La décoration du manuscrit

Le décor d’un manuscrit sert en premier lieu à articuler le texte et permet au lecteur de se repérer. Au-delà, il joue d’innombrables rôles : didactique, symbolique, historique et purement esthétique. Le décor possède une histoire propre de ses formes et de ses significations. Que ce soit sous forme peinte ou dessinée, il apporte des indices de datation et de localisation du manuscrit. Dans le cas des manuscrits historiés, les filiations iconographiques peuvent permettre de créer des regroupements insaisissables autrement, tandis que la reconstitution de l’œuvre d’un artiste peut permettre de jumeler un nom connu par les archives avec une personnalité stylistique. Enfin, la juxtaposition dans le même manuscrit de deux décors, ou d’une écriture et d’un décor d’origines différentes, comme c’est souvent le cas dans les livres de droit, met en relief l’histoire du commerce et du transport des livres ou la mobilité des artistes.

L’image nous renseigne sur la lecture du texte et inversement. Dans les manuscrits soignés, l’iconographie peut fournir la clef de l’identification d’un possesseur ou d’un destinataire (portraits, allusions biographiques, emblèmes, armoiries). En outre, l’enluminure est notre plus riche source de peinture médiévale conservée, et constitue donc un fonds culturel et documentaire aussi précieux que le texte.

Dans tout manuscrit et à toute époque, le décor est soumis à une hiérarchie qui correspond à celle du texte (livre, chapitre, paragraphe), et qui s’exprime par les différences de taille, de forme et de technique. Dans ces hiérarchies, la peinture prime sur le dessin, les métaux sur les couleurs, l’image sur l’ornement, le grand sur le petit. Les différents types d’éléments qui constituent la hiérarchie se renouvellent périodiquement et les nouvelles formes peuvent servir d’indices pour la datation et la localisation. Normalement on relève le décor par ordre décroissant dans la hiérarchie.

Comment relever le décor

Recensement global

Pour les éléments principaux (images, initiales peintes), il faut noter la fréquence (nombre total), la mise en page, la taille et l’emplacement par rapport au texte. Voici quelques types de formulation pour un relevé des éléments du décor. Ce sont des exemples « abstraits », même s’ils évoquent le souvenir de manuscrits réellement existants :

  • 12 miniatures en pleine page, placées entre le calendrier et le psautier, aux folios 7-19…
  • 6 miniatures de 6 lignes de haut et de la largeur de la colonne, placées au début de chaque chapitre, aux folios 2, 29, 43, etc.
  • Une initiale historiée (8 lignes de haut) à bordure sur trois côtés, au folio 1…
  • l5 initiales historiées de taille moyenne (4 lignes de haut) placées au début de chaque livre, aux folios…
  • 3 initiales ornées de petite taille (2 lignes de haut) placées au début des prologues, aux folios…

Pour les éléments secondaires, on indique leur présence, et lorsqu’ils sont significatifs, leur fréquence, leur taille et leur emplacement. Si la miniature est inachevée ou en mauvais état, on l’indique dans la description. L’observation des peintures inachevées ou écaillées offre de précieux renseignements sur la technique. Pour tout élément, on indique la technique, par ex. : or, argent, peinture gouachée, encre, et les couleurs dominantes (infra n° l0).

Description détaillée

Cette description sommaire peut être affinée considérablement par des indications iconographiques et stylistiques. La présentation suit un ordre hiérarchique, de préférence décroissant.

Images peintes ou dessinées et leurs bordures

L’image s’appelle miniature ou encore enluminure, image, peinture ou le cas échéant dessin. Le mot « vignette », pour désigner une scène, est incorrect dans un contexte médiéval où il se réfère uniquement aux rinceaux et feuillages marginaux. En décrivant l’image, il faut détailler l’iconographie, en identifiant la scène, en nommant les personnages principaux et en relevant les inscriptions. Pour les manuscrits richement enluminés, les rubriques ou les références textuelles qui s’avèrent essentielles à la compréhension de la scène doivent être transcrites. Les images figurant dans les bordures (en médaillon ou intégrées dans le feuillage ou dans les rinceaux) doivent être relevées dans la description de la bordure. Il est utile d’indiquer le type de feuillage(s), les scènes ou drôleries, ainsi que les armoiries, les devises, les emblèmes ou les places réservées pour ceux-ci dans les bordures.

Initiales peintes

Les initiales peintes sont de trois sortes. Au sommet de la hiérarchie viennent les initiales historiées (comportant une scène, un personnage ou un élément figuré signifiants par rapport au texte), puis les initiales ornées (comportant des motifs géométriques, végétaux, animaliers). À partir du troisième quart du XIIe s. en France et en Angleterre apparaît l’initiale dite champie (initiale dorée sur fond peint, souvent en deux couleurs, et rehaussée de motifs filiformes blanc ou orange). Dans la hiérarchie, cette dernière se situe entre l’initiale ornée et l’initiale puzzle à filigranes (voir infra, n° 5). À partir du XVe s. apparaît l’initiale armoriée (ornée des armoiries du propriétaire). Au XIIIe s., l’initiale peinte (historiée ou ornée) développe des antennes qui se transforment progressivement vers 1300 en bordures sur un, deux ou trois côtés, ou en encadrement du feuillet entier. On les appelle initiales à antenne, à bordure sur un, deux ou trois côtés ou bien à encadrement. À partir du milieu du XIIIe s., on rencontre des drôleries environnant l’initiale ou posées sur sa bordure ou son antenne. Le répertoire des motifs varie selon la région et la période ; l’iconographie peut avoir un rapport avec le texte ou la scène représentée dans l’initiale.

Initiales de couleur

À l’époque romane (XIe-XIIe s.), certaines initiales, ornées de simples motifs végétaux, sont exécutées avec des pigments ou colorants et des liants qui n’ont ni l’épaisseur de la peinture couvrante, ni la transparence de l’encre. Faute de mieux, on les appelle initiales de couleur ornées. Elles occupent une place inférieure à celle de l’initiale ornée en peinture couvrante.

Bordures

La bordure et l’encadrement font partie du développement de l’initiale et de ses antennes au XIIIe s. (voir supra nos 1 et 2). Par la suite au XIVe s., ils se trouvent donc normalement en lien avec une initiale ou une image. À partir du XVe s., pourtant, la bordure ou l’encadrement peuvent apparaître sur tous les feuillets indépendamment d’une initiale ou d’une image, essentiellement dans les livres d’heures ou les manuscrits d’apparat.

Initiales filigranées (à l’encre)

La lettre filigranée est une invention du XIIe s. Elle consiste en une initiale de couleur entourée de motifs filiformes exécutés sans pleins ni déliés. À partir de 1150 apparaît en France l’initiale puzzle à filigranes : le cadre de la lettre est découpé comme un puzzle et peint en deux couleurs. L’initiale puzzle à filigranes occupe la première place dans la hiérarchie du décor à l’encre, suivie par la simple initiale filigranée, l’initiale sans filigranes et les pieds-de-mouche.

Initiales, lettres, lettrines

La simple initiale sans filigranes (appelée parfois lettrine) est souvent exécutée au minium (plus orangé) aux hautes époques, à partir du XIe s. progressivement remplacé par le vermillon (plus rouge), à l’or dans les livres d’apparat, en trois ou quatre couleurs en alternance à l’époque romane, en alternant le rouge et le bleu à l’époque gothique.

Autres décors à l’encre
  • Signes de paragraphes ou pieds-de-mouche.
  • Prolongements à l’italienne : jets d’ornements filiformes rattachés à des lettres et projetés dans la marge inférieure ; motif originaire de Bologne et diffusé à travers l’Europe à partir du dernier quart du XIIe s. grâce aux livres de droit.
  • Bandes d’I : prolongement vertical d’une initiale filigranée, ou bordure composée d’une série de motifs en forme de lettres I majuscule superposés ; motif originaire de Paris à partir du milieu du XIIIe s.
  • Lettres juridiques : majuscules à l’encre noire remplies de motifs géométriques ou figuratifs ; apparaissant vers 1240 dans les livres de droit à Bologne, elles sont à la mode à partir de la fin du XIIIe s., et s’exportent alors dans plusieurs autres genres de livres, tels les antiphonaires.
  • Cadeaux ou fioritures : ornement constitué de traits entrecroisés qui forment certaines parties de la lettre ou en prolongent la haste ; fréquent de la fin du XIVe au XVIe s.
  • Titre, titre courant, mots initiaux, signatures de cahiers, lettres enclavées, rubriques en couleurs.
Autres décors
  • Bouts-de-ligne : motifs ornementaux, peints ou dessinés, qui remplissent la fin d’une ligne de texte.
  • Bandeau : pièce ornementale rectangulaire marquant le début ou la fin d’un texte.
  • Décor héraldique (voir supra, nos 1 et 2).
  • Entrecolonne : décor entre les colonnes d’un texte.
  • Pylé : du grec, pylé, pylai (pl.) : porte ; ornement en forme de porte ou de π majuscule, décoré à la façon des tapis et encadrant en général un titre dans les manuscrits byzantins.
  • Tranches peintes : les tranches du manuscrit peuvent porter un décor ornemental ou des armoiries.
Décor propre à un type de texte ou de contexte
  • Page tapis : Irlande ou Îles Britanniques, VII-IXe siècle ; manuscrits coptes.
  • Tables des canons : Évangiles.
  • Page de titre ou de contenu : voir supra, no 1.
  • Frontispice : terme utilisé normalement pour les manuscrits à partir du XVe siècle, afin de qualifier divers feuillets historiés, ornés ou écrits qui précèdent le texte ; par ex. image de dédicace ou de donation, titre en couronne de laurier ou encadrement architectural.
  • Calendrier : KL ou kalendes monogrammes, travaux des mois, signes du zodiaque.
  • Schémas et diagrammes.
Technique

On décrit une technique selon sa manière, sa matière, sa couleur et son aspect.

  • Manière : peinture, dessin, esquisse, croquis, jeu de plume.
  • Matière : les métaux (or, argent, étain) ; les peintures (la gouache, qui a l’aspect de la peinture couvrante ; l’aquarelle, qui se pratique normalement sur papier et que son médium aqueux rend transparente ; lavis, rehauts transparents ajoutés à un dessin et exécutés à l’encre délayée ou à l’aquarelle) ; les couleurs (lorsque la distinction entre l’encre et la peinture n’est pas évidente, surtout au XIIe s. ; voir supra no 3) ; les encres, la mine de plomb, la pointe métallique, la pointe sèche.
  • Couleur : nomenclature simple, notant les tonalités dominantes.
  • Aspect et procédé : pour les métaux (couleur de l’assiette ; or en feuilles ou peint, mat ou bruni ; incisé, poinçonné, surpeint) ; pour la peinture (couleur de l’assiette ; rehauts, glaçures ; monochrome, camaïeu, grisaille) ; pour le dessin (motifs réservés).
Marques de production

L’application cohérente d’un programme de décor peut être facilitée par des indications techniques portées dans les marges, à proximité des miniatures et des initiales ou sous la couche picturale :

  • Indication iconographique (phrase ou dessin).
  • Indication d’un type d’initiale (« sans figures », « champidé », « folié », ou dessin idéographique, etc.).
  • Lettre indiquant la couleur (r = rose, a = azur, etc.), souvent visible dans la marge ou sous la peinture d’un fond d’image.
  • Trait tracé dans la place réservée pour une initiale sur deux, afin d’assurer l’alternance de deux couleurs.
  • Tache de couleur tracée comme indicateur chromatique.
  • Chiffres romains tracés à côté d’une initiale indiquant le nombre d’initiales dans un cahier ou sur un bifolio.
  • Signatures ou marques d’assemblage sur les feuillets de la première moitié d’un cahier tracées à l’intention du peintre.
  • Comptes pour le paiement.

Éventuellement doivent être signalés ces cas exceptionnels : image rapportée, bois gravé et collé à la place d’une miniature, incunable enluminé, copie manuscrite d’un incunable.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *