La codicologie des manuscrits philosophiques (13 décembre 2001)

Colette Sirat (EPHE, IVe section) − Les manuscrits philosophiques en caractères hébraïques et leur mise en page

L’examen de différents textes philosophiques et non philosophiques manuscrits hébreux fait apparaître qu’il n’y a pas de spécificité codicologique ou paléographique des manuscrits philosophiques dans le domaine hébreu. Un texte philosophique peut être une lettre, un poème, il peut être gravé sur pierre ou être un commentaire. La fonction des textes philosophiques est presque aussi large que l’ensemble des fonctions du texte écrit. Pour savoir que l’on est devant un texte philosophique, il faut le lire, car sa présentation matérielle n’indique rien.

Marie-Geneviève Balty-Guesdon (BnF) − Codicologie des manuscrits arabes philosophiques en relation avec les centres de production

Un regroupement chronologique des manuscrits arabes philosophiques de la BnF jusqu’au XVe siècle fait apparaître des groupes de manuscrits possédant des caractéristiques matérielles communes, mais il ne semble pas que celles-ci soient liées à la discipline traitée. On peut rattacher ces caractéristiques plutôt à d’autres facteurs : en ce qui concerne les manuscrits les plus anciens (XIe s.), au fait qu’il s’agit de traductions, avec notes ou commentaires, à comparer avec des traductions dans d’autres domaines scientifiques, notamment la pharmacopée. Pour les autres, des particularités régionales peuvent être constatées : les manuscrits proviennent des régions où s’est particulièrement développée la philosophie en langue arabe. La proportion de manuscrits d’Iran et d’Asie centrale y est plus grande que dans les autres disciplines. Les manuscrits de luxe doivent être distingués des manuscrits de travail. Deux manuscrits philosophiques destinés à la cour ottomane peuvent être rapprochés dans leurs caractéristiques et leur ornementation d’un Coran conservé à Londres et copié à la même époque. Les manuscrits philosophiques sont très souvent des commentaires. Les solutions imaginées par les copistes pour distinguer le texte commenté du commentaire sont variées, mais ne semblent pas propres à une certaine discipline. Enfin, les relations entre la philosophie et d’autres disciplines peuvent expliquer les particularités individuelles de certains manuscrits : la disposition des notes marginales dans certains ouvrages de logique se rapproche de celle que l’on trouve dans certains manuscrits de grammaire ; la foliotation en abjad dans un résumé de la Physique d’Aristote du XVe s. se rencontre plus fréquemment dans les manuscrits scientifiques que dans les autres. Région, milieu social du destinataire, milieu intellectuel du copiste, semblent avoir plus d’influence sur les caractéristiques codicologiques des manuscrits de philosophie que la discipline dont relève le texte copié. Ceci est peut-être à mettre en relation avec le fait que l’auteur de textes philosophiques est rarement seulement un philosophe.

Michel Cacouros (EPHE, IVe section) − Mise en page dans les manuscrits byzantins de contenu philosophique

Étude des systèmes de renvois (signalétique, alphabétique) dans la mise en page des manuscrits byzantins contenant des textes et leurs commentaires. Le système signalétique sert le plus souvent d’auxiliaire au système alphanumérique. Celui-ci a été mis en œuvre plus tard que le système signalétique. Ces systèmes de renvois ne caractérisent pas en particulier les commentaires de textes philosophiques mais s’appliquent à tous les types de textes commentés.

N.B. Cette communication a été publiée en 2002 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/msphilo/jeudi_philo_3.htm).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *