Découvertes et travaux récents de l’IRHT

L’IRHT organise une journée d’étude consacrée aux dernières découvertes et aux travaux récents de ses chercheurs, jeudi 26 novembre de 14h à 18h, au Centre Félix-Grat à Paris.

  • Joanna FRONSKA, Dominique POIREL et Claudia RABEL, L’étude du fonds des manuscrits sinistrés de Chartres
Fragment de la liasse 478 = fragment retrouvé du ms. 498 (XIIe s., 1140-1150), f. 133: exemplaire (autographe ?) de l’Heptateuchon de Thierry de Chartres, légué par l’auteur à la bibliothèque cathédrale.

Fragment de la liasse 478 retrouvé du ms. 498 (XIIe s., 1140-1150), f. 133.
Exemplaire (autographe ?) de l’Heptateuchon de Thierry de Chartres, légué par l’auteur à la bibliothèque cathédrale.

 

Depuis 2005, l’IRHT conduit le projet de longue haleine : « Renaissance virtuelle des manuscrits de Chartres », la bibliothèque municipale de Chartres ayant été bombardée en 1944. L’examen systématique des fragments non classés a permis de découvrir des manuscrits supposés détruits et de retrouver d’importants compléments à ceux précédemment identifiés. L’analyse des comptes de l’œuvre du chapitre cathédral permet de mieux connaître l’état de la « librairie » lors de son installation dans un nouveau local en 1415. Parmi les livres qui la composent figurait un manuscrit juridique, aujourd’hui détruit, mais dont l’étude à été possible grâce à la documentation ancienne et aux photographies récemment retrouvées de ses miniatures.

  •  Jacques DALARUN, La Vie retrouvée de François d’Assise

Paris, BnF, n.a.l. 3245.

Paris, BnF, n.a.l. 3245.

Mis en vente en septembre 2014 sur le site « Les Enluminures », un manuscrit d’origine franciscaine a été acheté en décembre 2014 par le Département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France. Intégralement numérisé et accessible en ligne sur le site « Gallica », ce volume de très petites dimensions (120 × 80 mm), formé de cahiers de parchemin de basse qualité, très abimé par l’usage abondant et l’absence de couverture, contient des écrits de François d’Assise (la Règle de 1223 et les Admonitions), un commentaire du Pater noster qui pourrait bien lui être attribué, une légende contant sa vie et ses miracles et un agrégat en apparence hétéroclite de textes (florilèges de sermons, recueil de distinctions, livres bibliques…) qui était sans doute le matériau textuel alimentant la prédication d’un groupe de frères mineurs ayant conservé la vie itinérante des origines. La Vie de notre bienheureux père François était à ce jour inconnue, même si son existence avait été postulée en 2007 à partir de fragments. Elle est sans l’ombre d’un doute due à Thomas de Celano, premier hagiographe de François, qui résume et actualise sa Vita prima à la demande de frère Élie, ministre général de l’Ordre des Frères mineurs de 1232 à 1239. La production du manuscrit est contemporaine de la rédaction de la légende. Ce texte bouleverse et éclaire la généalogie des légendes dédiées au saint d’Assise (la fameuse « question franciscaine »), apporte des aperçus neufs sur la vie de François et, par le biais du recueil de miracles, montre l’expansion de son influence. Le reste du manuscrit, objet d’une recherche qui unit BnF et IRHT, a encore beaucoup à nous apprendre.
  •  Daniel DELATTRE, Lire les papyrus carbonisés d’Herculanum sans les ouvrir : un défi pour les nouvelles technologies

De 1752 à 1987, quantité de rouleaux carbonisés d’Herculanum ont été « ouverts » de manière mutilante, et ainsi systématiquement mis en pièces, sinon en grande partie détruits. Retrouvés dans la Villa dite « des Papyrus », ils constituent un des trésors de l’humanité : la seule bibliothèque antique qui soit parvenue jusqu’à nous. Les nouvelles technologies d’imagerie virtuelle sont devenues aujourd’hui suffisamment performantes pour laisser espérer dans un avenir proche un accès, au moins partiel et en tout cas non invasif, au contenu des nombreux rouleaux non encore ouverts. La radiotomographie X à contraste de phase mise en œuvre au Synchrotron Européen de Grenoble vient de donner des premiers résultats fort encourageants.

Deux scans en coupe du PHerc.Paris.4 : à g., une coupe horizontale, à dr., une coupe verticale montrant la déformation des spires, à l'origine cylindriques. Clichés © Bibliothèque de l'Institut de France, Paris, et V. Mocella et al. ; ESRF.

Deux scans en coupe du PHerc.Paris.4 : à g., une coupe horizontale, à dr., une coupe verticale montrant la déformation des spires, à l’origine cylindriques.
Clichés © Bibliothèque de l’Institut de France, Paris, et V. Mocella et al. ; ESRF.

  • Hélène CUVIGNY, Bédouins, bestiaux et bestioles dans les ostraca de Bi’r Samut

Bi’r Samut est un puits fortifié du milieu du IIIe siècle avant J.-C. sur la route ptolémaïque qui traverse le désert Oriental entre Apollônos polis (auj. Edfou) et Bérénice sur la mer Rouge. Le port de Bérénice avait été fondé par Ptolémée Philadelphe pour importer les éléphants de guerre que les premiers souverains lagides se procuraient en Afrique de l’Est. Les dépotoirs du fortin ont livré 363 ostraca grecs, 445 démotiques, une dizaine de bilingues et trois araméens.

PastedGraphic-1-b

  • Francesco SIRI et Dominique STUTZMANN, Florilegium Helveticum : nouvelles d’une collection privée

Légendier de Cologne (XIIe s.), f. 1v : scènes de la Vie de saint Servais.Collection privée, CP 438, f. 1v - 2

Légendier de Cologne (XIIe s.), f. 1v : scènes de la Vie de saint Servais.
Collection privée, CP 438, f. 1v – 2

Des collectionneurs suisses, qui souhaitent rester anonymes, ont fait appel à l’IRHT afin d’assurer la numérisation intégrale de leurs manuscrits et l’étude scientifique d’une partie d’entre eux.

S’inscrivant dans une tradition, qui a vu l’IRHT repérer, décrire, microfilmer et numériser des manuscrits conservés dans les collections privées de France, le présent projet est issu d’une forme nouvelle de collaboration, associant une entreprise privée et des collectionneurs particuliers, qui ont sollicité l’institut pour donner une plus-value scientifique aux pièces qu’ils ont rassemblées. Grâce à ce partenariat, l’IRHT dispose maintenant de la reproduction de plus de 80 manuscrits autrement inaccessibles et en coordonne l’étude.

Les personnes contactées dans le cadre de ce projet ont ainsi la possibilité de découvrir des témoins supplémentaires concernant l’objet de leurs travaux et d’en consulter une copie complète. Textes rares ou largement diffusés, scriptoria connus ou scribes particuliers, provenances célèbres ou obscures, enlumineurs aux génies variés : la collection continue à croître et pourra intéresser de nombreux chercheurs.

  • Élise VOGUET et Muriel ROILAND, Le projet de mise en valeur de manuscrits au Mali

Le travail mené à Bamako sur les manuscrits de l’IHERIAB (Institut des hautes études et recherches islamiques Ahmad Baba) qui est un organisme national malien, a été initié par une agence de développement luxembourgeoise (LuxDev) qui a sollicité l’IRHT à la fois pour bénéficier d’une formation à la numérisation et d’une expertise sur son fond de manuscrits. Il y avait en effet urgence après l’exfiltration des manuscrits de Tombouctou vers Bamako, même si certains manuscrits avaient déjà été renvoyés à Tombouctou. Une première mission (en juin dernier) a permis de mettre l’accent sur la complémentarité des approches proposées par l’IRHT : les manuscrits ne doivent pas être numérisés de manière exhaustive, il faut nécessairement évaluer en amont quelles sont les priorités. Nous avons donc défini avec nos collègues maliens des corpus en insistant sur les textes locaux (recueils de consultations juridiques, recueils biographiques des savants, ouvrages historiques et correspondances…) qui sont la véritable richesse de cette bibliothèque et sans doute d’ailleurs de l’ensemble des fonds privés de Tombouctou.

Depuis la fin de l’occupation de Tombouctou en 2012, les petites bibliothèques privées qui ont conservé leurs manuscrits dans la ville n’ont plus de contact avec l’extérieur. Dans un cadre associatif, un financement participatif a été créé afin de venir en aide à l’une d’elles, la bibliothèque Mohamed Tahar. Descendant d’une lignée de juristes, son propriétaire actuel, Abdoulwahid Haidara, souhaite mettre à la disposition de la communauté scientifique le contenu de ses manuscrits. Après la rénovation de la bibliothèque dans l’été 2015, un inventaire d’une centaine de manuscrits a commencé. Grâce au soutien de la Fondation Singer Polignac, il sera possible en 2016 de financer ce catalogage et la numérisation d’une sélection de manuscrits en privilégiant les documents juridiques, les correspondances et les traités historiques. L’objectif est double : redonner vie à la bibliothèque en permettant l’organisation sur place d’ateliers (calligraphie, fabrication des encres, lecture et copie), et mettre en ligne dans la Bibliothèque Virtuelle des Manuscrits Médiévaux (BVMM certains manuscrits pour donner une visibilité à la bibliothèque, au travail de son propriétaire et de sa famille.

M. Abdoulwahid Haidara, propriétaire de la bibliothèque Mohamed Tahar à Tombouctou.

M. Abdoulwahid Haidara, propriétaire de la bibliothèque Mohamed Tahar à Tombouctou.

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Rédaction dit :

    Très intéressant !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *