Du bon usage de la philologie en philosophie (15 novembre 2001)

Irène Rosier − Présentation

Le travail philologique apporte-t-il quelque chose à la compréhension des doctrines ? Faut-il être philosophe pour éditer un texte philosophique ? Comme on le sait, les textes philosophiques manuscrits posent plusieurs problèmes qui exigent, pour les résoudre, de les interpréter et de les comprendre : résolution des abréviations (c° = compositio ou cognitio ; o° = oratio ou omnino) ; établissement de la ponctuation ; différence entre la mention et l’usage d’un mot (ex : « homo intelligitur in animali » : faut-il utiliser des italiques qui indiqueront éventuellement qu’homo ou animal ne sont pas ici à entendre comme des réalités mais comme de simples noms ?) ; ordre des arguments et des réponses qui leur sont faites (avec souvent des inversions ou des lacunes) ; citations muettes à identifier ; variantes à apprécier. La tradition manuscrite fournit en plus des éléments quantitatifs et qualitatifs importants sur la réception de tel ou tel texte, dont l’historien de la philosophie devrait tenir compte – l’exemple d’Abélard, dont le crédit philosophique est, depuis le XIXe siècle inversement proportionnel à la tradition manuscrite, illustrant a contrario le bien-fondé de cette exigence.

Tiziano Dorandi (CNRS, UPR 76) − Éditer Diogène Laërce

La récente édition des Vitae philosophorum de Diogène Laërce par Miroslav Marcovich (Stuttgart, Teubner, 1999) n’a pas résolu tous les problèmes posés par ce texte. L’identification des nombreux poètes grecs cités par D. Laërce est à poursuivre. L’évaluation des différents témoins pose quelques difficultés : par exemple, faut-il, comme le fait M. Marcovich, donner de l’importance à des témoins tardifs comportant des corrections d’humanistes ?

Hugonnard-Roche (EPHE, IVe section) − Sur quelques commentaires de logique aristotéliciens dans les traditions arabe et syriaque (VIe-IXe siècles)

La confrontation des traductions arabes d’Aristote avec le grec et le syriaque est indispensable pour les éditer. En témoignent plusieurs exemples, dont notamment la traduction de la célèbre définition de la tragédie contenue dans la Poétique. Dans sa traduction arabe faite sur une version syriaque d’Ishaq ibn Hunayn, Abu Bishr Matta a remplacé le definiendum « tragédie » par : « l’art de la poésie d’éloge ». Ce faisant, il assimile les formes de la poétique grecque avec les genres de la poésie arabe. Les autres non-sens de l’arabe reproduisent ceux du syriaque. Dans ce cas, l’éditeur est justifié de garder le texte tel quel, à condition de pouvoir l’expliquer.

Alain de Libera (EPHE / Université de Genève) − L’édition du De intellectu d’Albert le Grand

Deux exemples d’édition de textes philosophiques permettent d’illustrer les difficultés liées à cet exercice : un sophisma « Omnis homo de necessitate est animal » conservé dans des versions divergentes (éd. S. Ebbesen) ; le De intellectu d’Albert le Grand conservé dans 54 manuscrits. La prise en compte de plusieurs témoins permet souvent de contrôler la résolution des abréviations.

Discussion

G. Dahan évoque un cas parallèle, celui de l’édition des commentaires bibliques : faut-il ou non développer les lemmes bibliques abrégés ? Pour ne pas altérer l’histoire du texte biblique, mieux vaut mettre entre crochets pointus ce qui est développé. P. Hoffmann fait en outre remarquer que les lemmes peuvent être différents suivant les traditions. Les textes grecs ne présentent pas de difficultés particulières de résolution des abréviations.

N.B. Cette communication a été publiée en 2002 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/msphilo/jeudi_philo_2.htm).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *