Le livre médiéval et son usage d’après les documents conservés dans les Archives départementales de l’Yonne (XIVe-XIXe siècle)

Donatella NEBBIAI

Reconnaissance par Jean de Montaigu l’archevêque de Sens d’un prêt de livres par le chapitre pour son usage, 15 mai 1408. Archives départementales de l'Yonne, G 709.

Reconnaissance par Jean de Montaigu l’archevêque de Sens d’un prêt de livres par le chapitre pour son usage, 15 mai 1408. Archives départementales de l’Yonne, G 709.

Lors de la séance du 5 février 2016 du séminaire d’Histoire des Bibliothèques anciennes, Anastasia SHAPOVALOVA (IRHT-Biblissima) présente les résultats des recherches menées depuis 2014 dans les fonds des archives départementales de l’Yonne (Auxerre) dans le cadre de la refonte du répertoire des sources des Bibliothèques médiévales de France (resp. Monique Peyrafort, section de codicologie, IRHT). Les séries H, E, F, G, J de ces archives contiennent de nombreux renseignements sur les livres manuscrits, très souvent inédits, principalement dans trois grands ensembles documentaires :

  • procès-verbaux des visites pastorales,
  • comptabilités et marchés divers,
  • notes de travail des archivistes et des érudits du XIXe siècle.

Le premier et le second ensemble concernent les collections des communautés religieuses et plus particulièrement des églises du diocèse de Sens (relevant de plus de 700 paroisses). La présence des livres liturgiques y est prépondérante, plus rare celle des livres de droit. À une époque où se développe la production des livres imprimés, ces visites ont pour but de vérifier l’état matériel et, au-delà, l’orthodoxie des contenus par rapport aux recommandations de la hiérarchie ecclésiastique. La plupart des collections, confiées à un clergé parfois ignorant et rétif aux nouveautés, semblent s’ouvrir difficilement à l’imprimé (voir le cas de l’édition du bréviaire et du missel à l’usage de Sens dites « de Salazar »). Toutefois certains prêtres, comme Gaucher Guillaumet, curé de Molinons, en 1504, ont cultivé la musique et apprécié les auteurs classiques en plus des ouvrages de dévotion.

Si aussi bien pour les églises et les cathédrales, que pour les curés et les confréries, les sources comportant les renseignements les plus détaillés sont des inventaires de biens, on trouve aussi de nombreux renseignements sur les livres dans les documents comptables. Certains archevêques ont ainsi passé commande à Paris pour constituer leur bibliothèque personnelle, et des personnalités importantes leur ont procuré des livres. Ainsi Jean Huon, archidiacre d’Avallon, achète en 1404 une bible antique en 2 volumes à l’abbé de Saint-Victor de Paris. D’autres commandes se font à Auxerre où, au début du XVIe siècle, sont actifs des libraires imprimeurs, des enlumineurs, des relieurs etc. Les notes de travail des érudits du XIXe siècle, en particulier Maximilien Quantin et Charles Porée, également consultés par A. Shapovalova, contiennent nombre de précieux renseignements sur ces artisans.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *