La paléographie des manuscrits philosophiques (17 janvier 2002)

Giovanna Murano (Université de Florence) − Les exemplaria philosophiques, caractéristiques paléographiques et codicologiques

Essai pour définir ce qu’est un exemplar universitaire composé de peciae originales, à savoir : un « texte-modèle », copié directement sur l’original de l’auteur ou sur l’exemplar-souche ou sur un autre témoin autorisé corrigé et relu, subdivisé en peciae pour être copié. Trois exemples de manuscrits, donnés comme des exemplaria universitaires : le cod. Malatestiano S. XXIV.4 contenant l’Historia animalium d’Aristote dans la traduction de Guillaume de Moerbeke ; PARIS, BnF lat. 16584 contenant des œuvres d’Aristote, dont l’Éthique dans la traduction de Robert Grosseteste et la Métaphysique ; un manuscrit du couvent dominicain de Vienne, qui contient le commentaire à la Physique de Gilles de Rome et qui est présenté comme un « exemplaire pirate », réalisé rapidement à partir non pas d’un autre exemplaire, mais d’un manuscrit ordinaire peu fiable. On peut recenser environ 150 exemplaria et fragments d’exemplaria : 73 sont juridiques, 41 théologiques, 7 de médecine et seulement 12 de philosophie (à savoir Aristote et commentaires d’Aristote).

Sten Ebbesen (Institute for Greek and Latin, Copenhague) − Les abréviations dans les manuscrits philosophiques latins

Dans les manuscrits philosophiques latins, une abréviation mal résolue peut entraîner l’échec d’un raisonnement. Les abréviations sont nombreuses dans les manuscrits philosophiques car les philosophes, à savoir les artiens, opposés ici aux théologiens qui sont considérés comme des « philosophes par accident », sont pauvres et doivent par conséquent économiser le parchemin. Évocation de l’état de certains manuscrits de la Faculté des Arts (trous, parchemin de mauvaise qualité, minimum de marges, maximum d’abréviations…). Exemples de résolution d’abréviations philosophiques ambiguës et de lemmes abrégés.

Alexandre Hasnaoui (Université de Paris I Panthéon-Sorbonne) − La représentation diagrammatique des syllogismes dans les manuscrits de la « collection philosophique » grecque

A. Les manuscrits :

  • La production des copistes de la « collection philosophique » platonicienne (ixe siècle) [les manuscrits ; les cinq copistes ; les commanditaires (Léon le Philosophe [ca 790-869] et Photius [ca 820-891]; le commanditaire de la collection elle-même est Léon Choérosphactès [ca 850-ca 920])] ;
  • Le Marcianus gr. 196 (troisième quart du ixe s.) [Ce manuscrit contient: Olympiodore, In Gorgiam, In Alcibiadem, In Phaedonem, ff. 1-241v; <Damascius>, In Phaedonem, In Philebum, ff. 242-337v];

B. Étude empirique :

  • Relevé des schémas syllogistiques
  • Dans le Marcianus gr. 196, ces diagrammes ne sont pas des scholies tardives mais appartiennent au texte
  • Analyse d’exemples [a. syllogismes de la première figure ; b. algorithme de lecture pour les syllogismes de la deuxième figure ; c. syllogismes hypothétiques ; d. polysyllogismes ; e. syllogisme de la troisième figure]

C. Synthèse : le système des diagrammes (première figure, deuxième figure, troisième figure).

Patricia Stirnemann (IRHT) − La mise en page des manuscrits philosophiques d’Aristote au XIIIe siècle : un survol

Un dépouillement des manuscrits d’Aristote à la BnF (env. 190 mss), des images disponibles dans Medium (env. 50 mss), et Lacombe (2000 notices) a fourni des résultats provisoires sur la mise en page en France et en Angleterre :

  1. La production en France et en Angleterre est faible avant 1200, augmentant jusqu’à représenter environ 15% des manuscrits subsistants entre 1230 et 1250/60, culminant entre 1260 et 1320. La production émane de Paris et d’Oxford, alors qu’un petit nombre de manuscrits de luxe proviennent de la Picardie ou de la Flandre.
  2. L’envergure de la production anglaise entre 1200 et 1250 est frappante. À la BnF, on conserve autant de manuscrits anglais que français pour cette période (environ 15 manuscrits de chaque origine). On signalera les manuscrits « mixtes », qui juxtaposent le travail d’artisans des deux nationalités.
  3. Les manuscrits des œuvres d’Aristote (texte sans commentaire) fabriqués à Oxford comme à Paris entre 1220 et 1270 sont écrits à longues lignes en écriture livresque. Le nombre de lignes est faible (env. 24-30) et les marges amples. Les commentaires, tels ceux d’Averroès, sont traités comme les commentaires de Pierre Lombard : écrits sur deux colonnes ; le texte d’Aristote est en gros module, celui d’Averroès en petit module ; les parcelles de texte et de commentaire se suivent. Autrement dit, le texte d’Aristote pendant cette période est traité comme le texte biblique. Aristote est le seul auteur, à ma connaissance, dont les œuvres sont systématiquement traitées ainsi. Pour souligner l’analogie biblique, trois manuscrits ont été évoqués, contenant tous les traductions de Michel Scot faites vraisemblablement pour Richard de Fournival.

Conclusion : Les manuscrits des œuvres d’Aristote fabriqués à Oxford et à Paris entre 1220 et 1270 sont reconnaissables par leur aspect extérieur, et le « modèle » adopté pour la mise en page montre que les œuvres d’Aristote étaient considérées comme la « bible » de la philosophie.

Jacqueline Hamesse (Université de Louvain-la-Neuve) − Les caractéristiques paléographiques des florilèges philosophiques

Présentation de l’organisation des marges avec un système de réglures dans le manuscrit Vaticano, BAV, Urb. lat. 206, qui contient le corpus vetustius d’Aristote (arabo-latin) avec des commentaires attribués à Adam de Bocfeld. Ce manuscrit vient d’Oxford et est le témoin d’une mise en page particulière : texte en grossa littera avec explications interlinéaires ; première marge à droite avec réglure contenant des notes plus courtes ; deuxième marge à droite avec réglure pour des notes plus longues mais moins larges. L’ensemble des gloses n’est pas forcément de la même main. Les maîtres dictaient-ils à leurs secrétaires, se réservant la possibilité de corriger dans les marges ? Le commentaire rédigé est apparu plus tardivement.

Discussion (extraits) :

Z. Kaluza fait remarquer que le pseudo-Denys du manuscrit PARIS, BnF, lat. 17341 a la même mise en page que le ms. décrit par Mme Hamesse. Le ps. Denys est considéré comme un texte philosophique mais n’est jamais enseigné.

Sten Ebbesen a remarqué la présence de deux colonnes de gloses dans des mss des Réfutations Sophistiques sans jamais apercevoir de distinction claire entre ce que l’on écrit dans une colonne et ce que l’on écrit dans l’autre. Il fait remarquer que la réglure continue rarement au-delà des toutes premières pages.

On se demande si les manuscrits réglés de la sorte n’appartiennent pas au milieu franciscain anglais (exemple d’un psautier de Corpus Christi College) : il faudrait alors expliquer la présentation par la provenance plus que par le contenu.

Marc Geoffroy ajoute que le grand commentaire philosophique d’Averroès se rapproche du commentaire coranique, on traite le texte philosophique comme le texte sacré.

Dans le monde hébreu : avant 1250, les commentaires sont écrits comme un texte courant (en bloc et non pas en colonnes) et ce n’est qu’à partir de 1250 qu’apparaît le commentaire dans le style latin, venu directement de la tradition latine occidentale.

G. Dahan rappelle que le regard sur la présentation matérielle du manuscrit en dit long sur les méthodes d’enseignement et sur la manière de considérer les autorités.

N.B. Cette communication a été publiée en 2002 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/msphilo/jeudi_philo_4.htm).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *