Les bibliothèques médiévales au XXIe siècle : bases de données et inventaire en ligne

Anne-Marie TURCAN-VERKERK (14 décembre 2006)

Depuis 2005, le projet ISBA de l’IRHT (Inventaire des sources sur les bibliothèques anciennes de France) a connu quelques bouleversements.

Le projet de base de données, fondé sur une analyse très minutieuse de l’ensemble du domaine couvert par notre documentation depuis l’origine de la section de Codicologie de l’IRHT, dont le développement aurait pu être assuré par Brepols, a finalement recouvré son autonomie, et été mis en sommeil en l’attente de jours meilleurs. Ces jours meilleurs sont venus, grâce à la compréhension de la direction de l’IRHT. En attendant la réalisation de cet instrument de recherche, qui devrait voir le jour en 2007, nous avons travaillé dans d’autres directions. Nous avons structuré nos projets, élargi l’équipe scientifique, composée désormais de tous les membres de la section mais aussi de membres extérieurs à l’IRHT, et établi un calendrier. Nous sommes maintenant bien partis pour lancer véritablement – enfin ! – un corpus des inventaires médiévaux de France.

La question se pose de la forme éditoriale à donner à ce corpus. Publication papier ? Certainement, mais pas seulement. La publication électronique est devenue aujourd’hui une nécessité : qui n’existe pas sur la toile n’existe pas du tout, ou presque. Nous vivons dans un monde d’hyper-communication, qui nous offre d’ailleurs des atouts de recherche inouïs, qu’il serait criminel de ne pas utiliser.

Et pourtant, nous avons parfois du mal à communiquer avec nos collègues les plus proches. Il nous a paru impensable de lancer la section de Codicologie dans ces grands projets sans connaître mieux deux entreprises très liées à nos préoccupations, dans l’esprit et par la nature des sources qu’elles traitent.

La première est le censimento des sources effectué depuis 10 ans par l’équipe de Giovanni Fiesoli à Florence, sous l’égide de la SISMEL [voir page RICABIM]. C’est un projet de refonte du répertoire de Theodor Gottlieb, mais plus ambitieux, sous forme de base de données, et destiné à préparer le corpus des inventaires médiévaux d’Italie. Nous sommes entrées en contact avec Giovanni Fiesoli, et nous nous sommes aperçues que nos projets, présentés à l’ANR au printemps dernier, rejoignaient ce qui se faisait depuis beaucoup plus longtemps à la Certosa. Nous avons le plaisir d’accueillir aujourd’hui Giovanni Fiesoli et sa collègue Paola Massalin, qui travaille à un projet connexe de mise en ligne d’inventaires médiévaux italiens numérisés.

Lucien Reynhout, quant à lui, a compris depuis longtemps l’intérêt de l’édition électronique, qui transforme en quelque sorte un texte en base de données interrogeable. Il est évident que sa compétence et son expérience seraient pour nous, en toute amitié, un guide précieux. Cette séance est donc placée sous le signe de l’information, et, qui sait, de la collaboration scientifique.

N.B. Cette communication a été publiée en 2007 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/bibliotheques/presentation.htm).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *