Les inventaires des bibliothèques médiévales en ligne

De R.I.Ca.Bi.M. à la Biblioteca Digitale Italiana

Paola MASSALIN (14 décembre 2006)

À partir du projet R.I.Ca.Bi.M, la SISMEL a développé, à la demande de la Direzione Generale per i Beni Librari e gli Istituti Culturali (DGBLIC) du Ministère pour les biens et les activités culturelles, un projet consacré exclusivement aux inventaires édités des bibliothèques médiévales italiennes. Se pliant aux exigences de l’institution, de rendre disponible sur son portail une banque de données de ressources numérisées de nature et de provenance diverses, la SISMEL a concentré son attention sur la numérisation et la mise en ligne des images des inventaires eux-mêmes.

Cette vaste campagne de numérisation a concerné principalement la Biblioteca di Cultura Medievale, qui conserve le patrimoine livresque de la Fondazione Ezio Franceschini et de la SISMEL, mais aussi dans une large mesure la Biblioteca Nazionale Centrale de Florence et la Biblioteca Umanistica de la Faculté des Lettres et Philosophie de Florence. On a réuni environ 15 000 images de documents complètement ou partiellement édités contenant des indications sur des livres ; en revanche, n’ont pas été retenus les introductions, commentaires, index éventuels etc.

Les inventaires qui seront publiés d’ici la fin de l’année sur le site www.internetculturale.it sont au nombre de 4 000 environ.

Pour permettre l’exploitation de telles images, on a créé une structure informatique adaptée, intégrée à la base de données R.I.Ca.Bi.M, avec une interface web pour la recherche, la visualisation et l’étude des données et des images. Parmi les champs de la fiche de description de R.I.Ca.Bi.M, on n’a conservé que l’essentiel : Édition, Localisation, Possesseur (Personne morale ou Personne physique), Date et Sources manuscrites ; on peut faire des recherches sur tous ces champs. La réalisation du projet « Inventari delle Biblioteche Medievali Italiane » a constitué une impulsion supplémentaire pour développer quelques réflexions méthodologiques sur le traitement et la normalisation des données, déjà affrontées lors de la réalisation de R.I.Ca.Bi.M, et qui ont trouvé là de nouvelles possibilités d’approfondissement. Il s’agit de questions qui demeurent ouvertes, en ce qui concerne en particulier le traitement des données onomastiques et les typologies documentaires qui seront l’objet de discussions dans ce séminaire.

Paola MASSALIN (Società Internazionale per lo Studio del Medioevo Latino − SISMEL)

N.B. Cette communication a été publiée en 2007 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/bibliotheques/massalin.htm).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *