L’érudition – Présentation du cycle thématique de 2002-2003

Annie DUFOUR, Donatella NEBBIAI (17 octobre 2002)

Forme de savoir fondée sur la connaissance des langues anciennes et sur l’aptitude à lire et à interpréter les documents du passé, l’érudition correspond à un mouvement intellectuel qui s’affirme à partir du XVIsiècle et puise ses origines dans l’humanisme. Par ce cycle de séminaires on voudrait contribuer à saisir quelques aspects significatifs de l’érudition en tant que fait culturel. Il faudrait, pour cela, le situer par rapport aux études historiques, pendant près de trois siècles en Europe mais aussi dans le monde oriental, en se centrant principalement sur l’étude du livre manuscrit et au-delà, du livre ancien. Il nous semble que seul un questionnement historique peut aider à dégager, à partir de ce thème, des problématiques nouvelles dans le domaine de l’étude des textes et de leur transmission. Un nouvel éclairage pourrait également être jeté sur la naissance et le développement des disciplines qui concourent à l’érudition : les sciences dites « auxiliaires » notamment. Dépassant les habituels exposés de méthode, on pourrait peut-être poser des jalons pour expliquer les caractères constitutifs de ces disciplines qui, en tant que corpus de connaissances rendant disponibles les documents de façon indépendante du jugement que l’on va porter sur eux, se définissent en fait comme « atemporelles » et objectives.

On commencerait par essayer de dégager la notion d’érudition à travers la définition de ses enjeux et de son champ d’action. Il faudrait voir son articulation avec l’essor de la philologie (au cours du Quattrocento, en Italie, celui-ci répond à la fois à des projets politiques et à la présence importante des témoignages d’un passé encore proche, voir L. Valla), du goût pour les langues anciennes et rares, du renouveau des cultures historique et religieuse.

Erudito, détail du frontispice des Acta sanctorum.

Erudito, détail du frontispice des Acta sanctorum.

La notion de base est celle de document, de source, que l’érudit a pour tâche de replacer dans sa série originelle (un manuscrit avec les manuscrits, une inscription avec les inscriptions, etc.). Une première distinction s’établit évidemment entre sources originales et sources dérivées. Apparaissent ensuite d’autres distinctions, par exemple entre sources narratives et sources documentaires. Celle-ci, bien que mise en évidence par la critique (cf. Droysen), ne semble pas toujours avoir lieu d’être : ainsi les chroniques de l’Italie médiévale font la synthèse entre les deux typologies. On poserait également, à ce stade, la question des faux, de leur création, de leur usage dans des contextes historiques déterminés (voir par ex. Giovanni Nanni de Viterbe). Dans tous les cas, on ferait ressortir la donnée de la multiplicité des documents et la nécessité, qui en découle, de leur appliquer des questionnements différents. Dans cette perspective, le thème du remploi est intéressant, car il permet de mesurer la distance qui nous sépare du document analysé.

On étudierait ensuite les protagonistes et les lieux. Qui sont les érudits, quelle est leur formation, où agissent-ils ? Quels sont, en particulier, les rapports entre l’érudition et la formation scientifique ? Il importe définir le profil de l’érudit par rapport à ceux de l’antiquaire et du collectionneur. Ceux-ci accordent la priorité à la constitution et à l’établissement du corpus des sources, tandis que l’érudit se concentre sur leur interprétation. Autre aspect significatif, les relations de l’érudit : il faut analyser son appartenance à des cercles informels, voir comment ces derniers se structurent ensuite en académie, en congrégation : ces institutions apportent en fait une caution au travail de l’érudit, ajoutant à son autorité. On ferait ressortir les rapports entre ces institutions et les lieux où le savoir se constitue, se transmet et se conserve : les archives, les écoles, les bibliothèques.

Enfin on approcherait la question des rapports entre l’érudition et l’écriture de l’histoire, en faisant le départ entre l’histoire « érudite » et l’histoire « récit ». L’érudition se prétend objective, elle ne commente pas le passé, elle se borne à mettre les documents en état d’être appréciés et jugés par les lecteurs. L’érudit met au point l’optique du document en laissant à d’autres le soin de poser les questions, mais en fait, en montrant, il choisit et il organise (P. Veyne). Quelle est, dans ce contexte, son objectivité ? On propose de voir tous ces aspects dans la perspective de l’affirmation du document comme preuve d’autorité. L’érudition a contribué à renverser la logique, répandue au Moyen Âge, où on ne considérait authentique que ce qui était cautionné par une autorité (Bernard Guenée) ; désormais, c’est l’authenticité qui fait l’autorité.

N.B. Cette communication a été publiée en 2005 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/erudition/jeudi_erudition_problematique.htm).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.