Les lecteurs du registre de Colbert & Comment on écrit l’histoire

Donatella NEBBIAI (6 novembre 2015)

  •  Marie-Pierre LAFFITTE (BNF), Les lecteurs du registre de Colbert
  • Gilbert FOURNIER (IRHT-Biblissima), Comment on écrit l’histoire.De l’usage moderne des sources médiévales au collège de Sorbonne

 

 

Catalogues et documents divers relatifs aux manuscrits de Colbert, la plupart rédigés ou recueillis par Étienne Baluze. BnF, Départ. des mss, Latin 9366, f. 1r

Catalogues et documents divers relatifs aux manuscrits de Colbert, la plupart rédigés ou recueillis par Étienne Baluze. BnF, Départ. des mss, Latin 9366, f. 1r

Le séminaire d’Histoire des bibliothèques anciennes de l’IRHT est consacré cette année aux « Livres médiévaux dans les collections de l’époque moderne ». On étudie le rôle joué par les grandes bibliothèques religieuses et laïques de l’époque moderne pour la conservation des manuscrits et pour la circulation des savoirs. Plus largement, nous examinons les réseaux savants qui gravitent autour de ces collections et nous nous interrogeons sur les conditions de l’essor de l’érudition historique. La séance du 6 novembre 2015, animée par M.-P. LAFFITTE (BnF) et G. FOURNIER (IRHT, Biblissima), a porté sur deux grandes bibliothèques, celle de J.-B. Colbert, ministre du roi, et celle du collège de Sorbonne.

M.-P. Laffitte a présenté son registre de prêt, actuel ms. BnF lat. 9366. Composée de plus de 6 000 manuscrits en près de 20 langues, la collection de Colbert a été achetée par la Bibliothèque du roi en 1732. Avant cette date, elle est confiée aux soins de Baluze, qui veille à la distribution des livres et des documents à l’intention d’un large réseau d’utilisateurs. En font partie, outre Colbert lui-même et ses familiers, les hommes de pouvoir qui gravitent autour du ministre ; ceux-ci, intendants, chargés de mission, consultent essentiellement des dossiers professionnels à l’exemple de Gabriel Nicolas de La Reynie, intendant général de Paris, et de l’oratorien Joachim Leroy.

La bibliothèque, où les livres manuscrits sont prépondérants, s’impose surtout comme une collection savante, vouée à la recherche. Les visiteurs les plus assidus sont les savants bénédictins, Dom Mabillon et Dom d’Achery en tête et plus largement les membres d’autres ordres religieux, auxquels la collection offre des ressources dans le cadre notamment des polémiques religieuses (ex. le jansénisme). Les hellénistes empruntent régulièrement des livres, comme Du Cange, qui retient près de 40 manuscrits à la fois, ou Pierre Allix, bibliste de Sedan, qui découvre chez Colbert un manuscrit palimpseste de l’évangile. Les imprimeurs viennent vérifier les originaux pour apprêter leurs éditions. Enfin de nombreux étrangers, aussi bien des ecclésiastiques que des laïcs, profitent d’un passage à Paris pour consulter la collection. On évoque les personnalités de l’Italien A. Banduri, érudit bénédictin ami de Montfaucon, du mathématicien néerlandais Christian Huyghens, qui emprunte des manuscrits scientifiques, de Thomas Inese, qui s’intéresse aux relations diplomatiques entre France et Angleterre, ou du linguiste danois F. Rostgaard, qui consulte une très ancienne traduction allemande d’Isidore de Séville. Des ambassadeurs arabes visitent aussi la bibliothèque.

La bibliothèque du collège de Sorbonne, étudiée par Gilbert Fournier, a joué un rôle central pour la construction de la mémoire. Au cours du Moyen Âge, les ex-libris apposés sur les manuscrits témoignent de leur provenance ; ces données, récupérées dans le catalogue de la bibliothèque de 1338 font de celui-ci une archive vivante. Puis progressivement « la memoria quitte le livre » ; la pratique de l’annotation mémorielle sur l’objet est remplacée par la rédaction historique. Dans ce cadre, G. Fournier analyse les notions de copie, d’instrument et de récit. Il étudie en particulier le ms. Arsenal 1228 (17e s.), qui réunit un obituaire, des comptabilités relatives à des travaux et à des acquisitions pour la bibliothèque et surtout les notices biobibliographiques des sociétaires et d’autres personnalités ayant gravité autour du collège. Au 18e siècle, cette production aboutit dans les travaux de J.-B. Ladvocat, qui fut d’ailleurs bibliothécaire du collège, auteur d’un Dictionnaire historique publié en 1755. En général, ces travaux témoignent du goût pour les listes, répandu à cette époque. Au-delà ils illustrent le succès de la prosopographie, dans l’esprit des biographies des hommes illustres, en vogue depuis l’Antiquité.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *