Catégorie : Les manuscrits liturgiques (2003-2004)

C’est un constat préoccupant qui a donné naissance à ce cycle : les manuscrits liturgiques, s’ils sont parmi les plus nombreux dans les bibliothèques, sont pour les non-liturgistes, c’est-à-dire pour l’immense majorité des chercheurs, d’un abord extrêmement difficile. À l’exception notable des manuscrits latins décrits par le chanoine Victor Leroquais, les manuscrits liturgiques sont traités par les catalogues généraux des bibliothèques de façon en général allusive, souvent erronée. Les intitulés portés sur les manuscrits eux-mêmes ne pouvant être adoptés sans un sérieux examen critique, l’examen d’un livre liturgique, quand bien même il ne s’agirait que de déterminer sa nature exacte, représente pour un profane une épreuve redoutable (J.-B. Lebigue et O. Legendre).