L’ordinaire liturgique perdu de la collégiale Saint-Paul de Lyon (fin XIVe siècle)

Pascal COLLOMB (Communication du 6 mai 2004)

Cette communication présentée lors de la journée consacrée aux livres de prescription est surtout destinée à faire le point sur la connaissance que l’on a des ordinaires liturgiques médiévaux à l’usage de Lyon encore conservés et à faire une présentation relativement précise du liber ordinarius de la collégiale de Saint-Paul du XIVe siècle, aujourd’hui perdu.

La situation des libri ordinarii à l’usage de Lyon conservé à ce jour est la suivante :

La cathédrale

La cathédrale Saint-Jean a conservé deux témoins de son ordinaire (dont un fragment) provenant de la fin du XIIe et du début du XIIIe siècle1.

  • Le premier est un fragment du 3e quart du XIIe siècle ne comptant que quatre folios insérés dans le manuscrit 537 de la bibliothèque municipale de Lyon ; ce manuscrit est un manuscrit composite reliant, dans sa première partie (fol. 1-108v) un sacramentaire grégorien du XIe siècle à l’usage de Lyon et peut-être copié à Lyon ; la deuxième partie (fol. 109-151v) est un antiphonaire lyonnais du XIIe siècle ; quant à la partie qui nous intéresse, elle compte exactement 4 folios placés à la fin du volume, aux folios 157-160v. Le plan de ce dernier fragment lie ensemble temporal et sanctoral, mais de grosses lacunes amputent toutefois cet ordinaire. Sont absents de ce manuscrit les folios couvrant les périodes du 21 décembre au 22 avril (temps de la Nativité ainsi qu’une partie du temps pascal : Pâques, les Rogations et l’Ascension) et du 25 juillet au 11 novembre (seuls sont présents quelques mentions de saints lyonnais tels saints Just et Eucher ou d’autres dont le culte est répandu universellement : saints Martin, Cécile et Clément). Cependant, en quatre folios seulement, ce manuscrit consigne une part importante de l’année liturgique. On peut estimer que ce ms., dans sa forme originelle, ne devait pas être très volumineux et qu’il devait sans doute ne compter qu’une dizaine de folios.
  • Le deuxième témoin est le manuscrit latin 1017 de la Bibliothèque nationale de France datant de la fin du XIIe siècle – début du XIIIe siècle2. Ce livre, bien que légèrement incomplet du début et de la fin, compte 85 folios de parchemin et suit le même type de plan que le fragment précédent. Notons encore qu’une des particularités de ce manuscrit est de donner les incipit des pièces à chanter (antiennes, répons…), alors qu’il note en intégralité le texte des capitules et des oraisons : cette particularité peut, sans doute, faire interpréter ce manuscrit comme étant un livre à l’usage du célébrant de l’office.
  • Il faut encore signaler pour être complet l’existence d’un troisième et dernier document lyonnais qui n’est pas un ordinaire en tant que tel, mais qui apporte d’intéressants renseignements sur le problème de la rédaction de l’ordinaire de la cathédrale : ce sont les statuts capitulaires de Pierre de Meyzieu – datant des années 1185-11873. La première partie de ces statuts constitue un ensemble à part, très homogène, assez proche d’un document « liturgique » du type des ordinaires. Son titre – Incipit ordo totius anni – ramène directement au vocabulaire utilisé pour désigner les ordinaires. Tout en mêlant l’office du temps à celui des saints, il commence au premier dimanche de l’Avent et se termine avec la fête de saint Étienne, protomartyr, le 26 décembre et ne donne que les incipit de chaque pièce. On peut noter une seconde partie plus courte, et destinée à indiquer les lectures à faire durant l’année : Incipit ordo librorum4. Tout ceci et d’autres indices que je ne peux développer ici donnent à penser que l’on doit interpréter cet opuscule comme un essai préparatoire à la rédaction d’un ordinaire à l’usage de la cathédrale.

Pour résumer : la situation de l’ordinaire liturgique à l’usage de la cathédrale entre les XIIe et XIIIe siècles est la suivante : durant le 3e quart du XIIIe siècle, c’est sous le pontificat de Guichard de Pontigny (1165-1181) que le manuscrit 537 conservé dans la bibliothèque de la ville de Lyon a pu être rédigé – datation confirmée par la paléographie. Dans les années 1185/87, et à la demande du nouvel archevêque Jean Bellesmains que l’on sait désireux de fixer l’office liturgique de l’année, le chapitre rédige de nouveaux statuts fondés sur une enquête orale auprès de diverses personnalités données comme étant dignes de foi. Ce texte prend alors la forme d’un ordinaire tant dans son plan que dans ses prescriptions et on en profite en même temps pour préciser quelques points oubliés ou peu respectés. Sans doute est-il temps d’examiner et de préparer la rédaction d’un nouvel ordinaire. Enfin, les années charnières des XIIe-XIIIe siècles – qui correspondent au pontificat d’un personnage important, Renaud II de Forez, 1193-1226 – voient la rédaction d’un ordinaire plus complet (Paris, BnF, lat. 1017). Si l’on accepte cette hypothèse, on peut envisager que le texte écrit sous la responsabilité de Pierre de Meyzieu est la préparation du manuscrit latin n° 1017 (Paris) destiné à remplacer le texte relié aujourd’hui dans le manuscrit n° 537 (Lyon), ou qu’il a pu également être utilisé parallèlement.

Les collégiales lyonnaises (sauf Saint-Paul)

Saint-Just

La collégiale de Saint-Just a la particularité de compter encore deux ordinaires, tous deux conservés à la bibliothèque municipale de Lyon (mss 6167, 1398) et datant respectivement de la fin du XIIIe siècle et du début du XVIe  siècle :

  • le premier, le Lyon, Bibl. mun., ms. 6167, date de la fin du XIIIe siècle. Il est complet et est intitulé Liber intonationum. Il s’agit d’un ordinaire, mais plutôt réservé à l’usage du chantre : c’est le « livre des intonations ». Il est de grandes dimensions (330 × 230 mm.) et compte 263 folios ;
  • le second ordinaire connu pour Saint-Just date du début du XVIe siècle : Lyon, Bibl. mun., ms. 1398 ; il compte 94 folios de parchemin ; ses dimensions sont : 310 × 240 mm. Il s’agit d’une copie prise sur l’original, probablement assez ancien. La présence d’un temporal mêlé au sanctoral milite en faveur de cette ancienneté. Son titre (fol. 8) : Incipit usus officii tocius anni secundum ordinem et morem ecclesia sancti Iusti Lugdunensis […].

Saint-Irénée

Il ne reste qu’un seul manuscrit datant de 1534 et conservé à la bibliothèque municipale de Lyon, sous la cote n° 1399. C’est un manuscrit complet, à deux colonnes, de grande taille (360 × 260 mm) et comportant 290 folios. Le temporal (fol. 1-113v) et le sanctoral (114-188v) sont distincts l’un de l’autre. Son titre (fol. 1) : Incipit usus officii tocius anni secundum usum maioris ecclesie Lugduni. Et secundum consuetudinem et morem inclite nostre ecclesie sancti Yrenei Lugduni […].

Saint-Nizier

Pour Saint-Nizier, le seul ordinaire connu est tardif. Il s’agit du manuscrit conservé aux Archives municipales de la ville de Lyon, sous la cote SM 003. Il date de 1602 mais on sait cependant que ce document recopie un manuscrit antérieur d’au moins un (ou deux) siècle(s). C’est un manuscrit sur papier ; 234 × 162 mm. Son plan distingue le sanctoral  (fol. 1-65v) du temporal (fol. 65v-178). Suite : fol. 178v-185v : commun des saints ; fol. 185v-186v : proses diverses ; fol. 186v-196 : oraisons diverses ; fol. 196-198 : fête des Merveilles (02.VI) ; fol. 198-202 : office des morts ; fol. 202-205 : hymnes diverses ; fol. 205v : Finis. Huius operis per me Claudius Mellier, presbiterum incorporatum et vicemagistrum in ecclesia sancti Nicetii Lugdunensis. Manu propria scripti. Hunc perhegi in hoc anno 1602. [Mellier].

Le bilan est donc rapide : la cathédrale Saint-Jean possède deux (voire trois) témoins de la fin du XIIe et du début du XIIIe siècle, et les trois autres collégiales ont conservé leur ordinaire propre dans des manuscrits plus ou moins tardifs : Saint-Just (XIIIe et XVIe siècles), Saint-Irénée (1534), Saint-Nizier (début XVIIe siècle). La dernière collégiale lyonnaise de Saint-Paul ne connait de son Liber ordinarius que des copies modernes de textes plus anciens. C’est ce que nous allons aborder maintenant.

Le cas de Saint-Paul

Le manuscrit originel du XIVe siècle est aujourd’hui perdu ; on dispose cependant de huit copies notariées prises aux XVIIIe et XIXe siècles, grâce auxquelles aujourd’hui nous pouvons reconstruire le texte primitif ; les notaires qui ont procédé aux copies et collations sur l’original, ont laissé de succinctes descriptions codicologiques, qui permettent de donner une vue d’ensemble du manuscrit. Conforme à d’autres livres du même genre et de la même période (XIVe-XVe siècle), l’ordinaire de Saint-Paul comporte des rubriques longues donnant dans le détail et avec beaucoup de précisions l’ensemble des cérémonies et des rituels. Nous avons là avec l’ordinaire de Saint-Paul un livre passionnant pour les historiens.

Copies du liber ordinarius de la collégiale Saint-Paul de Lyon

Voici donc les quatre manuscrits qu’il convient de prendre en considération dans le cadre d’une édition :

P : Lyon, Arch. mun., SM 010 : Copie prise en 1707 de l’ordinaire et des statuts de la collégiale Saint-Paul (copie Perrichon). Ce ms. est celui de base : « Extrait d’un livre en lettre goltique (!), lequel est attaché au revestoir ou sacristie de l’eglise collégiale de Saint-Paul de Lyon. Copié à Lyon les mois de juin, juillet et aoust de l’année 1707. [TITRE :] Ordinarium ecclesiae collegialis Sancti Pauli lugdunensis, sive ordo divinorum officiorum juxta consuetudines ejusdem ecclesiae. »

D : Aix-en-Provence, bibl. Méjanes, ms. 30, fol. 14-203 : Copie prise en 1762 pour Vital Deville de l’ordinaire et des statuts de la collégiale Saint-Paul. Ce travail a été réalisé sur une copie du XVIIe siècle, aujourd’hui perdue (copie Dumaren) et collationnée sur le ms. du XIVe siècle :

[…] un livre manuscrit en lettres gothiques, sur velin, dont la première partie contient l’ordre de l’office de chaque jour de l’année et l’autre les statuts et règlemens [sic !] du chapitre. Le livre renferme, dans le plus grand détail, les devoirs de tous les ordres, de tous les membres du chapitre et la manière de célébrer le service divin relativement aux anciens usages, aux différentes fondations, et à la disposition des lieux ; je veux dire de l’autel du chœur, de la sacristie et des autres parties de l’église. Ce livre a été exposé jusqu’à cette année dans la sacristie où il était seulement attaché avec une chaîne de fer, afin que chacun put s’instruire de ses devoirs ; mais le chapitre a été contraint de le fermer dans ses archives, parce que on ne le lisait presque plus, faute de savoir en déchiffrer l’écriture et parce que l’on en arrachait journellement quelques feuillets ; mais on a plusieurs copies : messieurs les Perpétuels de Saint-Paul en ont une qui a été transcrite et collationnée dans un temps où l’original était dans son entier. À la tête de ce manuscrit, sont les armes du chapitre de Saint-Paul qui sont d’azur au [dextrochere de carnation mouvant] d’une nuée d’argent à senestre, empoignant une épée aussi d’argent au contre bande. Ce sont les mêmes armes que celles du chapitre de Saint-Paul, de Rome […].

Les deux copies suivantes chronologiquement sont les copies faites par les notaires Guyot et Moutellier, terminées le 28 mars 1739 et le 16 mai 1762, respectivement pour les Perpétuels de Saint-Paul (S) et pour Le Viste de Briandas (B), chantre de la collégiale.

S : Lyon, Bibl. mun., ms. 6905 : Copie Sauret terminée le 28 mars 1739 ; elle a été faite à partir de la copie P (qui lui est antérieure d’une trentaine d’années) et a été collationnée sur l’original. Les notaires insèrent à la fin de leur copie une notice descriptive dont voici un extrait principal :

[Il s’agit d’]un gros livre couvert de bazane, attaché par cinq plaques de cuivre, relevées en bosse, avec leurs clous de chaque côté, appelé ordinaire de l’église de Saint-Paul, lequel est de velin en manuscrit et lettres goutiques (sic !) sur deux colonnes, trouvées (sic !) sur un pupitre dans la sacristie de la dite églize (sic !) […] il contient 250 feuillets écrits en tout ou en partie dont quelques uns sont déchirés ; que sur le premier feuillet est écrit In nomine sanctissimae Trinitatis, Patris et Filii et Spiritus Sancti. Amen. Incipit ordo seu usus officii totius anni secundum morem et consuetudinem ecclesiae Sancti Pauli Lugduni. Au bas sont les armes du chapitre de la dite église de Saint-Paul : au bras armé d’un glaive sur champ d’azur. Qu’au second feuillet est le commencement du calendrier de chaque mois par ces mots Prima dies mensis et septima truncat etc. Qu’au huitième feuillet commence le dit ordinaire par ces mots Incipit ordo divini officii, primo notandum est quod etc. Qu’au 212e feuillet est le commencement des statuts de la dite eglize (sic !), et par nous extraits dont les feuillets sont cottés depuis le numéro premier jusqu’au numéro 33 en chiffre romaine (sic !), et commencent les dits status par ces mots : Quoniam omnium habere memoriam etc.

B : Avauges (Rhône), Coll. privée d’Albon, n. c. (Lyon, Bibl. mun., mi 261) : Copie prise en 1767, pour Le Viste de Briandas, chantre de Saint-Paul ; c’est le dernier manuscrit à prendre en compte pour notre édition.

S’ensuivent quelques autres copies ultérieures incomplètes ou faites de seconde main, inutiles et que nous devons par conséquent écarter :

Lyon, Arch. mun., 15 I.I. 5 : ordinaire et statuts de la collégiale Saint-Paul. Copie prise par l’abbé Henri Forest en 1878.

Lyon, Arch. mun., 15. I.I. 19 : papier ; XIXe siècle ; copie partielle de l’abbé Sachet (fol. 1-9v).

Lyon, Bibl. mun., ms. Coste 98 : papier ; 184 × 236 mm ; 104 folios.

Lyon,. Bibl. mun.. ms. 1650, fol. 244-345v : papier ; 184 × 236 mm ; 521 folios. Copie Nicolas Sudan ; XVIIIe siècle.

Stemma codicum

Stemma codicum.

Plan

L’incipit est tout à fait classique pour ce genre de livre : In nomine sanctissimae et individuae Trinitatis, Patris et Filii et Spiritus Sancti. Amen. Incipit ordo seu usus officii secundum morem et consuetudinem Ecclesiae Sancti Pauli Lugduni.

L’ordinaire est incomplet (il manque notamment le calendrier et l’office des dimanches suivant la Pentecôte). En voici le plan : l’ordinaire débute par quelques prescriptions générales concernant divers offices pour l’Avent, ainsi que pour les processions et messes dominicales ; ensuite le sanctoral et le temporal sont mêlés pour les temps de l’Avent et de Noël ; ensuite le temporal, de l’Épiphanie jusqu’à la fête du Corpus Christi ; puis enfin, le sanctoral de S. Felicis in Pincis (14.I) jusqu’à S. Guillelmi (10.I).

Nous devons également mentionner que dans le même manuscrit étaient copiés, après l’ordinaire, les statuts de Saint-Paul. Ce qui n’a rien de très étonnant quand on connaît les étroites relations qui ont pu exister entre rédaction des ordinaires et promulgation des statuts capitulaires ou encore entre ordinaires et statuts synodaux, tout ceci dans un esprit de codification de la liturgie et de ses pratiques rituelles.

Datation possible

Les quelques indications codicologiques données dans les copies, ainsi que le plan général sont bien minces pour proposer une datation de cet ordinaire disparu. Quelques indices cependant permettent d’affiner la datation :

  • On retrouve dans le cours du texte de l’ordinaire deux notes dont l’une mentionne la fête de saint Jean Baptiste un dimanche en 1386, et l’autre fait référence à un synode diocésain ayant eu lieu le mardi suivant la Toussaint 1388.
  • Cependant et parallèlement à ces différentes mentions, nous trouvons également des références à des statuts édictés plus tard (1660, etc.) insérées dans le corps du texte. Alors se pose la question de savoir comment faire le tri entre toutes ces dates désormais entrées dans le corps même du texte qui nous est aujourd’hui parvenu ? Comment différencier les notes, les mentions originelles, des notes insérées ensuite par les différents copistes ? Un témoin direct et oculaire du manuscrit nous aide à trouver la réponse en mentionnant certaines de ces dates comme faisant partie du corps originel de l’ordinaire ; il s’agit du chanoine Jean Baptiste Greppo qui, lors d’une séance de l’Académie des sciences et belles-lettres de Lyon du 12 août 1762, explique : « [que] (dans les rubriques de la Fête-Dieu) on trouve une date de l’année 1386, et dans celle de saint Félix au 13 janvier, un règlement de 1358 ; enfin dans celle du 22 janvier, après avoir réglé ce qui doit s’observer ce jour-là, auquel le chapitre de Saint-Paul allait processionnellement comme aujourd’hui chanter la grande messe dans l’église de Saint-Vincent, il y fait mention d’une fondation faite par Mathieu Varey, ci-devant chantre de Saint-Paul ; or Mathieu Varey est intitulé dans le règlement en forme de transaction que fit en 1359 Guillaume de Thurey, archevêque de Lyon, au sujet de la préséance dans les processions des Rogations »5.
  • Comme autre élément de datation il faut également mentionner la présence dans le sanctoral de l’office de la fête des Merveilles (02.VI), fête spécifique à Lyon et officiellement supprimée en 1400 et qui tend effectivement à disparaître des manuscrits liturgiques à partir du début du XVe siècle.
  • Notons encore la présence de la fête de la Visitation, instituée par Urbain VI en 1389 pour toute l’Église que l’on voit ici inscrite dans le corps de l’ordinaire ; pour comparer avec un livre liturgique chronologiquement proche, le missel de l’archevêque Jean de Talaru, missel lyonnais copié dans les années 1380 et conservé aujourd’hui encore à la bibliothèque municipale sous la cote ms 1394, ne donne pas cette fête, ni dans son calendrier, ni dans son sanctoral, ni même dans le premier propre connu qui est publié à la fin de ce même manuscrit.

En conséquence, et au vu des différents éléments qui précèdent, la date de rédaction de cet ordinaire de la collégiale de Saint-Paul pourrait être comprise entre 1389 et 1400.

Conclusion

Après avoir présenté le panorama complet de la situation des libri ordinarii à l’usage de Lyon aujourd’hui encore conservés, l’essentiel de ces quelques lignes s’est surtout attaché à révéler le cas de l’ordinaire de la collégiale Saint-Paul dont le manuscrit originel a disparu. À l’aide des différentes copies notariées modernes existantes, il est possible désormais de donner une édition de ce livre, d’en dégager et d’en montrer tous les intérêts et d’en proposer une datation (dernière décennie du XIVe siècle).

Pascal COLLOMB (EHESS)

Bibliographie

Foley Edward B., « The Libri Ordinarii : an Introduction », Ephemerides liturgicae, 102, 1988, p. 129-137.

Martimort A.-G., Les « Ordines », les ordinaires et les cérémoniaux, Turnhout, Brepols, 1991 (Typologie des sources du Moyen Âge occidental, fasc. 56).

Palazzo É., « Les Ordinaires liturgiques comme sources pour l’historien du Moyen Âge. À propos d’ouvrages récents », Revue Mabillon, n.s., n° 3 (t. 64), 1992, p. 233-240.

Palazzo É., Le Moyen Âge : des origines au XIIIe siècles, Paris, 1993 (Histoire des livres liturgiques), p. 228-238.

Collomb Pascal, « Le Liber ordinarius : un livre liturgique, une source historique », dans Comprendre le XIIIe siècle. Études offertes à Marie-Thérèse Lorcin, Pierre guichard et Danièle Alexandre-Bidon, dir., Lyon, Presses universitaires lyonnaises, 1995, 313 p., spéc. p. 95-107.

Lemaître Jean-Loup, « Les ordinaires : une source à redécouvrir ? », Revue de l’histoire de l’Église de France, t. 89 (222), janvier-juin 2003, p. 121-123.

Complément bibliographique.

N.B. Cette communication a été publiée en 2005 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/liturgie/07_1.htm).

  1. Cf. Denys Buenner, L’ancienne liturgie romaine. Le rite lyonnais, Lyon, Vitte, 1934, 343 p. Je reprends ici la majeure partie de mon argumentation et de mon hypothèse développées dans l’article : « Le Premier ordinaire… », art. cit. []
  2. Ni le fragment du manuscrit 537 de Lyon, ni le manuscrit latin 1017 de Paris, ne mentionnent l’office de saint Thomas de Cantorbéry, pourtant canonisé en 1173 et dont le culte se répandit très rapidement en Occident. On ne peut cependant conclure que ces deux manuscrits sont antérieurs à 1173. Cette fête est cependant déjà inscrite dans le calendrier et le sanctoral du ms. Rome, Bibl. Vat., cod. Barberini 559 (un missel à l’usage de Lyon de la fin du XIIe siècle). []
  3. Pour avoir une vue d’ensemble sur la question des statuts du chapitre cathédral (et principalement sur ceux de Pierre de Meyzieu), se reporter à mon article : « Les statuts du chapitre cathédral de Saint-Jean de Lyon. Première exploration et inventaire (XIIe-XVe siècles) », dans Bibliothèque de l’école des chartes, t. 153, janvier-juin 1995, p. 5-52. []
  4. La précision des lectures à faire peut nous faire penser à la présence d’un lectionnaire utilisé corrélativement à cet « ordo librorum ». Pierre de Meyzieu n’indique que le titre des lectures à faire pour telle ou telle date comme le Pentateuque pour la Septuagésime, et Jérémie pour le Dimanche de la Passion… []
  5. P. Collomb, « Les statuts du chapitre cathédral de Saint-Jean de Lyon. Première exploration et inventaire (XIIe et XVe siècle », dans Bibliothèque de l’école des chartes, t. 153, janv.-juin 1995, p. 5-52. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *