Le recensement des inventaires de livres entre Moyen Âge et Humanisme

De Gottlieb à R.I.Ca.Bi.M. : Le cas italien

Giovanni FIESOLI (14 décembre 2006)

De tous côtés, on ressent de plus en plus la nécessité de disposer d’un répertoire des inventaires de patrimoines livresques rédigés du Moyen Âge au seuil de l’époque moderne, capable d’englober tout l’Occident latin. La monographie du codicologue viennois Theodor Gottlieb, Über mittelalterliche Bibliotheken, Leipzig, 1890 (réimpr. anast. Graz, 1955), qui est de fait l’unique recensement, sous forme de régeste ou de notice brève, de dimension universelle, non seulement pour le grand nombre d’aires géographiques concernées, mais aussi pour le large éventail de typologies documentaires prises en compte (des inventaires et catalogues proprement dits aux sources archivistiques comme les testaments, les actes de donation, d’achat, etc.), méritoire et digne de la plus vive admiration, a néanmoins besoin, désormais, d’addenda et corrigenda. En outre, l’attitude du chercheur moderne à l’égard de la recherche sur le livre ancien a profondément changé : le changement de sensibilité, la confrontation entre pratiques méthodologiques différentes (codicologique, paléographique, philologique, historique), l’augmentation exponentielle d’éditions et rééditions de la documentation proprement dite comme d’études spécifiques consacrées à la genèse, au développement progressif et à la dispersion éventuelle de collections anciennes de livres, imposent un réexamen attentif de la question. Mettant à profit l’entreprise pionnière de Gottlieb, en y joignant les éléments en notre possession, fruits d’un travail de dépouillement bibliographique qui a duré plus d’une décennie, avec l’aide d’instruments informatiques capables de donner une forme à une banque de données souple, nous avons eu l’idée de construire le « Repertorio degli Inventari e dei Cataloghi delle Biblioteche Medievali » (désigné par commodité par l’acronyme R.I.Ca.Bi.M), destiné à couvrir tout l’Occident latin à partir des attestations documentaires les plus anciennes du haut Moyen Âge jusqu’à 1520, date conventionnelle qui marque de fait, en particulier dans la péninsule italienne, l’éclipse définitive du livre manuscrit au profit du livre imprimé.

La réalisation de ce catalogus catalogorum, pour ainsi dire, presque terminé pour l’Italie (plus de 7 000 attestations documentaires recensées), et déjà engagé pour les autres pays par la saisie des fiches descriptives prenant pour point d’appui les catalogues de bibliothèques les plus importants (2 000 autres fiches, soit en tout 9 000 enregistrements), constitue le premier pas vers la construction d’un corpus organique des inventaires médiévaux et humanistiques, aussi bien italiens que non italiens, qui manque encore aujourd’hui.

Quelques chiffres peuvent donner une notion plus exacte de l’importance des éléments recueillis jusqu’à présent : à ce jour, nous avons réuni plus de 25 000 témoignages utiles à la construction du répertoire, dont plus d’un tiers environ, comme on vient de le dire, est déjà présent dans la banque de données (le reste constitue le noyau d’un fichier pour le moment autonome, destiné à être versé progressivement dans la banque de données, après une opération attentive de passage au crible, et des vérifications aussi sur les documents originaux). Ces témoignages sont le produit du dépouillement systématique de plus de 3 000 contributions bibliographiques, couvrant plus d’un siècle de recherches consacrées au patrimoine des bibliothèques médiévales et d’époque humanistique (on a pris pour terminus post quem 1890, l’année de publication du recensement de Gottlieb). Par conséquent, on a cru opportun de concentrer la première phase du travail précisément sur la réécriture des 1391 fiches dont se compose l’œuvre de Gottlieb : opération qui a de fait provoqué en plus d’un cas un profond « séisme », particulièrement dans le domaine des attributions, de la datation et de l’indication des sources transmettant les documents.

Étant donné la grande quantité d’informations documentaires rassemblées, la SISMEL a jugé utile de procéder à la construction d’une base de données susceptible de permettre la saisie, la gestion et l’utilisation de la masse d’informations de la façon la plus directe possible, et qui réponde en outre aux exigences scientifiques et de recherche, tenant compte en particulier des stratégies informatiques et des choix formels, déjà expérimentés avec d’excellents résultats pour les sections « Biblioteche medievali » et « Cataloghi di manoscritti » comprises dans Medioevo Latino. Bollettino bibliografico della cultura europea da Boezio a Erasmo (secoli VI-XV) : R.I.Ca.Bi.M. se présente du coup comme une banque de données flexible et dynamique qui contribue à la réalisation d’une « métadonnée » (les ramifications de Medioevo Latino, arbre qui plonge ses racines, évidemment, dans les œuvres et les auteurs). On a de ce fait cru opportun de mettre au point un système de recherche répondant non seulement aux exigences techniques d’un éventuel expert chargé de la saisie de nouvelles données, mais aussi de n’importe quel utilisateur potentiel extérieur, indépendamment de son niveau de connaissances en la matière ; d’où la réalisation d’un répertoire informatisé capable de donner une description analytique du document recherché et, en même temps, selon les exigences de celui qui l’interroge, de constituer un instrument répondant rapidement.

La caractéristique essentielle de notre répertoire, qui le distingue dans le panorama actuel, est d’être une banque de données « ouverte », en dialogue continuel avec les autres banques de données qui gravitent autour de la Rédaction du Bulletin susmentionné. En effet, une fois achevée la phase de saisie, on procédera à la lecture analytique de chaque item dont l’inventaire est composé, de façon à le « lier » avec les lemmes auteurs/œuvres de Medioevo Latino. En outre, ce répertoire se caractérise par deux traits dignes d’attention :

  • la vaste gamme de typologies documentaires recensées, sous le signe de Gottlieb ;
  • l’archivage de l’éventuel destinataire/bénéficiaire de la collection de livres (qu’il s’agisse d’une personne morale ou d’une personne physique), qui permet de mettre pleinement en valeur l’aspect dynamique de la circulation des livres, dans les cas où se surajoutent des typologies particulières mais assez récurrentes comme les legs testamentaires, les donations, les prêts (ces derniers compris aussi dans l’acception institutionnelle, c’est-à-dire comme des registres tenus, mis à jour et utilisés dans ce but), les actes de mise en gage, etc. Poussés par la conviction qu’il est nécessaire d’arracher l’inventaire de livres, surtout s’il est d’époque très ancienne, à l’état de « pièce fossile muette et traîtresse », dans lequel certaine tendance répandue dans nos études tend encore à le placer, dans une optique « codicocentrique », notre Repertorio veut être un instrument flexible et donc capable de reparcourir, le plus loin possible, l’histoire d’un bien livresque ou plus généralement de fonds entiers, fournissant de cette façon des éléments concrets pour remonter historiquement aux événements qui ont conduit à la dispersion progressive ou à des changements de propriétaire.

Poursuivant ces objectifs, dans une perspective « catalogocentrique » renouvelée et mise à jour, nous avons le sentiment d’accomplir le premier pas, décisif, dans la direction que déjà Giorgio Pasquali avait indiquée en 1934, lançant un appel désolé depuis les pages magistrales de la Storia della tradizione e critica del testo : « Le temps est venu désormais d’un recueil systématique et complet de tous les catalogues médiévaux de bibliothèques. Il est même surprenant que cette œuvre ne soit pas déjà faite, parce que là, les intérêts de l’antiquisant coïncident avec ceux du médiéviste, qui veut savoir quels livres pouvaient être lus à une époque donnée dans une région culturelle donnée » (p. 168). Notre Repertorio veut donc être un instrument nouveau, réalisé avec des techniques informatiques, et par là modernes, au service d’un avertissement ancien, et pourtant peu écouté.

Giovanni FIESOLI (SISMEL)

N.B. Cette communication a été publiée en 2007 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/bibliotheques/fiesoli-ricabim.htm).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *