Matériaux de l’écrit. Approches plurielles

Monique ZERDOUN (Communication du 3 novembre 2005)parchemier

S’intéresser aux textes, à leur recensement, transmission, histoire, copie et sauvegarde, préoccupations maîtresses des membres de l’IRHT, ne peut se faire en occultant l’objet archéologique qui les porte : le manuscrit. La première séance du cycle thématique de l’IRHT, consacré en 2005-2006 au « manuscrit dans tous ses états », a développé à travers quelques exemples les approches plurielles mises en œuvre dans l’étude des matériaux. Au cours des exposés présentés et des discussions, ont été abordés les problèmes touchant à la finalité de ces recherches et à leur incidence sur la connaissance du manuscrit et de son histoire. En somme, il s’agissait d’essayer de répondre à une question clef : en dehors de l’intérêt majeur que représentent en elles-mêmes l’étude et la connaissance approfondie de tel ou tel matériau, n’y aurait-il pas lieu d’attendre aussi de ces recherches une meilleure connaissance de l’histoire du manuscrit, des précisions sur sa provenance, une fourchette de datation plus fine, et pourquoi pas, dans certains cas, une meilleure lecture du texte ?

Les présentations successives se sont attachées à démontrer comment des technologies extrêmement complexes — dendrochronologie, imagerie multispectrale ou encore spectrophotométrie d’absorption en réflexion diffuse et fluorescence X, pour ne citer que celles-là —, mises en place à l’origine pour des recherches très éloignées des domaines qui nous intéressent, ont été appliquées avec succès à la résolution de certains problèmes posés par les manuscrits. L’impératif de ne pas porter atteinte aux matériaux ou, dans des cas très particuliers — ais des bois des reliures —, de se limiter aux micro-prélèvements indispensables, devant être impérativement respecté. Des études plus « classiques » menées sur les matériaux ne sont pas les parents pauvres de ce genre de recherches, et des enquêtes portant sur la description approfondie des papiers d’archives peuvent apporter des éléments nouveaux, extrêmement intéressants, sur l’histoire et sur la manière dont ces fonds d’archives se sont constitués.

Daniel DELATTRE − La papyrologie d’Herculanum révolutionnée par l’imagerie multispectrale

Peut-on imaginer deux réalités plus éloignées l’une de l’autre que, d’une part, des papyrus grecs carbonisés contemporains d’Auguste et, de l’autre, la technologie de l’imagerie multispectrale, mise au point pour les astronomes de la NASA au cours de la dernière décennie ? Et pourtant… On montrera, à travers quelques exemples concrets empruntés aux Commentaires sur la musique IV de Philodème, comment cette technologie de pointe peut se mettre au service du déchiffrement de textes tenus pour illisibles, et quel bénéfice considérable il va être loisible aux papyrologues et historiens de la philosophie hellénistique d’en retirer au cours des prochaines décennies.

Guy LANÖE − État actuel de la recherche sur la reliure médiévale

Dans le cadre de l’inventaire des reliures médiévales, près de 3 000 reliures ont été vues et environ 1 500 décrites. Il est donc possible, à défaut de bilan, de faire le point sur l’apport de ce catalogage systématique des fonds, et sur ses faiblesses, tant du point de vue méthodologique que du point de vue des résultats. Décrire la technique de la reliure ? Opération indispensable mais qui laisse poindre quelques-unes de ses limites. Recourir à des approches plus « scientifiques » (dendrochronologie, identification des peaux, composition des alliages) ? L’expérience nous conduit là aussi à prendre la mesure de l’apport de ces technologies.

Caroline BOURLET − Le papier d’archives : état des travaux

L’enquête sur l’utilisation du papier comme support de l’écrit de gestion en France commencée à l’automne 2004 en est encore à ses débuts. Il s’agira d’en préciser les objectifs et l’étendue actuelle, d’en livrer les premiers résultats très provisoires et les ouvertures souhaitées.

N.B. Cette communication a été publiée en 2006 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/manuscrit/materiaux-ecrit.htm).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *