Inventaires anciens et nouvelles technologies

Sanderus electronicus, l’édition électronique de la Bibliotheca Belgica Manuscripta (1641-1644)

Lucien REYNHOUT (14 décembre 2006)

Le projet « eBBM : Sanderus electronicus » a pour objet de réaliser l’édition électronique de la « Bibliotheca Belgica Manuscripta » (1641-1664) d’Antonius Sanderus, ce « catalogue collectif » de manuscrits rédigé vers le milieu du XVII siècle. La méthodologie d’édition électronique fondée sur le principe des documents structurés XML, si elle est déjà largement utilisée pour d’autres types de sources anciennes, n’a jamais été appliquée aux catalogues anciens de manuscrits. Le projet suppose l’encodage et le balisage du texte de la « BBM », la numérisation de cette source en mode images et la construction d’une base de données et d’un moteur de recherches permettant de retrouver une information, non pas brute, mais analysée scientifiquement et indexée. Les principaux critères de ces recherches sont le propriétaire de la collection ancienne, son statut (clergé séculier, ordre religieux, laïc) et celui de sa bibliothèque (bibliothèque d’institution ou de particulier), la date du catalogue, mais surtout les auteurs et les œuvres qui y sont recensés, ainsi que les références aux manuscrits subsistants. L’édition électronique est alors susceptible de devenir un véritable outil heuristique pour retrouver trace des œuvres et des manuscrits qui peuplaient les bibliothèques médiévales des anciens Pays-Bas méridionaux, au moins dans l’état qui était le leur au temps de la Contre-Réforme. Mais, au-delà du cas particulier de l’œuvre de Sanderus, cette méthodologie, qui ne va pas sans difficultés théoriques – dont certaines sont évoquées ici – pourrait être appliquée à d’autres types de catalogues anciens de bibliothèques. Ainsi, le projet « Sanderus electronicus » ouvre-t-il la possibilité de collaborations internationales dont le but serait la définition d’un modèle unique de balisage du texte des inventaires anciens et la constitution de méta-moteurs de recherche permettant l’interrogation simultanée des différents corpus nationaux d’inventaires médiévaux.

Origine du projet

Le 5 novembre 2004, l’Académie royale flamande de Belgique organisait une journée d’études consacrée aux « Bibliothèques et listes de livres médiévales dans les Pays-Bas méridionaux ». Cette réunion marquait le quasi-achèvement du Corpus Catalogorum Belgii (CCB), l’édition nationale des inventaires médiévaux de bibliothèques de Belgique. Sollicité par les organisateurs de cet événement, l’auteur de ces lignes se mit en devoir de proposer une réflexion sur l’informatisation des inventaires médiévaux1. Ce n’était pas tant céder à la « mode informaticienne » que montrer tous les avantages des techniques de l’information et de la documentation pour l’heuristique des sources anciennes. Encore fallait-il cerner les besoins informatiques spécifiques du domaine d’étude des inventaires médiévaux de bibliothèques, et repérer les technologies les plus appropriées à les rencontrer.

L’essentiel du propos consistait à montrer la distinction entre trois types d’outils informatiques susceptibles d’être utilisés – et dont certains sont déjà largement exploités – dans l’approche des sources anciennes et singulièrement des inventaires anciens de bibliothèques. À ce titre, nous distinguions les « répertoires électroniques », les « fac-similés électroniques » et les « éditions électroniques ». Derrière cette nomenclature métaphorique se cachent des outils dont les deux premiers répondent à des technologies couramment utilisées et le troisième constitue, nous semble-t-il, une innovation méthodologique, sinon tout à fait technologique.

Le répertoire, qu’il soit électronique ou non, est une base de données c’est-à-dire un « ensemble de données logiquement reliées entre elles et accessibles au moyen d’un logiciel spécialisé2 ». Typiquement, une base de données sert à classer et retrouver des données qui constituent ensemble une description totale ou partielle d’un univers de choses, de faits ou de connaissances : l’inventaire d’un magasin, un carnet d’adresses, le catalogue d’une bibliothèque… La base de données, le répertoire donc, ne permet pas de rendre compte d’une réalité de nature textuelle comme le sont les sources anciennes, même si celles-ci contiennent aussi des informations et des données implicites non réductibles à de simples unités lexicales. Dans notre domaine, le répertoire électronique sert donc à recenser les sources elles-mêmes (les catalogues médiévaux), les documents (manuscrits, documents d’archives) qui nous les transmettent et les bibliothèques dont elles décrivent le contenu, ainsi parfois que les livres encore conservés de ces bibliothèques (cotes modernes de manuscrits). Pour rendre compte de la nature textuelle de nos sources anciennes, on peut évidemment passer au stade du « fac-similé électronique », c’est-à-dire une collection d’images numériques reproduisant fidèlement le document qui porte cet inventaire. Le problème de l’image numérique est qu’elle reproduit la source par un procédé algorithmique, mais ne rend pas compte – si ce n’est par un visionnement empirique par l’être humain – ni des informations contenues dans la source, ni de la structure de celle-ci. Pour combiner les avantages de ces deux techniques, base de données et images numériques, tout en conservant le caractère textuel de nos sources, il faut finalement passer à une « édition électronique » qui propose le texte de la source dans un format lisible par machine (texte encodé). On peut ainsi espérer retrouver des éléments textuels dans la source elle-même. Mais si l’on s’en tient à scanner celle-ci et même si l’on parvient à « l’océriser » (c’est-à-dire à lui appliquer un logiciel de reconnaissance optique de caractères qui « interprétera » par algorithme l’image en un texte suivi lisible par machine), on n’aura jamais à faire qu’à un texte « au kilomètre », informe et impossible à interroger autrement que sur des chaînes de caractères, moyen d’accès à l’information pauvre et générateur de beaucoup de « bruit » informationnel. Nous proposions donc, lors du colloque de 2004, d’évoluer vers une édition électronique fondée sur le concept de document structuré. Une page HTML, un document créé à l’aide d’un traitement de texte sont des documents structurés. Mais cette structuration est généralement minimale, permettant seulement une mise en page adaptée aux besoins de la publication en ligne. Il est donc difficile, voire impossible, de rechercher dans ces documents, comme on peut le faire dans des bases de données documentaires, une information répondant à des critères de recherche précis. À rechercher donc aussi bien le texte complet de l’inventaire ancien que, par exemple, des titres d’œuvres, des noms de personnes et de lieux… Ceci suppose donc de structurer le texte de la source sur un mode « sémantique » permettant de rechercher non seulement de l’information littérale, explicite, mais aussi des types d’information qui ne s’y trouvent pas explicitement formulés et que l’analyse du document par un scientifique a permis de mettre en évidence et d’indexer. Pour arriver à ce résultat, on peut avoir recours au langage de balisage XML dérivé des langages de structuration des documents SGML – principalement utilisé dans le monde de l’édition – et HTML qui en est le sous-produit « appauvri ».

Notre contribution à la journée d’étude du 5 novembre 2004 comportait donc une réflexion théorique sur la définition des structures d’un document XML appliqué à l’édition des inventaires anciens. On en serait sans doute resté à ce stade théorique si l’un des participants à la journée d’étude ne nous avait lancé une amicale provocation. C’est à notre collègue et compatriote Thomas Falmagne que nous devons l’idée première du projet Sanderus electronicus. À l’issue de la journée d’étude, lors d’une discussion enthousiaste, il nous proposa en effet de tenter un essai d’édition électronique des inventaires anciens en « essuyant les plâtres » sur la Bibliotheca Belgica Manuscripta (1641-1644) d’Antonius Sanderus (BBM).

1 – Frontispice d’un exemplaire conservé à la Bibliothèque royale de Belgique © Bibliothèque royale de Belgique, 2006.

1 – Frontispice d’un exemplaire conservé à la Bibliothèque royale de Belgique © Bibliothèque royale de Belgique, 2006.

2  – Antonius Sanderus (1586-1664) © Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, 2006.

2 – Antonius Sanderus (1586-1664) © Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, 2006.

Cette source d’époque baroque [ill. 1] peut paraître éloignée du monde des bibliothèques médiévales. Mais cet éloignement est relatif, puisqu’elle est très connue des spécialistes de l’histoire des bibliothèques « belges » d’Ancien Régime qui y cherchent le plus souvent confirmation de la présence dans les bibliothèques du XVIIe siècle de tel ou tel manuscrit médiéval, éventuellement encore conservé dans une bibliothèque patrimoniale actuelle. Dans l’histoire des bibliothèques médiévales, cette source est donc un « chaînon manquant » entre l’état médiéval et la préservation actuelle des collections de ces bibliothèques anciennes. Ceci justifiait pleinement de s’attaquer d’abord à elle pour expérimenter le concept d’édition électronique. Mais à la suite du colloque de novembre 2004, le projet doit encore beaucoup à la confiance des autorités de la Bibliothèque royale de Belgique. Soutenu par elles, nous avons obtenu un subside de la Politique Scientifique Fédérale belge pour l’engagement d’un chercheur pendant deux ans, ce qui a permis de démarrer concrètement le projet. Malheureusement, ce subside ne couvre pas l’engagement d’un informaticien, ce qui a eu pour conséquence de cantonner jusqu’à présent le projet presque exclusivement à sa dimension proprement scientifique. Il n’empêche que le projet « eBBM : Sanderus electronicus », comme nous l’avons intitulé, constitue un projet pilote. Certes, l’édition électronique de documents structurés XML n’est pas en soi une nouveauté3. On publie sur Internet de vastes corpus d’œuvres littéraires ou des sources documentaires anciennes (chartes, inscriptions…). Jamais pourtant on n’avait appliqué cette méthode à des sources du type des inventaires médiévaux. En fait, l’innovation est moins technique que typologique et méthodologique : les types d’information que l’on veut mettre en évidence, indexer et retrouver peuvent varier considérablement d’une classe de documents à l’autre. Et il y a donc tout un travail d’analyse de la structure type des documents à éditer électroniquement et des données qu’il faut pouvoir y retrouver.

La Bibliotheca Belgica Manuscripta de Sanderus

La Bibliotheca Belgica Manuscripta constitue dans l’histoire des bibliothèques belges – et même de celles du Nord de la France – ce chaînon manquant que nous évoquions plus haut. Mais elle est aussi un instrument d’un maniement difficile. Et cette difficulté est le fruit à la fois de l’histoire des Pays-Bas espagnols en ce milieu du XVIIe siècle et de la personnalité de son compilateur.

L’homme [ill. 2] lui-même est un « original ». Chanoine et écolâtre d’Ypres, Antonius Sanderus, ou Antoon Sanders (1586-1664), est avant tout un polygraphe et un polémiste. Auteur de poésies et d’ouvrages historiques, comme sa Flandria illustrata (1641-1644), il s’adonne aussi bien à la polémique, comme dans ses Dirae in iconoclastas (1618), qu’à l’édition textuelle (comme les Censoria de Salvien de Marseille, publiés par lui sous le pseudonyme Osiander Stuannus, à Bruxelles en 1647…) ou, comme dans le cas qui nous occupe, à l’érudition que l’on qualifierait aujourd’hui de « bibliothéconomique », voire de « codicographique ». Cette dernière n’est d’ailleurs pas exempte de préoccupations religieuses militantes, puisqu’il s’agissait aussi de retrouver des textes, patristiques notamment, susceptibles d’alimenter la Contre-Réforme. Enfin, le souci philologique n’était pas absent de cette entreprise, puisqu’il y avait aussi le désir de trouver dans cette masse documentaire des textes inédits à publier4. En 1635, Sanderus envoie une série de missives à ses correspondants dans différentes parties de la Belgique actuelle et du Nord de la France – qui ne sera définitivement rattaché au Royaume de France qu’en 1713 au traité d’Utrecht – pour obtenir des listes de livres. Si certaines réponses furent enthousiastes, d’autres seront plus tièdes, voire de véritables fins de non-recevoir.

3  – Localisation des bibliothèques de la BBM © Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, 2006.

3 – Localisation des bibliothèques de la BBM
© Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, 2006.

En définitive, les manuscrits de 33 maisons religieuses, 5 chapitres séculiers, 3 institutions universitaires de Louvain, 3 bibliothèques municipales et 14 particuliers s’y trouvent recensés [ill. 3]. Il n’est pas sûr que tous ces correspondants aient établi eux-mêmes les inventaires compilés dans la Bibliotheca Belgica Manuscripta et l’on a même quelques indices que certains parmi ceux-ci étaient plus anciens, voire nettement plus anciens. Les méthodes catalographiques utilisées – si l’on peut même parler de « méthode » parfois – sont en tout cas extrêmement disparates, tant en ce qui concerne les critères de sélection et de classement des manuscrits décrits, que la profondeur de la description, certaines listes se contentant de citer des titres, voire simplement des auteurs, quand d’autres donnent une description détaillée des exemplaires que les catalographes devaient avoir eux-mêmes sous les yeux. Mais la catalographie ancienne nous a habitués à ce genre de disparités. Tout cela ne serait sans doute rien si la BBM contenait des index, ce qui n’est malheureusement pas le cas. Cela rend toute heuristique empirique et assez aléatoire. C’est d’autant plus préjudiciable qu’une première estimation nous permet de fixer à environ 15 000 le nombre de titres mentionnés dans les quelque soixante catalogues de la BBM. Cette source indispensable pour l’histoire des bibliothèques belges attendait donc un instrument scientifique « correctif » permettant un accès méthodique à l’information qui y est contenue. C’est l’espoir de l’équipe du projet eBBM : Sanderus electronicus de fournir à la communauté scientifique un tel instrument sous la forme, précisément, d’une édition électronique…

Objectifs du projet

L’objectif majeur du projet est en effet la création d’une édition électronique de la Bibliotheca Belgica Manuscripta. Mais, en réalité, cela va beaucoup plus loin qu’une simple mise en ligne du texte, éventuellement balisé pour en permettre une mise en page automatique, comme c’est souvent le cas d’œuvres littéraires encodées et balisées en XML en vue de leur édition électronique. Il faudra donc y ajouter des instruments plus élaborés. Outre un corpus d’images numériques de la source elle-même, page par page – comme c’est naturellement le cas pour toute édition numérique d’une source ancienne –, on devra aussi développer des instruments permettant de rechercher l’information explicite et implicite contenue dans le texte de la source. L’image deviendra alors un outil de lecture de celle-ci, mais l’instrument heuristique essentiel sera constitué par le texte balisé et indexé et par le moteur de recherches. À l’arrière-plan de celui-ci se trouvera d’ailleurs une base de données relationnelle. Différents critères permettent en effet de caractériser un catalogue ancien et son contenu : qui en est le propriétaire, quel est le statut de celui-ci (clergé séculier, ordre religieux, laïc) et de sa bibliothèque (bibliothèque d’institution ou de particulier), quelle est la date du catalogue, quels auteurs et quelles œuvres y sont recensés, quels manuscrits subsistants peuvent être identifiés comme des entrées de cet inventaire… Ces critères de recherche doivent pouvoir être interrogés séparément ou croisés selon la fameuse logique booléenne, bien connue des familiers des bases de données.

Mais au-delà du cas particulier de la BBM, le projet vise aussi à étudier les aspects théoriques et méthodologiques de la structuration de l’information dans tous les types d’inventaires médiévaux, de manière à produire un modèle générique, à la fois le plus simple à manier et le plus global possible, en vue d’une éventuelle édition électronique collective des inventaires médiévaux.

Si le subside se limite à l’engagement d’un chercheur – ce qui n’est déjà pas mal ! –, des vacataires ont toutefois été engagés durant l’été 2006 pour réaliser le site web du projet (fonctionnant actuellement en intranet protégé par un mot de passe) et le répertoire électronique des bibliothèques recensées. Des collaborations également sont envisagées, avec le Centre National de Recherches d’Histoire Religieuse (Bruxelles) par exemple, pour la rédaction des notices historiques sur ces bibliothèques, ou avec le Centre International de Codicologie dont le projet CICweb de recensement des manuscrits conservés dans les institutions patrimoniales de la Communauté française de Belgique est tout à fait complémentaire du Sanderus electronicus. Et une collaboration avec l’IRHT est bien sûr ardemment souhaitée…

Les réalisations

Le travail déjà réalisé comporte pour l’essentiel l’encodage et la numérisation de la source, ainsi que la construction du site web du projet, pour ce qui ne touche pas en tout cas au fichier maître XML balisé (texte de la source), aux index informatisés de celui-ci et au moteur de recherche, qui sont encore à construire et demanderont une longue phase de développement.

La première étape majeure du processus a consisté dans l’encodage manuel des quelque 650 pages de la BBM. On n’a pu éviter, malheureusement, de procéder de la sorte parce que des essais de scannage et d’ « océrisation » du texte se sont révélés fort décevants. En effet, la qualité graphique médiocre des éditions de la BBM ne permet pas un taux de reconnaissance suffisant du texte, et même la mise en page de l’édition de Lille ne peut être générée automatiquement en format informatique par ce procédé. Bien sûr, une fois ce premier texte encodé, toutes les relectures et vérifications philologiques utiles ont été effectuées. On précisera en outre que l’on a respecté autant que faire se pouvait les graphies de l’original – sauf à résoudre les abréviations –, ainsi que les sauts de lignes et de pages. Ce dernier point s’avérera très important pour référencer automatiquement les résultats des requêtes. Pour faciliter l’interrogation en mode « plein texte », les formes du texte feront également l’objet, dans des fichiers annexes de conversion graphique, d’une « vedettisation » suivant l’orthographe latine « classique ».

Par ailleurs, le projet a pu bénéficier de la collaboration gracieuse du Service photographique de la Bibliothèque royale de Belgique qui a numérisé l’ensemble des doubles pages de la BBM en 300 dpi au format TIFF. On a ensuite effectué une conversion au format JPEG, 672 × 900 pixels, et un redimensionnement des images pour permettre l’affichage en mode « page à page ». Pour visionner séquentiellement les images numérisées de la BBM, un petit script de balayage, utilisé pour le site web de la Bibliothèque royale, a été adapté pour le feuilletage de la banque d’images. Mais le résultat produit n’est guère satisfaisant et il faudra sans doute en écrire un autre plus sophistiqué au moment où le développement informatique du projet pourra vraiment démarrer.

Le fichier textuel de base a d’ores et déjà bénéficié d’un balisage préliminaire. Il s’agissait d’y introduire la balise provisoire « <opus></opus> ». Celle-ci a pour fonction première d’isoler les entités « auteur – titre d’œuvre » qui serviront de base à l’indexation. Depuis la présentation du présent exposé à l’IRHT en décembre 2006, on a déjà appliqué à ce fichier un programme d’extraction et de référenciation (numérotation) du contenu de cette balise. L’ensemble, dûment référencé, a été importé dans un tableur, préfiguration de l’une des tables de la future base de données relationnelle. Grâce à ce premier outil informatique qui permet des recherches simples et des tris, le chercheur engagé sur le projet pourra assez aisément – du point de vue informatique s’entend ! – procéder à la lemmatisation des entrées d’inventaire. À terme, ce travail débouchera sur les précieux index automatisés des œuvres signalées dans la BBM, objectif essentiel du projet. La première phase de cette lemmatisation consiste à attribuer aux entrées extraites du fichier de base une série de mots-clés. Ces « vedettes » provisoires permettront de trier les entrées par noms d’auteurs, de manière à traiter celles-ci par lots et ainsi à raccourcir le temps d’analyse intellectuelle nécessaire en envisageant en une fois l’identification et les problèmes de critique d’attribution d’un même auteur. L’établissement d’un système cohérent et uniforme de lemmes pour les index automatiques est lié à ce travail, mais doit plutôt intervenir à la fin du processus. Il s’inspirera de l’acquis des grands corpus biobibliographiques des littératures antiques et médiévales, grecque, latines et vernaculaires5.

Une autre réalisation à mettre à l’actif du projet est la conception et la réalisation de la structure globale du site web. Celui-ci contiendra non seulement l’information scientifique autour de la BBM, mais aussi le texte complet de la source, les images numérisées de celle-ci, les outils de feuilletage et de recherche de l’information dans le livre de Sanderus (logiciel de balayage, index automatisés et moteur de recherche). Le bandeau du site (dans sa version française) en donne déjà une idée [ill. 4a], mais un organigramme en explicite davantage la structure [ill. 4b].

4a – Bandeau de navigation du site web du projet eBBM : Sanderus electronicus © Bibliothèque royale de Belgique, 2006.

4a – Bandeau de navigation du site web du projet eBBM : Sanderus electronicus
© Bibliothèque royale de Belgique, 2006.

4b – Structure du site web du projet eBBM – Sanderus electronicus.

4b – Structure du site web du projet eBBM – Sanderus electronicus.

On y navigue de la manière suivante : l’accès se fait par une page d’accueil où l’utilisateur choisit une langue de travail (on a opté pour un site en quatre langues, à savoir les trois langues officielles pratiquées en Belgique et l’anglais). Une page d’accueil explique globalement les tenants et aboutissants du projet. À partir de là, on peut visionner un texte d’introduction où l’histoire et la problématique scientifique de la BBM sont globalement expliquées. Une autre page donne accès à l’interface de consultation de la base de données des bibliothèques du « Sanderus ». L’outil a été développé au mois d’août 2006 par un étudiant vacataire, mais toutes les notices n’en sont pas encore rédigées ! On peut enfin parcourir la BBM en mode « images numérisées ». Les pages permettant le défilement du texte encodé et d’interroger la base de données via un formulaire de requêtes sont encore vides actuellement. Il est à noter que les différentes pages de ce site recoupent les trois grands types d’instruments évoqués plus haut : le répertoire, le fac-similé et l’édition électroniques.

Ce qu’il reste à réaliser…

Il reste encore plusieurs tâches importantes à réaliser sur les deux volets du projet. Pour le versant scientifique, ce sont la rédaction et la traduction des notices historico-bibliographiques sur les bibliothèques de la BBM, la finalisation de la vedettisation préliminaire – toujours en cours au mois de mai 2007 –, ainsi que l’identification critique et la lemmatisation définitive des « opus » extraits du fichier de base. Pour la partie informatique, il y aura la définition de la DTD (Document Type Definition) du fichier maître XML – qui procède de l’analyse structurelle de la source, nous en reparlerons plus loin – et le balisage définitif suivant la structure ainsi définie, incluant en autres des balises « système » (comme, par exemple, la division en pages et lignes, la séparation entre les différents catalogues, etc.).

Définir la structure des données

Un autre chantier extrêmement important est la conception et le développement de la base de données relationnelle qui contiendra l’essentiel des informations factuelles à propos des bibliothèques et des inventaires du corpus ou extraites de la source elle-même, comme les noms d’auteurs et les titres d’œuvres qui auront été lemmatisés par le chercheur. Et bien sûr la réalisation d’un moteur de recherche booléen pour interroger la BBM électronique sous les différents critères évoqués précédemment.

La « DTD » ou Document Type Definition est, dans les documents structurés SGML et XML, le fichier informatique décrivant le « modèle » du document, soit la structure logique et sémantique des informations qui s’y trouvent, et donnant la définition de ses éléments constitutifs et de leurs attributs. Sous réserve de la nuancer par une analyse plus fine, la structure générale du fichier maître de la BBM balisée sera la suivante [ill. 5] :

5  – Structure de base du fichier maître XML.

5 – Structure de base du fichier maître XML.

Dans la source, on trouve à la suite les uns des autres plusieurs catalogues dont chacun contient plusieurs entrées d’inventaires correspondant chacune à au moins un « opus », c’est-à-dire une mention « auteur – titre ». Nous avons préféré regrouper l’auteur et le titre de son œuvre dans une seule balise plutôt qu’en deux pour éviter d’isoler deux informations aussi étroitement liées, ce qui serait préjudiciable au bon fonctionnement du moteur de recherche. C’est dans la base de données que seront codés l’ensemble des problèmes de critique d’attribution tels que l’identification de l’auteur, l’authenticité de l’attribution de l’œuvre, le renvoi des pseudépigraphes à l’auteur authentique réel ou conjecturé, les œuvres complexes comme les traductions ou les commentaires (il y a là nécessité de signaler l’auteur et le traducteur ou le commentateur comme autant d’entrées distinctes de l’index automatisé). Les noms d’auteurs et les titres y seront traités comme des informations distinctes, mais liées, et des renvois se feront par codage aux numéros des « opus » du fichier maître.

Cette structure de base est partagée par tous les inventaires présents dans le recueil du chanoine d’Ypres. Même s’il y a des listes de types différents, comme des catalogues alphabétiques, des catalogues systématiques et de simples inventaires, il n’y a pas d’exemple de listes plus atypiques, comme des catalogues collectifs par exemple. Il y a toutefois un exemple de catalogue double6 qui appellera un traitement un peu particulier, puisque chaque « opus » apparaît deux fois au gré de l’index joint par le catalographe à l’inventaire principal. Toutefois, la structure interne des catalogues peut varier sensiblement, ce qui compliquerait sans doute la structuration du fichier maître et la définition de la DTD si l’on devait en rendre compte dans tous ses détails. Ainsi, certains catalogues systématiques présentent-ils, outre la division en entrées et « opus », les subdivisions matérielles (en pupitres ou armoires) ou intellectuelles (classifications en domaines du savoir) de la bibliothèque correspondante. On n’en a donc délibérément pas tenu compte. De même, on n’a pas préjugé de l’entité à laquelle correspondait l’entrée d’inventaire, ce qui « se cachait » derrière la notice catalographique : un « livre », un « volume », un « manuscrit », un simple « titre » (sans parler des fameuses « unités codicologiques » chères à J.-P. Gumbert7 ). C’est pourquoi l’entrée d’inventaire revêt pour nous une définition en quelque sorte « négative », axée sur l’ « intention » du catalographe : est entrée d’inventaire dans la BBM toute description de type bibliographique que le catalographe ancien a délibérément distinguée des autres entrées d’un même catalogue par un moyen quelconque (verbal, symbolique, graphique…). Si générique qu’elle paraisse, cette manière d’isoler les entrées d’inventaires laisse tout de même quelques problèmes en suspens.

Cas particuliers

6 – Exemple de notice catalographique de la BBM, catalogue de l’abbaye des Dunes © Bibliothèque royale de Belgique, 2006.

6 – Exemple de notice catalographique de la BBM, catalogue de l’abbaye des Dunes © Bibliothèque royale de Belgique, 2006.

7 – Exemple de notice catalographique de la BBM, catalogue des manuscrits de Loos © Bibliothèque royale de Belgique, 2006.

7 – Exemple de notice catalographique de la BBM, catalogue des manuscrits de Loos © Bibliothèque royale de Belgique, 2006.

Dans le cas illustré ici [Ill. 6], le nom de l’auteur « ALBERTANUS Brixiensis » est en fait une rubrique intermédiaire dans un catalogue alphabétique. Elle est suivie par trois titres d’œuvres du fameux juriste italien du XIIIe siècle. Implicitement, pour le catalographe ancien, la mise en page signifie que le nom de l’auteur mis en rubrique s’appliquait à chacun des trois titres d’œuvres, mais si on le considère du seul point de vue du balisage, au meilleur des cas il fait partie du premier « opus » seulement, et au pire, on peut même considérer qu’il est extérieur aux mentions d’opus, puisqu’il constitue une simple vedette de classement ! Cela signifie que les lemmes de la base de données renverront à des « opus » dont le nom de l’auteur, pourtant parfaitement identifié, est en quelque sorte « absent » ou du moins « extérieur ».

Dans le cas suivant [Ill. 7], l’entrée d’inventaire est clairement identifiée par la numérotation en chiffres romains. Or, la notice catalographique contient plusieurs « opus ». Compte tenu de la mise en page caractéristique, on aura naturellement tendance à associer la cote moderne du manuscrit correspondant (si on l’a identifié) à l’entrée d’inventaire plutôt qu’aux « opus ». Pourtant c’est bien à ceux-ci qu’on doit l’associer dans de nombreux autres cas, notamment dans celui des inventaires simples ou des catalogues alphabétiques, où l’on n’a le plus souvent qu’une liste de titres sans détails bibliographiques permettant d’identifier de véritables « exemplaires ».

2 entrées, chaque fois un opus = 3 exemplaires, dont 1 partiel, en respectivement 2 tomes in folio, 3 tomes in quarto, et 1 tome in quarto.

2 entrées, chaque fois un opus = 3 exemplaires, dont 1 partiel, en respectivement 2 tomes in folio, 3 tomes in quarto,
et 1 tome in quarto.

1 entrée = 3 opera = 1 unité codicologique = 3 volumes = de1 à 3 cotes de mss différentes (Brugge, Groot-Seminarie Mss 157/188, 158/189, 159/190, XVe siècle).

1 entrée = 3 opera = 1 unité codicologique = 3 volumes = de1 à 3 cotes de mss différentes (Brugge, Groot-Seminarie Mss 157/188, 158/189, 159/190, XVe siècle).

8 – Exemples de notice catalographique de la BBM © Bibliothèque royale de Belgique, 2006

Les deux exemples suivants [Ill. 8] montrent des entrées d’inventaire d’une complexité déroutante : dans un cas, deux entrées avec chaque fois 1 « opus » correspondent à 3 exemplaires, dont un partiel, divisés respectivement en deux tomes in folio, trois tomes in quarto et un tome in quarto. Mais la structure est à ce point « encapsulée » que deux manuscrits sont associés à une seule « entrée » qui, en l’occurrence, plutôt que la description d’un exemplaire est en fait un « titre » dont les exemplaires proprement dits sont ensuite signalés. Dans l’autre cas, c’est 1 entrée comprenant 3 « opus », mais en réalité un seul exemplaire en trois volumes. La question se pose alors de savoir combien de cotes de manuscrits correspondront à tout ceci. Suivant les cas, nos bibliothécaires modernes attribuent en effet une seule ou plusieurs cotes à des « unités de production » en plusieurs volumes. Dans le cas de ce manuscrit du Grand séminaire de Bruges du XVe siècle, chaque volume a effectivement reçu un numéro distinct (157/188, 158/189, 159/190). Mais cela aurait très bien pu ne pas être le cas, comme à la Bibliothèque royale de Belgique où les volumes différents d’un même exemplaire reçoivent effectivement des numéros distincts, mais où des unités codicologiques anciennes reliées ensemble après le Moyen Âge reçoivent une cote complexe, comme 10038-10058, par exemple. Ceci constitue sans doute un point très positif du point de vue codicologique, mais ne facilite pas la référenciation dans une base de données, puisqu’une entrée d’inventaire ancienne peut correspondre à plusieurs cotes – et même à plusieurs bibliothèques différentes ! – et, à l’inverse, une cote moderne peut se retrouver dans les entrées d’inventaires différents, voire dans les catalogues anciens de bibliothèques différentes.

Lemmatisation

Tous les éditeurs d’inventaires médiévaux savent que l’identification des textes y est un art extrêmement difficile. La représentation uniforme des contenus textuels dans les index est rendue indispensable par l’incroyable variabilité dans la formulation et par le manque de système de certains catalographes anciens. Ceux-ci ont de la « titrologie » des conceptions floues et fluctuantes et ne se soucient pas, le plus souvent, de construire leurs descriptions bibliographiques suivant un ordre logique et cohérent. Par exemple, ils ne mettent pas systématiquement les noms d’auteur en tête de l’entrée. De ce fait, nous pouvons difficilement tirer l’information directement de l’ordre des mots tel qu’il apparaît dans la source et il est préférable de « rectifier » l’information par une « vedette » renvoyant à l’entrée correspondante à travers sa référence :

Exemples de lemmatisation des entrées d’inventaires
Formulation des entrées dans la BBM Vedette proposée
Moralia sancti Gregorii GREGORIUS MAGNUS, Moralia in Iob
D. Seuerinus Boëthius, D. Benedicti amicus De consolatione Philosophicâ BOETIUS, Consolatio Philosophiae
Hisidorij Etimologia ISIDORUS HISPALENSIS, Etymologiarum siue Originum libri XX
Horatius Incipiens Maecenas atauis edite Regibus HORATIUS, Carmina (I, 1, 1)

Pour retrouver toutes les attestations d’une même œuvre, il faudra uniformiser les entrées de l’index automatisé et renvoyer aux entrées d’inventaires correspondantes dans la BBM, c’est tout l’objet de la « lemmatisation » dont il est question ici. Cela se fera, dans la base de données relationnelle, par la mise en correspondance des entrées d’index lemmatisées et des numéros de référence de chacune des entrées d’inventaire dans le texte de la BBM. Le lien entre les formulations originales de la source, Sanderus ou plutôt ses catalographes, et le chercheur du XXIe siècle sera donc ainsi assuré. Bien sûr, d’autres informations – non nécessairement extraites de Sanderus, d’ailleurs – se trouveront dans la base de données, relatives par exemple aux bibliothèques et à leurs propriétaires, qui permettront des recherches croisées de type booléen.

Par ailleurs, il était initialement prévu de baliser les éléments de description codicologique (comme des types de support et le format des manuscrits tels qu’ils sont signalés dans la BBM : in charta, in quarto…), d’autres noms de personnes, d’autres lieux ou des dates citées ailleurs dans le catalogue de Sanderus. Mais faute de temps, cet aspect du projet ne pourra probablement pas être implémenté.

Stratégies de recherche

On peut essayer de cerner quelles stratégies de recherche permettra le « Sanderus electronicus ». Un exemple de requête plus ou moins complexe pourrait être le suivant : on cherche l’ensemble des mentions de la Summa grammaticalis de Jean de Dacie dans les bibliothèques cisterciennes. De manière classique dans les bases de données relationnelles, la stratégie de recherche consistera d’abord à repérer et à extraire de la base de données l’ensemble des mentions de cette summa dans le corpus. La référence à chacune d’elles consiste en un numéro de catalogue (il y en a soixante dans Sanderus) et un numéro d’ « opus » au sein de ce catalogue, puisque tous les « opus » ont été numérotés automatiquement au moment du balisage du fichier de base. Dans un deuxième temps, on va restreindre le champ de la réponse en cherchant les correspondances entre les catalogues mentionnés dans cette première liste et la liste des bibliothèques qui correspondent au second critère de recherche, à savoir les bibliothèques cisterciennes. Toutes les entrées d’inventaire rattachées à une bibliothèque signalée comme cistercienne dans la liste des bibliothèques seront affichées comme résultats à l’exclusion des autres ! Chaque ligne de la liste des résultats renverra automatiquement vers l’endroit du texte de la source d’où cette information a été extraite.

10 – Fonctionnement du moteur de recherche et affichage des résultats.

10 – Fonctionnement du moteur de recherche
et affichage des résultats.

En définitive, la structure de l’application informatique [ill. 10] permettra le codage de l’ensemble des informations pertinentes dans la base de données, tandis que le texte encodé en XML présentera deux usages : il a déjà servi de base à l’extraction des données à indexer et à insérer dans cette base de données, mais à terme il constituera également le fichier maître XML de l’édition électronique en mode texte. Celui-ci servira de base à l’affichage de la source après traduction du code source en HTML grâce à des feuilles de style CSS8. Les utilisateurs pourront ainsi naviguer dans la source, mais aussi consulter le texte aux endroits correspondant aux résultats de recherche. Enfin, le fichier maître XML assurera le lien logique entre l’affichage de la source en mode texte, page par page, et l’image correspondante de la version numérisée.

Au-delà de Sanderus…

La structure assez uniforme des catalogues publiés par Sanderus et la modestie relative des besoins informationnels qu’on peut exprimer à leur égard9 font que seuls une DTD simple et un développement informatique pas trop élaborés (dans ce domaine, tout est relatif tout de même !) seront nécessaires pour la publication en ligne du Sanderus electronicus. Comme nous l’avons signalé en effet, il n’y a pas dans la BBM de catalogue atypique, tels des catalogues collectifs qui appelleraient des traitements spécifiques.

Extension du champ d’application de la méthodologie

Mais à terme, les résultats méthodologiques du chantier « Sanderus » permettront d’aborder l’édition électronique de corpus beaucoup plus vastes de catalogues médiévaux. Et l’on risque là, effectivement, de rencontrer des difficultés nouvelles liées à des particularités de la catalographie médiévale qui n’auront pas été initialement envisagées, compte tenu de la portée relativement restreinte du recueil de Sanderus. Par ailleurs, les informations pertinentes, négligées par manque de temps dans le projet Sanderus electronicus, pourraient être plus systématiquement balisées, comme les mentions d’éléments « codicologiques », éléments de description physique des exemplaires qui sont souvent utiles à l’identification des manuscrits conservés, comme l’on sait. Mais la structure de la DTD et le modèle de base de données en seront affectés et une sérieuse réflexion méthodologique sera donc nécessaire.

Contrairement à une base de données conçue in abstracto, on doit partir ici d’un texte lardé d’une masse d’informations de ce type, mais rédigé « en langage naturel10 » il y a plusieurs siècles, sans souci d’une éventuelle mise en forme de cette information dans nos bases de données modernes. La construction d’une base de données classique repose fondamentalement sur la notion d’unité documentaire, c’est-à-dire sur l’unité de base de l’univers décrit (un article dans l’inventaire d’un magasin, une personne dans un carnet d’adresses, un livre dans le catalogue d’une bibliothèque, pour reprendre l’analogie utilisée précédemment). Dans les bases de données relationnelles, la logique n’est pas foncièrement différente : chaque table est en quelque sorte une base de données avec son unité documentaire (qu’on appelle alors « clé primaire ») et ces différentes bases sont mises en relation pour éviter les redondances, accélérer et améliorer la recherche de l’information. Mais tout cela suppose de la simplicité dans le modèle de description du réel et une uniformité absolue dans la structure des éléments décrits (les mêmes champs invariablement structurés de la même façon). Or, le moins que l’on puisse dire avec les inventaires médiévaux, c’est que la structure de l’information est loin d’y être uniforme et constante et que la façon dont elle est structurée est parfois tout sauf simple ! Les anciens n’avaient pas notre souci de définir et d’appliquer des modèles conceptuels d’une rigueur irréprochable. Et si un principe d’ordonnancement de l’information est parfois perceptible dans les instruments de travail qu’ils nous ont laissés, il y a toujours à la marge des anomalies, plus ou importantes, qui ne se prêtent pas facilement à la mise en forme rigoureuse des instruments informatiques. En cela, les inventaires anciens ne se distinguent pas fondamentalement d’autres sources anciennes, littéraires ou documentaires, dont on tente l’édition électronique. Cette complexité aura une influence certaine sur la manière de structurer les fichiers-maîtres XML de nos inventaires.

Prenons l’exemple de trois types de catalogues tels qu’on en rencontre dans nos sources médiévales. Dans le cas des « inventaires simples », qui donnent – dans l’ordre d’apparition dans la bibliothèque, on peut le supposer – la liste des titres, auxquels correspondent sans doute autant de manuscrits, la structure de base utilisée pour Sanderus restera pertinente :

[Bibliothèque [Catalogue(s) [Entrée(s) ms(s) [Opus] ] ] ] (Structures générales d’une DTD : les inventaires simples)

Fort heureusement, les catalogues de type « bibliographique », qui ne mentionnent plus des « livres », mais des « titres », suivent généralement une structure analogue. Mais la question se pose néanmoins de savoir, comme nous l’avons vu, à quoi se rattachent les cotes de manuscrits, pour ceux d’entre eux, en tout cas, qu’on peut encore identifier. L’inventaire mentionne soit tous les textes contenus dans un exemplaire, soit seulement le premier d’entre eux. Mais dans les deux cas, il s’agit bien d’une description bibliographique qui renvoie à un exemplaire physique existant ou ayant existé, quelque difficile que soit la question des « unités codicologiques » décrites et de la qualité – parfois très relative – de la description qui en est donnée. Dans le cas d’un catalogue bibliographique au contraire, l’entrée d’inventaire ne correspond plus à un « livre », mais à un titre d’œuvre qui s’est trouvé dans un livre. Puisque ce sont des « titres » qui constituent les entrées d’inventaires et à supposer que tous les « titres » contenus dans un même exemplaire aient fait l’objet d’une entrée dans le catalogue, les exemplaires manuscrits seront en définitive « éclatés » au sein du catalogue qui ne rend absolument plus compte de la disposition de la bibliothèque ni du nombre de volumes qui y étaient présents au moment de la rédaction. Autrement dit, ce n’est plus le livre qui est ici l’unité documentaire et, donc, la mise en correspondance des descriptions bibliographiques avec les cotes modernes de manuscrits s’avère aléatoire, pour ne pas dire méthodologiquement hasardeuse !

[Bibliothèque [Catalogue [Entrée ms ? [Opus ms ?] ] ] ] (Structures générales d’une DTD : les catalogues bibliographiques)

Quant au catalogue collectif, il pose des problèmes encore plus ardus. Dans les deux cas précédents en effet, le niveau « bibliothèque » englobait le catalogue et ses notices bibliographiques. Ici au contraire, la bibliothèque devient en quelque sorte un « attribut » de l’entrée d’inventaire qui signale seulement à quelle(s) bibliothèque(s) se rattache tel ou tel titre. Les cotes modernes de manuscrits conservés ne se rattachent plus non plus ni à une entrée, ni à une mention d’ « opus » ; il faut plutôt interpréter toute mention du nom – voire du sigle conventionnel – d’une bibliothèque comme une référence à l’exemplaire qui s’y trouvait au moment où le catalogue ancien a été rédigé et auquel se rattacheront une ou plusieurs cotes modernes de manuscrits.

[Catalogue [Entrée Opus [Bibliothèque ms] ] ] ] (Structures générales d’une DTD : les catalogues collectifs)

Cette situation pose d’ailleurs un problème classique dans les documents structurés XML : on ne peut avoir dans le même corpus documentaire (dépendant donc d’une même DTD) deux types de documents structurés différemment : en l’occurrence une première structure pour les listes « classiques », inventaire ou catalogue bibliographique, et une seconde pour les catalogues collectifs, plus « atypiques ». La solution consisterait soit à dissocier deux corpus aux DTD différentes – ce qui n’est guère viable, car mieux vaut pour les requêtes disposer d’une base d’informations unique –, soit imaginer une DTD qui englobe plusieurs structures-types de données différentes. Cette dernière solution est techniquement possible en jouant sur le concept de balises « vides » (qui existent à un endroit de la structure des données, mais sont considérées comme non existantes – et ne perturbent donc pas la structure d’ensemble – si elles ne contiennent aucune valeur), mais cela suppose aussi quelques « contorsions » informatiques qui ne rendent sans doute pas cette solution des plus simples ni des plus élégantes.

Collaborations internationales

Une autre perspective future qui s’ouvre devant nous, et qui se trouvait à l’arrière-plan de la rencontre de Paris, est celle des collaborations internationales. Nos collègues françaises – qui nous faisaient l’honneur et la joie de nous accueillir – et nos collègues italiens disposent de corpus documentaires très importants qui se trouvent à des stades d’élaboration différents. En gros, les deux équipes ont actuellement réalisé ou ont en vue pour leurs pays respectifs la réalisation du répertoire électronique national des bibliothèques anciennes et de leurs sources catalographiques. Le fac-similé électronique, qui est inscrit en filigrane derrière le répertoire, est techniquement assez aisé à concevoir, même s’il demandera d’importantes campagnes de numérisation. Reste l’édition électronique sur la définition de laquelle portera sans doute le plus utilement la coopération.

Nos collègues hongrois de la Bibliothèque nationale Széchényi de Budapest mènent actuellement un projet d’édition électronique qui suscite tout notre intérêt (www.eruditio.hu). Il concerne plutôt les imprimés anciens que les manuscrits, mais se rapproche méthodologiquement de nos objectifs dans le domaine des codices et de leurs inventaires médiévaux.

Il s’agit en effet d’éditer électroniquement quelque 1 750 sources relatives aux propriétaires de livres du Bassin des Carpathes. Cela représente environ 150 000 à 200 000 livres répertoriés, soit quelque 60 000 œuvres hongroises et étrangères, annonce-t-on ! Fait remarquable, cet outil comprend l’édition en texte intégral des sources anciennes (dont certaines peuvent être assimilées par leur structure à nos inventaires médiévaux) et, pour chacune d’elles, un fac-similé numérique. Il fournit en outre la liste des titres d’œuvres originales identifiées d’après les descriptions d’époque – voire celle des exemplaires conservés –, ainsi que la bibliographie spécialisée des sources, des propriétaires de livres et de leurs collections.

Nous avons eu l’occasion, lors d’un séjour à Budapest en novembre 2006 pour le colloque du CERL (Consortium of European Research Libraries), d’examiner le fonctionnement du programme et d’interroger ses concepteurs. Le site est consultable à distance, mais uniquement en langue hongroise, ce qui pose malheureusement problème à la plupart des collègues qui pourraient y être intéressés, faut-il le souligner ! Le principe général, dans cette application informatique, est qu’un moteur de requêtes lexicales parcourt l’ensemble des sources et affiche ensuite la liste de celles qui contiennent une information correspondant au critère de recherche (par exemple la chaîne de caractères « cicero »). À partir de cette liste, on peut choisir ces sources une à une et en afficher le texte intégral qu’on peut alors parcourir. En cliquant sur l’une ou l’autre de leurs entrées d’inventaires, on peut in fine afficher la notice bibliographique de l’ouvrage correspondant au titre décrit. Cela paraît très proche de ce que nous pourrions faire. Malheureusement, le contenu de ces sources n’est absolument pas indexé et la recherche se fait entièrement sur chaînes de caractères : on ne sait pas, par exemple, si l’on cherche de l’information dans le titre et/ou dans le corps de la source, ce qui peut faire une différence sensible en recherche documentaire. Par ailleurs, les recherches sur chaînes de caractères génèrent souvent un bruit et – plus dangereux encore – un silence informationnels tout à fait préjudiciables : un « Cicero » est littéralement introuvable si la source ancienne mentionne, comme souvent, un certain… « Tulius » (sic) !

L’existence d’un tel projet prouve au moins que la numérisation des sources anciennes en histoire des bibliothèques est dans l’air du temps. Si l’on ne peut espérer arriver – heureusement peut-être ! – à une « méga-base de données » qui regrouperait l’ensemble des corpus nationaux d’inventaires anciens, on peut en tout cas esquisser une réflexion collective sur la structuration des informations contenues dans ces sources. Le modèle ainsi proposé pourrait être appliqué aux différents projets éditoriaux avec cet avantage considérable d’offrir à ces éditions électroniques un degré d’interopérabilité suffisant pour construire un jour, peut-être, un portail générique d’accès combiné à ces différents corpus, ce qu’en termes techniques on appelle un « métamoteur de recherches ».

Conclusion

Arrivé au terme de cet exposé, nous espérons avoir montré tout l’intérêt pour l’histoire des bibliothèques et la codicologie belges (mais aussi françaises, pour le coup !) de produire une édition électronique de la Bibliotheca Belgica Manuscripta. L’instrument informatique proposé regroupe trois types d’outils : le répertoire des bibliothèques et des sources, la numérisation en mode images de la soixantaine de catalogues collectés par Sanderus et un moteur de recherche des contenus textuels lemmatisés et indexés, recensés dans la BBM. Plus que sur une simple et peu efficace recherche lexicale, l’outil repose sur le balisage du texte de la source, l’extraction des mentions auteurs-titres et leur indexation scientifique dans une base de donnée relationnelle. Ainsi, la recherche ne sera pas stochastique, mais permettra le regroupement sous un même lemme de l’ensemble des attestations d’une même œuvre. Ce n’est pas le moindre progrès que l’application informatique fera faire à l’heuristique des manuscrits provenant des anciens Pays-Bas méridionaux. Même si la méthodologie pose encore des problèmes de définition exacte de la structuration et du balisage de documents anciens rédigés en « langage naturel » et qui n’ont évidemment pas été conçus à cet effet, les résultats méthodologiques obtenus à l’issue du projet pourront, nous l’espérons, être extrapolés à l’édition électronique de toutes sortes d’autres catalogues médiévaux. Même si la collaboration internationale ne doit pas nécessairement viser à la fusion des corpus nationaux en une méga-édition électronique, nous avons voulu esquisser en tout cas les éléments d’une réflexion méthodologique qui ne cache rien des difficultés du balisage et de l’indexation de documents médiévaux, mais qui laisse l’espoir d’une intégration raisonnable des exceptions dans un modèle générique. L’idéal serait d’arriver à un méta-moteur qui fédère des corpus nationaux. Cela rendrait ainsi l’information accessible par des requêtes globales permettant d’étudier la possession de telle ou telle œuvre, de tel ou tel type de livres ou genre littéraire par toute la variété des lecteurs et des publics dans l’Europe médiévale.

Lucien REYNHOUT (Bibliothèque royale de Belgique)

N.B. Cette communication a été publiée en 2007 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/bibliotheques/reynhout.htm).

  1. L. Reynhout, Inventaires médiévaux et informatique : Réflexions méthodologiques sur une édition électronique, p. 13-26 dans W. Bracke, A. Derolez, éds, « Les bibliothèques médiévales et leurs catalogues dans les Pays-Bas méridionaux » Contactforum, 5 novembre 2004, Bruxelles, Koninklijke Vlaamse Academie van België voor Wetenschappen en Kunsten, 2005. []
  2. Le Nouveau Petit Robert : Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, texte remanié et amplifié sous la direction de Josette Rey-Debove et Alain Rey, Paris, Dictionnaires Le Robert, 2003, p. 229. []
  3. Voir à ce propos la liste des projets qui appliquent la norme TEI (Text Encoding Initiative). []
  4. Voir l’article « Sanderus (Antoine SANDERS, dit) » par V. Fris, dans Biographie nationale de Belgique, XXI (1911-1913), coll. 317-367. []
  5. On citera, parmi d’autres : * Eligius Dekkers & Aemilius Gaar, Clavis Patrum Latinorum : qua in Corpus Christianorum edendum optimas quasque scriptorum recensiones a Tertulliano ad Bedam (Editio tertia aucta et emmendata), Steenbrugis, in Abbatia Sancti Petri ; Turnhout, Brepols, 1995 (Corpus christianorum, Series Latina). * Rodrigue LaRue, Gilles Vincent & Bruno St-Onge, Clavis scriptorum graecorum et latinorum = Répertoire des auteurs grecs et latins = Repertoire of Greek and Latin authors = Repertorium der griechischen und lateinischen Autoren, Trois-Rivières, Université du Québec, Service de la Bibliothèque, 1985. * Roberto Gamberini, Mauro Donnini & Claudio Leonardi, éds, Bislam : bibliotheca scriptorum latinorum medii recentiorisque aevi = repertory of medieval and renaissance latin authors. I : gli autori in « Medioevo Latino » = authors in « Medioevo Latino », Tavarnuzze, SISMEL. Edizioni del Galluzzo, 2003. []
  6. A. Derolez, Les catalogues de bibliothèques, Turnhout – Louvain-la-Neuve, Brepols – Université catholique de Louvain. Faculté de Philosophie et Lettres. Institut d’Études Médiévales, 1979 (Typologie des sources du Moyen Âge occidental, 31), p. 40 sq. []
  7. J. P. Gumbert, Codicologische eenheden – opzet voor een terminologie, Amsterdam, Koninklijke Nederlandse Akademie van Wetenschappen, 2004 (Koninklijke Nederlandse Akademie van Wetenschappen, Mededelingen van de Afdeling Letterkunde, Nieuwe Reeks, Deel 67 no 2). Voir aussi Id., « Codicological Units : Towards a Terminology for the Stratigraphy of the Non-Homogeneous Codex », dans E. Crisci & O. Pecere, éds, Il codice miscellaneo. Tipologie e funzioni. Atti del Convegno internazionale (Cassino, 14-17 maggio 2003), Cassino, 2004 (Segno e Testo, 2), p. 17-42. []
  8. Le CSS (Cascading Style Sheets) est un langage de mise en forme des documents structurés XML et HTML défini pat le World Wide Web Consortium. []
  9. Notre collègue, le Professeur Richard Sharpe, ne signalait-il, lors du colloque de 2004, que ce que recherchent principalement les érudits dans les éditions d’inventaires anciens, ce sont les mentions d’auteurs et d’œuvres ! []
  10. Il s’agit du langage parlé par l’être humain ; quel que soit le caractère stéréotypé de la formulation dans les inventaires médiévaux, on doit convenir qu’il y a loin d’une liste de titres d’œuvres au formalisme quasi-mathématique d’une base de données. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *