Vers un corpus des inventaires médiévaux de bibliothèques françaises

Monique PEYRAFORT et Anne-Marie TURCAN-VERKERK (14 décembre 2006)

Des débuts de la section de Codicologie au projet BMF, 60 ans de recherches

L’ambition du projet « BMF. Bibliothèques médiévales de France » est de mettre à la disposition des chercheurs et du public l’ensemble des sources permettant de reconstituer les collections de manuscrits de la France médiévale et d’Ancien Régime. Ce n’est pas une idée nouvelle : ce programme est à l’origine même de la section de Codicologie de l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes et de sa documentation unique au monde, alimentée sans solution de continuité depuis plus de soixante ans.

Dès 1943, Jeanne Vielliard qui, du fait de la disparition prématurée de Félix Grat en 1940, s’était vue contrainte d’assumer dans des années particulièrement troublées la réalisation du programme visionnaire lancé par le fondateur de l’Institut, présentait, dans un article cosigné avec Marie-Thérèse Vernet Boucrel1, les grandes lignes de ce qui allait constituer la colonne vertébrale de la documentation accumulée à la section de Codicologie : un fichier regroupant les noms des copistes, des grands scriptoria et des possesseurs, personnes privées ou morales, qui avaient assuré la transmission des manuscrits depuis leur copie jusqu’à leur entrée dans les collections publiques. Les inventaires de bibliothèques anciennes n’étaient pas oubliés : ils faisaient l’objet de fiches décrivant les sources, avec l’indication des éditions éventuelles.

Plus de soixante ans ont passé depuis que Jeanne Viellliard a tracé cette feuille de route. Entre-temps, d’autres pays européens ont édité les inventaires médiévaux de leurs bibliothèques : certains projets se poursuivent en dehors du corpus (Allemagne), certains corpus sont achevés (Autriche, Suisse) ou près de l’être (Royaume Uni, Belgique), mais la France n’a pas encore de véritable corpus permettant des recherches transversales et systématiques. Les mutations technologiques des dernières années ouvrent maintenant de nouvelles perspectives et peuvent faire de ce retard une chance à saisir : s’appuyer sur une solide tradition et une riche documentation tout en utilisant les moyens les plus modernes pour en explorer le contenu. Après avoir fait un rapide historique des travaux de l’IRHT sur les bibliothèques anciennes, on exposera ici les projets de l’équipe BMF.

Le programme dessiné dès 1943 et ses prolongements

Déjà en 1943, Jeanne Vielliard et Marie-Thérèse Vernet-Boucrel étaient conscientes de la nécessité de lancer un programme d’édition des inventaires anciens : « Il serait souhaitable qu’un Corpus des catalogues de bibliothèques médiévales, améliorant les éditions anciennes et donnant les textes restés inédits, fût réalisé pour chaque pays » écrivaient-elles2). Au lendemain de la guerre, le même souhait était exprimé par Jacques Monfrin, conscient de la nécessité de « publier un certain nombre de catalogues de bibliothèques anciennes ; ainsi sera constitué peu à peu un corpus des Catalogues de bibliothèques médiévales françaises, analogue à celui des Académies allemandes et autrichiennes »3. L’année suivante, André Vernet se plaçait dans une perspective plus documentaire : « rassembler les catalogues éparpillés au hasard des périodiques qui les ont accueillis, des thèses, des mémoires qui les ont publiés en pièces justificatives serait rendre un immense service aux chercheurs. On pourrait concevoir ce corpus sur le même plan que le répertoire des manuscrits dont il serait en quelque sorte l’aboutissant. Les articles comprendraient le texte de tous les catalogues et inventaires existants »4 ; ce programme fut de fait développé par la section de Codicologie, dont il prit bientôt la tête.

Les grands axes de travail étaient donc tracés dès le lendemain des années de guerre. Quels en ont été les résultats ?

La documentation

D’abord, la constitution d’un outil documentaire de première importance. Il s’agit du grand fichier des possesseurs, aujourd’hui riche de quelque 350 000 fiches concernant les collections de manuscrits de l’ensemble de l’Europe médiévale, et, pour l’époque moderne, du monde entier. À la fin des années 1980 a été donnée à la section la documentation personnelle d’André Vernet sur les collections de manuscrits de la France médiévale et d’Ancien Régime : il s’agit de 1 700 boîtes environ, contenant plus de 250 000 fiches. Enfin, la section a mené systématiquement la collecte d’une importante documentation formée de reproductions d’éditions d’inventaires et de photographies des sources originales. Ces travaux ont donné lieu à des publications extrêmement précieuses par leur richesse et leur acribie : les répertoires d’Anne Bondéelle sur les bibliothèques cisterciennes et prémontrées de France5.

Le répertoire

La première urgence, pour préparer un corpus des inventaires médiévaux de France, était de répertorier les sources conservées. Les objectifs proclamés à l’origine du projet étaient ambitieux : dans la première annonce du projet, en 19736, il était prévu que l’exploitation par ordinateur, révolutionnaire à l’époque, inclurait « la transcription du document ancien à l’intérieur d’un cadre simple » ; cette transcription s’accompagnerait d’un marquage de certains éléments, tels que la date du document, le possesseur de la collection, la cote et, éventuellement l’incipit-repère sans oublier les auteurs et les œuvres. Ce qui revenait tout simplement à exploiter le cœur même de chaque document. Cet article était marqué du sceau d’un bel optimisme. Mais, dès 19747, devant l’ampleur du travail, et sans doute devant les problèmes que pose l’exploitation de ces documents, la publication des sources répertoriées était renvoyée à un tome ultérieur et ne demeurait plus que la partie du projet qui allait aboutir à la publication en 1987 des BMMF : Bibliothèques de manuscrits médiévaux en France, par Annie Genevois, Jean-François Genest et Anne Chalandon, avec la collaboration de Marie-José Beaud et Agnès Guillaumont, Paris, Éditions du CNRS, 1987.

Ce répertoire consacré aux inventaires de bibliothèques anciennes a été constitué à partir de la documentation de la section. C’est un répertoire de sources, signalant toutes les listes de livres médiévaux, c’est-à-dire de manuscrits médiévaux possédés par un individu ou une communauté, que ces listes aient été éditées ou non. Il ne s’agit donc pas d’une bibliographie, encore que la recherche des éditions relève de cette discipline, mais d’un instrument de recherche qui a pour objectif de découvrir, collecter, critiquer des documents originaux. Dans ce répertoire, comme dans le fichier de la section, la clé d’accès au document est la personne (physique ou morale) du possesseur : le répertoire est classé par noms de possesseurs, une série d’index typologiques permettant de caractériser grossièrement tous les acteurs de l’histoire du livre manuscrit du point de vue socioprofessionnel et religieux.

Ce répertoire, cependant, ne prend pas en compte toute la documentation réunie par la section. Au plan géographique, il se limite aux frontières de la France actuelle : il englobe donc des aires géographiques longtemps restées en dehors des frontières du royaume de France, comme Avignon ou la Savoie, mais exclut, par exemple, les terres et cités flamandes aujourd’hui situées en Belgique. Au plan chronologique, tout possesseur français de manuscrits médiévaux est pris en compte, qu’il ait vécu à l’époque médiévale ou à l’époque moderne, c’est-à-dire jusqu’à la Révolution, et, parfois, au-delà. De même, est pris en considération tout document, qu’il ait été rédigé à l’époque médiévale ou moderne. Ce parti n’est évidemment pas sans conséquence sur le nombre de documents à traiter : nombre de bibliothèques médiévales ne sont connues que par des documents modernes, comme le montre l’exemple des bibliothèques cisterciennes connues : deux tiers des inventaires repérés sont des documents modernes, 40 des 60 bibliothèques cisterciennes pour lesquelles on connaît un ou plusieurs inventaires ne sont connus que grâce à des documents modernes.

Répartition chronologique des sources* transmettant des inventaires de bibliothèques d’abbayes cisterciennes d’hommes en France
Période Nombre d’inventaires %
XIIe 10
XIIIe 10
XIVe 6
XVe 7
Sous-total 33 17,84
XVIe 11
XVIIe – XVIIIe 104
115 62,16
1789-1799 et au-delà 36 36 19,46
Non daté 1 1 0,54
Total 185
Nombre d’inventaires cisterciens connus à ce jour : 185
*Il s’agit de la date des documents conservés, et non pas de celle des inventaires

Le répertoire de 1987 recense environ 2000 documents sous 1938 entrées. Le terme d’« inventaire » recouvre dans ce répertoire des documents de nature extrêmement différente : non pas seulement des catalogues ou inventaires de bibliothèques, mais aussi des testaments, des inventaires après décès, des quittances, des listes de prêts, de dons, de lectures, des notes d’érudits ainsi que toutes les listes ou mentions transmises dans des documents de nature très diverse (tels les obituaires, les chroniques ou récits de voyages, les comptes), et même ce que l’on pourrait appeler des « non-listes », c’est-à-dire des documents mentionnant la présence de manuscrits, mais sans en préciser les titres. Une acception donc assez large qui permet souvent de mesurer le degré de diffusion de la culture écrite à une époque ou dans un milieu donnés, à défaut de pouvoir toujours préciser le contenu d’une bibliothèque.

La mise en perspective

Parallèlement, l’équipe d’André Vernet veillait à la mise en valeur intellectuelle de cet ensemble documentaire, en ouvrant nombre de perspectives historiques grâce au premier volume de l’Histoire des bibliothèques françaises : Les bibliothèques médiévales du vie siècle à 1530, sous la direction d’André Vernet, Paris, 1989.

Les éditions

Répertorier les sources ne suffisait pas pour accéder à leur contenu intellectuel, mais les éditer dans leur ensemble s’avérait irréaliste. La France disposait déjà de quelques ensembles d’éditions, malheureusement anciennes et réalisées avec des exigences scientifiques inégales, comme l’appendice au t. II du Cabinet des manuscrits de Léopold Delisle (1874), qui ne fournit l’édition, parfois à réviser, que d’un nombre limité de documents médiévaux, et qui est dépourvu d’index, ou comme, pour les listes d’Ancien Régime, la Bibliotheca bibliothecarum manuscriptorum nova de dom Bernard de Montfaucon, qui date de 1739. Les éditions d’inventaires sont le plus souvent à rechercher dans les introductions au Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France, dans les revues les plus diverses, parfois peu diffusées, dans des monographies ou des ouvrages collectifs. Beaucoup d’inventaires, y compris médiévaux, sont encore inédits. Pour préparer la réalisation d’un véritable corpus, les équipes françaises se sont attelées à l’étude de bibliothèques paradigmatiques, comme Clairvaux8, Pontigny9, Saint-Victor de Marseille10 ; Anne Bondéelle a édité en 2006 tous les inventaires de bibliothèques prémontrées connus à ce jour (cf. supra) ; Marie-Henriette  de Pommerol et Jacques Monfrin ont systématiquement édité, sous l’impulsion de ce dernier, les inventaires liés aux milieux avignonnais, qu’il s’agisse de la bibliothèque pontificale elle-même11 ou des dépouilles de clercs et prélats recueillies par les collections pontificales12 ; Marie-Henriette de Pommerol, infatigable, a repris les travaux de Jeanne Vielliard pour procurer, en 2000, l’édition très attendue du grand registre de prêt de la Sorbonne13.

Devant l’ampleur du corpus et la dispersion des travaux dans diverses revues ou collections, le choix a été fait de privilégier le rassemblement de monographies au sein d’une même collection, par la création à l’intérieur des « Documents, Études et Répertoires » (DER) publiés par l’IRHT d’une série intitulée « Histoire des bibliothèques médiévales » (HBM), qui, englobant d’anciennes publications comme celle d’Élisabeth Pellegrin sur la bibliothèque des Visconti et des Sforza, en est à son volume XVI (sous la direction de D. Nebbiai Dalla Guarda). Cette sous-collection a commencé par fédérer l’existant, sans se limiter aux bibliothèques françaises, et en accueillant des études reconstituant des bibliothèques même en l’absence d’inventaires anciens. Ces études n’attendent qu’un traitement global pour porter tous leurs fruits. En effet, faute d’indexation générale, cette sous-collection ne permet pas les mêmes recherches, et partant les mêmes découvertes qu’un corpus structuré, à plus forte raison sur un support informatique.

Malgré l’importance des ensembles traités, il s’agit là d’un nombre somme toute restreint de monographies au regard de la documentation conservée. Cette situation rend particulièrement urgente une réflexion sur les moyens d’accès globaux au contenu des inventaires anciens, un accord sur des normes de désignation des auteurs et des textes (point très sensible) qui permettrait à terme une exploitation électronique des données.

Les nouveaux besoins, les projets et les possibilités nouvelles

Un nouveau répertoire

Depuis 1987, de nouveaux inventaires ont été découverts, ou redécouverts grâce à des dépouillements bibliographiques. De nombreux documents ont été redatés, relocalisés, ou, tout simplement, édités scientifiquement. C’est en fait toute la matière du répertoire de 1987 qui doit être reprise à nouveaux frais. Une nouvelle publication imprimée, Bibliothèques médiévales de France (BMF). Répertoire des catalogues, inventaires, listes diverses de manuscrits médiévaux (viiiexviiie s.), verra le jour en 2010. Elle décrira environ 2000 inventaires de plus que le répertoire précédent. Les notices, qui proposeront des analyses plus étoffées qu’en 198714, feront le point sur les découvertes des vingt dernières années. Ce travail, désormais bien engagé, sera le fruit de la collaboration des membres de la section de Codicologie de l’IRHT, des conservateurs du Catalogue latin du Département des Manuscrits de la BNF, et de divers spécialistes : chacun apportera à l’édifice ses connaissances précises, et souvent inédites, sur les inventaires de bibliothèques anciennes françaises.

Un pré-corpus des inventaires médiévaux de France

Sur cette base élargie et assainie, pourra se bâtir le futur corpus des inventaires médiévaux de France. Ce volet du projet BMF dépendra en grande partie de l’obtention d’un financement. Nous souhaiterions publier en ligne, gratuitement, un double corpus des inventaires médiévaux de France :

  • un corpus aussi exhaustif que possible des reproductions numériques des sources (environ mille inventaires sont antérieurs à 1500),
  • un corpus des éditions et études d’inventaires anciens libres de droits (éditions anciennes, comme la Bibliotheca bibliothecarum de Montfaucon, ou transcriptions originales), en mode texte, au format XML.

Ce double ensemble, présenté sur le site web consacré aux bibliothèques anciennes que l’équipe est en train de mettre en place, préparera le futur corpus des inventaires médiévaux français.

Une base de données en ligne

Le pré-corpus des inventaires médiévaux de France sera inséparable de la mise en ligne de la documentation de la section de Codicologie, sans limitation au domaine français. Depuis septembre 2006, il n’est plus possible d’alimenter les fichiers en fiches cartonnées. Néanmoins, les dépouillements continuent, et doivent pouvoir être mis à la disposition des chercheurs. Après bien des atermoiements indépendants de sa volonté et au terme de plusieurs années de réflexion (voir l’« Odyssée de l’ISBA »), la section met en œuvre deux solutions qui ne sont pas exclusives l’une de l’autre. La première, et la plus importante, est de verser les données codicologiques dans une base de données cousine de la base BUDE de l’IRHT (http://bude.irht.cnrs.fr/), mais capable de contenir et croiser les informations également sur les personnes morales, les inventaires anciens et les marques de possession ou d’identité, comme les marques héraldiques. Cette base est provisoirement dénommée BIBALE, abréviation par contraction de BIBliothèque médiévALE. Mais l’alimentation de la base suppose l’obtention de fonds importants pour la saisie rétrospective de la documentation, susceptible d’employer quatre personnes à temps plein pendant quatre ans au moins. À partir des notices contenues dans la base, pourraient être accessibles aussi bien les transcriptions des inventaires que la reproduction des documents qui les transmettent. L’autre solution, plus provisoire mais aussi plus « réactive » en quelque sorte, est la création d’une bibliographie courante en ligne, sous la forme d’un blog, baptisé provisoirement « le Biblioblog ou l’actualité des bibliothèques anciennes ». Cette solution présente (au bas mot) un triple avantage : la rapidité, la datation des billets d’information, la possibilité d’indexer tout le contenu.

La science et nos lecteurs gagneront finalement à ces atermoiements et à ces retards, car la base de données, devenue projet de toute la section et du laboratoire, ne se limitera pas à la documentation française, mais englobera tout le domaine traité par la section de Codicologie, soit les destinées des manuscrits médiévaux de l’Europe entière.

Éditions critiques

Idéalement, le pré-corpus des inventaires médiévaux de France devrait être progressivement remplacé par un corpus d’éditions critiques, dont le premier volet pourrait être une série consacrée aux bibliothèques cisterciennes. Il ne reste en effet, outre le dossier de Cîteaux, dont l’édition est en préparation, que six bibliothèques cisterciennes d’importance moyenne à traiter pour que l’ensemble des catalogues médiévaux cisterciens de France soit édité scientifiquement. À l’heure actuelle, il est impensable de lancer un tel corpus sans réfléchir au mode d’exploitation des données : il faudra pouvoir interroger l’ensemble des textes édités pour retracer le cheminement des textes, pour savoir qui lisait quoi, à quel moment. Cela suppose un balisage du texte des inventaires, sur lequel la réflexion ne fait que commencer. Nous sommes néanmoins convaincues que les éditions imprimées conservent aujourd’hui toute leur utilité, toute leur nécessité. On pourrait songer à l’avenir au système, familier aux philologues classiques, de l’editio maior et de l’editio minor : réserver à l’imprimé le luxe des annotations les plus fouillées (editio maior), réserver à l’électronique l’interopérabilité des données et les recherches transversales sur de vastes corpus allégés des commentaires (editio minor), éventuellement élargis au reste de l’Europe.

Le jour n’est peut-être pas si loin où l’on pourra doter la recherche d’un instrument de travail performant sur les bibliothèques médiévales, dans le droit fil du programme tracé en 1943 par Jeanne Vielliard, mais avec des objectifs et des moyens qui sont ceux de notre XXIe siècle débutant.

N.B. Cette communication a été publiée en 2007 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/bibliotheques/intro.htm).

  1. Jeanne Vielliard et Marie-Thérèse Vernet-Boucrel, « La recherche des manuscrits latins », dans Mémorial des Études latines… offert à… J. Marouzeau, Paris, Les Belles-lettres, 1943, p. 442-457, spéc. p. 449. []
  2. Art. cit., ibid. (voir note 1 []
  3. Jacques Monfrin, « Les études sur les bibliothèques médiévales à l’Institut de recherche et d’histoire des textes », Bibliothèque de l’École des chartes, 106/1, 1945-1946, p. 320-322. []
  4. André Vernet, « Études et travaux sur les bibliothèques médiévales (1937-1947) », Revue d’histoire de l’Église de France, 34, 1948, p. 63-94 ; réimpr. dans André Vernet, Études médiévales, Paris, 1981, p. 457-488. []
  5. Anne Bondéelle-Souchier, Bibliothèques cisterciennes dans la France médiévale. Répertoire des abbayes d’hommes, Paris, 1991 (Documents études, répertoires (DER), 41 ; Histoire des bibliothèques médiévales (HBM, 6), et « Les moniales cisterciennes et leurs livres manuscrits dans la France d’Ancien Régime », dans Cîteaux. Commentarii cistercienses, 45/3-4, 1994, p. 193-337. Ead., Bibliothèques de l’ordre de Prémontré dans la France d’Ancien Régime. I, Répertoire des abbayes, Paris, 2000 (DER, 58/1 ; HBM, 9/1), et II, Édition des inventaires, Paris, 2006 (DER, 58/2 ; HBM, 9/2). []
  6. Anne-Marie Genevois, Jean-François Genest, « Pour un traitement automatique des inventaires anciens de manuscrits », Revue d’histoire des textes, 3, 1973, p. 313-314. []
  7. André Vernet, Anne-Marie Genevois, Jean-François Genest, « Pour un traitement automatique des inventaires anciens de manuscrits. II », Revue d’histoire des textes, 4, 1974, p. 436-437, pl. []
  8. André Vernet, avec la collab. de Jean-François Genest et de l’IRHT, La bibliothèque de l’abbaye de Clairvaux du XIIe au XVIIIe siècle. I. Catalogues et répertoires, par André Vernet, avec la collab. de Jean-François Genest et de l’IRHT, Paris, 1979 (DER, 19, 1 ; HBM, 2/1). []
  9. Monique Peyrafort, La bibliothèque médiévale de l’abbaye de Pontigny (XIIeXIXe siècles). Histoire, inventaires anciens, manuscrits, avec la collaboration de P. Stirnemann et une contribution de J.-L. Benoit, Paris, CNRS Éditions, 2001 (DER, 60 ; HBM, 11). []
  10. Donatella Nebbiai, La bibliothèque de l’abbaye Saint-Victor de Marseille (XIeXVe siècle), Paris, 2005 (DER, 74 ; HBM, 16). []
  11. Marie-Henriette Jullien de Pommerol, Jacques Monfrin, La bibliothèque pontificale à Avignon et à Peñiscola pendant le Grand Schisme d’Occident et sa dispersion : Inventaires et concordances, 1-2, Roma, 1991 (Collection de l’École française de Rome, 141). []
  12. Marie-Henriette Jullien de Pommerol, Jacques Monfrin, Bibliothèques ecclésiastiques au temps de la Papauté d’Avignon. II. Inventaires de prélats et de clercs français – Édition, Paris, 2001 (DER, 61 ; HBM, 12). []
  13. Jeanne Vielliard, Jacques Monfrin et Marie-Henriette Jullien de Pommerol, Le registre de prêt de la bibliothèque du collège de Sorbonne (1402-1536), Paris, 2000 (DER, 57 ; HBM, 8). []
  14. Le répertoire de 1987 est issu de l’une des premières bases de données de l’IRHT : or, à l’époque, le nombre de caractères des champs était très limité, ce qui explique la taille des commentaires ou l’abréviation drastique des références bibliographiques. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *