Le Comité de paléographie hébraïque. Cinquante ans d’activité

Colette SIRAT (Présidente du Comité de Paléographie hébraïque)

Fondé le 13 mai 1966, le Comité de paléographie hébraïque a pour but l’étude et la datation des manuscrits en caractères hébreux qui furent copiés durant le Moyen Âge (10e siècle-1540 de notre ère)1. Cette étude, par sa nature même, entre dans le cadre des travaux de l’IRHT (CNRS), où la paléographie latine (fondée sur le De re diplomatica, publié en 1681 par Jean Mabillon) comme la paléographie grecque (commençant en 1708, avec la publication de la Palaeographia Graeca de Bernard de Montfaucon) sont bien représentées. La paléographie existe de droit dans toutes les écritures, elle n’existait pas pour l’hébreu, ou plus exactement, pour les manuscrits en lettres hébraïques2.

Les membres fondateurs du Comité étaient soit des paléographes accomplis (Edith Brayer, Annie Genevois, Jean Glénisson3, Jean Mallon, Jeanne Vielliard) soit des hébraïsants connaissant leurs manuscrits mais ignorant tout de la paléographie (André Dupont-Sommer, André Caquot, I. S. Revah, Georges Vajda et moi-même4 ). Maître Emmanuel Blanc était le conseiller juridique.

En octobre 1956, j’étais entrée à l’IRHT afin d’aider le Professeur Georges Vajda, responsable de la Section orientale, dans la rédaction du catalogue des manuscrits hébreux de la BnF. Je devais faire les descriptions matérielles des manuscrits afin de tenter de les dater et de les localiser. Cependant, nul ne pouvait me guider dans cette tâche. En revanche, à la section de paléographie latine de l’IRHT, sous la direction de Charles Samaran et Robert Marichal, s’élaborait un Catalogue des manuscrits en écriture latine portant des indications de date, de lieu ou de copiste. Il me sembla qu’une entreprise de ce genre répondrait au problème qui se posait. En 1963, j’écrivis à plusieurs conservateurs de manuscrits hébreux en leur demandant de remplir des fiches donnant les caractères matériels qui permettraient de se faire une idée de la date et de la localisation de leurs manuscrits. Le résultat fut décevant : une seule réponse fut positive.

Lors d’une année de recherche à Jérusalem, à l’Institut des Manuscrits Hébreux Microfilmés (IMHM), j’essayais de convaincre le conservateur des manuscrits de la Bibliothèque nationale et universitaire de Jérusalem (JNUL) de me prêter main forte lorsque Malachi Beit-Arié, qui travaillait au cabinet des manuscrits, me proposa un travail commun : la fiche se transforma en un questionnaire détaillé et un projet visant à la constitution d’une paléographie hébraïque basée sur la description des manuscrits datés, fut présenté par Beit-Arié et moi-même au Professeur Gershom Scholem, alors Président de l’Académie des Sciences et des Lettres d’Israël. En novembre 1964, G. Scholem constitua à l’Académie un Comité de paléographie hébraïque, composé de spécialistes des manuscrits hébreux médiévaux. Ce Comité, qu’il présidait vigoureusement, adopta le projet que nous présentions et alloua un budget pour la réalisation des travaux. Mlle Jeanne Vieillard, directrice de l’Institut de recherche et d’histoire des textes (IRHT), et Georges Vajda, dirigeant la Section orientale à laquelle j’appartenais, avaient approuvé le projet présenté à l’Académie israélienne. Je fus immédiatement mise à la disposition des travaux communs, lesquels firent bientôt partie de l’Accord culturel France-Israël.

La paléographie, au sens large, peut être divisée en deux branches d’étude principales:

  • La codicologie décrit les détails concrets et matériels de l’objet « manuscrit ».
  • La paléographie proprement dite identifie les mains des individus écrivant. Les formes de l’écriture sont aussi dépendantes du temps, du lieu et du milieu culturel que le sont les objets « livres », mais elles sont bien plus difficiles à décrire. Pour construire la paléographie hébraïque, c’est par la codicologie qu’il fallait commencer : elle est basée sur des observations quantifiées. Les manuscrits datés de manière sûre et explicite (et quelquefois localisés), pouvaient nous fournir les détails codicologiques, matériels, mesurables qui nous permettraient de dresser une carte de la copie des manuscrits hébreux sur une base historique et géo-culturelle assurée. On pourrait alors proposer pour les autres manuscrits une datation probable.

Le projet devait se réaliser en trois étapes :

  • Réunir la liste des manuscrits hébreux datés conservés dans le monde.
  • Composer un questionnaire codicologique relevant les traits essentiels du manuscrit5.
  • Réunir une équipe de travail qui voyagerait de bibliothèque en bibliothèque afin de remplir les questionnaires, lesquels devaient être transcrits sur des cartes perforées6.

 Dès le tout début, l’aide des paléographes latins fut déterminante. Nous ne savions rien de la codicologie des manuscrits médiévaux. Léon Gilissen nous invita à Bruxelles et, deux jours d’affilée, nous montra, manuscrits latin et hébreu en main, comment décrire un codex. En effet, dans chaque zone géoculturelle médiévale, les artisans du livre, qu’ils soient chrétiens ou juifs ou bien musulmans ou juifs préparaient les codices7 de la même façon, avec les mêmes matériaux, ils le découpaient et le réglaient semblablement, quel que soit l’alphabet qui devait être écrit ensuite. Pour être comprise, la codicologie hébraïque doit être replacée dans le cadre des milieux techniques et culturels où les Juifs vécurent au Moyen Âge.

Les réunions du Comité, présidées par Mlle Jeanne Vielliard8, furent, durant deux ans, consacrées à la mise au point du questionnaire9 : ce qu’il fallait observer et noter, quel vocabulaire utiliser. À la fin de l’année 1967, des « notes explicatives concernant la manière de remplir le questionnaire » furent rédigées et, jusqu’à ce jour, elles sont observées par les membres de l’équipe. Les questionnaires furent remplis d’abord en Israël et en France, ce qui permit aux membres des deux équipes de se critiquer les uns les autres, de voir et de revoir les manuscrits10, puis de rédiger les notices des manuscrits datés conservés dans les deux pays. La publication, en hébreu et en français, des trois volumes de notices (livres [1, 2, 3] dans la liste des publications) occupa les années suivantes : chacun des détails fut critiqué, discuté, disputé avec enthousiasme, passion et minutie par les membres du Comité, et surtout par Jean Mallon et Jean Glénisson. Le premier volume des Manuscrits datés fut présenté durant un colloque international du CNRS : « La paléographie hébraïque médiévale » (11-13 septembre 1972, livre [4] de la liste). Ce colloque fut un grand succès et réunit de nombreux spécialistes des manuscrits médiévaux.

Cette première période11, particulièrement féconde, de l’activité du Comité se termina lors du décès de Mlle Jeanne Vielliard12, en 1979, et la maladie, puis la mort de Jean Mallon, en 198213, l’année même durant laquelle Gershom Scholem disparut lui aussi. L’aide efficace et la profonde érudition de ces trois personnalités remarquables ont été fondamentales dans l’établissement de la paléographie hébraïque. Sans eux, rien n’aurait pu être fait.

Une nouvelle période commença en janvier 1980. Plusieurs nouveaux membres14, très actifs, entrèrent au Comité dont Jean Irigoin et Emmanuel Poulle. Mlle Edith Brayer accepta de prendre la présidence ; Léon Gilissen lui succéda en 1993, puis, en 2005 Jean Irigoin15.

Après le Colloque, les deux équipes, israélienne et française, se partagèrent plus ou moins les travaux. Alors que Beit-Arié et l’équipe israélienne remplissaient des questionnaires dans les diverses bibliothèques du monde, l’équipe française continuait les recherches venant compléter les renseignements fournis par les questionnaires.

Certaines de ces études (écritures, encre, papyrus et papiers, filigranes, réglures, publications [11-14]) répondaient à des problèmes qui se posent à tous les paléographes :

  • L’étude des matériaux du livre intéresse la paléographie médiévale en général mais elle est pour nous d’importance capitale, car, étant donné le nombre des expulsions qui ont frappé les juifs médiévaux, elle est un élément de datation et de localisation particulièrement fiable.
  • L’analyse des écritures et la relation entre les formes de l’écriture et les mouvements du scribe dépasse aussi l’étude de l’écriture hébraïque, mais elle en explique un grand nombre de traits16.
  • Ces recherches concernant la paléographie en général ont été suivies et discutées par tous les membres du comité et plus particulièrement par Jean Irigoin et Emmanuel Poulle, avec lesquels fut organisé et publié (publication [15]) un second Colloque international du CNRS.
  • D’autres problèmes sont spécifiques à la paléographie hébraïque. Notre enquête porte sur les volumes copiés entre l’an 1000 et l’an 1540. Sur les 35 000 à 45 000 volumes17 conservés, un peu plus de 3 100 sont datés et ont été décrits, soit environ 3 à 5%, mais ce pourcentage n’est valable que pour la fin du Moyen Âge : environ 2 900 d’entre eux sont datés de la période 1280-1540.
  • Après l’Antiquité, nous avons, jusqu’à l’an 1000, moins de 200 fragments de papyrus : un seul est daté [10]. Entre 1000 et 1200, nous avons 101 manuscrits datés. Une autre centaine entre 1200 et 1280. Nous décidâmes de revoir les manuscrits les plus anciens et de publier les notices des manuscrits datés antérieurs à 1280, quel que soit le lieu où ils sont conservés.

Pour la publication, nous nous adressâmes à Hartmut Atsma et Jean Vezin dont la collection, les Monumenta Palaeographica Medii Aevi, donne des reproductions de documents à grandeur originale. Leur entrée au Comité, en 2001, marqua un élargissement des projets d’étude. La Series hebraica des MPMA a pour vocation d’accueillir, outre les Codices hebraicis litteris exarati quo tempore scripti fuerint exhibentes [16-1918 ], d’autres monuments graphiques portant des lettres hébraïques. Le premier volume des Inscriptiones par Jordi Casanovas Miro [20] posa nombre de problèmes de mise en page et Hartmut Atsma ne ménagea pas ses efforts19. Le premier volume des Cartae, rédigé par Judith Olszowy-Shlanger [21] vient de paraître : il est la première publication d’une nouvelle discipline : la diplomatique hébraïque20.

En décembre 2004, le Comité commença à examiner le projet de reprise du Catalogue des quelque 1 500 manuscrits hébreux de la BnF. Les manuscrits datés que nous avons étudiés ne sont qu’une petite partie des manuscrits existants, mais ils nous ont donné les outils qui permettent d’ancrer dans un temps et un lieu probables les manuscrits non datés. Presque tous les manuscrits en lettres hébraïques, datés et non datés, ont été catalogués, souvent de manière rapide, quelquefois de manière détaillée et remarquable, par les érudits qui nous ont précédés21.

L’une des solutions était de reprendre ces catalogues, de les compléter et de leur adjoindre de courtes descriptions codicologiques. C’est ce qu’ont fait Malachi Beit-Arié pour la Bodleian Library à Oxford ; M. Beit-Arié, Benjamin Richler et l’équipe de l’IMHM pour la bibliothèque Palatina à Parme et la Vaticana. Ce sont des travaux importants qui rendent grand service aux chercheurs. Et sans doute est-ce le seul moyen de traiter en un temps relativement court un grand nombre de manuscrits.

Mais, dans ces notices, texte, codicologie et paléographie sont juxtaposés, leurs rapports ne sont pas mis en lumière. En conséquence, « la personne » du manuscrit, son originalité, son individualité ne sont pas mises en évidence. Elles ne se révèlent que si l’on raconte « l’histoire complète » du manuscrit, que l’on met en rapport, autant que faire se peut, tous les détails, aussi bien matériels que textuels. Cette histoire commence au moment où le scripteur ou un mécène a décidé de créer ce manuscrit ; on peut ensuite observer la ou les « mains » des individus écrivant, les avatars de la confection, les accidents survenus, les mains des lecteurs (et surtout de ceux qui ont écrit des gloses), des possesseurs juifs et chrétiens et leurs notes respectives, des censeurs etc.

Raconter l’histoire de chacun des manuscrits hébreux conservés en France, c’est là le projet du « nouveau catalogue ». Le Comité, ayant longuement discuté de tous les détails, a décidé de la forme et du format des notices. Ce furent des années productives et qui se terminèrent sur des moments difficiles. Plusieurs des membres les plus actifs du Comité nous quittèrent : André Caquot en 2004, Jean Irigoin en 2006, Léon Gilissen et Hartmut Atsma en 2009, Maurice Snyzcer en 2010, Emmanuel Poulle en 2011.

1947_001

Cependant, le Catalogue avançait. Pour l’accueillir, une série fut créée chez Brepols Publishers (Turnhout). Intitulée Manuscrits en caractères hébreux conservés dans les bibliothèques de France, elle est dirigée par Philippe Bobichon (IRHT) et Laurent Héricher (BnF). En 2013, de nombreux collègues22 se joignirent à nous pour examiner le sort du Catalogue, publication papier dont la longueur et le caractère détaillé ne semble plus convenir à l’âge internet. Néanmoins le catalogue continue. Actuellement, la collection a publié six volumes. Ont paru les [22 à 25, 27, 28]. Le volume [5] devrait sortir en 2016, les volumes 8 à 10 [29 à 31] sont en préparation. Espérons !

Publications du Comité de paléographie hébraïque

Dans la série Manuscrits médiévaux en caractères hébraïques portant des indications de date jusqu’à 1540

[1] Tome I. Bibliothèques de France et d’Israël. Manuscrits de grand format, par C. Sirat et M. Beit-Arié (et M. Glatzer, A. Lipszyc, L. Shalem, Y. Yoël, M. de Pas, C. Kivenko ; relevé des notes latines et description des reliures par A. Genevois et D. Gid), Jérusalem-Paris, CNRS et Académie des Sciences et des Lettres d’Israël, 1972, vol. 1, notices, 429 pages ; vol. 2, 212 planches.

[2] Tome II. Bibliothèques de France et d’Israël. Manuscrits de petit format jusqu’à 1470, par C. Sirat et M. Beit-Arié (et A. Attali, M. Bat-Yehouda, M. Dukan, M. Glatzer, L. Shalem ; relevé des notes latines et description des reliures par A. Genevois et D. Gid ; notes hébraïques par M. Beit-Arié), Jérusalem-Paris, C.N.R.S. et Académie des Sciences et des Lettres d’Israël, 1979, vol. 1, notices, 351 pages ; vol. 2, 158 planches.

[3] Tome III. Bibliothèques de France et d’Israël. Manuscrits de petit format de 1471 à 1540 et supplément au tome I, manuscrits de grand format en collaboration par C. Sirat avec M. Beit-Arié et M. Glatzer (et A. Attali, M. Dukan, E. Engel, L. Shalem, M. Zerdoun Bat-Yehouda ; relevé des notes latines et description des reliures par A. Genevois et D. Gid ; notes hébraïques par M. Beit-Arié). Jérusalem-Paris, CNRS et Académie des Sciences et des Lettres d’Israël, 1986. Vol. 1 notices : 388 pages ; vol. 2 : 188 planches ; vol. 3 : 35 planches.

Dans la série Études de paléographie hébraïque

[4] La paléographie hébraïque médiévale. Actes du Colloque international du CNRS, organisé à Paris en 1974 par J. Glénisson et C. Sirat, Paris, Éditions du CNRS, 1974, 176 pages et 136 planches.

[5] Écriture et civilisations, par C. Sirat (en collaboration avec M. Dukan), Paris, CNRS, 1976, 117 pages.

[6] Hebrew Codicology by M. Beit-Arié, Paris, CNRS, 1976, 110 pages.

[7] Catalogue des manuscrits marocains de la collection Klagsbald, par V. Klagsbald, Paris, CNRS, 1980, 156 pages, plus 13 planches.

[8] La lettre hébraïque et sa signification, par C. Sirat, avec Micrography as Art par L. Avrin, Paris-Jérusalem, CNRS-Musée d’Israël, 1981, 80 pages plus 118 planches.

[9] L’examen des écritures : l’oeil et la machine, Paris, CNRS, 1981, 92 pages plus 31 illustrations.

[10] Les papyrus en caractères hébraïques trouvés en Egypte par C. Sirat (avec la contribution de M. Beit-Arié, M. Dukan, F. Klein-Franke, H. Harrauer. Calligraphie et illustration par A. Yardeni), Paris, CNRS, 1985, 126 pages plus 120 planches.

Hors-série

[11] Les encres noires au moyen-âge (jusqu’à 1600), par M. Zerdoun Bat-Yehouda, Paris, CNRS, 1983, 437 pages.

[12] Les papiers filigranés médiévaux, Essai de méthodologie descriptive, tomes I et II, par M. Zerdoun Bat-Yehouda, avec la collaboration de G. Korobelnik, Bibliologia 7 et 8, Brepols, Turnhout, 1989, 270 pages et de très nombreuses illustrations.

[13] Les papiers filigranés des manuscrits hébreux datés jusqu’à 1450 conservés en France et en Israël par M. Zerdoun Bat-Yehouda, Bibliologia 17 et 18, Brepols, Turnhout, 1997, 317 pages et de très nombreux croquis, I-LI et 254 planches.

[14] La Réglure des Manuscrits Hébreux au Moyen Age par M. Dukan, Paris, CNRS, 1988, 235 pages.

[15] L’Ecriture : le cerveau, l’œil et la main, (eds.) C. Sirat, J. Irigoin et E. Poulle. Actes du Colloque international du CNRS organisé à Paris en 1988 par l’IRHT, et C. Sirat, J. Irigoin, E. Poulle, Bibliologia 10, Brepols, Turnhout, 1990, 422 pages.

Dans la Series hebraica des Monumenta Palaeographica Medii Aevi

[16] Codices hebraicis litteris exarati quo tempore scripti fuerint exhibentes, vol. I jusqu’à 1020, par M. Beit-Arié, C. Sirat et M. Glatzer et la collaboration de T. Leiter, S. Iakerson, M. Dukan, E. Engel, M. Zerdoun, Turnhout, Brepols, 1997, 1 volume folio de 136 pages et 52 planches.

[17] Codices hebraicis litteris exarati quo tempore scripti fuerint exhibentes, vol. II a. 1021-1079, par M. Glatzer, C. Sirat et M. Beit-Arié et la collaboration de T. Leiter, Ph. Bobichon, M. Dukan, E. Engel, A. Gordin, S. Iakerson, M. Zerdoun, Turnhout, Brepols, 1999, 1 volume folio de 127 ages.

[18] Codices hebraicis litteris exarati quo tempore scripti fuerint exhibentes, vol. III a. 1085-1140, par C. Sirat, M. Glatzer et M. Beit-Arié et la collaboration de T. Leiter, S. Iakerson, M. Dukan, E. Engel, M. Zerdoun, A. Gordin, Turnhout, Brepols, 2002, 1 volume folio de 120 pages.

[19] Codices hebraicis litteris exarati quo tempore scripti fuerint exhibentes, vol. IV a. 1144-1200, par M. Beit-Arié, C. Sirat et M. Glatzer et la collaboration de T. Leiter, Ph. Bobichon, M. Dukan, N. Pasternak et M. Zerdoun, Turnhout, Brepols, 2005, 1 volume folio de 140 pages.

[20] Inscriptiones hebraicis litteris exaratae quo tempore scriptae fuerint exhibentes, I, Las inscriptiones funerarias hebraicas medievales de Espana, par Jordi Casanovas Miro, Brepols, Turnhout, 2004, 1 volume folio de 234 pages.

[21] Cartae hebraicis litteris quo tempore scriptae fuerint exhibentes, I, Judith Olszowi-Shlanger, Hebrew and Hebrew-Latin Charters and Tallies of Medieval England, Brepols, Turnhout, 2015.

Dans la série Manuscrits en caractères hébreux conservés dans les bibliothèques de France. Catalogues

[22] Volume 1 : Bibliothèque nationale de France, Hébreu 669 à 704 : Manuscrits de Théologie, par Philippe Bobichon (sur la base des notices de G. Vajda), 310 pages, Turnhout, Brepols, 2008.

[23] Volume 2 : Bibliothèque de l’Alliance israélite universelle, Fragments bibliques en hébreu provenant de Guenizot, par Michèle Dukan, Photographies : Philippe Bonnenberger, 362 pages Turnhout, Brepols, 2008.

[24] Volume 3 : Bibliothèque nationale de France, Hébreu 214 à 254 : Commentaires bibliques par Silvia di Donato, 416 pages, Turnhout, Brepols, 2011.

[25] Volume 4 : Bibliothèque nationale de France, Hébreu 1 à 32 : Manuscrits de la bible hébraïque par Javier Del Barco, 224 pages, Turnhout, Brepols, 2011.

[26] Volume 5 : Bibliothèque nationale de France, Hébreu 705 à 733 : Manuscrits de Théologie, par Philippe Bobichon (sur la base des notices de G. Vajda). Turnhout, Brepols, à paraître en 2016.

[27] Volume 6 : Bibliothèque nationale de France, Hébreu 763 à 777 : Manuscrits de Kabbale par Cristina Ciucu, Turnhout, Brepols, 2014.

[28] Volume 7 : Bibliothèque nationale de France, Hébreu : Manuscrits par Arlette Attali, Turnhout, Brepols, 2015.

Sont en préparation les volumes 8 [29] Manuscrits de Kabbale par Cristina Ciucu ; 9 [30] Manuscrits de la bible hébraïque par Javier Del Barco ; 10 [31] Manuscrits de liturgie par Jules Danan.

  1. Ce comité est une Association dépendant de la loi du 1er Juillet 1901. Son siège était et est encore celui de l’IRHT. []
  2. Qui transcrivent non seulement l’hébreu mais aussi l’araméen, l’arabe et nombre d’autres langues. []
  3. Alors directeur de l’IRHT. Les directeurs de l’IRHT font partie, de jure du Comité. Ainsi ont siégé au Comité Louis Holtz, Jacques Dalarun, Anne-Marie Eddé, Nicole Bériou. []
  4. Au fil des ans, la plupart des participants aux travaux (ainsi que les collègues qui se proposaient d’y participer) ont été membres du Comité : Arlette Lipszyc-Attali, Philippe Bobichon, Javier Castaño, Cristina Ciucu, Javier Del Barco, Michèle Dukan, Sonia Fellous, Laurent Héricher, Judith Olszowy-Shlanger, Monique de Pas-Zerdoun-Bat Yehouda. []
  5. On en trouve un exemple dans le livre [4] de la liste des publications (pl. XII-XXV, XXVII-XXVIII, XXX- XXXIII). []
  6. Elles furent très vite remplacées par l’ordinateur, ce qui a permis à M. Beit-Arié de mettre au point la première base de données codicologique réalisée pour des manuscrits médiévaux : Sfar-Data. Cette base de données est maintenant accessible sur internet : http://sfardata.nli.org.il/sfardatanew/home.aspx []
  7. Les rouleaux bibliques destinés à l’office synagogal diffèrent des codices et doivent être étudiés à part, mais ils ne sont jamais datés. Les bibles destinées à l’étude sont copiées sur des codices et leur mise en page est fixée par la tradition. []
  8. Georges Vajda, premier président, démissionna en mars 1967. []
  9. Les questionnaires ont été remplis en français et en hébreu, en deux exemplaires, l’un déposé à Paris et l’autre à Jérusalem. Ils sont accompagnés de la photographie, à grandeur originale, d’un ou de plusieurs folios du manuscrit et de celle du colophon. []
  10. Les questionnaires furent remplis ensuite dans les nombreuses bibliothèques du monde, la plupart par les membres de l’équipe israélienne, dont Mordechai Glatzer et surtout par Léa Shalem. Ils furent révisés le plus souvent par M. Beit-Arié. []
  11. En 1972, étaient membres du Comité : Emmanuel Blanc, Edith Brayer, André Caquot, André Dupont-Sommer, Annie Genevois, Denise Gid, Léon Gilissen, Jean Glénisson, Jean Mallon, Israêl-Salvator Révah. []
  12. Le décès de I .S. Révah l’avait précédé de peu. []
  13. Bien que fort malade, J. Mallon assista à la réunion de février 1982. []
  14. Entrèrent alors au Comité Lucie Fossier, Françoise Gasparri, Maurice Sznycer, Pascal Vernus, Hélène Vetch. []
  15. Jean Irigoin nous a quittés en février 2006, Je lui ai succédé alors, laissant la place de secrétaire du Comité à Philippe Bobichon. []
  16. Durant plusieurs années, un projet de recherche, en collaboration avec Henri Maitre et Laurence Likforman, se tint à L’École nationale des Télécommunications à Paris. Un second projet utilisant l’holographie fut mené au Laboratoire de Physique et d’Optique de l’Université de Besançon, en collaboration avec Jean-Charles Viénot et Jean-Marc Fournier. Aucun de ces deux projets ne donna de résultat tangible. Cf. publication [9]. []
  17. En excluant les plus de 250 000 fragments de la Gueniza et les milliers de feuillets qui ont été réutilisés. []
  18. Ces quatre volumes décrivent 101 manuscrits dont la date va de 894/95 jusqu’à 1200. Les quatre volumes suivants (les notices d’une centaine de manuscrits allant de 1200 à 1280) n’ont pas été publiés. On en trouve les brouillons (en hébreu et en français) sur Sfardata. []
  19. En 2008, Jean Vezin et Hartmut Atsma quittèrent la direction de MPMA et les nouveaux dirigeants, Jean-Pierre Mahé et Marc Smith entrèrent au Comité. Élisabeth Lalou était déjà entrée au Comité, comme l’avaient fait Olivier Guyotjeannin, Gérard Nahon et André Lemaire. []
  20. Seuls les « Volumina sacra medii aevi hebraicis litteris exarata » n’ont pas du tout été étudiés. []
  21. À part le catalogue de M. Zotenberg, publié en 1866, ceux de Salomon Munk et de Georges Vajda sont inédits. Désormais, on peut les consulter sur Gallica. []
  22. Sébastien Barret, Françoise Briquel-Chatonnet, Marie-Pierre Laffitte, Marc Geoffroy. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *