Séminaire du groupe de travail sur Paris au Moyen Âge [1] du 6 novembre 2015. « Les circulations économiques et curiales (I) »

Le premier séminaire a été mutualisé avec celui de Marc Bompaire, directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études (EPHE). « Numismatique et économie monétaire de l’Occident médiéval et moderne ».

Boris Bove a présenté en introduction les travaux du séminaire de l’année 2014-2015 consacré aux « Circulations des hommes, des biens et des nouvelles à Paris et en Île de France au Moyen Age », thème poursuivi pendant l’année 2015-2016. L’année dernière ont été examinées les modalités des circulations, à savoir les itinérances de la cour royale en Île de France, les modes de navigation sur la Seine, la hiérarchie des axes de circulation dans Paris et aux alentours, les plans de Paris, les circulations des marchandises, des hommes et des nouvelles. Pour l’année 2015-2016, outre un retour sur les itinérances curiales (autour du Louvre mais aussi du côté Plantagenêt), il s’agira d’aller plus loin dans l’étude de la circulation des nouvelles et d’étudier les circulations économiques (monnaies, péages) et celles des agents du pouvoir.

Pour suivre l’actualité du séminaire, un blog est disponible sur hypotheses.org :

http://irht.hypotheses.org/category/seminaires/paris-au-moyen-age

Une nouveauté cette année est à signaler : la mutualisation d’une séance du séminaire d’Histoire de Paris avec une séance du séminaire « Administrer par l’écrit au Moyen Âge et à l’époque moderne : classer, contrôler, négocier » le vendredi 12 février 2016 (la séance aura lieu aux Archives nationales, de 14h à 17h). C’est un séminaire organisé par l’IRHT, les Archives nationales, le Centre Jean Mabillon de l’Ecole nationale des chartes, DYPAC (Université de Versailles-Saint-Quentin) et le Lamop (Université Paris I-Panthéon-Sorbonne). Une journée d’étude conclusive des deux séminaires aura lieu à l’IRHT le 1er juin 2016. Les actualités de ce nouveau séminaire sont disponibles sur : http://admecrit.hypotheses.org/

  • Marc Bompaire, « La circulation des monnaie d’après les trésors et les comptabilités »

Marc Bompaire est directeur de recherche au CNRS et directeur d’études à l’EPHE. Il est également directeur de la Revue numismatique et membre historique du groupe de travail sur l’Histoire de Paris. C’est un spécialiste de la circulation monétaire en Languedoc (Xe-XIIIe siècle)

Cette étude se fonde sur l’utilisation de deux types de sources :

  • les sources archéologiques et numismatiques : les trésors et les trouvailles monétaires
  • les sources diplomatiques : les comptabilités et les inventaires.

Elle s’intéresse à la place particulière de la monnaie parisis, c’est-à-dire à l’histoire de la monnaie parisis à partir de la création du système monétaire royal fondé sur la monnaie parisis et tournois (4 deniers parisis valent 5 deniers tournois). Cette monnaie a une place dans les systèmes comptables à Paris : le denier parisis devient quelque chose de particulier dans les représentations mentales au cours de cette période.

On peut retenir deux types de circulations monétaires :

  • les transactions monétaires et non-monétaires : on peut suivre les monnaies exceptionnelles, sachant que toutes les circulations ne sont pas monétaires. Les numismates étudient les monnaies qui circulent.
  • Les usages non-monétaires des monnaies : une forme de circulation non économique des monnaies. Les monnaies peuvent être mises en gage, dans un acte du 25 juin 1488 (Arch. nat., Y 5266), Remy Eudes doit rendre deux gros de Bourgogne que Pierre de La Cousture avait mis en gage auprès de lui. cf. aussi Julie Claustre, « Objets gagés, objets saisis, objets vendus par la justice à Paris (XIVe-XVesiècles) », dans Laurent Feller, Ana Rodríguez (dir.), Objets sous contrainte. Circulation des richesses et valeur des choses au Moyen Âge, 2013. Il s’agit d’une monnaie étrangère détenue en gage, qui n’a pas été portée au change. Or la loi interdit d’avoir des monnaies étrangères : elles n’ont pas le droit de circuler dans le royaume et peuvent être confisquées. Il faut aller les changer chez des changeurs. cf. Jean Favier, De l’or et des épices. Naissance de l’homme d’affaires au Moyen Âge, 1987, p. 137-140 : un soldat anglais (Cendre Russel) sort une monnaie d’or qui n’a plus cours légal pour payer une aubergiste. Une estimation se fait de gré à gré. Le soldat estime sa monnaie à 26 sous parisis, l’aubergiste à 24 sous. Le soldat propose de se rendre chez un changeur et veut mettre en gage une autre pièce d’or de florin du Rhin de mauvaise qualité. Ces deux descriptions mettent à jour des pratiques courantes de la vie économique.

Autre exemple de cette présence de monnaies étrangères : une liste des monnaies interdites confisquées chez un changeur (Arch. nat. Z1b 3, fol. 32) : on y trouve des pièces fausses, rognées, anciennes, étrangères etc. Ce sont des pièces que le changeur doit rapporter à l’atelier monétaire pour les faire fondre. cf. Marc Bompaire, « Saisies de monnaies prohibées au XVsiècle. Le talbot d’or », Revue numismatique, 1995, p. 149-185. Le contrôle se fait aux péages et sur les routes pour vérifier si les voyageurs et les marchands ne transportent pas sur eux des pièces étrangères. La circulation se fait par les routes : Paris, St-Pol, Compiègne. Les allers-retours sont multiples. Dans ces saisies, on ne voit pas les monnaies royales qui ont le droit de circuler et qui ne sont pas saisies.

Les voyageurs ont des pièces d’or et d’argent bien cachées dans leurs bagages et des pièces dans leur bourse pour le voyage. Il y a visiblement des usages différents des différentes monnaies. Certaines pièces sont utilisées pour les transactions commerciales et d’autres pour payer les dépenses.

Les sources écrites utilisées sont les ordonnances (réglementation qui définit les pièces qui ont droit de circuler. À partir du XIVe siècle, les pièces étrangères de bonne qualité ont le droit de circuler dans le royaume). Sont également utilisées les sources judiciaires : les saisies, les contestations, les vols, les déclarations de faux, ainsi que les inventaires après décès ou les comptes.

Pour les sources archéologiques et numismatiques cf. la Thèse de Thibault Cardon, Les usages des monnaies mi-XIIe-début XVIsiècle. Pour une approche archéologique, anthropologique et historique des monnaies médiévales qui porte sur la France du Nord.

Pour Paris, l’enquête reste à faire. Les trouvailles numismatiques des fouilles archéologiques (Louvre par exemple) n’ont pas été diffusées. Il reste à faire un travail de dépouillement des publications pour recenser les circulations monétaires à Paris.

Les trésors monétaires sont trouvés fortuitement. cf. J. Duplessy, Les trésors monétaires médiévaux et modernes, 2 vol. 754-1224 et 1224-1385, Paris, 1985 et 1995. Trois découvertes sont signalées dans le deuxième volume : le 10 juillet 1302, un trésor vivant a été découvert ; en 1884, un autre trésor a été mis à jour dans les dépendances du château de Madrid (32 monnaies d’or et d’argent : c’est un trésor curieux qui fonctionne comme un échantillon) ; enfin, en 1882, 7652 pièces d’or ont été découvertes au n°26 de la rue Vieille du Temple. C’est le plus gros trésor de monnaies d’or, il est très homogène (toutes les pièces sont des Francs) et date d’après 1382. 1228 Francs à cheval et 6424 Francs à pied, à la fois des monnaies royales ou des imitations des princes. Sa valeur est de 6120 livres parisis et il pèse 29 kg 1/4 d’or. Ce sont des pièces officielles, on n’y trouve aucune pièce étrangère, ancienne ou en mauvais état.

Le Franc a été créé en 1360. Un système monétaire et comptable se met en place : le Franc est une monnaie de compte comme la livre parisis.

Cette somme de 6000 livres parisis à quoi correspond-elle ?

Pour répondre à cette question, est utilisé l’inventaire après décès d’un tombier. cf. A. Vidier, Un tombier liégeois à Paris au XIVsiècle. Inventaire de la succession de Hennequin de Liège (1382-1383) 29 décembre 1382. (cf Arch. nat., L 621, n°423). Sa fortune est estimée à 3230 livres. 2154 livres en argent comptant. On y trouve des pièces en gage. Les rentes sont de 213 livres. Les dépenses d’obsèques sont de 183 livres avec 150 livres parisis destinées aux pauvres (pour chaque pauvre, un blanc). Sont prévues 250 livres pour des aumônes pendant deux ans. Les distributions aux pauvres font partie des circulations monétaires. On trouve également des monnaies dans des sachets de toile, à savoir 4800 blancs (12,25 kg) et 8364 gros (21,4 kg). Les pièces sont rangées dans des paquets bien triés et des paquets dans lesquels les monnaies sont mélangées. 182 pièces étrangères sont également présentes dans cet inventaire. Une présentation est faite des différents types de monnaies étrangères de cette époque, à savoir le Noble d’or, le Mouton d’or, l’Ecu d’or (à la chaise), le Heaume d’or de Flandre. Faire correspondre les listes avec les pièces conservées.

Autre inventaire, celui de Jean de Hétomesnil chanoine de la Sainte-Chapelle, de Tournai et de Leuze, conseiller et maître des requêtes de l’ostel du roi (1380). Sa fortune est évaluée par des changeurs. Les pièces triées selon le poids pour les porter à l’atelier monétaire. Elles sont dispersées dans la maison dans des sachets scellés. Les sacs portent des cédules. Les pièces (mailles) sont triées en fonction de leur quantité de métal. Elles sont destinées à être vendues à l’atelier monétaire. Elles ne sont plus en circulation, mais on remarque une inertie dans le transport vers atelier monétaire. Au total, sont rassemblées, 5736 pièces d’or. On y trouve une majorité de Francs, mais sont également présentes des pièces anciennes et étrangères (115 kg d’argent). La thésaurisation concerne principalement les pièces d’or.

L’inventaire de Pierre Fortet en 1391, montre qu’il avait 8020 pièces d’or qui représentaient les 3/4 de l’inventaire de ses biens.

Ainsi Paris concentre des concentrations de pièces d’or très importantes. Ces trésors sont au même niveau que l’inventaire des biens d’un cardinal ou d’un évêque. Les Francs ont été thésaurisés et n’ont sans doute pas circulé.

La monnaie parisis est la monnaie de Paris depuis le XIIe siècle. Depuis Robert le Pieux, les monnaies royales sont frappées à Paris, mais des ateliers sont présents ailleurs à Provins, Tours. Rutebeuf donne une liste humoristique des différentes monnaies.

À partir de Louis VII, la monnaie parisis est toujours du même type. À partir de Philippe Auguste, le monnayage de Paris se développe : les monnaies sont frappées à Arras, St-Omer, Péronne. Les princes imitent la monnaie royale. À partir de 1204, la monnaie de Tours (tournois) est développée (4 deniers parisis = 5 deniers tournois). Le taux de change est fixe. La monnaie tournois est diffusée dans tout le royaume, alors que la monnaie parisis circule à Paris et dans le Nord.

Les comptes royaux montrent deux comptabilités séparées, tout comme les comptes de décimes ou les comptabilités tenues dans les diocèses. En 1289, on trouve la mention des Parisis à Reims, Soissons, Beauvais, Amiens, Thérouanne, Tournai, Cambrai, mais on compte en tournois à Orléans et à Paris. En 1304, le Parisis est circonscrit à Paris et dans le Nord du royaume.

À partir de Louis IX, le système monétaire royal repose sur le denier tournois et le denier parisis, mais il y a plus d’argent dans 4 parisis que dans 5 tournois. À partir de louis VIII, on ne frappe quasiment plus de deniers parisis, parce qu’ils sont trop chers. Philippe IV fait en 1308 une petite émission de deniers parisis. Et en 1311, une nouvelle monnaie est créée : le bourgeois. C’est une manipulation monétaire, puisque, contrairement à l’adage, les parisis valent les tournois. En 1313, est reprise la séparation entre deniers tournois et parisis. On émet des parisis après des périodes d’instabilités monétaires, pour signaler un retour à de bonnes monnaies, mais on remarque une perte de la séparation traditionnelle entre parisis et tournois. A Paris, on frappe des doubles parisis. La dernière mention d’une frappe de parisis est à signaler en 1505, mais à chaque frappe on ne sait pas combien de parisis ont été frappés.

Dans les ordonnances monétaires, on cherche à stabiliser les monnaies et on frappe de « noires monnaies » (parisis / tournois). C’est la monnaie noire destinée aux pauvres (1355, 1360). À partir de Charles VI, un nouveau type de denier parisis apparaît (cf. Thibault Cardon). Le denier parisis est lié aux aumônes royales. Sous Louis XI, ces deniers parisis sont appelés deniers de l’aumônerie. cf. Dans le testament de Denis de Mauroy en 1411, est prévue la distribution d’un denier parisis par pauvre.

Dans l’ordonnance de Compiègne qui crée le franc (5 décembre 1360), on compte en tournois. Un franc d’or vaut 20 sous tournois, soit 16 sous parisis (1365). Les pièces sont convertibles en deniers parisis et en deniers tournois. C’est le système parisis qui apparaît également dans le Journal d’un bourgeois de Paris.

Dans les collectes faites dans le tronc St-Louis de l’Hôtel-Dieu de Paris, on s’aperçoit qu’il y a 6% de tournois pour 35% de parisis. À Paris, la monnaie qui circule est le parisis.

Lors d’une levée d’impôts faite en 1347, on s’aperçoit que la masse monétaire en circulation à Paris est considérable : 3 millions de pièces. On ne voit pas les bonnes monnaies d’argent. On ne voit que les petites pièces et les monnaies d’or. Après la levée, les pièces sont mises de côté par le receveur pour être portées à l’atelier monétaire. C’est à la fois une circulation et un renouvellement.

En conclusion, il faut retenir l’abondance de la circulation des monnaies à Paris, leur bonne qualité puisque la capitale est un lieu de contrôle : on y trouve peu de pièces anciennes ou étrangères.

Discussion

Boris Bove (BB) est surpris par l’importance de la thésaurisation à Paris. Il remarque que le petit denier d’aumône du roi reste dans la capitale. Le roi est-il le distributeur unique de ce type de pièces ?

Marc Bompaire (MB) : répond que la fabrication des deniers se fait à perte pour le roi, mais qu’une prime est prévue pour le responsable de la fabrication après 1390.

BB : Paris est tourné vers les Flandres. La Normandie n’apparaît pas au niveau des monnaies.

MB : La Normandie utilise la monnaie royale. Il n’y a pas de trésor monétaire pour Paris antérieur à 1225, on ne peut pas mettre en évidence la circulation normande. Lors des saisies, la bonne monnaie royale n’est pas évoquée. On ne voit donc que les pièces qui posent problème.

BB : Pourquoi Philippe Auguste a-t-il choisi la monnaie tournois ?

MB : Le tournois a la même valeur que la monnaie angevine. Le système plantagenêt avait pour multiple le denier du Mans et le denier esterlin. Les esterlins sont tolérés en France.

BB : Est-ce un choix politique ?

MB : A partir de 1204, Philippe-Auguste impose le denier tournois. La fabrication du tournois s’est développée à partir de l’équivalence : 4 deniers parisis valent 5 deniers tournois. On a donc intérêt à faire frapper des tournois.

Fanny Madeline (FM) signale son intérêt pour les monnaies Plantagenêts. Henri II s’intéressait à ce double système et pouvait tirer une taxe. La présence de plusieurs systèmes monétaires dans son empire lui rapporte de l’argent.

MB : l’atelier monétaire de Rouen a été supprimé par Henri II.

Simone Roux (SR) revient sur la tendance à la thésaurisation de l’or. Dans les livres d’ensaisinement de Ste-Geneviève, les prix sont exprimés en livres parisis, sauf au milieu du XIVsiècle où les rédacteurs notent en monnaie réelle. Cela correspond à une période d’instabilité monétaire liée aux troubles du milieu du XIVsiècle. Les prix par la suite sont de nouveau exprimés en livre parisis.

MB : A partir de 1373, les livres tournois apparaissent dans les comptes.

SR : les traces dans la documentation écrite ne nous renseignent pas sur la circulation des monnaies.

Olivier Canteaut (OC) revient sur la thésaurisation des pièces d’or. N’y a-t-il pas d’investissement dans la terre ? Cette thésaurisation est-elle une pratique courante ? N’est-ce pas un risque en période de mutation monétaire ?

MB : La thésaurisation des pièces d’or n’est pas risquée. Pour les autres monnaies, n’est prise en compte que leur valeur métallique, d’où la présence de stocks surprenants.

BB : Le trésor de la rue Vieille du Temple correspond à un espace où se concentrent des gens proches du roi.

SR : La thésaurisation permet un enrichissement.

OC : Pour les historiens médiévistes, domine l’idée que l’on est dans un monde où la fortune s’investit en terres, mais pas dans thésaurisation. Cela paraît surprenant.

SR : Les établissements ecclésiastiques servaient de dépôts pour les particuliers.

FM : dans l’exemple Plantagenêt, le système de comptabilité suppose qu’il y a peu de monnaies en circulation.

Marlène Helias-Baron (MHB) : Quelle est la circulation réelle des monnaies ? Peut-on estimer l’importance du crédit dans cette circulation ?

MB : La monnaie sert à payer les troupes, les impôts. L’importance de la circulation des monnaies se voit à travers les mentions de vols des bourses. Il est difficile d’évaluer les différents types de transactions.

  • Fanny Madeline, « D’une capitale à l’autre : la place des villes dans l’itinéraire des Plantagenêt »

Pensionnaire de la Fondation Thiers, elle travaille sur les mécanismes de la construction territoriale à travers l’étude des constructions et leur rôle dans la structuration de l’espace ainsi que des circulations, du roi, de sa cour et de ses représentants, en Angleterre et dans l’Ouest français entre le milieu du XIe et la fin du XIIIe siècle. Sa thèse a été soutenue en 2009 (Université Paris I-Panthéon-Sorbonne). Elle a publié en 2014 Les Plantagenêts et leur empire. Construire un territoire politique.

Sa présentation repose aujourd’hui sur trois travaux. Le premier « Penser l’espace anglo-normand et Plantagenêt à partir des itinéraires royaux » est tiré des actes du colloque : 911-2011 : Penser les mondes normands médiévaux. Colloque international de Caen et Cerisy-la-Salle, jeudi 29 septembre – dimanche 2 octobre 2011. Le deuxième vient du 46e congrès de la SHMESP (mai 2015) « Gouverner les hommes, gouverner les âmes ».

Dans quelle mesure l’itinérance des Plantagenêt est un moyen de gouvernement ?

Ses travaux de cartographie statistique reposent sur QGIS après avoir utilisé le logiciel « Cartes et données ». Par la cartographie statistique, on peut renouveler l’étude des itinéraires royaux, même si les cartes ont été utilisées depuis longtemps pour cartographier l’itinérance carolingienne.

Plusieurs problèmes se posent pour aborder l’itinérance des Plantagenêt : ils n’ont pas de capitale fixe, la cour est sans cesse en mouvement. La nécessité des itinéraires royaux provient de la formation de l’empire Plantagenêt (construit de manière hétérogène à partir de conquêtes et d’alliances).

La troisième étude a été publiée dans Society and Medieval Culture in Rouen, 911-1300, L. Hicks and E. Brenner (éds), Brépols, 2013. Elle pose la question de savoir si Rouen est la capitale de l’empire. C’est une ville plus grande Londres. Pour étudier son importance, il est nécessaire d’étudier les patronages de construction, c’est-à-dire les investissements architecturaux (murailles) des Plantagenêt à Rouen par rapport à Poitiers, Londres. Les investissements d’Henri II pour les murs de la ville coïncident avec la promulgation des Etablissements de Rouen (1170). Si le contexte de transformation urbaine a eu une influence sur les politiques édilitaires des Plantagenêt, a-t-il également eu une influence sur leurs pratiques résidentielles ? Quelle est la place des villes dans leur itinérance ? Dans quelle mesure les rois anglais sont-ils des rois urbains ?

  • Construire les itinéraires : problèmes et méthodes

Les travaux reposent d’abord sur le corpus des chartes. Au XIIe siècle, tous les actes ne comportent pas toujours des dates de lieu et de temps. A partir de Richard Cœur de Lion, les dates et lieux sont mentionnés plus systématiquement. On remarque un saut quantitatif sous le règne de Jean-sans-Terre. Pour les Capétiens, l’explosion documentaire (ou plutôt l’enregistrement) apparaît sous Philippe le Bel. On remarque une précocité du recours à l’écrit chez les Plantagenêt (ce sont des pratiques précoces d’enregistrement des actes royaux), vraisemblablement liée à la taille de l’empire qui implique l’essor de pratiques gouvernementales in abstentia. Lorsque les chartes sont datées et localisées, les lieux mentionnés permettent de voir les déplacements de la cour plus que la mobilité réelle du roi. D’ailleurs les itinéraires produits à partir des textes narratifs (J. Everard) sont différents de ceux produits par les chartes (cf. T. K. Keefe).

Cela s’explique par le fait que le monde anglo-normand se caractérise par une instabilité des tenures jusqu’à la Magna Carta. Tous les vassaux sont obligés de faire hommage au roi pour pouvoir transmettre leur bien. Cette structure féodale explique pourquoi les tenanciers doivent faire confirmer leurs biens, d’où la présence de nombreux écrits produits par la chancellerie. Avant la fin du XIIsiècle, les lieux mentionnés dans les chartes reflètent davantage le patronage royal que les déplacements du roi. C’est lié aux pratiques de la chancellerie royale. Des centres urbains significatifs sont mentionnés dans les chartes, mais à partir du règne de Jean-sans-Terre, quand les clercs sont intégrés dans la familia du roi, on peut suivre les déplacements du roi. Jean-sans-Terre n’a pas une mobilité plus importante que son père ou son frère, mais les pratiques de l’écrit de sa chancellerie sont modifiées.

Les deux phénomènes, à savoir un usage plus intense de l’écrit et une inscription spatiale des actes sont corrélés et mettent en lumière une temporalité gouvernementale de l’action royale.

Comment la conquête de l’Angleterre depuis 1066 montre la manière dont les rois ont élaboré une conception spatiale de leur gouvernement ? L’empire Plantagenêt est un espace polycratique : le roi d’Angleterre a un pouvoir de statut différent selon les espaces. L’empire est polycentrique.

  • L’itinérance comme mode de gouvernement

A partir de la lecture de Foucault, il faut distinguer gouvernement et domination. La mobilité royale articule ces deux manières de voir le pouvoir. Il faut séparer itinérance et déambulation, mais la distinction n’est pas aisée à faire. Charlemagne parcourait 20 à 30 km par jour. Les carolingiens et les capétiens se déplacent dans 10% de leur espace de souveraineté, avec une distinction à faire entre grands voyages et séjours. Les itinéraires capétiens se concentrent autour de Paris, alors que les Plantagenêt se déplacent dans tout leur espace.

Pour K.-R. Brühl, l’itinérance des rois serait liée aux conditions matérielles et à la recherche de ressources. Or la cour est le lieu vers lequel affluent les richesses. Les comptabilités sont organisées autour de l’approvisionnement de la cour. C’est plutôt la pratique de la chasse (R. Le Jan) qui explique en partie ces déplacements. On remarque une correspondance entre les lieux de résidence princière et les forêts royales. Ce besoin de trouver du gibier impose au roi de parcourir l’espace pour trouver des lieux de chasse. cf. Richard Fitznigel, Dialogus de Scaccario, éd. E. Amt, Oxford, OMT, 2007. Quand le roi chasse, il ne gouverne pas. La chasse est une pratique qui relève de la domination sociale, les mobilités cynégétiques doivent donc être distinguées de l’itinérance comme mode de gouvernement. Pour M. Gravel, on ne peut pas dire que les Carolingiens se déplaçaient pour gouverner pour des raisons idéologiques. Aller à la rencontre de l’autre c’est un signe de soumission. C’est celui qui se déplace qui est inférieur à celui qui attend. L’immobilité est un signe de domination. Henri II ne conçoit pas son pouvoir de la même façon. Il a un pouvoir de nature hétérogène : il est à la fois roi d’Angleterre, duc en Aquitaine et en Normandie, comte en Anjou.

Pour les Ottoniens, l’itinérance est un mode de gouvernement qui vise à compenser un usage limité de l’écrit. L’accumulation et la conservation de l’écrit chez les Plantagenêt n’est pas d’ordre pratique mais politique : pourquoi concevoir une administration écrite dans un mode de gouvernement itinérant ? Car cela permet de curialiser les élites, de les attacher à la cour royale par le service administratif de la royauté. Les Plantagenêt veulent faire circuler leurs vassaux avec eux. Le phénomène curial sous Henri II est quelque chose de très important. cf. Gautier Map décrit un cortège énorme. Le roi d’Ecosse est appelé à l’ost lorqu’Henri II va faire la guerre au comte de Toulouse en 1157.

  • Place des villes dans l’empire Plantagenêt

Plusieurs centres de pouvoir doivent être signalés qui fonctionnent comme des espaces résidentiels (cf. E. Lalou). Comment l’espace résidentiel fonctionne-t-il à l’époque de Philippe IV ? Le roi, les princes, les officiers sont répartis entre plusieurs résidences proches les unes des autres. Sous les Plantagenêt, il existe des sortes de complexes palatiaux qui mettent en réseau des résidences royales proches. À Londres, on a Westminster (palais et abbaye) et la tour de Londres. À Rouen, se trouvent le château, le palais de Quevilly, le prieuré du Pré. On trouve un pôle religieux dans le complexe palatial.

L’itinérance consiste à passer d’un espace résidentiel à un autre, avec le besoin d’articuler ces différents espaces. Des différences sont à signaler entre la période anglo-saxonne et la période normande. Les rois anglo-saxons organisaient des rendez-vous réguliers à Pâques, Noël etc. C’est une forme d’organisation qui ressemble à celle des Ottoniens. Les Plantagenêt étendent la pratique de l’itinérance et abandonnent l’idée de rendez-vous réguliers.

Pour les années 1199-1200, après son couronnement, Jean-sans-Terre circule en Normandie, au moment où il se prépare à reprendre la guerre contre Philippe-Auguste. Il circule entre Rouen, les villes de la côte normande. Rouen polarise alors les déplacements du roi. Après son retour du Poitou, il arrive par Vire et séjourne dans le Cotentin, puis dans la vallée de la Seine sans repasser par Rouen. Il va ensuite à Barfleur pour retourner en Angleterre. Rouen ne polarise pas obligatoirement tous les déplacements royaux en Normandie. On remarque la présence d’une « région capitale » autour de la vallée de la Seine. Rouen a un rôle économique et démographique. Caen est un centre important administrativement (présence de l’Echiquier et du Sénéchal). Les sites de résidence fonctionnent de manière temporaire. Les rois Plantagenêt préfèrent habiter dans les demeures extra-burgum que dans les châteaux.

Quels sont les principaux pôles urbains de cet espace ? Henri II ne réside pas dans les grands centres urbains quand il est en Angleterre, mais sur le continent, il est dans les grands centres urbains. Il faut faire attention à la disparité documentaire. Richard n’est pas non plus un roi urbain sauf pour Rouen et Chinon. Il va chasser. En utilisant Qgis pour faire une carte de densité, on remarque une polarisation progressive autour de Londres après 1204. A partir de ces cartes de densité, on remarque qu’Henri II fréquente principalement le Vexin, Richard l’espace autour des Andelys. La Normandie est le cœur de l’empire Plantagenêt, mais on observe une dynamique de repli sous le règne de ces trois rois face à l’avancée du roi de France. La primauté de Londres sous Jean est-elle liée à la perte de la Normandie ?

Ccl. Les pratiques résidentielles des Plantagenêt n’ont pas particulièrement privilégié les villes. On remarque une centralisation autour de la vallée de la Seine puis autour de Londres. Les villes normandes sont des lieux de polarisation économique, mais le système de défense est en amont. Les Plantagenêt ne sont pas des rois urbains.

Discussion

BB : Cette présentation des itinéraires Plantagenêt prolonge les séances sur les itinérances des rois capétiens. Les Plantagenêt circulent comme des seigneurs féodaux.

FM : C’est le cas d’Henri II. Il a une conception patrimoniale de son empire. Un changement s’observe à partir de 1173, lors de la révolte de ses fils. Richard a un pouvoir de type impérial sur le mode carolingien. Il gouverne à partir de la vallée de la Seine. Il n’a pas les problèmes de son père : il s’impose comme un seigneur qui a la même légitimité partout dans son empire. Jean reprend le mode de fonctionnement de son père : il a un problème de légitimité, puisque le successeur de Richard, c’était Arthur, le fils de Geoffroi, que Jean fait assassiner. Il doit réactualiser sans arrêt son pouvoir seigneurial, d’où la Magna Carta.

BB : A chaque règne, un nouveau centre est réinventé. C’est très contextuel, cela n’a pas d’effet de structure.

FM : Cet espace est instable structurellement. L’absence d’empire est démontrée quand Jean et Henri III n’arrivent pas à lever des impôts en Angleterre pour récupérer leurs terres sur le continent. Les Plantagenêt sont dits angevins (Chinon, enterrés à Fontevrault), mais en réalité ils ne sont pas souvent en Anjou. Ils sont présents dans les endroits où cela chauffe. La mère d’Henri II est anglaise, fille d’Henri 1er, Mathilde. Il a vécu en Normandie. Son univers mental est le monde anglo-normand. L’historiographie anglaise a voulu séparer moment angevin de la dynastie anglaise.

BB : Les habitudes des capétiens les ancrent dans la région parisienne, alors que les Plantagenêt n’ont pas de base habituelle.

FM : La Normandie est centrale mais c’est surtout parce que les capétiens veulent casser la souveraineté normande, alors que le comte d’Anjou n’a jamais prétendu avoir la souveraineté dans son domaine.

OC : Les capétiens investissent l’espace normand après la conquête.

FM remarque une absence de continuité dans l’occupation des résidences.

OC : Ce n’est pas au roi de se déplacer, ce sont ses sujets qui doivent se déplacer. Concernant la gestion de l’écrit et les sources, le décalage entre l’augmentation signalée des sources sous Jean-sous-Terre et sous Philippe IV coïncide avec la pratique de l’enregistrement précoce du côté anglais.

FM signale un site monté sur Googlemaps sur les itinéraires de Jean (facteur-temps inclus). Ce n’est pas une carte synthétique.

OC revient sur la question de la représentativité des sources entre les sources narratives et les sources documentaires.

FM rappelle que la structure documentaire n’est pas la même selon les règnes.

OC : Est-ce qu’il y a des cérémonies liées aux entrées dans les villes ? Il s’agit du joyeux avènement du côté français.

FM en trouve quelques mentions, notamment lors du retour de Richard après sa captivité. Il y a une ritualisation croissante des couronnements. Jean-sans-Terre a fait plusieurs cérémonies de couronnement au cours de son règne.

SR : Dans l’entrée royale, il y a le roi et la ville comme acteurs.

FM : A la fin du XIIe siècle, les villes ne sont pas des entités politiques bien constituées.

Prochaine séance du séminaire :

Vendredi 18 décembre de 14h30 à 17h30 (IRHT) : « Ponts et aménagements de berges »

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *