Abréviations paléographiques

L’abrégement des mots constitue un expédient naturel dès que l’espace vient à manquer ou que l’on veut s’épargner la répétition de mots connus du lecteur. On classe formellement les abréviations en deux types :

  • par suspension, lorsqu’elles tronquent toute la fin du mot [ex. : praef’ = praef(ectus)], les sigles qui ne conservent que l’initiale représentant les cas limites ;
  • par contraction lorsqu’elles suppriment un certain nombre de lettres (généralement les voyelles) à l’intérieur du mot, en laissant subsister la finale [ex. : dn’s d(omi)n(u)s ; p’p’l’s = p(o)p(u)l(u)s].

Cette distinction est historiquement fondée et correspond aux deux sources dont on s’accorde à faire dériver la pratique abréviative : sources administratives et judiciaires d’une part, textes bibliques de l’autre.

La première catégorie est représentée par les notae iuris, en usage dès l’Empire romain : l’épigraphie nous fournit une abondante illustration de ces abréviations qui procèdent essentiellement par sigle et par suspension. La seconde est représentée par les nomina sacra : ce sont une série d’abréviations conventionnelles par contraction, qui ont été élaborées chez les premiers chrétiens dans le cadre de traductions de la Bible, et ne concernent qu’un petit nombre de mots : les désignations de Dieu et de ses saints (Deus, Dominus, Christus), les attributs divins (gloria, gratia, misericordia), la hiérarchie ecclésiastique (episcopus, presbiter), les termes de parenté (pater, frater).

Au-delà de ces classifications, il existe un certain nombre d’abréviations primordiales ; leur omniprésence leur fera jouer un rôle capital dans l’évolution du système. Elles sont marquées par des signes qui s’appliquent aux mots-outils les plus fréquents (prépositions, conjonctions), généralement monosyllabiques, et se distinguent par leur forme et position par rapport à la lettre concernée (per, pro, prae, qui, quod). En outre, deux signes particuliers provenant de la sténographie romaine (notes tironiennes) s’y ajoutent : les « et » en forme de 7 (qui donnent aussi et[iam]) et l’antisigma en forme de « c » inversé, qui prendra ultérieurement la forme d’un 9, exprimant « con » (contra, conversus, etc.). Enfin, d’autres signes, les tildes « ~ » (petits traits droits, obliques, ondulés), superposés ou accolés à une ou plusieurs lettres deviennent le symbole générique de l’abréviation: ainsi un tilde droit superposé à une voyelle indique une nasale, un tilde ondulé indique le son « r », etc.

À partir de ces éléments se développe un système complexe qui atteint son apogée au début du xive siècle, et se manifeste dans des domaines spécifiques (manuscrits philosophiques, théologiques, juridiques), portant à la fois sur des substantifs (anima, substantia, etc.), et sur des éléments du discours (locutions) (quaeritur, responditur). Ce sont les mots qui reviennent le plus souvent qui supportent les abrégements les plus graves ; leur fréquence et leur sévérité ne s’accroissent qu’au fur et à mesure que le lecteur s’est familiarisé avec les thèmes traités et leur vocabulaire spécifique. Dans certains de ces textes, les abréviations permettent d’escamoter plus de 50 % des lettres ; la lecture en est donc particulièrement malaisée, surtout s’il faut suivre une argumentation serrée. Lorsqu’apparaît l’imprimerie, le jeu des abréviations fait à ce point partie intégrante de l’écriture, qu’il est reproduit tel quel, à quelques aménagements près. Ceci permet aux imprimeurs de parvenir à des calibrages plus précis, de réaliser des économies d’espace ; mais en contrepartie, il contraint à doubler à peu près le nombre de caractères dont une fonte se compose.

Pour la résolution des abréviations latines, consulter : Cappelli (Adriano), Lexicon abbreviaturarum. Dizionario di abbreviature latine ed italiane, 6e édition, Milan, 1990.

Principales abréviations françaises

Attention ! Cette partie concerne les textes en français.

 Par signes spéciaux

abbreviations1 Par contraction

abreviations2  Par suspension (rares)

  • femme : fe.
  • les noms de personnes sont souvent réduits à leur initiale.

Par lettres suscrites

  • a : qant (quant) ; qar (quar) ; gant (grant)
  • e : pesse (presse) ; mielde (mieldre)
  • qi (qui) ; acoire (acroire)

Par graphisme

est : ∻

abreviations3

Abréviations latines courantes

Forme des lettres et signes spéciaux

Le « s » médiéval, ressemble tantôt au nôtre, tantôt à un « f », sans la barre du milieu : « ſ » ; ou, s’il a un petit trait, il dépasse à gauche seulement, non à droite. On l’appelle « s long ».

index se lit « quibusdam ».
index2  se lit « ferram(en)tis » (les lettres« -en- » sont abrégées, ce qu’indique le tilde ou trait horizontal au-dessus du « m ».

Le « d » peut ressembler au nôtre (voir ci-dessus « quibusdam », ou voir sa barre montante tourner obliquement vers la gauche.

index3 se lit « mandato ».

Le « r » peut ressembler au « r » d’imprimerie, ou être tracé comme un petit « 2 ».

index4 se lit « incorruptam ».

Il n’y a pas de différence entre « i » et « j », ni entre « u » et « v »: dans les deux cas c’est la même lettre.

index5 se lit : « hic iubetur & suam & alterius uitam » (= « hic jubetur et suam et alterius vitam »).

Certaines lettres ont tendance à être « ligaturées », c’est-à-dire réunies par leur tracé, notamment « s » (long) et « t ».

index6 se lit « Iustum » (ou « Justum »).

Abréviations

Le « tilde » (trait horizontal au-dessus d’une lettre ou de plusieurs lettres) signifie que le mot a été abrégé, de préférence en supprimant les lettres « n » et « m ». Par exemple, « aīa » se lit « anima ».

index7 se lit « caritatem ».
index8 se lit « quodammodo.

Mais le tilde peut aussi servir à indiquer simplement que le mot a été « contracté » : il se place à l’endroit où des lettres ont été comme sous-entendues.

index9 index10 index11
« hūit » se lit « habuit » ; se lit « nostra » ;
se lit « spiritualis ».

Les signes « & » et « 7 » (le « 7 » peut être « barré ») signifient « et ».

index12 se lit « et ».
Le signe « 9 » (la partie ronde tracée sur la ligne, la queue dépassant le bas) signifie le préfixe « con- », « com- », « cum- ». index13
Le signe « 9 » tracé en exposant (le plus» souvent enfin de mot) signifie « -us », ex. « domin9» se lit « dominus ». index14 se lit « animus.

Le signe « ˜ » (le plus souvent en fin de mot) signifie « -ur ».

index15  se lit « legitur » ;
index16 se lit dicitur.

Le signe « r » (sous la forme d’un « 2 ») barré par un trait vertical ou oblique se lit « rum ».

index17 se lit illorum.

Le signe « ; » peut recevoir plusieurs valeurs, principalement « us » (après un b) ou « et ».

index18 se lit animalibus.

Un trait oblique ou une sorte de « 7 », croisant une consonne, « d »,» t », « m », signifie les lettres « er ».

index19 se lit « assumere ».

La cédille sous un « e » indique qu’il faut lire « ae » au lieu de « e ». Néanmoins, tous deux se lisent « é ».

index20 index21 se lit haec animae.

Abréviations du « p »

« p » surmonté d’un trait horizontal se lit se lit « prae » ou « pre » (au Moyen Age, « ae » se prononce et souvent s’écrit « e »).

index22 se lit « praeceptum » ;
index23 se lit « comprehendit ».

« p » dont la barre descendante est croisée par un trait horizontal se lit « per ».

index24  se lit « ab opere » ; index26 se lit « per apertam».

« p » dont la barre descendante est précédée d’une petite boucle se lit « pro ».

index27 se lit « pro » ;
index28 se lit « proximi ».

Abréviations du « q »

  • « q » surmonté d’un trait horizontal se lit « quae » ou « que ».
  • « q » suivi d’un point-virgule se lit « que ».
  • « q » dont la barre descendante est croisée par un trait horizontal ou oblique se lit « quod ».
  • « q » suivi d’une sorte de « 2 » se lit « quia ».
  • « q » suivi de « ; » se lit « que ».
  • « q » surmonté d’un « a » en exposant : « qa » se lit « qua ».
  • « q » surmonté d’un « a » en exposant : « qi » se lit « qui ».
  • « q » surmonté d’un « o » en exposant : « qo » se lit « quo ».

Autres lettres suscrites (en exposant)

Une voyelle en exposant signifie souvent qu’une ou plusieurs lettres ont été abrégées, souvent un « r » devant cette voyelle.

index29 se lit « Scriptum ».

Mots courants

  • « ē » se lit « est » ([il] est).
  • « ēē » se lit « esse » (être).
  • « n » surmonté d’un tilde se lit « non » (ne… pas).
  • « u » surmonté d’un « o » se lit « vero » (d’autre part).
  • « g » surmonté d’un « o » se lit « ergo » (donc).
  • « g » surmonté d’un « i » se lit « igitur » (donc).
  • « 7 » (« et ») sous un tilde se lit « etiam » (aussi).
  • « pp » avec un trait horizontal barrant la partie basse des deux p se lit « propter » (à cause de).
  • « s ; »se lit « sed » [littéralement « set »] (mais).« t » et « i » suscrit se lit « tibi » (à toi).
  • « xpc » surmonté d’un tilde se lit « Christus » (Christ).

Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *