376, il est mentionné que son confesseur, le frère dominicain Guillaume Valen, a reçu la somme considérable de 200 francs, somme que le trésorier ducal justifie de la façon suivante : « A frere Guillaume de Valen, confesseur de Mgr, pour convertir en la façon d’unes heures que Mgr lui avoit ordonnées faire faire à Paris, pour mond. Seigneur, esquelles mond. Seigneur avoit ordonné mise plusieurs oroisons et autres choses.31 » Malheureusement, ce livre d’heures à l’usage de Paris32 montre que le travail de composition du confesseur s’est sans doute limité au choix de quelques prières de dévotion et à l’élaboration de la partie missel.

Enfin parce qu’il devient absurde d’interroger des usages, pour lesquels l’origine ne signifie rien. Cela s’applique à l’usage romain dont nous avons déjà évoqué la diffusion universelle, mais aussi à tous les ordres religieux qui sont parvenus à établir l’uniformité dans leurs usages. Citons dans l’ordre chronologique de leur fondation : les chartreux, les cisterciens, les hospitaliers, les prémontrés, les carmes, les teutoniques, les franciscains, les dominicains, les célestins. Un cas particulier est représenté par Cluny qui échoua à imposer sa liturgie dans tous les monastères de sa dépendance.

Pour notre dernière remarque, nous voudrions démontrer que l’emploi d’autres critères textuels et l’analyse des éléments de la décoration sont indispensables à l’étude de l’office de la Vierge. L’intérêt d’une telle démarche est d’abord visible lorsqu’une liturgie est commune à plusieurs diocèses ou abbayes. La présence de saints caractéristiques dans le calendrier et les litanies peut, par exemple, nous aider à départager Paris et Quimper33.

Elle est également utile lorsqu’un livre d’heures combine un type d’office de la Vierge avec d’autres apports liturgiques. Dans certains cas, ils nous renseignent bien mieux sur l’origine. Il est donc profitable pour l’analyse de faire apparaître ses différentes influences, au moins dans l’intitulé du manuscrit. Une solution, suggérée par le Père P.-M. Gy, consiste à réserver l’utilisation de l’expression « à l’usage de » pour désigner une localisation complémentaire que permet souvent le calendrier34 . Ainsi par exemple un livre d’heures romain à l’usage d’Angers.

Elle s’avère tout aussi indispensable lorsqu’elle permet de fournir une précision supplémentaire sur un usage diocésain, et donc éventuellement sur l’origine. Rappelons que cette précision ne doit pas se fonder uniquement sur la simple mention d’une date de dédicace au calendrier, mais sur un ensemble d’éléments convergents.

Elle est enfin nécessaire lorsque l’identification de l’usage s’est révélée négative. Dans certains cas, l’interrogation d’autres apports textuels et décoratifs nous permet de discerner les différentes influences liturgiques en cours dans la composition de l’office de la Vierge. Cette recherche qui ne peut s’effectuer qu’au moyen de l’outil informatique, se fonde sur le degré de proximité géographique existant entre ces localisations contradictoires. Ainsi il est plus vraisemblable de reconnaître, dans l’office de la Vierge du manuscrit Paris Mazarine Faralicq 6, une combinaison d’éléments de Châlons-en-Champagne et de Noyon plutôt qu’une variation de Thérouanne. Cette reconstruction hypothétique s’accorde mieux à ce que nous savons déjà des autres indices textuels et décoratifs : la localisation rémoise des litanies et de l’office des défunts, ainsi que l’origine champenoise de l’atelier. Reste cependant ouverte la question de la composition de ce type d’office mixte.

Terminons cette remarque en appelant à une étude interdisciplinaire, à la fois liturgique et iconographique, des livres d’heures. Cette rencontre est appelée à être féconde compte tenu de la pertinence limitée des critères liturgiques pour la connaissance de l’origine. Les exemples sont d’ailleurs nombreux où seule l’analyse stylistique des éléments de la décoration contribue à répondre au problème.

En conclusion, nous espérons que ces quelques réflexions vous auront éclairés sur la nécessité de disposer d’un outil informatique simple et performant, permettant de déterminer rapidement l’usage de n’importe quel manuscrit. Nous souhaitons également vous avoir convaincu que l’identification d’un livre d’heures résulte de la convergence de plusieurs critères.

N.B. Cette communication a été publiée en 2005 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/liturgie/06_2.htm).

  1. Cette communication doit beaucoup au dépouillement du carnet de V. Leroquais (Paris, Bibliothèque nationale de France, nouv. acq. Lat. 3162) et des papiers du fonds G. Beyssac. Dorénavant, les références à ces deux répertoires seront indiquées, entre parenthèses, par une lettre majuscule (L pour Leroquais, B pour Beyssac) et un numéro de feuillet. []
  2. Dans J. Oliver, Gothic Manuscript Illumination in the Diocese of Liege (c. 1250- c. 1330), Louvain, 1988, 2 vol., on trouve de nombreux psautiers-livres d’heures et de livres d’heures comportant, en lieu et place de l’office quotidien, l’office de la Nativité de la Vierge (8 septembre). L’auteur justifie la présence de ce dernier par le fait que de nombreuses églises du diocèse de Liège, dont la cathédrale, étaient dédicacées à cette fête. []
  3. V. Leroquais, Les psautiers manuscrits des bibliothèques publiques de France, Mâcon, 1940-1941, 2 vol. []
  4. Dans l’index de Les livres d’heures manuscrits de la Bibliothèque nationale, Paris, 1927, III, les entrées Heures et Office de la Vierge sont utilisées comme synonymes pour désigner l’office quotidien. Malheureusement, ces termes suffisamment imprécis indiquent parfois l’office pour le samedi. Dans l’Index de Les bréviaires manuscrits des bibliothèques publiques de France, t. V, Paris, 1934, V. Leroquais regroupe sous l’intitulé Officium parvum les rubriques Commemoratio, Matutinae, Servicium et veneratio, ce qui est la source de multiples confusions sur la nature de l’office de la Vierge. S’il indique également le nombre de leçons, cela ne constitue jamais un critère pertinent pour discerner les deux offices. Par ailleurs, il fait, semble-t-il, un usage abusif du terme « votif » qui n’apporte rien à l’analyse. Enfin, l’utilisation de l’intitulé « petit office » n’est toujours pas systématique dans les notices. []
  5. Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, Pal. lat. 539, Regin. lat. 180 et Vat. lat. 13985. []
  6. Bruxelles, Bibliothèque royale Albert 1er, 19095 (B436), Liège, Bibliothèque de l’Université, 431 et Melbourne, State Library of Victoria, 96/R66. []
  7. Paris, Bibliothèque nationale de France, lat. 757. []
  8. Ex-Durham, Collection Faulkner, s. c. 1 (B677). []
  9. Paris, Bibliothèque nationale de France, lat. 13310 (B150 et L96). []
  10. Paris, Bibliothèque nationale de France, lat. 757, 1183, 1364, 10527, 18014. []
  11. Le mercredi, comme l’indique la rubrique In feria quarto vel sabbato quam vacatur du ms. Ex-Durham, Collection Faulkner, s. c. 1 (B677), est généralement le jour où l’office est déplacé en cas d’empêchement au samedi. []
  12. Nous relevons deux cas : le ms. Paris, Bibliothèque nationale de France, nouv. acq. Lat. 560 (B178 et L230) ; les Heures Carpentin (B202), voir l’exposition Paris, Bibliothèque nationale, Manuscrits et livres précieux retrouvés en Allemagne, 1949, n°5. Nous comprenons mieux maintenant la destination des rubriques De sancta Maria quando fiunt XII lectiones dans Abbeville, Bibliothèque municipale, 17, f. 61 (B588 et L37) et Super ebdomadam XII lectiones de sancta Maria dans Paris, Bibliothèque nationale de France, lat. 13310, f. 61. []
  13. Dans notre base de données Virgo, nous avons répertorié environ 140 exemples de ce type de présentation, la plupart parisiens. []
  14. Ex-Paris, Collection Belin, 12 (B388). Cela se retrouve dans deux imprimés : Paris, Bibliothèque nationale de France, vél. 1668 (L45) et 2850 (B1238 et L45). []
  15. Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, Vat. lat. 13985, f. 16v : Iste tertius nocturnus totus dicitur feria IIII et sabbato. Primus vero nocturnus dicitur dominica die et secunda. Secundus aut nocturnus dicitur tertia et sexta feria. []
  16. Il s’agit des psautiers-livres d’heures ou simples livres d’heures suivants : Cambridge, Library of Fitzwilliam Museum, McClean 43 ; Darmstadt, Hessische Landes- und Hochschulbibliothek, 965 ; Dublin, Trinity College Library, 90 ; Gravenhage (’S-), Koninklijke Bibliotheek, 76 G 17 ; London, British Library, Harley 2930 (B486) et Stowe 17 ; London, Major J. R. Abbey, 7122 ; Metz, Bibliothèque municipale, 592 ; New York, Pierpont Morgan Library, 183 ; Paris, Bibliothèque nationale de France, lat. 1077 (B38) et lat. 13235 (B137). Pour un relevé comparatif de l’office quotidien et de celui de la Nativité, voir J. Oliver, op. cit. (n. 2), II, p. 232-238. []
  17. Ainsi le ms. Paris, Bibliothèque nationale de France, lat. 1352, f. 14-68 : Incipit officium beate Marie virginis secundum consuetudinem sancte romane Curie et secundum ordinem Fratrum Minorum. []
  18. Par exemple, Baltimore, The Walters Art Gallery, W. 282, f. 73-78v: Officium beate Marie virginis quod dicitur per totum adventum. Ad vesperas. []
  19. Un cas particulier se rencontre dans le diocèse de Liège : l’Appendice sur l’office de la Vierge de J. Oliver, op. cit. (n. 2), p. 233-238 nous montre que les points de repère de localisation paraissent moins stables qu’ailleurs. []
  20. M. R. James, A Descriptive Catalogue of the Manuscripts in the Fitzwilliam Museum, Cambridge, 1895, p. XXV-XXIX. []
  21. F. Madan, « Hours of the Virgin Mary (Tests for Localization) », Bodleian Quarterly Record, III, 1920, 2nd Quarter, p. 40-44, repris et mis à jour dans H. W. C. Davis éd., « The localization of Manuscripts », Essays in History Presented to Reginald Poole, Oxford, 1927, p. 5-29. []
  22. Le « Moyen Court », selon l’expression de G. Beyssac, est un système abrégé d’identification permettant de retrouver rapidement et facilement l’usage d’une liturgie particulière. Il comprend environ 1200 notices, réparties en 7 classeurs selon l’ordre alphabétique des bibliothèques, qui résument les principales caractéristiques d’un manuscrit ou d’un imprimé liturgique. []
  23. J. Plummer, « ‘Use’ dans ‘Beyond Use’ », dans R. S. Wieck, éd., Time sanctified. The Book of Hours in Medieval Art and Life, New York, 1988, p. 149. []
  24. V. Leroquais, Les livres d’heures manuscrits de la Bibliothèque nationale, Paris, 1927, I, p. XXXVIII. []
  25. Nous avons identifié quatre couples d’incipit désignant la même pièce : Angelus Domine/Angelus Domini, Ego Maria mater/Ego mater, Regi autem/Regi saeculorum, Trahe me/Trahe nos, Beata es quae/Beata Maria. Pour le capitule de prime, Haec est virgo regroupe deux pièces différentes : Haec est virgo sancta et Haec est virgo virginum. []
  26. Sur ce total, 789 proviennent de G. Beyssac et 331 de V. Leroquais, sachant que 209 références sont communes aux deux répertoires. []
  27. Voir P.-M. Gy, « L’unification liturgique de l’Occident et la liturgie de la curie romaine », Revue des sciences philosophiques et théologiques, 4, 59, 1975, p. 601-612. []
  28. Dans sa thèse inédite Les échanges artistiques entre livres d’heures manuscrits et imprimés produits à Paris, 1480-1500, Université Paris IV, 2000, I. Delaunay donne une liste de cinq témoins : Paris, Bibliothèque nationale de France, lat. 1376, 1387, 1406 et 1421 ; Rouen, Bibliothèque municipale, 355 (Y 355). []
  29. Paris, Bibliothèque de l’Arsenal, 1191. Exemple cité par I. Delaunay dans « Livres d’heures de commande et d’étal : quelques exemples choisis dans la librairie parisienne 1480-1500 », L’artiste et le commanditaire aux derniers siècles du Moyen Âge XIIIe– XVIe siècles, Paris, 2001, p. 269. []
  30. New York, Pierpont Morgan Library, M 739. Voir R. S. Wieck, Painted Prayers. The Book of Hours in Medieval and Renaissance Arts, New York, 1997, p. 21 n° 11. []
  31. P.M. de Winter, La Bibliothèque de Philippe le Hardi, duc de Bourgogne (1364-1404), Paris, 1985, p. 187. []
  32. Cambridge, Library of Fitzwilliam Museum, add. 3-1954. []
  33. C’est très probablement le cas des mss suivants : Melun, Bibliothèque municipale, 12 ; Paris, Bibliothèque de l’Arsenal, 636 ; Paris, Bibliothèque nationale de France, lat. 1402. Sur ce sujet, voir J.-B. Molin, « Un livre d’heures à l’usage de Quimper », Bulletin de la Société archéologique du Finistère, 1977, p. 153-161. []
  34. P.-M. Gy, « Bulletin de liturgie », Revue des sciences philosophiques et théologiques, 78, 1994, p. 287. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 21 décembre 2016

    […] L’office de la Vierge du samedi a été maintenu à l’époque moderne, qui lui a donné sa forme définitive (office de Beata in sabbato). Au Moyen Âge en revanche, il ne suit pas un modèle unique. Sa structure peut suivre le cursus férial ou dominical, voire reproduire l’office d’une fête mariale du sanctoral (Nativité de la Vierge) ou du commun de la Vierge. Il ne prévoit pas toujours un propre complet : en tel cas, il se surimpose à l’office férial du samedi, dont il conserve l’invitatoire, l’hymne, les lectures bibliques, etc. Il se distingue néanmoins du petit office de la Vierge (cf. infra), récité quotidiennement et doté de trois schémas différents pour son unique nocturne de matines (cf. Laurent Cavet). […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *